Sur le RING

Thatcher, l'incomprise

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Jérôme Di Costanzo - le 30/11/2009 - 1 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Qu'avons-nous compris de Margaret Thatcher ?

Pas grand-chose, si l'on se fie aux thesaurus de la culture de masse ambiante. À gauche, elle est l'expression même du capitalisme barbare, individualistene respectant pas le droit des travailleurs. À droite, ce n'est pas mieux, onla trouvera un peu trop excessive ou bien trop libérale pour la France. Constatons aussi qu'elle et Reagan furent bien mal défendus par leurs disciples français respectifs. Ces derniers firent sombrer leurs politiques dans un programme caricatural pour agioteurs décomplexés, parés du décorum et de la pompe d'un patriotisme puéril, une créature hybride Poujado-jacobiniste, agissant pour la défense du petit commerçant sur fond sonore de Marseillaise.

Incomprise aujourd'hui aussi dans le monde anglo-saxon, où l'on a vite fait de lui mettre sur le dos le « crédit crunch », oubliant la décennie de laxisme financier des années Blair, et la réforme aux conséquences catastrophiques du système bancaire par un Gordon Brown.

Complètement incomprise, complètement oubliée aujourd'hui. Vingt ans après la chute du mur, elle a été absente des célébrations, ce qui peut se comprendre vu son état de santé. Mais aussi absente des mémoires, ainsi que Ronald Reagan et Jean-Paul II, des « incompris » eux aussi !

Aussi bien reniée par les « vrais » libéraux que par les « vrais » conservateurs, caricaturée par la gauche, oubliée par les poliptichiensde l'après-11 septembre, Thatcher est l'Incomprise absolue.

Le Royaume-Uni des années soixante-dix était un pays au bord du gouffre, son économie était en régression, dans un système irréformable. On était bien loin déjà des swinging 60's. Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, un consensusnational paralysait tout changement politique et économique. D'un côté, le conservatisme social et paternaliste dit One Nation, de l'autre le socialisme libéral et bon enfant incarné par Harold Wilson.

En 1968, Enoch Powell, avec son discours « river of blood » marque la première tentative de rupture avec ce statu quo politique en soulevant la problématique de l'immigration tout en essayant de bousculer le débonnaire leader du parti conservateur Ted Heath.Ce dernier sera élu Premier Ministre en 1970. Le retour des Tories ne durera qu'un mandat : en 1974Harold Wilson revient au pouvoir et par la suitecédera sa place, en 1976, pour des raisons de santé, à James Callaghan. Powell quitte alors les conservateurs et sa circonscription du Midlands pour rejoindre les unionistes irlandais. Le parti conservateur est en pleine criseet proche de l'explosion, entre partisans du One Nation et conservateurs qui souhaitent un retour en force de l'Ordre. Julian Amery, ancien SOE durant la seconde guerre mondiale, dirige le très patriotique et viscéralement anti-communiste « Monday club » (1).

C'est dans ce contexte chaotique, proche de la guerre civile, avec une inflation galopante et incontrôlée, un MI5 sombrant dans la paranoïa et voyant unagent soviétiquedans chaque chef syndical, avec des rumeurs de coup d'état militaire, que Margaret Thatcher va s'affirmer comme chef du parti conservateur en 1975.

Deux hommes apparaissent comme les mentors de Thatcher.

Le premier est Airey Neave, son directeur de campagne lors de son élection à la tête du parti en 1975, un personnage romanesque, officier durant la seconde guerre mondiale, il est un des évadés de la citadelle de Colditz et aurait participé au projet de coup d'Etat de 1975 avec le Général Walter Walker. Plus qu'un simple politicien, un véritable héros. Il arrivera à retourner le parti , prêt à réélire Heath en 1975. C'est un homme de réseau, partisan de la manière forte. Il décédera dans un attentat monté par un groupe d'indépendantistes irlandais radicaux, dans l'explosion de sa voiture sur le parking du palais de Westminster, quelques semaines avant l'arrivée de la Dame de Fer au 10 Downing Street. Son attachement pour Airey Neave et la souffrance de sa perte explique l'acharnement et la radicalité que mettra Thatcher à combattre le terrorisme irlandais.

Le second mentor est Keith Joseph. C'est l'homme de la politique économique de Thatcher. C'est avec lui quelle s'initiera à la pensée libérale. On a souvent vu dans Milton Friedman, penseur du monétarisme (arrêter la planche à billets pour stopper l'inflation et augmenter les taux d'intérêts), comme le grand inspirateur de la politique économique de Thatcher, ce qui n'est pas totalement exact. Le Royaume-Uni a initié sa politique anti-inflation dans les derniers mois du gouvernement Gallaghan, sans trop de résultat. Le succès de cette politique est dû principalement aux actions accompagnant la réforme des syndicats, la réduction des dépenses publiques et l'éveil de l'esprit d'entreprise. Keith Joseph est un adepte de Friedrich Von Hayek. Thatcher rencontrera ce dernier, par l'entremise de Joseph, dès 1975.

On ne peut pas parler d'une mise en pratique libérale dans le sens propre du terme, comptant sur une Providence quasi-magique et sur l'action individuelle. Pour Thatcher, l'influx dynamique vient de l'Etat. Le Thatchérisme n'est pas une certaine vision de l'économie mais c'est, avant tout, une vision politique de la Nation, du rôle de l'Etat vis-à-vis des individus. Il n'est pas non plus une remise en question de la doctrine One Nation etest encore moins opposable à ce dernier, c'est une reformulation qui tend à restaurer la Nationpour mieux redéployer l'Etat.

Thatcher, avec Neave & Joseph,aété à l'école de la noblesse d'armes et de l'aristocratie de la Science, elle a été à l'école de l'Elitisme. Elle n'est pas cette femme providentielle que les bonnes grâces des Dieux auraient poussée à la Gloire. Le Thatchérisme se conçoit avant tout comme une volonté de réalisme, c'est un plan, une stratégie avec ses buts de guerre. Thatcher rentre au 10 Downing Street le 4 mai 1979 comme on entre en guerre. C'est une illustration quasi parfaite des thèses de Carl Schmitt oùla politique est une forme de guerre.

Une guerre. Contre le terrorisme en Irlande du Nord, un combat au finish ; contre les syndicats, une confrontation brutale et sans pitié ; contre l'Argentine aux Falkland, où elle passera outre les avis négatifs du Ministère des Affaires Etrangères et de la Défense pour les court-circuiter en s'appuyant directement sur les militaires pour reconquérir l'île. Pinochet est-il son ami ou son ennemi ?Et elle risquera sa vie, commeJean Paul II et Reagan, elle fut la cible d'un attentat, en 1984, détruisant sa chambre d'hôtel à Brighton et tuant un de ses collaborateurs. Sa politique : c'est la Guerre sous toutes ses formes, expéditions outre-mer, contre-terrorisme, maintien de l'ordre civil et également – et ce n'est pas la moindre : la Guerre Froide.

On ne peut pas dire que la fin de l'Empire soviétique soit due à la supériorité matérielle ou idéologique d'unlibéralisme et encore moins d'un conservatisme. À l'Est, la Pologne et la Tchécoslovaquie, se sont libérées du Communisme en faisant appel à leurs valeurs propres, issues de la Religion ou de leur mémoire collective.

L'URSS ne pouvait plus suivre lacourse aux armements. Le pays n'était plus que ruines, son élite était coupée des réalités, noyée dans le dogme communiste. En poussant jusqu'au bout de ses possibilités la logique industrielle militaire afin d'assurer une supériorité, l ‘Empire s'était écroulé sur lui-même. Et c'était avant tout un régime politique mort à la tête d'un arsenal nucléaire, la situation n'en était que plus inquiétante. Il fallait donc négocier un désarmement bilatéral et soutenir tout courant réformateur. Car si la Russie s'effondrait, sombrant dans l'anarchie, ce serait l'Europe tout entière qui coulerait dans la guerre. Thatcher en était consciente, les russes appréciaient la détermination du Premier Ministre britannique, c'est eux qui lui trouvèrent son surnom de « Dame de Fer ». Et c'est elle qui joua les « entremetteuses » entre Reagan et Gorbatchev, en convainquant le président américain de la bonne volonté de l'initiateur de la Glasnost.

Ainsi, ce sera « Gorbatchev-ami » et par la suite « Eltsine-ami » ; nous retrouvons bien là les paradigmes de Schmitt, où la guerre doit se conduire sur le terrain politique pour garantir la paix. On comprend ainsi mieux la position première de Thatcher vis-à-vis de la réunification allemande. Certains ont pensé, à tort, qu'il s'agissait encore une fois de l'expression d'un certain machiavélisme britannique, souhaitant préserver une Europe désunie afin d'en garder le leadership. En réalité, les réelles motivations étaient de préserver,tant bien que mal et en apparence, une certaine sphère d'influence russe. En 1987 fut signé un accord de désarmement entre l'Union soviétique et les USA concernant les armes de courte et moyenne portée, le plus grand de l'Histoire de l'humanité. En 1991, l'URSS disparaissait au profit de la fédération de Russie.

Quand l'Iraq envahit le Koweit en août 1990, la Dame de Fer, enfin de règne, en est à son troisième mandat. Et l'ennemi d‘alors, ce n'est plus le parti travailliste, mais son propre parti. Elle quittera ses fonctions en novembre 1990 après avoir conseillé George Bush Sr. d'employer la manière forte avec Saddam Hussein. Onze ans de pouvoir ne l'auront pas faite changer ni bouger, l'expression même du Courage.

Il en fallait, du courage, pour tenir tête aux syndicats,afin de briser leur emprise. Du courage encore face aux terroristes d'Irlande du Nord, pour leur faire comprendre que la violence ne les mènerait nulle part, et encore moins à une sortie politique. Courage encore, pour entreprendre une expédition militaire dans l'hémisphère sud du globe et vaincre. Enfin, du courage pour négocier la fin de la Guerre Froide.

Pour toutes ces raisons, l'on peut éprouver quelque difficulté à coller une étiquette politique au Thatcherisme. Comme on peut avoir du mal à en attribuer une à un Churchill, ou un Jean-Paul II. Thatcher : libérale ou conservatrice ? Le Premier Ministre qui créa la Poll tax (2) et créa le concept de démocratie souveraine, est-ce du libéralisme ? La « Thatcher » qui brise le paternalisme consensuel du One Nation et qui préfère la guerre contre l'Argentine à un arrangement entre « alliés », celle qui sauve l'ennemi URSS de la guerre civile, ce, est-ce du conservatisme ? Une réponse pourrait être initiée en la personne de Friedrich von Hayek, qui avait lui-même du mal à se déclarerlibéral ou bien conservateur. Il se voyait comme un « libéral classique » et vers la fin de sa vie commeun « Whig burkien ».

Edmond Burke, libéral ou conservateur ? Ni l'un ni l'autre, mais il est à l'origine des deux tendances. C.S Lewis pensait que le courage était l'expression de toutes les vertus à un point d'extrême réalisme. Aussi, ce qui différencie Burke de la révolution, c'est bien le réalisme. C'est en cela que la courageuse politique de Thatcher diffère d'un simple libéralisme ou conservatisme : quoi de plus réel que la guerre  ou sa menace ? Le génie n'est pas dans la doctrine ou la réputation, ni même dans les résultats. Le génie politique, de Burke à Thatcher, réside dans un réalisme courageux et sans concession. Soit l'affirmation constante du droit légitime comme pouvoir, la singularité et l'individualité face au déterminisme de la masse.

On comprend ici mieux pourquoi cette Thatcher, notre Margaret Thatcher, est incomprise, particulièrement en France. Au pays des droits de l'Homme et des idéaux de 1789, comment pourrait-on parler de réalisme  et de courage, quand les fonts baptismaux de cette Nation sont baignés dans l'enivrant sang de la Terreur ? Comment parler de courage, à l'échelle plus large d'un monde, un monde où l'on croit que le pacifisme est le courage, qu'un soldat mort est un pauvre idiot, où l'on confond le martyr et le meurtrier, réalité et exhibition. Par ces dénis du réel, on ne voit pas de quel courage un homme peut bien faire preuve, ni se réclamer !

Margaret Thatcher restera incomprise.

 

Jérôme L.J DiCostanzo

 

(1) Le Conservative Monday Club, groupe de pression de l'aile droite du parti conservateur britannique, fondé par Paul Bristol, Ian Greig, Cedric Gunnery et Anthony Maclaren. Dans ses statuts, le Monday Club déclare « chercher à provoquer une application dynamique des principes traditionnels  du Torysme. ».

(2) Equivalent de la capitation. Impôt forfaitaire par tête, appliqué en Grande-Bretagne à l'initiative du gouvernement de la Dame de Fer en 1990. Estimé localement, sans tenir compte des salaires réels, il fut très impopulaire parmi les familles à revenu modeste. Suite aux émeutes de mars 1990 à Trafalgar Square, baptisées poll tax riots, cette capitation fut l'une des causes de la disgrâce de Margaret Thatcher.



Toutes les réactions (1)

1. 11/01/2013 20:59 - Kurtz

KurtzM. Di Costanzo : je ne partage ni votre admiration, ni la totalité de votre analyse. Je dois cependant reconnaître que j'ai appris pas mal de chose...merci donc !

Ring 2012
Jérôme Di Costanzo par Jérôme Di Costanzo

Chroniqueur Outremonde. Correspondant à Londres.

Dernière réaction

M. Di Costanzo : je ne partage ni votre admiration, ni la totalité de votre analyse. Je dois cependant reconnaître que j'ai appris pas mal de chose...merci donc !

Kurtz11/01/2013 20:59 Kurtz
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique