Sur le RING

Ras l´front : gaz à tous les étages ?

SURLERING.COM - FRANCE - par Fabrice Trochet - le 17/12/2001 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Didier Daeninckx (asso Reflex), dans son dernier ouvrage  Le goût de la vérité, réponse à Gilles Perrault, démontre que Gilles Perrault (asso Ras l'front) est un fasciste cammouflé qui déjà en cullotes courtes avait de mauvaises fréquentations. Dissensus s'est donc permis d'analyser son cas.

La Publication par les éditions Reflex de textes réunis sous le titre "Libertaires et « ultra-gauche» contre le négationnisme" apporte d'intéressantes précisions sur l'évolution du négationnisme, la maladresse de certains, soupçonnés d' avoir été négationnistes et surtout, sur la triste dérive de quelques autres, issus de l' ultra-gauche.

En revanche, le cas du Grand inquisiteur Didier Daeninckx n'est pratiquement pas abordé, qui nous semble pourtant assez trouble. D'autant que sa politique de dénonciation alimente généreusement la polémique sur les négationnistes, qui en sont forcément les premiers bénéficiaires. On comprend mal que cet individu qui admet ne connaître l' ultra-gauche que depuis peu se laisse aller à donner des leçons de morale et de rectitude politique, dans la mesure où lui-même relève du plus plat stalinisme. Cette engeance, qui ne craint aucun ridicule, s' active à restaurer partout les pratiques policières dont elle était le défenseur zélé en des temps plus cléments (pour elle-même). Ces stals se refont même une virginité en hurlant plus fort que quiconque contre le stalinisme "historique" et se trouvent souvent les premiers à accéder aux archives soviétiques si longtemps interdites. Vitupérant le négationnisme, Daeninckx pourrait s'employer à nous éclairer sur son propre compte, puisqu'il semble toujours prêt à braquer ses projecteurs sur les origines des uns et des autres. Le politically correct version Daeninckx ressemble aux théories esthétiques d'un Jadonov.

On a tout intérêt à traiter comme il convient les Daeninckx oeil-d'après-Moscou et on est en droit de s'interroger sur la mollesse d'une certaine ultra-gauche qui n'a pas su dire qu'il s'agissait tout bêtement d'une de ces opérations de déstabilisation dont les stals sont coutumiers et dont l' efficacité est avérée (pensons à la guerre d'Espagne, exemple des plus connus). Un Guillaume leur permet d' accréditer leur opération de délation: les salopes contribuant au fond au même résultat, le dernier nommé ayant, non sans habileté, joué un rôle assez semblable, mais avec d'autres moyens, par rapport à l' ultra-gauche. Foutant le merdier, cherchant à mouiller tout le monde.

Répondre à la confusion habilement entretenue par les Daeninckx et les Guillaume, n'implique pas la création de "fronts anti-fascistes" et autres couillonnades dont les stals ont le brevet !

On nous reprochera sûrement de pratiquer l'amalgame entre stals et nazis, laissons à d'autres le détail et l'établissement d'une ligne de démarcation. S'il est malsain de plaisanter comme je le fais sur un sujet aussi sérieux que le négationnisme, il n' est pas moins douteux d' en exagérer les ramifications jusqu'à le considérer comme un surgeon naturel et plein d'avenir de l'ultra-gauche, en utilisant la méthode paranoïaque d'assimilation : les amis de tes amis sont tes amis. Autrement dit, puisqu' une minorité ou sein de ultra-gauche développa des thèses révisionnistes et négationnistes, toute l' ultra-gauche est susceptible de contracter le virus, si ce n'est déjà fait. NuI doute, oeil Daeninckx que tes éditeurs apprécieront à sa juste valeur ton art des relations publiques, tant qu'il se trouvera des organes tels que Le Monde pour te servir complaisamment de chambre d'écho. Le jour où les indics voleront, tu seras chef d' escadrille.

En dehors de ton propre cas, relativement banal et fort trivial, plus sérieuse que l' étalage de potins aurait été l'étude de ce qui a amené une fraction de l'ultra-gauche, aussi minime soit-elle, à pousser aussi loin le bouchon. Elle aurait permis de ramener au grand jour quelques phénomènes peu analysés, propres à la situation des intellectuels et dont George Orwell eut la ferme intuition.

Donc, la perspective de l' extrémisme, c'est assurément le sentiment d'impuissance qui crée le renégat et c'est dans les époques de reflux de la révolution - en Allemagne à la montée du nazisme ou en Italie à celle du fascisme, par exemple - que s'opèrent des conversions des plus spectaculaires, au nom d'une autre révolution (souvent de signe inverse) ; d' autant que le passage dans le camp opposé n'implique pas forcément l'abandon du camp prolétarien !

Pour choisir un terrain historique moins tragique, la fin des années 70 signifia pour l' ultra-gauche, en France au moins, l'entrée dans l'indifférence, l'ébullition provoquée par Mai 68 était retombée, ce qui se traduisit symboliquement par l'avènement du socialisme, la caricature la plus aboutie de l'idée de gauche.

Faute de pouvoir développer de manière plus extrême sa théorie en relation avec une pratique - plus ou moins de bâtir une théorie du reflux utilisable - l'ultra-gauche dut céder le pas à une méta-critique (dont Baudrillard est l'exemple le plus significatif, critique grimpant sur ses propres épaules et qui n'en finit plus de décrire le (son) vide absolu : cet au-delà du Tout, du spectacle, de l'économie, du politique, de la modernité, de tout ce qu'on veut). N'ayant plus affaire qu'à elle- même, elle se meut en un ciel critique en comparaison duquel le post-hégélianisme décrit par Marx, dans « La Sainte Famille » ressemble à un terrain vague. Cette critique-là appartient à l'Université et n'en sortira jamais, l'ironie c'est qu'elle puisse être considérée comme le nec plus ultra de la théorie révolutionnaire.

On conçoit que l'ultra-gauche traditionnelle, éprouvât un vif agacement, ses idées ne suscitant plus grand engouement («les thèses de l'ultra-gauche sur le capitalisme, la démocratie, le communisme et la Gemeinsweisen, rappela avec humour François-Georges Lovoquerie, rencontraient peu d'échos»), certains estimant que la place de l'IS restait à prendre, bien que tous se défendirent de le dire et parfois même de le penser!

Las de parler dans le vide et de ne plus intéresser qu' eux-mêmes, certains forcèrent le jeu du dévoilement jusqu'à se convaincre de découvrir que le mensonge le plus abouti du capital était le «mensonge juif», visant à justifier le triomphe définitif du capitalisme après la seconde guerre mondiale, les vainqueurs étant donc l'Amérique et la puissance de « l'argent juif ».

Derrière ce gratte-ciel théorique. on aperçoit le vieil et sinistre édifice de l'antisémitisme de toujours, dont David Bosc nous rappelait tout récemment l'existence, parlant de  "l'antisémitisme anarchiste, peu militant mais fortement rivé, dès ses origines". "Depuis Proudhon jusqu'aux théoriciens anarchistes qui prirent appui sur l'assimilation de « juif » à «grand Capital » (...). On parlait ainsi du « mouvement socialiste judaïsant » pour désigner les adeptes de Marx et da Lossalle". (Georges Darien ). Bosc rappelle en outre « à quel point furent proches les socialistes-antisémites, rangés derrière Drumont, et les libertaires - dont certains, comme Malato et Zévaco, rêvaient d'une coalition».

Aujourd'hui, le vieil antisémitisme se trouve doté d'une nouvelle théorie, flambante, bien que moins neuve qu'il n'y paraît, assimilant pourtant certains aspects de la modernité. A force de rechercher le scandale d' une subversion pour eux introuvable, l' ultra-gauche version Pierre Guillaume, accoucha d'un vrai scandale, celui qui rendait innacceptable l'ultra-gauche : le négationnisme fut son épate-bourgeois. Chez Pierre Guillaume et quelques ex-ultra-gauchistes le processus est logique : tant que l'on parle d' eux, on concourt a perpétuer une politique du scandale où ils ont toujours plus à gagner qu'à perdre. Leur extrémisme enfin connu leur semblera toujours préférable à leur obscur passé.

Découvrant un complot juif à la racine de tous nos maux et surtout du mensonge global de l'après- guerre, ils atteignirent à l'insupportable et telle était leur version de la dialectique qu'ils touchaient là, et enfin, à la vérité absolue puisque radicalement inacceptable et donc totalement tue. Les chambres a gaz n'avaient jamais existé, l'intoxicateur était le juif, pardon le sionisme. A force d'effets de manche et de publicité bien comprise, le clan Guillaume se retrouva sur le terrain solide, connu, de l'antisémitisme international, institutionnel et populaire, qui pouvait fort bien s'accommoder de tels enragés et même y trouver quelque profit, tant ils mettaient d'acharnement à multiplier les écrits.

La poignée de révisionnistes issue de l'ultra-gauche trouva à ses côtes le petit peuple de la droite extrémiste, pas si petit d'ailleurs quand on considère son implantation populaire, et pour des gens qui avaient généralement perdu tout contact avec qui que ce soit (en dehors de leur secte) ce devait être là un sentiment bien nouveau et très revigorant. Enfin, la critique déchaînait les passions et trouvait même un ennemi déclaré. La publicité faite à Faurisson et le déchaînement d'une gauche bien pensante réclamant censure et sanctions transforma des délires peu consistants en vérités extrêmes.

Plutôt que de se pâmer devant un tel déploiement d'idées choc et d' engager le combat sur le terrain à jamais miné des médias, il aurait mieux valu considérer de près la mutation qui s' était opérée au sein de nos sociétés, voir comment toute une partie de la clientèle de la gauche avait pu passer dans le camp opposé - non que cette gauche fût en quoi que ce soit révolutionnaire, s'il est utile de le préciser -, comprendre aussi que la diabolisation du fascisme était une réponse grossière et même une erreur.

L'ultra-gauche ne sut pas toujours appréhender le « mouvement prolétarien » c ' est-à-dire aussi le mouvement interne au prolétariat, non celui qui l'entraînait mécaniquement vers une issue révolutionnaire. Le temps n'est plus et n'est jamais aux coquetteries de fonctions : libertaires et ultra-gauchistes ont accompli tant bien que mal, leur tour de XXe siècle, ils sauront se fondre dans le mouvement général afin de devenir eux-mêmes ou disparaître.  

François B

Texte extrait du N°6 de  dissensus



Soyez le premier à réagir

Ring 2012 Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique