Sur le RING

Printanière poésie couleur femme

SURLERING.COM - CULTURISME - par Pascal Adam - le 18/03/2010 - 8 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

 

Quand une amie, en voiture l’autre jour, m’a annoncé en rigolant franchement que le thème du Printemps des Poètes de cette année était Couleur de femme ou Couleur femme (elle ne savait plus trop, et je ne puis point lui en vouloir, l’expression ne pouvant être réputée poétique que de n’avoir aucun sens précis) et que la manifestation débutait le 8 mars, date de la Journée de la Femme (qui est celle aussi, du coup, de la très justifiée blague misogyne), j’ai d’abord émis l’hypothèse improbable mais drolatique (enfin, relativement) qu’il y avait là une coquille (au sens de la typographie, pas de l’œuf) et qu’il devait être en réalité question de je ne sais quelle Coulure de femme (c’est de l’humour à la mode non point machiste mais féministe, me justifié-je illico, songeant avec nostalgie à cet ancien journal féministe intitulé Le Torchon brûle, revue menstruelle) et, bref, nous avons bien rigolé tous les deux.  

Plus tard, je me suis renseigné sur Internet. C’était bien Couleur femme. Le titre était emprunté au recueil de poèmes d’une dame nommée Guénane Cade. Le site officiel du Printemps des Poètes donne un extrait de sa poésie (sans préciser d’ailleurs si elle vient bien de ce recueil-là, mais bon) ; je ne crains pas de le recopier ici :

 

« Ouvre la fenêtre

les yeux les bras

tout est ici

ici-bàs

ici bat la poésie

d’autre monde il n’y a pas.

 

Être Poète

c’est prendre les mots

par la main

pour craindre moins

d’avancer

seul

au cœur des masques collés

sur la vie.

 

Être poète

c’est percer une fenêtre

quand le mur n’en a pas. »

 

C’est beau, hein ?

Puissant, profond, simple, pigeable illico, archi-rabâché, pétri de lieux communs. (J’ai même recopié les coquilles : « ici-bàs » ; avec les poètes on ne sait jamais.)

Il dit d’ailleurs la vérité, ce poème, quoique bien malgré lui : dans ces temps pourris de transparences diverses et d’assauts répétés contre le dernier mur en carton-pâte séparant le privé du public, il n’y plus guère partout que d’immenses baies vitrées dans lesquelles il serait parfaitement crétin d’aller percer des fenêtres. « A quoi bon des poètes par temps de fenêtres ? », comme ne disait pas Hölderlin.

Mais peu importe, cela m’a donné envie.

Oui. Pourquoi ne serais-je point poète, moi-z-aussi ?

Quitte à rajouter un e à mon prénom, afin de bénéficier des privilèges idiots qu’on accorde aux poètes femmes cette année (en contrepartie de quoi, d’ailleurs – je pense vraiment qu’il faudrait un peu se poser la question ?).

C’est vrai, quoi. Il suffit de revenir fréquemment à la ligne, en somme de tronçonner sa banale phrase en morceaux pour la tartiner tranquillement sur la page en espérant que ce douteux artifice lui donnera la profondeur dont elle manque d’évidence. Yapluka. D’autant qu’on peut dire ce qu’on veut comme on veut, et de préférence n’importe quoi n’importe comment.

(Je m’étonne toujours, à cette heure sinistre où le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle, que mes amis écologistes bon teint ne tonitruent pas davantage contre les poètes gaspilleurs de papier qui passent leur temps à foutre sur une page pleine ce qui aurait pu tenir en trois lignes franchement dispensables. Oui, ces baratineurs de long de poètes printaniers qui bousillent des forêts à la moindre renécharade que leur esprit flatule, il n’en est jamais question sur vos tracts en papier recyclé de campagne électorale, amis écologistes.)

Pourquoi s’embêter, hein ? Devenons poète à notre tour et perçons une salutaire fenêtre dans la baie vitrée (je trouve l’image moins éculée que le sempiternel enfonçage de portes ouvertes – merci Guénane Cade).

 

 

POÈME PRINTEMPS FEMME COULEUR HOP

 

J’aime vraiment très beaucoup le Printemps des Poètes

Surtout celui de cette année qui commence au jour de la Journée de la Femme

Et qui s’est fort à propos laissé contaminer jusqu’à prendre pour thème

         Couleur femme

Ce qui est d’une audace subversive citoyenne et poétique hors du commun

Et surtout très antisexiste puisque faisant montre enfin du bon sexisme

Car le bon sexisme en défendant la femme dit qu’il la faut défendre

Et pourquoi la faut-il donc défendre sinon parce qu’elle est faible

Eternellement socialement congénitalement et statistiquement faible

         Couleur femme

Oui tous ensemble défendons ces êtres inférieurs que sont les femmes

C’est ce que nous disent la bouche en chœur nos trente millions d’amis poètes

Ainsi que tous les groupuscules féministes crachant sans bien le savoir sur leur propre moderne idole

Et défendant les femmes exclusivement en tant qu’êtres très faibles

La meilleure preuve en est qu’a contrario une manifestation donnant priorité aux hommes

Eût non sans raison ressemblé à une très consternante démonstration de force

Et eût par là-même pour le dire en termes obsolètes manqué de galanterie

Voyez-vous pas amis prétendument modernes que rien du tout ne change

Et que le pire selon vous-même vous revient inchangé et dans la façon même dont vous entendez l’abattre

Et que rien en fin de compte n’aura changé en rien

Sinon cette chose peut-être que tous ces bons poètes hommes ou femmes peu me chaut

Sont tous très également nullissimes – sauf peut-être les morts pris en otages –

Au moins de se prêter – quand ils ne se vendent pas – à de telles malfaçons

         Couleur femme

Yeaaaahhh

Il y a tout au fond de cet éloge systématique et quasi obligé de la femme

Une manière particulièrement pernicieuse perverse et vicieuse de misogynie qui ne plaisante jamais de rien et se condamne elle-même

Et même culmine dans le fait de nous inventer une La Femme avec son jour à elle

Au lieu comme chacun peut le constater le plus banalement du monde qu’il y a des femmes

C’est-à-dire des tas de gens différents et qui n’ont que peu à voir entre eux

Des gens admirables courageux passionnants jusqu’aux immondes mesquins raclures

Sauf à ramener exactement tout à la seule et certes indéniable physiologie

Tenez,

Voyez je vous prie

Comme dans l’expression idiote

         Couleur femme

Le mot femme a été déparé de sa qualité de substantif

Et est devenu une forme adjectivale simplement qualificative

En position d’épithète imbécile

Voyez

Comme le mot femme en somme et pour sa plus grande gloire poétique c’est-à-dire commerciale désormais

A été dégradé

Dépouillé même de son humanité

Dépouillé de toute réalité même à laquelle renvoyer

Pour servir à qualifier une couleur

Une couleur nouvelle dont chacun devine déjà

Qu’elle n’existe même pas

Simple stratagème publicitaire et commercial

À image vaporeuse évanescente et pourquoi pas même diaphane

Destiné à vous vendre rien moins

Que

RIEN

J’aime vraiment très beaucoup dis-je le Printemps des Poètes (initiales PéPé)

(Non c’est vrai on n’a pas tant que ça l’occasion de rigoler)

Et c’est pour cela que moi aussi je vous écris ce poème sur ce même thème

Qu’on va partout pendant trois semaines vous dégueuler sans cesse

Dans les couloirs pisseux de la Révolution Autonome des Transports Poétiques

Dans les écoles publiques à futurs citoyens écolo-analphabètes reprogrammables une seule fois mais biodégradables (ouf)

Dans des théâtres publics à dogmatique libérale-libertaire à et dans des librairies modernes à beigbeders intégrés

Et que grâce à cet idiot Printemps des Poètes falots

Notre belle jeunesse qui n’a rien à foutre de rien grâce à l’éducation qu’elle a reçue

Va pouvoir égalitairement accéder à cette nationale vidange d’invendus poétiques nullissimes

         Couleur femme

Grâce à ces merveilleuses Brigades d’Intervention Poétique – marque déposée et rendant comme des machines de chantier  le beau son de BIP –

Partout répandues à travers l’école pour porter aux abrutis industriés de série

La plus neuneue des paroles poétiques possibles [et me donnant l’idée de créer des BIT

Brigades d’Interventions Théâtrales et tant pis pour le son

A moins bien sûr que je ne me décide à remplacer Brigade par Milice

(modernité pour modernité me suggère le Talion d’aujourd’hui)

BIT peuplées d’intermittents du spectral comme autant de spermatozoïdes culturels

Ayant la lourde charge d’ensemencer la jeunesse de notre détestable vieux pays

Des délices culturelles et ô combien dramatiques du théâtre contemporain à propagande intégrée

Oh oui des BIT « couleur femme » pour amener à nos chères têtes multicolores toute cette poésie dramatique des Brèves de comptoir à Jean-Marie Gourio

Grand Prix de l’Académie française du jeune théâtre en l’an 2000 ce qui prouve bien que tout n’est pas foutu pas vrai ?]

Bref revenons c’est le cas de le dire à nos moutons de tous ordres

Il faut bien croire que ces BIP iront délivrer la parole de quelques obscurs poétomanes d’aujourd’hui

Lesquels seront les bienvenus peut-être aux plus ouvertes de ces oreilles incultes

Qui n’ont jamais entendu réellement causer d’Homère de Dante de Shakespeare

De Corneille de Whitman ou de Péguy etc.

(Pour ne rien dire de La Chanson de Roland à légendaires Thermopyles occidentales intégrées)

Et n’ont d’idée s’ils en ont du poète que comme d’un fabricant de joulies miniatures inutiles

(Sonnets abolis bibelots et autres médaillons d’inanité sonore à dada)

Ce qu’il est effectivement devenu depuis

Ce Poète à majuscule qui ne court jamais après rien d’autre que sa majuscule

Et est pour elle prêt à toutes les concessions compromissions possibles

         Couleur femme

Si possible

[… ad libitum]

 

Bon.

J’arrête là. C’est trop facile. C’est embêtant à faire, à la longue, tellement c’est facile.

– Comment ça, il est mauvais, mon poème ?

Vous êtes méchants.

Vous savez que je peux vous faire un procès pour ça.

Non, pas en diffamation.

Pour violences psychologiques, tiens.



L’avenir est un plat qui se mange froid.

 

Pascal ADAM



Toutes les réactions (8)

1. 19/03/2010 18:12 - mallory

malloryComment ? Pas un seule commentaire alors que ce jeune homme s' est donné un mal fou pour écrire tout ça, le poème, les pensés, la critique, la mise en situation et tout et tout !!! Bon ben je me permet d' y coller le miens de commentaire, j' aime beaucoup le poème, si si, vraiment, accompagné d' un solo de mandoline ça le ferait encore plus. Sinon à tout ceci j' ajouterais, ben rien de nouveau, l' humanité est une Salope ( et contraindre l' Autre a rentrer dans une case, même quand il a rien a y foutre est une particularité relativement développé chez l' humain, 'c est tellement plus rassurant ), et certains s' en étonne encore, ça deviens blasant ... c' est sans doute mon sexe, faible apparemment, qui me fait voir la noirceur de l' âme humaine. Ca doit' être ça. Et pas autre chose. Qu' est ce que ça pourrait être d' autre ?

2. 21/03/2010 15:04 - Medellia

MedelliaCher Pascal,
C'est bien parce que vos propres commentaires sont fermés. Vous m'avez tout simplement fait crever de rire, ainsi que le commentaire ci-dessus dont j'espère qu'il est lui-même une parodie de commentaire.
Bien à vous, comme on dit dans la haute.

3. 22/03/2010 09:50 - Pierre Arditi Fan Club

Pierre Arditi Fan ClubC'est supairbe.

4. 14/04/2010 14:36 - Elisabeth Lepidi

Elisabeth LepidiBonjour Pascal,
Eh oui, parce que vous le valez bien !
D'abord je m'étonne moi aussi du peu de réactions suscitées par vos lignes, allez donc savoir, peut-être de la jalousie devant votre talent poétique et votre démonstration : les poètes sont tellement sensibles et fragiles. Sans doute ces poètes sont-ils, en ce moment, affairés à semer trente lignes d'un seul coup comme sur le jeu du Net Farmville (ça va plus vite les récoltes, de cette façon) leurs merveilleux vers (des lombrics, peut-être ?) sur leur page enchampteresse. Or ces vers, curieusement ou plutôt bien évidemment, auront la forme d'une roche dure, plantée comme un chou au milieu de leur champ stérile, qu'ils découperont, au hasard, à la tronçonneuse (ça va moins vite mais c'est plus soigné qu'avec de la dynamite), et le Poème se fera, éparpillée, avec ses branches et ses feuilles, sur le gazon maudit ou vert-bleu, et le vent, toujours, et l'absence, toujours, et l'aimé, ou le délaissé (on peut mettre au féminin, c'est même obligatoire sinon on est accusé de racisme ou de machisme : la preuve, cette année, c'est la femme... colorée (parce que le noir et le blanc, on le sait, ce ne sont pas des couleurs) toujours, viendront souffler leur haleine tiède (ou glauque : mutation improvisée et si à la mode) sur ces débris-haillons-enfants-de-la-patrie si chers à l'âme poétique contentée de si peu et contentant tant d'amateurs de poésie vraie et si dure à produire.
Mais, tandis que j'écris, je me demande : le printemps des poètes est-il déjà fini ? Je n'ai pas pris la peine - ô honte ! de regarder la date limite de consommation. Il ne s'agirait pas de prendre des risques et de s'intoxiquer en lisant un poème dévoré à l'heure actuelle par des bactéries.
Alors je me précipite sur le Net et je regarde.
Et vous, Pacal Adam, je salue votre verve, votre perspicace analyse, votre talent, et m'étonne, toujours, de cette carence de commentaires à votre égard et ce manque d'attention ! Car, comme L'Oréal, vous le valez bien !

5. 30/04/2010 19:24 - Myrrhman

MyrrhmanIl y a encore un siècle, la poésie était une institution en France.

Aujourd'hui, elle a disparu du champ médiatique, et l'espace qui lui est réservé dans les librairies est infime.

Reste l'excellente collection Poésie/Gallimard pour découvrir de vrais talents, à des prix abordables.

6. 14/09/2010 01:21 - marianne

marianneJe suis bouche bé

7. 18/01/2011 19:02 - voyageuse

voyageuseCher Pascal,
C'est beau
Et comme on dit dans le fan club tel père tel fils
Bien a vous
Tutut'

8. 10/03/2012 15:56 - aya22

aya22salu tous sava

Ring 2012
Dernière réaction

Comment ? Pas un seule commentaire alors que ce jeune homme s' est donné un mal fou pour écrire tout ça, le poème, les pensés, la critique, la mise en situation et tout et tout !!! Bon ben je me...

mallory19/03/2010 18:12 mallory
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique