Sur le RING

Pourquoi Israël n’attaquera pas l’Iran

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Aldo-Michel Mungo - le 14/05/2010 - 16 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

 

Par Aldo-Michel Mungo
Analyste en géostratégie,
directeur de la rédaction du magazine militaire Carnets de Vol



Une attaque d’Israël contre l’Iran est risquée, mais elle prouverait que l'État hébreu est capable de changer les rapports de force. Mais plus les dirigeants israéliens bombent le torse et claironnent leur détermination, plus une analyse approfondie démontre qu’une telle opération n’est pas réalisable.

Menacé d’être rayé de la carte par Ahmadinejad, Israël fait savoir depuis des mois qu’il se prépare activement à lancer une frappe sur les installations iraniennes. Une telle opération politiquement très dangereuse présente aussi des risques militaires importants.

En mai 2009, le CSIS (Center for Strategic and International Studies) de Washington publie une étude de deux experts en stratégie militaire.

Cette étude affirme que l’aviation israélienne passerait très probablement par une route qui, après avoir remonté les côtes du Liban et de la Syrie, longe la frontière entre la Turquie et ses voisins syriens et irakiens pour pénétrer en Iran par le Nord-Ouest. A titre optionnel, le scénario proposé indique une pénétration par le centre de la Jordanie et de l’Irak ou le contournement de la Jordanie par le Sud, au-dessus des déserts saoudiens, pour déboucher sur le Golfe Persique. Un scénario repris en chœur par l’ensemble de la presse mondiale et validé par celle-ci comme étant crédible.

Peut-on imaginer les saoudiens et les jordaniens laisser leur espace aérien violé par Israël pour bombarder d’autres musulmans ? La donne a changé depuis le raid sur Osirak. Ces pays ont maintenant des forces aériennes de défense significatives qui n’hésiteront pas à intervenir. Imaginons la situation d’un corps expéditionnaire israélien pris à parti par la redoutable chasse saoudienne ? Israël peut-il se payer le luxe politique d’une confrontation militaire avec le royaume wahhabite ?

Si le passage au-dessus de la Syrie, en collant fortement à la frontière turque, est plausible compte-tenu de la faiblesse chronique des moyens de détection syriens, l’étape irakienne l’est beaucoup moins. L’espace aérien du Nord de l’Irak est sous l’étroit contrôle de l’US Air Force, et pour l’extrême-Nord à l’aviation turque qui y mène ses opérations contre les Kurdes. Difficile d’imaginer la rencontre fortuite d’un corps expéditionnaire israélien avec son ancien allié turc et des Américains chargés de faire respecter la souveraineté irakienne.

Car c’est d’un véritable corps expéditionnaire qu’il s’agit.

Une telle expédition requiert des appareils de guerre électronique, au moins un Awacs, l’ensemble de la flotte de ravitailleurs, et ils ne sont pas nombreux, auxquels s’ajouteront les bombardiers et les chasseurs chargés de l’escorte ; le tout à pleine charge. Les militaires ont à résoudre le problème fondamental de l'éloignement des sites visés. Et ils savent qu'ils ne pourront disposer d'aucune aide de la part des Américains.

«Il faut qu’ils se frayent un passage» souligne Michael Knights du Washington Institute, qui suggère une route alternative contournant la péninsule arabique, un périple au dessus de la Mer Rouge et du Nord de l’Océan indien. Un périple imaginable pour un raid limité à une dizaine de chasseurs, mais irréaliste pour une force de plusieurs dizaines d’avions qui seront repérés tout au long de leur transit.

De plus, ces scénarios ne prennent pas en considération le besoin de secourir des équipages en détresse et ne détaillent pas la manière avec laquelle cela pourrait être fait. D’autant plus que l’opération se déroulera de nuit. Jane’s Intelligence Review suggère qu’Israël pourrait déployer un groupe naval dans la Mer d’Arabie, avec un navire marchand reconverti servant de porte-hélicoptères avec une escorte de corvettes Saar 5. Mais cela ne vaut que pour l’option du contournement par la Mer Rouge et est-ce bien crédible ? Reste qu’aucune réponse n’est apportée à la question existentielle : comment rentrer à la base après avoir largué ses munitions ? En croisant les doigts et en espérant leurrer tous les voisins comme à l’aller ? Alors que toutes les radios du monde seront déjà en train d’annoncer l’exploit ? Impensable.

Tout aussi impensable d’imaginer un deuxième raid dans la foulée du premier. Tous les objectifs doivent donc être traités en une seule mission. Une gageure.

L’un des principaux défis pour une telle frappe est la distance et la capacité à maintenir le contact avec les bases en Israël. L’Iran n’est pas dans l’arrière-cour, où des chasseurs-bombardiers peuvent atteindre le front en quelques minutes et en revenir aussi vite, mission accomplie.

Israël dispose de capacités de ravitaillement en vol très limitées, sept Boeing KC-707 et 4 Hercules KC-130H, mais ces derniers sont lents et ne se prêtent pas à cette mission au-dessus de territoires hostiles. Les Israéliens ont conscience de ce problème, raison pour laquelle ils avaient demandés à George W. Bush de leur fournir des ravitailleurs pour cette mission. En 2008, le président américain avait refusé sèchement ; les chances qu'Obama fasse le contraire sont très minces.

Les deux meilleures routes pour un raid (contourner la Mer Rouge ou longer la frontière turque) étant les plus longues, les besoins en ravitaillement n’en seraient qu’accrus. D’autant que les bombardiers devant exécuter leur mission en un seul raid, la priorité devra être donnée à l’emport maximal de charges offensives et non à l’autodéfense et aux bidons de kérosène. Le contournement de la Mer Rouge est le plus difficile à imaginer, il requiert trop de ravitaillements en vol, avec la conséquence que le raid serait réduit à la moitié de bombardiers participants par rapport à la solution de la frontière turque, la seule crédible. Seuls les F-15I Ra'am et les F-16I Sufa ont une allonge suffisante pour participer à une telle expédition. Avec leurs réservoirs CFT (Conformal Fuel Tank), ils ont un rayon d’action avec charges de 1.200 à 1.400km ; mais avant d’arriver à la frontière iranienne, ils devront parcourir plus de 1.700km. Ils seront donc déjà hors de leur rayon d’action avant même de pénétrer dans l’espace aérien ennemi. Les ravitailleurs devront donc les suivre le plus loin possible.

Pour une telle mission l’Heyl Ha'Avir doit mobiliser l’ensemble de ses F-15I Ra'am, soit 25 appareils pour autant qu’ils soient tous opérationnels le jour J ; le reste étant composé de F-16I Sufa, dont certains affectés à la protection de l’indispensable Awacs et des ravitailleurs ; d’autres seront entièrement absorbés par la mission de guerre électronique et de brouillage des détections ennemies, y compris les oreilles turques, syriennes et américaines. Pour cette dernière mission, il faudra probablement la présence d’un des trois G550 Nahshon-Shavit. Enfin, pour une mission d’une telle complexité, il faudra des appareils de commandements, certainement des F-16I Sufa biplaces également. Cela diminuera d’autant les appareils affectés aux frappes, une quarantaine au mieux. On l’aura compris, avec ses sept ravitailleurs, qui devront être pleinement opérationnels ce jour-là, Israël ne pourra jamais lancer un raid d’envergure, d’autant que les cibles sont dispersées dans un pays immense dont les frontières se trouvent pour certaines à 2.500km l’une de l’autre. L’allonge peut être améliorée par l’utilisation des KC-130H Qarnaf qui ravitailleraient le corps expéditionnaire au-dessus de la Méditerranée, juste avant la pénétration en Syrie. Une concentration d’avions que les nouveaux Awacs turcs vont immanquablement repérer ; et le jeu de la Turquie est trouble. L’US Navy et ses moyens de détection à longue distance saura immédiatement qu’une opération d’envergure est en cours. Que feront les Américains ?

Le deuxième ravitaillement devra s’effectuer au dessus de l’Irak, dès la sortie de Syrie et tout au long du trajet irakien ; sauf à imaginer que les ravitailleurs suivent en Iran, ce qui en ferait des cibles de choix pour les chasseurs iraniens, d’autant que la protection sera minimale. Les ravitailleurs devront donc effectuer durant au moins deux heures des «hippodromes» au-dessus de l’Irak, en attendant que les bombardiers reviennent de mission pour les ravitailler à nouveau pour le long retour, en empruntant le même chemin qu’à l’aller. Une étape périlleuse, d’autant que la nouvelle force aérienne irakienne est en train de récupérer 19 MiG-21 et MiG-23, remis à neuf, qui étaient stockés en Serbie. Des avions que Saddam Hussein avait mis à l’abri et qui n’avaient pu revenir pour cause d’un embargo levé depuis sa chute. Qui peut imaginer que les irakiens resteront inactifs alors que l’Iran voisin est attaqué depuis son territoire ? Quatre F-16I devront donc rester en Irak pour assurer la protection au-dessus du Kurdistan qui possède une défense anti-aérienne. Reste qu’à ce stade, on ne perçoit pas comment Israël pourrait déployer des moyens SAR (Search & Rescue), constitués d’hélicoptères de soutien, aussi loin de son territoire, dans une région sans continuité territoriale avec l’Etat hébreux. Une mission suicide pour les pilotes juifs en cas de capture. Il faudra encore retraverser le territoire syrien où, immanquablement, attendront une centaine de chasseurs alertés par l’opération; un guet-apens assuré. Et reste une question : que feront les Turcs dont on ne sait plus de qui ils sont les alliés ?

Les bombardiers en mission sur l’Iran ne pourront guère pénétrer loin dans le dispositif ennemi ; compte tenu de leur autonomie et du profil de vol, 1.000km sera le maximum de l’allonge. Dans le périmètre se trouvent néanmoins Karaj, Arak, Natanz et Ispahan ; d’autres objectifs peuvent être traités avec des missiles de croisière à longue portée (350km). Mais les objectifs à détruire devront être soigneusement choisis, afin de ne pas provoquer une catastrophe écologique et des pertes humaines massives ; sous la forme de retombées radioactives causant la mort de milliers de civils. Avec une quarantaine de bombardiers, aucun de ces sites ne sera complètement détruit ; d’autant qu’une partie des munitions devra immanquablement être réservée à la destruction des moyens de protection iraniens. En l’absence des redoutables S-300 russes jamais livrés, la défense anti-aérienne sera facilement neutralisée sur le parcours, elle est antédiluvienne et obsolète face à l’électronique israélienne. Mais les sites stratégiques sont eux fortement protégés par des systèmes mobiles TOR-M (SA-15 Gauntlet), dont l’Iran possède 29 exemplaires. Ces sites doivent être traités avec des bunker-buster, puisqu’on sait que les installations sont profondément enterrées et protégées par des murs et chapes de béton. Il faudra utiliser les GBU-27 de 900kg et les GBU-28 de 2.268kg fournies par les USA. Mais leur efficacité sera minime, à cause de leur nombre réduit et du fait que leur tir demande une précision absolue et un angle optimal. Et on imagine mal Israël utiliser des mini-nukes nucléaires pour faire exploser les galeries souterraines. Ces objectifs ne pourront donc pas être tous traités efficacement avec si peu d’appareils. Les dégâts qui seront occasionnés seront de toute façon réparables et le programme iranien ne sera retardé que de quelques années, un répit qui ne résout rien d’autant que la riposte risque d’être apocalyptique.

On le voit bien, un tel raid serait complexe, hautement risqué et rien ne garantit que la mission dans son ensemble se solde par un succès.

A la première bombe larguée, l’alerte générale sera donnée. Les Iraniens possèdent plus de 150 chasseurs de différents types en état de vol. Des avions anciens manquants de pièces de rechange. Insignifiants face à une force conséquente, ils pourraient se révéler meurtriers face à peu d’appareils n’ayant que le minimum d’autodéfense. Car de combien de missiles air-air seront dotés les avions attaquants ? Chaque missile emporté diminuera la charge offensive d’autant. Un casse-tête.

On peut raisonnablement penser que les F-15I auront quatre missiles AA et les F-16I deux AA ; mais la règle d’engagement prévoit qu’en tout état de cause 1 missile doit être conservé pour l’autodéfense sur le parcours de retour. Même avec 100% de tirs au but des Israéliens, il restera toujours suffisamment de chasseurs aux Iraniens pour entamer une poursuite jusqu’en Syrie.

Téhéran ne se contentera pas d’une course-poursuite. Une trentaine de Shahab-3 dotés de têtes chimiques sont pointés sur Israël, Ahmadinejad n’hésitera pas : ils seront tous tirés sur Israël. Avec les États-Unis, Israël a développé le missile antibalistique Arrow. Mais son efficacité est réduite face à des missiles à têtes multiples, or l’on sait depuis peu que les Iraniens ont également développé cette technologie et que leurs Shahab-3 comportent désormais 10 têtes.

Reste qu’à peine rentrés de leur raid, les pilotes israéliens devront immédiatement repartir à l’assaut. Nul doute en effet que tant le Hamas, depuis Gaza, que le Hezbollah depuis le Liban, feront tomber sur Israël les milliers de roquettes et missiles sol-sol que Téhéran leur a fournis depuis les dernières opérations de Tsahal.

Et que fera la Syrie, elle aussi équipée de missiles dotés de têtes chimiques ?

L’escalade serait fatale.

Le gouvernement israélien, s'il prenait la décision, politiquement très lourde de conséquences, d'une intervention militaire en Iran, devrait aussi assumer des risques militaires et opérationnels considérables sur son propre territoire.

Depuis sa création, Israël est coutumier des opérations-éclair inattendues, pour autant que l’État-major ait la certitude d’un succès total et de l’absence de conséquences pour la population israélienne.

On est loin du compte.

Par Aldo-Michel Mungo



Toutes les réactions (16)

1. 10/05/2010 19:40 - AvengerRedSix

AvengerRedSixIntéressant, je ne savais pas que ce coin du monde était aussi infréquentable !

2. 10/05/2010 19:56 - Natasha

NatashaIl est à présent plus facile de comprendre pourquoi Ahmadinedjad ose dire haut et fort ce qu'il "pense" du futur d'Israël.
Dommage que la communauté internationale ferme les yeux, comme toujours.

3. 10/05/2010 20:33 - babydrone

babydroneAnalyse hyper-pointue, et qui prend en compte tous les aspects, politiques comme militaires, de la situation.
Excellente initiative du Ring. Merci.

Un seul point : Israël n'a aucunement l'intention d'effectuer un raid aérien sur les installations nucléaires iraniennes.
Mamadounijab a beau bomber le torse, sa bombe il ne l'a pas encore, et Israël l'a déjà.
Comme d'habitude, l'État hébreu joue la désinformation, reprise en coeur par tous les "instituts de stratégie".
L'objectif d'Israël est d'isoler l'Iran de ses voisins arabes, et turcs.
Sans parler des Russes !
Si jamais un jour les Pasdarans veulent jouer aux cow-boys atomiques, ils seront vitrifiés. Point-barre.
Idem pour le Pakistan sunnite, au cas où un "gouvernement" de Talibans voulait un jour faire les malins.
Comptez les ogives.

4. 10/05/2010 21:38 - Mammuth

MammuthPapier un peu trop technique parfois mais terrible dans son traitement et sa vision du monde.

5. 10/05/2010 22:51 - Bardamu

Bardamu"Peut-on imaginer les saoudiens et les jordaniens laisser leur espace aérien violé par Israël pour bombarder d’autres musulmans ?"
On dit, au contraire, que les saoudiens sunnites soutiennent Israël contre l'Iran chiite. Conflit religieux mais aussi d'intérêts. Les saoudiens tiennent à rester les maîtres du proche orient. Si l'Iran venait à se doter de l'arme atomique, leur main mise sur la région en serait fragilisée. Les musulmans sont moins unis qu'on pourrait le croire...

6. 11/05/2010 17:43 - A.C

A.CLa commande des S-300 russes a été confirmé par Moscou (http://www.israel-infos.net/La-Russie-livrera-finalement-les-missiles-S-300-a-l-Iran-5449.html). Gardons l'espoir fou que la course à l'armement des belligérants les poussera vers la réflexion plutôt que l'affrontement. Ayant des espoirs fous, soyons utopistes!!

7. 12/05/2010 00:43 - Gaël

Gaël@babydrone; assez d'accord avec vous, Israel est depuis longtemps passé maitre dans l'espionnage et la manipulation des informations, l'autre nerf de la guerre.
Assez paradoxalement, l'Iran n'est "que" la face politique du conflit, la vrai guerre se déroule sur le territoire israelien( et palestinien) depuis belle lurette; pas question donc pour Amamdinedjab d'envoyer une hypothétique bombinette sur le territoire sans zigouiller au passage ses alliés du Hezbollah, pas bon pour l'image du petit père des peuples zarab-bon il pourrait, a la rigueur, les faire passer pour des martyrs-.
"Si jamais un jour les Pasdarans veulent jouer aux cow-boys atomiques, ils seront vitrifiés", je crois deviner que vous faites allusion à la réaction prévisible des Etats-Unis? Car ce n'est pas une, mais quelques dizaines d'ogives sur la gueulle qui se profileraient alors...
La question c'est: quel président americain aura le doigt sur le red button.

8. 12/05/2010 18:18 - Iowan Thoraval

Iowan ThoravalOui, très bon article.
Je crois me souvenir qu'Hillary Clinton allait dans le sens d'une riposte de ce type.
La seule façon de détruire les installations nucléaires iraniennes est hors de portée de la technologie israélienne, raison pour laquelle les Israéliens ont poussé l'administration américaine à leur livrer des F-22 Raptors.

9. 14/05/2010 19:45 - term

termje suis daccord avec beaucoup de choses mais pas tout. deja vous dites que l'aviation saoudienne aurait le temps d'agir en cas de survol israelien si c'est une attaque surprise sa m'etonnerait. aprés les mig 21 irakiens contre les f15 f16 c'est assez ridicule les mig23 la daccord sa peut un peu servir. De plus croire que obligatoirement l'Iran et la syrie réagirait directement en cas d'attaque sa me semble faux. Qui plus est avec des armes chimiques la c'est du fantasme.

10. 15/05/2010 20:31 - Hantz

HantzBrillant billet, qui fait un peu froid dans le dos cependant. Le jour où Israël sera atomisé, qu'est ce qu'on aura encore la force de dire ou de commenter ? Pour l'instant, on fait ce qu'on sait le mieux faire en France, attendre et commenter.

11. 17/05/2010 10:47 - lhddt

lhddt"Menacé d’être rayé de la carte par Ahmadinejad, .." à force dire un mensonge


http://lhddt.wordpress.com/2010/01/13/rayer-israel-dela-carte/

ça fatige

12. 17/05/2010 14:15 - Greg môk

Greg môkCela fait un bon moment que les systèmes de missiles DCA S-300 russes ont été commandé par Téhéran et le contrat de livraison avait été signé en 2007, mais la Russie n'a toujours pas confirmé la mise en vigueur de la transaction.

13. 19/05/2010 14:22 - Dinrami

DinramiArrêter de rêver les saoudien seront les premier a tirer sur l aviation israélienne elle ne peut pas faire autrement se sont des musulman bien que chiite et si israël riposte c est le monde musulman qui se lèvera pour protéger la terre sainte et les ricains regarderont sans bouger car israël n est qu un stratège a cour therme car ils leurs gâte leur relation dans le proche orient ps la vrai menace nucléaire c est israël et israël face a l iran ses du vent en2010 on est plus en 70

14. 03/01/2011 08:37 - HR

HR"Peut-on imaginer les saoudiens et les jordaniens laisser leur espace aérien violé par Israël pour bombarder d’autres musulmans ?" Par Aldo-Michel Mungo
"Arrêter de rêver les saoudien seront les premier a tirer sur l aviation israélienne elle ne peut pas faire autrement se sont des musulman bien que chiite" Dinrami

Six mois plus tard, Wikileaks aura souligné que cette vieille rengaine antisémite du "complot israélo-américain contre l'Iran", devenue un classique des blogs, n'était que révélateur du vieux fond antisémite européen, devenu antisioniste européen, en révélant que ce sont les Saoudiens qui sont les plus acharnés à détruire la dictature iranienne.

Dans le pays musulmans, il y a un concours d'antisémistisme, évidemment relayé par les antisémites occidentaux. Mais il ne faut pas oublier que le "c'est moi le plus grand opposant à Israël" n'est que la manifestation de la guerre de religion que se livrent des musulmans entre eux.

15. 03/01/2011 12:29 - yb

ybIl ne faut pas oublier que israel et les régimes sunnites sont par rapport à l'Iran des alliés Objectif, , des bases israeliennes( plus ou moins secrètes) en arabie saoudite existeraient déja

16. 04/01/2011 11:24 - HR

HR"des bases israeliennes( plus ou moins secrètes) en arabie saoudite existeraient déja " yb

Bien entendu, même après Wikileaks, on peut s'attendre à ce que les auteurs du "complot des sages de sion" adaptent rapidement une mise à jour de l'ouvrage en expliquant que les Juifs on carrément pris le contrôle de la Mecque après avoir pris le contrôle de tout l'Occident...


Ring 2012
Aldo-Michel Mungo par Aldo-Michel Mungo

Universitaire, analyste en géostratégie Directeur de la rédaction du magazine militaire Carnets de Vol.

Dernière réaction

Intéressant, je ne savais pas que ce coin du monde était aussi infréquentable !

AvengerRedSix10/05/2010 19:40 AvengerRedSix
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique