Sur le RING

L'oubli, toucher du bois, de Christian Rizzo.

SURLERING.COM - CULTURISME - par Pierre Poucet - le 02/03/2010 - 5 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Variation thymorale sur la pénibilité aléatoire de la danse contemporaine -


Vous connaissez Christian Rizzo, non ? Vous avez bien de la chance. J’ai payé de ma personne, moi, en découvrant sa dernière « chorégraphie », L’oubli, toucher du bois. Et je n’étais pas le seul. On a souffert en groupe, on l’a joué collectif.
 

 

« Umberto Eco disait que les titres sont faits pour embrouiller les idées, non pour les embrigader […]. Les chorégraphes ne sont pas très doués pour les titres, et Christian Rizzo encore moins que les autres » (Stéphane Malfettes). Voilà une parole qui n’a pas oublié d’être conne. L’oubli, toucher du bois. « Encore un titre qui ne rime à rien ? » se demande avec pertinence le petit livret accompagnant – sauvant – le spectateur. Oui. C’est sa spécialité, à Rizzo : en 2003, un titre intéressant, comme on dit après une expo d’art contemporain :  …/… (b). En 2005 : Soit le puits était profond, soit ils tombaient très lentement, car ils eurent le temps de regarder tout autour. En 2006 : Jusqu’à la dernière minute, on a espéré que certains n’iraient pas… Garde la foi Christian, ça va venir.

 

Alors, ce Salvador Dali du petit monde de la danse contemporaine, où a-t-il pêché tout ça ? Les débuts artistiques de Rizzo se font à Toulouse dans les années 80 où il monte un groupe de rock et crée une marque de vêtements avant de se former aux arts plastiques à la Villa Arson de Nice. « De façon inattendue » précise le livret, il se lance dans la danse. Il devient interprète de nombreux chorégraphes contemporains : Mathilde Monnier, Hervé Robbe, Mark Tompkins, jusqu’à Vera Mantero et Rachid Ouramdane. Puis Rizzo fonde en 1996 l’association Fragile et c’est là qu’il commence à nous infliger performances, pièces solos et autres « objets dansants ». En décembre 2009, il réalise une pièce pour les ballets de l’Opéra de Lyon, Ni cap, ni grand canyon, et conçoit l’exposition Le sort probable de l’homme qui avait avalé le fantôme, à la Conciergerie. C’est en 2010, en résidence à l’Opéra de Lille, qu’il produit – le mot est juste – L’oubli, toucher du bois.

La scène se passe donc à l’Opéra de Lille, le 26 février, 20 heures, 5 €.

Plus, j’aurais dézingué le bonhomme.

 

Le truc, L’oubli, toucher du bois, se passe en plus ou moins trois tableaux. Qui sont plus ou moins des tableaux. Sur la scène, un vieil homme enroule une bobine de fil pendant que les danseurs entrent et sortent en vidant progressivement le décor, imposant, délimité par des murs de bois magnifiques hauts de plusieurs mètres. La musique, que l’on peut sans risque qualifier de minimaliste, d’ultra minimaliste, n’est pas qualifiable. Si, en loge, après 15 minutes de spectacle, mon voisin y parvient : « C’est quand même concept’ ».  On commence à bailler sur ma droite. On trépigne. On s’impatiente. Les plus courageux prennent la direction de la sortie. Je me demande : « Mais qu’est-ce que c’est ? ». Stéphane Malfettes répond : « En prenant L’oubli, toucher du bois au pied de la lettre, la valeur programmatique de ce titre a priori obscurantiste s’impose presque comme une évidence. Il est question d’ « oubli », comme s’il s’agissait de passer à autre chose, de tourner la page. Pour que ce souhait se concrétise, il suffit de « toucher du bois », selon cette superstition qui remonte aux temps anciens où l’on attribuait au bois un grand pouvoir magnétique. Du bois pour se défaire de son passé, désapprendre sa propre pratique, emprunter de nouvelles directions ». Et Christian d’enchaîner : « Avec L’oubli, toucher du bois, je m’émancipe de deux éléments qui ont beaucoup structuré mes précédentes pièces : une musique qui fait beaucoup de bruit et le noir et le blanc. L’environnement scénique va être très matérialiste, j’imagine une grande boîte tout en bois. Dans laquelle je fais le choix du silence, ou presque, puisque Sylvain Chauveau y déposera quelques notes de piano, ça et là ». Ça et là, moi, ce que je constate, c’est que le public commence à foutre le camp.

 

Deuxième tableau. Lumière baissée, décor absent, vide. Une ombre – enfin, un type entièrement de noir vêtu des pieds jusqu’à la tête, donc, je suppose que c’est une ombre (ne jamais « fermer le sens »…) – une ombre entre et entame une sorte de chorégraphie très lente, fantomatique, presque martiale, et pour tout dire franchement réussie – j’aurais bien félicité le danseur, mais je n’ai pas pu voir son visage, entièrement encagoulé, façon chaussette totale. Une autre ombre fait son apparition, les danseurs les rejoignent et entament quelque chose de franchement incompréhensible, aux postures absurdes, lentes, lentes, très lentes. « C’est quand même ultra concept’ », balance mon voisin un tantinet agacé. Et je sens qu’on s’agite derrière moi. Je me retourne et j’aperçois un grand bourgeois très apprêté, la cinquantaine, vivant archétype de cette bonne société altière et bien-disante qui constitue la clientèle de base des opéras de nos pays moyens-pauvres. Je sens battre ses tempes. Il me regarde, sur les nerfs : « Chiant ! Mais qu’est-ce que c’est que cette merde, allons bon ? ». « Je ne sais pas », que je lui réponds, « je ne sais pas… ». Le bourgeois se lève, enfile sa veste et claque ses talons. « Puisque c’est ainsi, je m’en vais ». Je me dis : « Je vais rester quand même, plus que 30 minutes ». J’entends derrière moi le type qui essaie d’ouvrir la porte de la loge, elle coince. Il s’acharne dessus en la pressant plusieurs fois : « Comment on sort de cette merde ? » lance-t-il à voix haute. Forcément, à ce moment là, l’intérêt des spectateurs se détourne quelque peu de la scène, n’est-ce pas ? et fond sur ma loge. Moment social. Le type sort en laissant la porte ouverte. Un peu d’air. Fin du deuxième tableau, les lumières s’éteignent, et un énorme panneau de flashes épileptiques aveugle la salle qui profite de ce moment de grâce pour s’éclipser en douceur.

 

Troisième tableau. La salle a subi une hémorragie dramatique, un tiers des spectateurs au moins s’est barré. Les fauteuils qui craquent et les cris du plancher martelé par les fuyards ont recouvert la musique minimaliste, ultra minimaliste. Décor : toujours la boîte en bois, cette fois-ci hérissée de tuyaux de tailles inégales sur toute la scène. Dans le fond, un danseur se contorsionne seul en mouvements saccadés et mécaniques, pendant 15 insupportables minutes au moins. « Vous savez combien de temps ça dure? », me demande la bourgeoise lilloise depuis sa loge. « C’est bientôt fini, c’est bientôt fini… Une heure et quart. Encore 20 minutes ». « Bien ». Elle se lève. Et s’enfuit. « Bon courage, je vais rater le meilleur je crois », me dit-elle avec une ironie piquée au vif.

 

Vient alors le meilleur moment du spectacle : sa fin, lorsque les hypocrites applaudissent, y compris l’enfoiré de la loge d’en face qui a dormi tout du long et qui sourit maintenant béatement devant les artistes en rang d’oignon. Mais peut-être après tout remerciait-il l’équipe pour cette sieste salvatrice.

 

Je reste donc avec mon gros sac rempli de questions, je suis un peu nerveux, moi aussi, d’avoir perdu une heure quinze de mon temps précieux. Vrai, quoi, j’aurais pu pendant ce temps-là prendre un bain, cuisiner un poulet au curry ou regarder les trains passer en mâchant du chouingome. Un sens ? A cette création ? Ne vous faites pas de mal : « Mon travail artistique repose sur ce principe : se faire rencontrer des choses disparates, qui toutes me [c’est nous qui soulignons] touchent  profondément. Je les agence sans plaquer le moindre discours. Comme un dîner que tu prépares pour des amis. Tu réunis les ingrédients, tu cuisines, tu sers et après tu laisses les choses se faire d’elles-mêmes. Tu ne vas quand même pas coller la fourchette dans la bouche des gens ! ». Non, mon ami, mais je ne viendrai sûrement pas dîner chez toi. On risquerait de se taper des hamburgers de tapas sauce vanille ou des bruschetta à la camerounaise. Et puis tu m’as coupé l’appétit.

 

Oui, dans L’oubli, toucher du bois est-il certainement « question d’ « oubli », comme s’il s’agissait de passer à autre chose, de tourner la page. Pour que ce souhait se concrétise, il suffit de « toucher du bois » ».

Alors je touche du bois.

 

 

Pierre Poucet



Toutes les réactions (5)

1. 02/03/2010 13:29 - morue barbue / arlindo constantino

morue barbue / arlindo constantinoà quoi sert cet article?

2. 02/03/2010 14:21 - Evan Ard

Evan ArdA distinguer les faux innocents des vrais idiots.

3. 02/03/2010 15:32 - Pierre Poucet

Pierre PoucetJe t'ai reconnue la morue! La réponse d'Evan Ard en dit assez long. Mais je me permets ici de rappeler une chose ou deux.
1) Ceci est un "billet d'humeur", je pense que tu connais, qui ne vise rien d'autre qu'à livrer un état d'esprit, une impression, une émotion, à la suite d'une création comme j'en ai trop vu, vraiment trop. Prétentieuse, absconse, et sur-subventionnée. Outrancièrement.
2) Ceci est également une tranche de vie comme le disaient les Goncourt, une saynète si tu préfères. La chose s'est réellement passée de la sorte et je trouvais cela somme toute assez drôle. Ne perds pas ton humour, la morue, même si tu n'es pas d'accord, je sais que tu es capable de débattre, toi.
3) Ce billet sert enfin à mettre en lumière - et je l'ai peut-être fait insuffisamment ici - les limites de l'avant-gardisme à tout prix, la subversion pour la subversion, le dépassement pour le dépassement, bref, cette "partie de mains chaudes" que décrit très bien la sociologue Nathalie Heiniche dans ses recherches sur l'art contemporain. Je t'invite d'ailleurs à y jeter un oeil, barbu.
Bien à toi.
Poucet

4. 02/03/2010 17:21 - Alain Jamot

Alain JamotEh encore, je trouve qu'il se retient, le Poucet ! Il y a tellement de merdes dans le secteur subventionné, tellement de resucées sans imagination de l'art conceptuel des années soixante/soixante-dix, et tellement d'artistes fabuleux laissés de côté au profit d'arrivistes bourgeois... allez demander à Masaki Iwana et toute la scène butoh française/européenne, perpétuellement méprisée par la rue de Valois et les régions, ce qu'ils en pensent... non, plutôt soft, le Poucet, moi j'aurais passé un grand coup de lance-flamme...:-)

5. 26/05/2010 21:29 - charlottecarrington

charlottecarringtonMerci, j'ai passé l'hiver à perdre mon temps et mon argent au Théâtre de la ville avec un abonnement décevant. Je n'en peux plus de la danse contemporaine sans musique ni son, sans technique, sans décor, sans histoire, sans émotion. Vous m'avez sauvé une soirée ce soir...

Ring 2012
Dernière réaction

à quoi sert cet article?

morue barbue / arlindo constantino02/03/2010 13:29 morue barbue / arlindo constantino
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique