Sur le RING

Pour saluer Melville

SURLERING.COM - CULTURISME - par Raphaël Sorin - le 24/10/2010 - 1 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

La Cinémathèque française annonce un hommage au cinéaste Jean-Pierre Melville. L’occasion m’est offerte d’évoquer deux écrivains qui s’estimèrent «trahis» par lui, bien à tort puisqu’ils sont moins lus qu’ils devraient l’être, et que si l’on en reparle aujourd’hui, c’est bien grâce à Jean-Paul Belmondo et Emmanuelle Riva, à Paul Meurisse et Lino Ventura, qui intcarnèrent leurs personnages de papier.



Beatrix Beck, à l’époque du Sagittaire, me confia à quel point elle avait trouvé scandaleuse la désinvolture avec laquelle Melville «pilla» les dialogues de son roman. Mais ils sont parfaits et n’ont pas l’air, à l’écran, de sortir d’un livre. Quant à José Giovanni, un mauvais coucheur dont j’accompagnai, chez Fayard, la naissance de ses deux derniers polars, il m’affirma que Melville avait mutilé son histoire. Le remake désastreux qu’en fit Alain Corneau prouva par l’absurde que Melville avait eu raison d’être infidèle.

Fin lecteur, après avoir adapté Vercors et Cocteau, il avait su deviner dans Léon Morin, prêtre, de Beck, et Le deuxième souffle, de Giovanni, des fictions où s’incarneraient, sanglées dans une soutane ou un imper de truand, des projections de lui-même, tourmentées et héroïques.

ENTRE DE GAULLE

J’étais en train de céder à une certaine grandiloquence, en oubliant que les films de Melville que je préfère, en fait, pour leur imperfection pleine de grâce, sont Bob le flambeur et Deux hommes dans Manhattan, quand on m’a déposé un pli. Il contenait la réédition de l’essai de Charles de Gaulle, Le fil de l’épée (collection Les Mémorables, chez Perrin). Je lus aussitôt la présentation de l’ouvrage par Hervé Gaymard (le seul député avec qui j’ai pu parler de Pierre Herbart ou de Georges Henein). Il y rappelle la figure de Luc Jardie, interprétée par Meurisse dans L’Armée des ombres, un autre Melville, et un grand. Ce résistant rassemble Jean Moulin et Jean Cavaillès. «C’est, précise Gaymard, la seule scène que Melville ait rajoutée au récit de Joseph Kessel, publié à Alger en 1943… Sinon le film est d’une fidélité absolue à ce livre clair comme une épure, suggéré par de Gaulle pour faire connaître la Résistance ordinaire et héroïque.»

ET PIERRE LESOU

L’épure, jusqu’à l’anorexie du Samouraï, c’est ce que Melville cherchait aussi dans un polar publié dans la Série Noire, Le Doulos de Pierre Lesou. Cet auteur un brin mystérieux a inspiré de nombreux films, pas terribles, comme Je vous salue mafia de Raoul Lévy ou Un condé d’Yves Boisset. Il méritait mieux. Grâce à Melville qui, après Godard, réservait une magnifique fin à Belmondo, il aura une seconde chance.
Et, comme ça tombe à pic, Plon annonce la création d’une collection «Noir rétro» qui semble vouloir explorer le monde englouti du polar français.
Le 4 novembre (deuxième jour de la rétrospective Melville!) reparaît donc Le doulos, suivi le 2 décembre de Noël au chaud de G.J. Arnaud.
Je l’avais baptisé dans un entretien au Matin, en 1986, de «Balzac des fauchés». Comme Léo Malet ou André Héléna, il n’a pas volé ce retour.
Rétrospective Melville: du 3 au 22 novembre.
Pour se renseigner : tél. 0171 19 33 33. www.cinematheque.fr


BONUS
J’ai emprunté le titre de ce post à l’ouvrage de Jean Giono, Pour saluer Melville (une fausse biographie de l'auteur de Moby Dick), un modèle de lecture exaltée et exaltante. On doit le trouver chez Gallimard.
Pour les curieux, ils peuvent rechercher le livre de François Barat (chez Séguier, 1999), un long Entretien avec Jean-Pierre Melville, daté de 1970. Le cinéaste y parle de Godard, de son adaptation de L’Armée des ombres, de son projet non réalisé, d’un Arsène Lupin.

Raphaël Sorin



Toutes les réactions (1)

1. 25/10/2010 14:38 - ferdinand

ferdinandLa derniére fois que j'ai vu " Le deuxiéme souffle " l' homosexualité refoulé des personnages et à partir de là de tous ceux de sa filmographie ( en particulier les " films d'hommes " comme " Le doulos " ) m'a sauté aux yeux . Ah les regards énamourés entre Ventura et Constantin et leur trouble quand l'un pose un flingue dans la main de l'autre ( comment s'y est-il pris pour faire jouer çà à ces lascards ? ) .
Le revolver comme symbole phallique et tout le fétichisme vestimentaire qui va avec , c'est un lieu commun des films de gangsters mais chez Melville c'en serait presque parodique s'il n'y avait pas dans ses films une dimension tragique ( comme chez Sergio Leone ).

Ring 2012
Raphaël Sorin par Raphaël Sorin

Directeur littéraire des éditions Ring, critique littéraire. Ring Wall of fame.

Dernière réaction

La derniére fois que j'ai vu " Le deuxiéme souffle " l' homosexualité refoulé des personnages et à partir de là de tous ceux de sa filmographie ( en particulier les " films d'hommes " comme...

ferdinand25/10/2010 14:38 ferdinand
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique