Sur le RING

Sécurité routière : l'arnaque extra-large

SURLERING.COM - FRANCE - par Laurent Obertone - le 15/12/2011 - 36 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de prévention anti-baratin.



Les militants contre "la violence routière" considèrent les véhicules comme des instruments purement utilitaires. Les notions de plaisir, d'esthétisme ou de liberté ne font pas partie de leur programme. Dans leur monde, n'importe quel mollusque en voiturette doit pouvoir aller d'un point A à un point B sans courir le moindre risque de rencontrer un événement, surtout si cet événement klaxonne et roule trop vite. L'avenir du genre humain promet d'être trépidant. 

La sécurité routière n'est pas que la lubie d'un groupe d'oisifs se cherchant un étendard. Elle est un argument politique de premier plan. C'est à peu près le seul bilan sur lequel personne n'osera attaquer Sarkozy. Parce que depuis l'instauration des règles (les années 70), il n'y a jamais eu si peu de morts sur les routes françaises. Mais ce bilan l'a pourtant précédé. Souvenez-vous, lors de sa réélection soviétique en 2002, Jacques Chirac se lançait dans un programme de gouvernement ambitieux, en trois grands axes :

-Améliorer la sécurité routière.
-Lutter contre le cancer.
-Aider les handicapés.


Un programme de conseiller général. En réalité, Chirac a été habile comme un journaliste : avec force publicité, il a placé des faits incritiquables, mais somme toute secondaires, au premier plan d'une politique dite d'intérêt national. Et il savait ce qu'il faisait : avec des sommes colossales, ces objectifs étaient à sa portée, et donc son bilan n'en serait que plus facile à défendre. Retenez la leçon : si vous devenez un jour Président, annoncez que votre principal objectif est la lutte contre les déjections canines. Bilan inattaquable garanti cinq ans plus tard.

Bref historique : en 1971, la France dénombre 17 000 morts sur ses routes. Il faut dire qu'on peut alors rouler à 200km/h avec un bon gramme dans le sang, sans ceinture, sans pour autant être hors-la-loi. Après la mise en place d'une législation d'abord minimale, ce nombre baisse sensiblement et s'établit autour des 10 000. La politique Chirac ramène ce chiffre à 6 000, ce qui parait irréductible. Avec une nouvelle série de mesures (radars fixes, contrôles multipliés), Sarkozy divise ce chiffre par deux. Évidemment, la mort brutale d'un usager est un drame épouvantable pour une famille. Mais on ne meurt pas que sur les routes, loin de là. Évidemment, on peut toujours réduire le nombre de morts. Mais les chiffres sont-ils si catastrophiques ? L'insécurité routière justifie-t-elle son tapage médiatique permanent ?

Les stages de sensibilisation (le terme rééducation serait plus juste) destinés à récupérer ses points sont intéressants à ce titre : ils donnent des statistiques. Elles sont suffisamment éloquentes pour que l'on remette en question l'existence même de la politique dite de sécurité routière.  Depuis 1971, les accidents corporels et mortels ont chuté de 72%, alors que l'indice de circulation a augmenté dans le même temps d'à peu près autant. En vingt ans de conduite, la probabilité d'avoir un accident est de 1/1, mais la probabilité d'en mourir est de 0,002/1. Soit un risque sur 500. En imaginant qu'il ne s'agisse pas d'un calcul politique, effrayer les gens pour une éventualité si improbable est tout sauf rationnel et responsable.

Tenez-vous bien, en 100 ans de conduite, on aura en moyenne six accidents, et un risque sur cent d'y passer. Placez cent papiers dans une urne, l'un d'eux est votre certificat de décès en cas d'accident de la route. Pour une vie de centenaire, ça se tente non ? À titre de comparaison, le tabac représenterait dans notre urne dix certificats de décès à son nom. Le risque que vous vous suicidiez est trois fois plus important. Le risque que vous vous fassiez violer est dix fois plus important… Trouvez-vous que la politique du gouvernement contre le viol est suffisante ? Dans notre pays, un accident a lieu tous les 251 666km. Un conducteur est blessé tous les 5 698 113km. Un conducteur se tue tous les 125 833 333km. Il semble que tout ça nous laisse une certaine marge, même si vous décidez d'être dix fois plus dangereux que vos petits camarades de jeu. Les écolos vont devoir s'armer de patience : à ce rythme, il faudra trois millions de jours (8 000 ans) pour se débarrasser de tous les conducteurs. Sans compter la raréfaction des chocs frontaux vers les derniers siècles…

Oui, la politique de sécurité routière est une arme de distraction massive : elle criminalise inutilement des gens qui ne le méritent pas (pour le coup, il s'agit bien d'une très mauvaise "stigmatisation") et dépense (pour ne pas dire extorque) l'argent de ceux-ci pour construire le faux problème de la sécurité routière. Ce qui permet de culpabiliser les honnêtes gens (un peu plus, un peu moins…) et surtout d'obstruer les fréquences, de dissimuler les vrais problèmes, tout en faisant croire aux électeurs que la politique a encore un pouvoir d'action.  Mais tout ça ne fait sans doute que commencer.

Laurent Obertone



Toutes les réactions (36)

1. 15/12/2011 10:02 - JoM

JoMQuestion : mon Coyotte est encore valable ?

La Ferrai Obertone est bien de retour, je partage.

2. 15/12/2011 10:45 - Partagas

PartagasPartagé je suis...
J'entends les arguments de Mr Obertone, et bien que froids comme un morceau de tôle froissée, je les comprends et en accepte le bien fondé.
Cela dit, la plupart des accidents sont le fait de conducteurs inattentifs : à leur façon de conduire comme si la route leur appartenait et que les autres automobilistes et piétons n'étaient que des obstacles, à ce qu'ils ont picolé, aux distances de sécurité (le vrai fléau sur les routes) etc.
Alors oui toute cette com outrancière et répressive n'est qu'exploitation du pathos et de la douleur à des fins électoralistes et pécuniaires, mais il faut bien admettre que la voiture est souvent un facteur aggravant de la connerie.

3. 15/12/2011 10:54 - Antoine

AntoinePartagas+1. Au Canada, les automobilistes sont bien plus sains que dans votre petite France, bien plus civilisés. La seule excuse que je trouve à l'agressivité française au volant est l'étroitesse de vos routes. Comment faîtes vous pour rouler ?

4. 15/12/2011 13:05 - älgsson

älgssonJe ne reçois pas l'argument selon lequel la sécurité routière est une politique de la com' dont font les frais de gentils conducteurs. Une politique de la com' qui épargne des milliers de mort et des dizaines de milliers de blessés, si toutes étaient aussi portées à l'élévation de la civilité...

En revanche, je reçois pleinement l'argument selon lequel cette politique de sécurité routière comme seul bilan est un indice fiable de la faillite du politique. A force de répéter qu'il n'y a d'action politique que là où il y a le secours de la morale, nous finissons par avoir une politique faite de seule morale. Les nouveaux curés, l'expression a fait florès, vont finir par se prendre de bonnes tartes dans la gueule un peu comme leurs prédécesseurs catholiques. Les uns dévoyaient la morale, les autres la politique.

Finalement, de bonnes tartes, on le leur souhaite. Aujourd'hui, le personnel d'Eglise est parfaitement fréquentable. Même que selon une étude de je ne sais quel département de recherche de Chicago, curé et pasteur, c'est le métier qui rend les gens le plus heureux. Je vous le dis: une bonne tarte dans les urnes, c'est pour leur bien. Et surtout pour le notre.

5. 15/12/2011 14:07 - Sylvain Métafiot

Sylvain MétafiotLa voiture un objet de plaisir, d'esthétisme et de liberté ? Vous êtes abonné à "Tunning Magazine", Mr Obertone ?
Je me pose la question car vous utilisez la même rhétorique que la masse difforme de beaufs de ce beau pays pour justifier de rouler comme des gros cons à bord de leur substitut pénien à roues.

Pauvres chauffards, injustement stigmatisés par de méchants hommes politiques. Bouhouhou, c'est trop triste. Rendez-nous notre vie trépidante d'abrutis motorisés où nous pouvions pourrir l'air de nos beaux gaz d'échappement, saturer les villes de bruits assourdissants et écraser ces pédés de piétons et de cyclistes en écoutant du bon rap de gangsta. Bref, rendez-nous notre vie de nuisibles, s'il vous plait.

Bon... par ailleurs, on ne va tout de même pas blâmé Sarkozy sur son seul et unique objectif politique réussit. S'il y a bien une chose dont il peut se vanter c'est d'avoir diminuer le nombre de morts sur les routes.
Mais si pour le très droitier Ring c'est une manœuvre visant à "dissimuler les vrais problèmes" (selon un poncif gaucho-complotiste bien connu)...

Puisse cette abjecte civilisation de la bagnole crever le plus rapidement possible.

6. 15/12/2011 14:47 - René de Sévérac

René de Sévérac@ Antoine, le canadien
Il ne faudrait pas imaginer nos routes à partir des films diffusés au Canada.
@ Laurent O,
Parfaitement d'accord : d'autant que gagner quelques % de plus et d'un coût disproportionné.
Mais effectivement, il s'agit d'un combat donquichottesque !
Par ailleurs, si je comprends la lutte contre l'alcoolisme, la diminution constante du seuil au dessus duquel on ne peut plus conduire est absurde :
en Angleterre 0 % , autant dire que le calibrage de l'appareil est essentiel !

7. 15/12/2011 15:26 - Grégory

Grégory@ 5 ;

Oui, la voiture est un objet de plaisir, d'esthétisme et de liberté. Il serait temps de réaliser le monde dans lequel nous vivons, car, cela fait une éternité qu'il en est ainsi.
Lorsque je démarre ma voiture italienne, j'apprécie le bruit du moteur, et pendant que je la conduis, je ne fais pas attention aux beaufs comme vous, je l'admets...Que voulez-vous, je me mets à votre plat niveau. Je me permets du haut de mon petit mètre et quelques de porter des jugements de valeurs, bien que moi-même, je sois un gros con. C'est dire, à quel point, je le suis.
Oui, il est temps de réaliser le monde dans lequel nous vivons ; même Ferrari fabrique, aujourd'hui, des voitures propres...c'est dire, où en est la technologie.

Ring, très droitier ? Pas assez à mon gout. Ceci dit, vous comme moi, n'avons pas l'autorité nécessaire du haut de notre petite méchanceté de juger objectivement quoique ce soit, surtout, au regard de la facilité que cela implique. Mon fils de 8 ans fait exactement la même chose à longueur de journée. Vous et moi, sommes comme des gamins. Ca évite l'effort intellectuel, je le reconnais, et c'est faire preuve de faineantise d'esprit, chose, que nous cultivons depuis que nos parents nous ont mis au monde tout en en paraissant, et, plus grave encore, en en croyant le contraire.

Puisse cette civilisation de progressistes crever le plus vite possible.

8. 15/12/2011 15:37 - Grégory

Grégory@ 5 ;

Je viens à peine de vous relire, cette fois-ci, avec le recul nécessaire.

Vous êtes d'une suffisance ...
J'ai déjà observé cette suffisance, surtout chez les franco-français.

9. 15/12/2011 17:21 - Alain Frost

Alain Frost@Sylvain Métafiot
Une vie de nuisible trépidante associée à un sentiment de liberté sera toujours plus intéressante qu'une vie de curé écolo en pédalo.

10. 15/12/2011 19:11 - poussin.

poussin."sentiment de liberté"... Tout est là... sinon, je connais plus de nuisibles que de curés écolos en pédalo.

11. 16/12/2011 11:47 - Alain Frost

Alain FrostIl y en a peut-etre plus mais on les entend beaucoup moins que les curés de la verdure.
La belle pensée ultra-médiatisée des fachistes bio a bien plus d'impact sur la société (et ce n'est qu'un début) que la majorité des nuisibles ordinaires, qui eux n'ont personne pour les représenter et qui se font attaquer sur tous les fronts : cigarettes, alcool, multitude d'impots en perpétuelle augmentation (PV, radars, carburant, TVA, malus-écologiques), sans compter les futures normes écolo que vous allez nous pondre sur un maximum de produits et de biens immobiliers qui feront réviser les prix encore à la hausse.

La société est prise en otage par une minorité de curetons bouffeurs de salades et ce n'est pas acceptable !

12. 16/12/2011 14:18 - LOISEAU

LOISEAULe mieux est de faire comme l'oiseau : voler au-dessus des autoroutes.

13. 16/12/2011 15:11 - Gédéon

GédéonLes contrôles routiers à répétition sont le moyen que les services de sécurité des états démocratiques ont inventé pour quadriller leurs territoires en douceur. Une brigade de gendarmerie part à la pêche à l'automobiliste ivre, et ramène dans ses filets un trafiquant de came, un type en cavale, un mec qui a oublié qu'un juge l'a placé sous contrôle judiciaire. Les démocraties chaussent de moins gros sabots que les régimes totalitaires. Il en va bien sûr de leur réputation. Mais elles glissent quand même leurs pieds dans des sabots. Il en va de leur survie. Elles ne peuvent pas ne pas contrôler fermement leurs territoires et les individus qui s'y ébattent, surtout en cette période de grand flottement social. Les autorités braquent leur viseur en direction de la sécurité routière, mais regardent en réalité bien au-delà.

14. 17/12/2011 09:49 - nicolas

nicolas@ ALain Frost

je me souviens d'avoir lu un livre qui datait des années 70, sur la cybernétique je crois, mais je ne me souviens plus du titre, où l'auteur qualifiait la révolte des gauchistes comme une "révolte des sphincters", pour leur dire, à tous ces petits révoltés de gauche et leur refus des règles, que leur comportement ressemblait à celui d'un enfant qui refuserait de passer l'étape nécessaire de la vie en société qu'est le contrôle de son sphincter et de ses déjections. on pourra dire tout ce que l'on veut des écolos mais la posture de l'occidental blanc genre, je fume, je pollue, je bois, je roule vite avec mon 4*4, mon quad, ma moto, mon truck et autre, je consomme comme 10 pour moi tout seul et je produis une quantité phénoménale de déjets, une vraie usine à merde et j'en suis fier, on n'est plus libre dans ce putain de pays, pour le coup, ressemble vraiment à une révolte des sphincters. il semble vraiment que toutes les choses se retournent à un moment où à un autre.

15. 17/12/2011 10:22 - Ephraim666

Ephraim666Je trouve lucides les interventions de Sylvain Métafiott et de Nicolas. La voiture traditionnelle est issue d'une technologie du XIXe siècle, la terre sera trop petite pour 7 mia et plus de voitures à combustible fossile. La défense de cette petite liberté entre quatre tôles me semble procéder d'instincts assez primaires. Il y a aussi une écologie de droite.

16. 17/12/2011 13:37 - Sylvain Métafiot

Sylvain Métafiot@ Grégory,

Nonobstant le fait que vous conduisez une voiture italienne (la classe !), cette lettre d'engueulade que Jean-Luc Coudray (éditions de l'Arbre Vengeur) adresse à un conducteur de quatre-quatre, vous sied à merveille (mais d'autres se reconnaîtront également, pas de jaloux) :

"Cher Monsieur,

Mes rétroviseurs m'ont informé de la présence de votre pare-chocs anti-buffle collé contre ma voiture, me signifiant que je ne roulais pas assez vite et que mon existence entravait votre liberté.

J'ai bien compris que vous avez choisi de dépenser la valeur d'un appartement pour l'acquisition d'un bunker métallisé aux vitres sombres, synthèse entre le coffre-fort, le blindé et le robot, pour vous déplacer en ne risquant de tuer que les autres. Cet engin de protection et d'attaque, dont la vocation militaire est suggérée par la capacité tout terrain, se maquille en véhicule civil par un revêtement brillant. Ainsi, l'arrogance financière, la disproportion du luxe ont pour fonction d'intégrer la barbarie dans la civilisation. Votre char d'assaut se veut humain par l'étalage de fric, montrant qu'il s'intègre dans une économie et une mode, cherchant à légitimer la violence par la fausse moralité de l'argent, ajoutant l'insulte au danger.

Le quatre-quatre est un camion déguisé en voiture qui, en proposant les services d'un véhicule privé, pollue et massacre comme un camion. Vous avez choisi de ne considérer les autres que comme une chair à écraser, réduisant le rapport avec votre prochain à la pure confrontation physique. Vous déléguez, en outre, cette relation à une machine, évitant la vérité du contact corporel. Votre moi n'est qu'un ver solitaire isolé par une carapace. Si vous en voulez aux autres, c'est parce qu'ils étalent, sous vos yeux, leur capacité à vivre sans la protection d'un quatre-quatre.

D'ailleurs, votre anatomie de mollusque, qui n'a pour squelette que la résistance de la confusion, échappe à toute préhension de l'intelligence. Vous regarder égare. Vous écouter disperse. Une multiplicité contamine votre interlocuteur. Votre regard n'est que le relais docile de la haine. Vous mimez l'apparence humaine pour sauvegarder une respectabilité. Vous voulez dominer les autres car vous n'êtes pour vous-mêmes qu'un autrui incompréhensible, une horde haïssable, une cohue de pulsions. Pour organiser ces affects, vous faites appel à la technologie, cette technologie incarnée en ferraille. Votre bagnole surdimensionnée est votre philosophie matérialisée. Transgresser le code de la route ou effrayer les petites voitures est le plafond de votre liberté. C'est ce que vous nommez aventure et qu'illustrent vos pneus en forme de mâchoire. Vos pensées sont prévues par le tableau de bord de votre véhicule. La bêtise est une technique pour éviter les relations humaines.

En tant que con, vous n'êtes qu'un technicien de plus.
Bonne répétition."

17. 17/12/2011 18:32 - Grégory

Grégory@ 16 ;

Très bon, à mourir de rire !
Vous avez de l'humour, c'est intéressant.
Un peu jaloux et haineux l'auteur de la lettre (c'est tellement humain), mais, pleine d'humour !

18. 17/12/2011 22:55 - JYF

JYF@13: très bien vu, Gédéon.

19. 18/12/2011 19:37 - Sorel

SorelMerde, Obertone est un gros con ! Quelle déception !

20. 18/12/2011 20:07 - Béret vert

Béret vertMessieurs les littérateurs et poètes, vu que ce commentaire est le plus finement observé et qu'il n'en fait pas des tartines, je le recolle:
3. 15/12/2011 10:54 - Antoine
Au Canada, les automobilistes sont bien plus sains que dans votre petite France, bien plus civilisés. La seule excuse que je trouve à l'agressivité française au volant est l'étroitesse de vos routes. Comment faîtes vous pour rouler ?

21. 20/12/2011 11:55 - Alain Frost

Alain Frost"je fume, je pollue, je bois, je roule vite avec mon 4*4, mon quad, ma moto, mon truck et autre, je consomme comme 10 pour moi tout seul et je produis une quantité phénoménale de déjets, une vraie usine à merde et j'en suis fier"

Mais mon cher Nicolas, quand vos 4x4 cracheurs de merde rouleront électriques ou à la vapeur, quels seront vos arguments pour cautionner la limitation des libertés individuelles ?

En attendant veuillez trouver ci-joint un majeur dans votre sphincter.
Plaisir simple et primaire, mais au combien écologique.

22. 20/12/2011 14:50 - Réponse à Jean-Luc Coudray

Réponse à Jean-Luc Coudray"Dis-donc Jean-Luc, avec ta Fiat Punto complètement déglinguée et qui au passage, j'espère n'est ni une extension de ton pénis et encore moins une extension de ta femme, la prochaine fois que tu roules à 90 sur une autoroute mets-toi au moins sur la voie de droite, ca évitera d'emmerder tout le monde derrière."

François de Beauce

23. 21/12/2011 08:35 - Bobophonique

BobophoniqueJe n'ai pas d'opinion sur la sécurité routière, mais si l'exil de M. G. Dantec nous expose à recevoir des leçons de morales des Québécois, je réclame l'envoi d'un corps expéditionnaire pour le ramener nolens volens sur le sol de ses ancêtres. Il y a des limites à l'infamie que peut subir une (petite) nation à petites routes : par pitié, québécois, ne parlez plus de ce que vous ne comprenez pas, et priez dieu que tous nous veuille absoudre. En retour nous nous abstiendrons de railler votre idiome médiévalo-décadent... c'est qu'ils sont vexants, à la fin, les amerloques.

24. 21/12/2011 15:59 - Benoit H.

Benoit H.Le Parti de l’irréversible

25. 22/12/2011 18:29 - moutonmécanique

moutonmécaniquela voiture comme média de la liberté individuelle? dans les années soixante peut être, mais aujourd'hui, rien n'est plus grégaire que la voiture, que ces fleuves mécaniques qui envahissent les routes pour le travail chaque matin et pour les vacances chaque été. sommes nous vraiment conscient de la place qu'elle prend désormais dans nos vies, de notre dépendance, de notre aliénation, de l'aberration que cela représente en terme d'économie et de bon sens qu'une structure de deux tonnes pour déplacer 70 kilos de viande, de l'espace que cela occupe - les villes ne sont plus que des parkings, et les alentours des no man's land tous entiers dédiés à la circulation. regardons une carte de France et voyons comme le territoire est quadrillé dans tous les sens comme il ne subsiste plus aucun espace vide de l'asphalte et de la voiture? n'est-ce pas ici qu'est réduite notre liberté, dans l'omniprésence de cette machine et de la réalité asphaltée qu'elle nous impose, de la manière dont elle envahit le territoire?

26. 23/12/2011 10:06 - Guillaume_rc

Guillaume_rc@ Laurent Obertone
Vote article déchaîne les passions ; il suffit de voir les commentaires.

Pourtant il passe à côté d'un point essentiel.
Les politiques (enfin surtout Sarkozy) se gargarisent de leurs résultats en terme de sécurité routière mais y sont-ils vraiment pour quelque chose ?
Depuis les années 60 ce sont les constructeurs, et pas les pouvoirs publics, qui contribuent le plus à la sécurité, qu'elle soit passive (ceinture, airbags, structure des voitures...) ou active (ESP, ABS, ...). Un seul exemple : entre une R16 et une Laguna, la distance de freinage a été quasiment divisée par deux.

Dans un autre ordre d'idée, assez voisin, on a l'action en matière d'environnement. Le système du bonus/malus, par exemple, veut nous faire avaler, sans rire, qu'un véhicule diesel pollue moins qu'un véhicule essence ! Et Airparif vient de montrer que la politique des Verts à Paris avait conduit à une augmentation de la pollution.

Celà étant, je vous rejoins sur l'essentiel : parler de ces sujets permet de camoufler le fait qu'on ne traite pas la plupart des autres problèmes.

27. 23/12/2011 12:05 - Paddy

PaddySurtout que déployer autant de radars de contrôle de vitesse sur le territoire ne répond même pas à la 1ere cause de mortalité sur les routes : l'alcool.
Radars ou pas, le nombre de tués sur les routes ne cesse de diminuer depuis 1970 et ce même en ayant 10X plus de voitures (et plus puissantes) en circulation qu'il y a 40 ans.



En 13 ans de permis je n'ai soufflé dans le ballon que 2 fois.... cherchez l'erreur.

28. 23/12/2011 12:14 - Gérard

GérardLa liberté c'est de rouler en tracteur dans son champ toute la journée, sans se préoccuper de pollution ou de circulation.
Un canon de rouge à votre santé les urbains!

29. 27/12/2011 10:54 - j.

j.aller-retour en France pour les fêtes et pendant ces 1500 km les vrais dangers, ceux qui vous collent à un mètre derrière ce n'était pas les conducteurs de 4x4 mais les pilotes de guimbardes

30. 01/01/2012 18:55 - kobus van cleef

kobus van cleef@ mouton mécanique
le seul problème de la voiture c'est qu'elle est irremplaçable
réfléchissez y , sans présupposé sans parti pris
si vous voulez vivre dans une maison avec jardin et travailler en ville et élever vos nenfants à la cambrousse vous êtes obligé...de posséder une voiture
si vous voulez visiter votre mammie ou votre maman à la maison de retraite ...pareil
si vous voulez partir un peu en vacances...pareil
vous m'objecterez que les transports collectifs, l'habitat dispersé qui nous fait tant de mal , toussa toussa
et vous aurez raison
mais d'une part les transports collectifs ne concernent que les centre-villes ou la proche banlieue et d'autre part l'habitat regroupé ,collectif sinon collectiviste ne plait pas à tout le monde
et c'est peu de le dire
personne ne veut vivre dans des immeubles citadins
pour de multiples raisons
qu'on peut comprendre ou pas , hein , je ne juge pas
mais le fait est que dès que les gens ont quatre sous et des enfants , ils font construire ou rachètent un truc en zone pavillonnaire
seuls les gens un peu fortunés peuvent vivre en ville (centre) dans des surfaces acceptables
et le pire ( ou le meilleur c'est selon) c'est que les habitants du centre bénéficient des transports collectifs alors que c'est la majorité des banlieusards qui les payent

31. 22/01/2012 11:39 - Quidam

QuidamBelle rhétorique de la part de beaucoup des adeptes du libéralisme automobile, qui a tendance à me hérisser le poil, pour ne pas dire de grossièretés malvenues, que mon devoir de réserve m'interdit...
Pour commencer, laissez moi vos N° de téléphone. La prochaine fois que je serais en train de désincarcérer les 4 membres d'une famille (dont 2 enfants de moins de 5 ans), je vous appellerais pour vous dire combien ils on été heureux de rencontrer un nombriliste qui leur collait au pare-choc (non respect des distances de sécurité) dans l'optique de les doubler (non respect de la limitation de vitesse), en sortant d'un repas (taux alcoolémie à 0,9 gr), sur les flèches de rabattement (non respect de la signalisation au sol) sous prétexte qu'il est directeur commercial et qu'il avait un RDV important et qu'il a LE véhicule adapté à sa fonction...

Hors débat politique, et en méprisant vos jongleries clownesques avec les chiffres de la sécurité routière (qui représentes des êtres humains dans la réalité, celle qui évolue en dehors de vos armures à roulette), la prévention routière et, SURTOUT, la répression ont permis de sauver des VIES. Serez vous toujours aussi hypocrites le jour ou un "passionné" comme vous aura massacré l'un de vos proches pour des "notions de plaisir, d'esthétisme ou de liberté"...

Dans mon monde, je ne suis pas un mollusque en voiturette. Mais j'apprécie d'aller d'un point A à un point B sans courir le moindre risque de rencontrer un événement, surtout si cet évènement est un individualiste personnel et égoïste, qui limite ses notion de respects à son propre nombril et se donne bonne conscience en se disant, qu'après tout, il y en a d'autres comme lui sur les routes et qu'il ne peut comprendre de ne pas "prendre", lui aussi, les libertés dont il a envie.

L'avenir du genre humain promet, effectivement, d'être trépidant, surtout avec des mentalités bassement ataviques comme celles qui émergent, résurgences d'une préhistoire ou la différence avec notre époque dite civilisée, semble se limiter à celui qui aura le plus gros moteur (ou la console de jeu la plus puissante, c'est selon) en lieu et place du plus gros gourdin...

Et je ne crois pas que la famille évoquée plus haut ne soit dérangée par le tapage médiatique permanent. Eux ont survécu et apprécient très certainement d'avoir eu, non pas le choix ou la liberté, mais la chance de pouvoir continuer à suivre les médias. D'autres n'ont pas eu cette chance et j'estime que cela vaut toutes les soit disant brimades subies par les contrevenants à la civilisation.

Merci d'avoir lu ma diatribe passionnée.

32. 28/02/2012 17:45 - Django

DjangoEt allons encore plus loin, faisons un tapage médiatique permanent et mondial contre la guerre, peut-etre que ca évitera des conflits et des morts.
La pub pour sauver des vies, je crois qu'on tient qqchose.

33. 08/03/2012 14:56 - Tant va la cruche à l'eau...

Tant va la cruche à l'eau...Sauf votre honneur, une prévention anti-baratin (baratin avec un seul "r") c'est mieux.

34. 15/03/2012 21:07 - Antoine H

Antoine HLes petits coups de gueule du genre " les flots de voitures dans nos villes, hordes mécaniques, société de moutons qui vont travailler tatati tatata ", prouvent bien à quel point les anti-voitures manquent de bon sens . Ces raisonnements sont typiques du citadin de centre ville, qui s'imagine que la France n'est composée que de gens comme lui, et qui en plus est très peu embêté par les voitures si ce n'est par leur bruit. (quand il ouvre les doubles vitrages de son appartement).



J'ai 22 ans, j'habite dans une ville de province, le matin je fais 40km pour aller travailler, le soir aussi. Il n'y a pas de bus. Alors elles sont jolies les alternatives philosophiques à mon comportement grégaire, mais pas très concrètes.



Ou alors ne pas travailler, et regarder les autres y aller en s'indignant du flot de leurs véhicules. Vous trouvez que leurs voitures sont l'étalage de leurs richesses. Ils n'ont pas pu se payer un appartement en centre ville, comme vous. Quand on passe 2h par jour dans son véhicule, on apprécie que ce dernier soit confortable.



Les gens qui conduisent saouls ou à grande vitesse ne sont pas excusables. Il ne représentent cependant qu'une infime partie des conducteurs. En voulant s'attaquer à eux vous stigmatisez l'ensemble des conducteurs, qui galèrent, qui paient très cher pour leurs véhicules (une voiture pourrie, ça s'assure aussi, ça consomme..), leur entretien ou leurs permis ( pas pour étaler leur richesse, mais parce qu'ils n'ont pas le choix). 99% des gens qui conduisent le matin pour aller travailler aimeraient n'avoir que 500m a faire a pieds.



Alors oui, il y a ceux qui vont travailler (ils adorent ça, ils détestent dormir le matin), et ceux qui les regardent en faisant de la philo a la fenêtre

de leur appart ou de leur pavillon en proche banlieue. Alors oui, j'ai pas utilisé "nonobstant" ou "certes" ,(j'ai mis grégaire quand même), mais de temps en temps le bon sens prime sur les bons mots.



Une contradiction m’a sauté aux yeux : reprocher à un site « droitier » d’être libertaire. Alors que d’habitude défendre les automobilistes ,( et les fumeurs, etc ) , c’est un argumentaire de gauchiste réac a la Christophe Alévèque, non ? ( du genre qui écoute le répondeur de France Inter a 14h ). La droite a pour elle le principe de précaution et la répression en général. La gauche se l’approprie pour faire chier les non Bobo, autrement dit « les beaufs » (tous les non Parisiens), mais également les riches, qui ont des belles voitures, donc on les déteste. Ici donc se croisent tous les courants, surtout la mauvaise foi.

35. 12/11/2012 11:31 - Jesse Darvas

Jesse DarvasL'analyse statistique présentée dans cet article est intéressante, mais elle a ses limites:
- celui qui fume prend le risque du cancer. On ne peut pas dire qu'il n'est pas prévenu: c'est indiqué en gros caractères sur les paquets. Et il y a un moyen très simple d'y échapper: arrêter de fumer ou mieux encore, ne pas commencer. Alors que se passer de toute conduite routière, c'est quasiment impossible sauf pour quelques résidents de grandes villes qui n'en sortent jamais.
- le suicide est un choix individuel. Il ne vous tombe pas dessus comme un accident d'auto. Ce n'est pas un chauffard du suicide qui vous rentre dedans et vous conduit à vous suicider. Comparaison sans aucun sens, donc.
- le viol: pourquoi le comparer à un accident mortel? S'il s'agit d'un traumatisme, il faut inclure dans la comparaison tous les accidents graves. Surtout, on a un moyen simple et éprouvé de diminuer l'insécurité routière: imposer des limites strictes de vitesse, et réprimer sévèrement les chauffards qui ne sont pas pour la plupart des pervers mais plus simplement des gens qui n'ont pas suffisamment intégré un certain nombre de règles. Alors que pour le viol, c'est plus compliqué.

Enfin et surtout, l'auteur n'a pas fait la démonstration que la politique de répression des chauffards avait des effets négatifs. Une fois que vous avez intégré qu'on roule à 50 en ville et 130 sur l'autoroute, et en tenant compte de l'existence désormais fort répandue de limitateurs/régulateurs de vitesse dans les véhicules modernes, il n'y a pas de bonne excuse à dépasser ces limites. Faites l'expérience et roulez une journée entière en respectant scrupuleusement les limites: vous constaterez (1) que cela ne rend pas le voyage moins confortable (2) qu'un certain nombre d'imbéciles (dont l'auteur de l'article fait peut-être partie) prennent un malin plaisir à vous "coller" pour vous inciter à dépasser les limites dès lors qu'aucun radar n'est en vue - pratique qui débouchera à coup sûr ou presque sur un accident si vous êtes amené à freiner brusquement.

36. 04/03/2013 16:42 - ComprendsPas

ComprendsPas"En vingt ans de conduite, la probabilité d'avoir un accident est de 1/1"
ah bon? 100% ??!!
Je n'ignorais pas que la majorité des journalistes avaient des problèmes avec les chiffres, mais alors à ce point-là...

Ring 2012
Dernière réaction

Question : mon Coyotte est encore valable ? La Ferrai Obertone est bien de retour, je partage.

JoM15/12/2011 10:02 JoM
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique