Sur le RING

Partage de Midinette

SURLERING.COM - CULTURISME - par Pascal Adam - le 07/07/2008 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

L'Infestation a commencé.
Le 62ème Festival d'Avignon se répand sur les rues du OFF et les scènes du IN.
Le dramaturge Pascal Adam, exilé spécial, vous offre sur RING sa critique du Partage de Midi, le chef d'oeuvre de Paul Claudel, monté par des comédiens : un spectacle dévalisé de sa substance par une absence de metteur en scène.
La virtuosité aux dépens du sens.  
La parole défaite au profit de la technique.

 

Première représentation, le 4 juillet au soir, du spectacle Partage de midi dans la carrière de Boulbon. (1)
Cela m'a certes demandé de passer outre la vague dégoûtation coutumière qu'inspire l'idéologie officielle du programme (idéologie certifiée NF, norme française, en quelque sorte), et je suis venu là content, pour entendre Claudel, pensant et rêvant à cette grande pièce qu'est Partage de midi, (2)  confiant j'oserais dire par principe dans le talent des acteurs.

Et il y a tout de suite quelque chose, partant pour trois heures de spectacle, d'assez effrayant dans le fait brut de comprendre, avant même qu'un seul mot ait été prononcé, et à simplement regarder le numéro de clowns, au sens propre, donc burlesque, auxquels se livrent les personnages masculins Mesa et Amalric, que ce que l'on verra, quoi que ce soit, ne sera pas Partage de midi.

Les trois heures qui viennent seront donc livrées presque entières à l'imbécillité, à une imbécillité des plus intensives, on pourrait presque dire : quintessenciée ; à l'épuisement de toutes les façons de raconter autre chose que ce qui se dit, que ce qui est dit, à jouer partout autour des claires situations dramatiques, incontournables, fondant la pièce et permettant le déploiement de la parole claudélienne ; ces trois heures, dis-je, pour l'essentiel seront livrées à l'exhibition de la virtuosité technique des comédiens, virtuosité réelle si l'on y tient, mais que l'exhibition retourne à tout moment contre elle-même, barrant l'accès à la parole, laquelle n'est in fine engagée à rien d'autre que servir l'exhibition virtuose.
 
Et il s'agit au fond de défaire la parole.

De se saisir, même par amour, même avec amour, d'une haute parole poétique, difficile, mais moins difficile que profonde, et d'aller lui chercher son évidence pour ensuite la nier, la tordre, l'enjoliver de formes point nécessaires et la compliquer d'arabesques formelles exactement ineptes.
Il s'agit en somme, là comme ailleurs, de défaire la parole au nom de la technique, et de faire entrer la première dans la seconde pour qu'elle lui soit une province.
En ce sens, c'est toujours à l'½uvre ce même mal auto-immune et détruisant le monde au nom d'un Bien de pacotille, improvisant ses délires et autres « créations », dont ce spectacle est un symptôme banal, comme en fleurissent partout de millions d'autres.
Et c'est donc toujours la même façon moderne de mettre à terre et piétiner ce qui était en haut, insupportablement haut ; et de présenter, comme en offrande au public, sous le couvert d'une technicité bariolée, le résultat de sa déprédation terrifiante.
Car il y a dans les trois actes qui font Partage de midi une clarté de situations, et une profondeur dans leur déploiement entre ces quatre personnages cardinaux, qui devraient interdire - mais ce mot-là est il encore audible ? - de s'en écarter une seconde.

La pièce de Claudel

Se trouvent présents sur le bateau, retour d'Europe vers la Chine, Ysé, la femme, accompagnée de De Ciz, son mari plus faible qu'elle, ayant reconnu là Amalric, l'aventurier avec qui elle eut une liaison dix ans plutôt, avant donc le mariage et les enfants, et rencontrant ici Mesa, l'homme que Dieu lui-même a retoqué de la prêtrise. C'est l'acte I. Dans l'acte II, au cimetière de Hong Kong, Ysé quittera De Ciz pour Mesa, abandonnant pour lui ses enfants. Dans l'acte III, Ysé a quitté Mesa, emportant l'enfant reçu de lui, pour fuir avec Amalric dans le sud de la Chine en guerre, et avec la commune volonté d'y mourir. Mesa retouve Ysé, lui annonce la mort de De Ciz, encore officiellement son mari, lui propose le mariage. Amalric vainc physiquement Mesa, tandis qu'Ysé s'aperçoit qu'elle a laissé mourir son enfant, les amants s'enfuient, puis Mesa - est-il mort ? - s'adresse à son Créateur en commençant par l'engueuler jusqu'au moment où Ysé de nouveau lui apparaît...
Et sur le pont de bateau de ce premier acte, où, à midi dans la lumière aveuglante et sur la mer qui est « comme une vache terrassée que l'on marque au fer rouge», se partage en effet cette femme, Ysé, pour les trois hommes qui sont là, on se demande bien pourquoi les comédiens enchaînent des saloperies d'effets purement formels, tant physiques (avec des prétentions chorégraphiques indues) que vocaux (le souffle semble avoir été ôté à la parole poétique, pour être en quelque sorte, par des ruptures bien souvent inutiles, vocalisé), dans le genre de ces petits exercices techniques qu'on fait parfois effectuer aux débutants afin de les initer à ce qu'est cette chose étrange : une scène. On les verra ainsi tous quatre interrompre une scène d'un geste formel d'un ou deux bras, courir pour traverser le plateau, prendre une nouvelle pause des bras, et enchaîner comme si rien de cela n'avait eu lieu (et il eût mieux valu).

A ce moment de l'acte II où, dans le cimetière de Hong Kong, les corps d'Ysé et de Mesa commencent de s'enlacer - et l'on sait l'amour qu'avait Claudel pour la figure mallarméenne de l'Ombre double -, nos gentils comédiens, de peur sans doute de ce qu'ils nomment abusivement et à tour de bras « redondance » quand ce ne serait, ici, qu'adéquation à l'adultère en cours, se trouvent chacun d'un côté du plateau, tendant chacun dans le vide leurs bras en direction de l'autre :

« Ils s'étreignent. Ysé demeure immobile et passive. Arrêt.

MESA. - O Ysé !
YSE. - C'est moi, Mesa, me voici.
MESA. - O femme entre mes bras !
YSE. - Tu sais ce que c'est qu'une femme à présent ?
MESA. - Je te tiens, je t'ai trouvée.
YSE. - Je suis à toi,
Je ne recule pas, je te laisse faire ce que tu veux.
MESA. - O Ysé, c'est une chose défendue. »



Puis enfin, un peu plus tard, les comédiens s'approcheront l'un de l'autre, avec ces pauvres gestes stylisés, à peu près vides de signification et qui servent à notre misérable époque de danse, et que l'on dit chorégraphiques...
Et je vous passe cette autre piécette chorégraphique absurde sinon ridicule, désarrimée de tout et servant de transition entre l'acte II et le troisième, sur le très rabâché The end des Doors (Mother ?... Yes, son...). Oui, oui, apocalypse now, on a compris, merci, on a compris, mais vous feriez mieux de jouer la pièce qu'on est venu voir. 


« Il est vrai que vous n'êtes qu'une femme, mais moi je ne suis qu'un homme,
Et voici que je n'en puis plus et que je suis comme un affamé qui ne peut retenir ses larmes à la vue de la nourriture. »
Mesa, à l'acte II.

Tout cela nuit à la claire compréhension des situations, des enjeux et des personnages, à l'exception toutefois de quelques moments où, tout à coup, on se demande finalement pourquoi, les comédiens ont pris parti de donner à entendre et voir et comprendre tel morceau de la pièce au plus près de son évidence nécessaire.
Mais il faut ajouter, que, quand bien même on ferait disparaître ces scories technicistes et esthétisantes qui polluent tout son long le spectacle, les personnages et la pièce ne seraient point sauvés.
Car un problème, et de taille, demeure, entravant jusqu'à la possibilité de représenter pour nous Partage de midi.
Et il est qu'il n'y a pas d'Ysé.
Et il n'y a pas d'Ysé, cette femme, parce que, face à elle, bien souvent, il n'y a pas d'hommes. Parce que les comédiens ne parviennent pas réellement, ou pas continûment, à composer un homme (et je vous prie de croire que j'emploie à dessein le terme composer).
Et comme cette pièce ne traite de rien d'autre au fond que de cette altérité radicale et définitive, fondant toutes les autres, naturellement violente, en quoi consiste d'être un homme ou une femme, il est très rapidement clair qu'aucune issue ne s'offre à représenter la pièce de Claudel.
Certes les « garçons » ne sont pas aidés par leurs costumes designés à la coule et bariolés d'inutile, lesquels participent de cette impression sur-navrante que les personnages ont été sommairement jugés et comme a priori, puis condamnés sans recours à figurer l'antithèse de ce qu'ils eussent dû être, et que leur « exécution »  au plateau dure les trois heures immensément longues de la représentation.
De Ciz, l'homme plus faible que sa femme, et qui joue dans le spectacle l'acte II en « culottes courtes » est de bout en bout presque toujours rendu ridicule par son interprète, alors que son drame n'est pas de n'être pas viril, mais que sa virilité ne suffise point à dominer sa femme, à tel point que la mort aux avant-postes de la Chine colonisée lui doive finalement sembler préférable. Amalric, l'aventurier sûr de lui, nous est présenté comme un excentrique maniéré à la limite de l'hystérie, ce qui ne tient pas une seconde et vient incessamment contredire le texte. Quant à Mesa, le paysan retoqué par un Dieu auquel il est ici le seul à croire, il passe au plateau par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, épuisant toute possibilité d'unité dans la virtuosité technique que demande formellement de jouer toute la palette chromatique ; avec quelques bonheurs de temps en temps, ne médisons pas.

Il y a, me semble-t-il, dans cette volonté affichée de « décaler » les choses et les personnages un involontaire aveu d'impuissance ; à tel point que ce « décalage » est désormais la norme, à laquelle aucun « calage », aucune adéquation, ne vient plus jamais s'opposer.

Or, dis-je, de ce qu'aucun homme crédible ne se tienne face à elle, c'est Ysé simplement qui disparaît, devenant, pour céder aux comparaisons approximatives, ce qu'est la radiographie d'un squelette humain à une femme dont la première qualité est d'être désirable et désirée, le squelette radiographié serait-il bien celui de cette femme-là ; mais dès lors, quelle importance ?

Il y a, là aussi, je crois, dans la façon dont la représentation ne peut atteindre cette altérité radicale qu'exige la pièce de Claudel, quelque banal symptôme du mal qui ronge le monde présent.

De sorte que la question se pose : par-dessus quel abîme, quel néant faut-il passer désormais pour accéder à se représenter, et ensuite représenter, ce qui était encore, il y a une petite centaine d'années et sans doute moins, le mode de séparation qui partageait depuis toujours la condition humaine. Et, sans même envisager ici la question de l'analphabétisme galopant usiné par nos entrepreneurs en démolitions, on peut légitimement se demander quel avenir sera celui de nos chefs d'½uvre littéraires ?

Hors frais annexes, assister à une représentation de ce spectacle coûte 25 ou 20 euro, selon que l'on accède ou non au tarif réduit ; lire Partage de midi, dans un folio neuf, coûte 6,80 euro. Restez chez vous.

Pascal ADAM

1) La Carrière de Boulbon est l'un des sites traditionnels de représentation du Festival IN d'Avignon.

(2) Paul Claudel,1906.


Mise en scène : Gaël Baron, Nicolas Bouchaud, Charlotte Clamens, Valérie Dréville, Jean-François Sivadier. Avec Gaël Baron (De Ciz), Nicolas Bouchaud (Amalric), Valérie Dréville (Ysé), Jean-François Sivadier (Mesa). Collaboration à la scénographie : Christian Tirole. Travail sur le mouvement : Philippe Ducou. Costumes : Virginie Gervaise. Lumières : Jean-Jacques Beaudouin en collaboration avec Philippe Berthomé. Son : Jean-Louis Imbert. Production déléguée : Festival d'Avignon. Texte publié aux éditions Gallimard. Coproduction : Festival d'Avignon, Les Gémeaux-Sceaux Scène nationale, Italienne avec orchestre, Centre dramatique national Orléans-Loiret-Centre, La rose des vents -Scène nationale de Lille Métropole à Villeneuve d'Ascq, L'Espace Malraux Scène nationale de Chambéry et de la Savoie. Avec le soutien de la Région Île-de-France. Le Festival d'Avignon reçoit le soutien de l'Adami pour la production.



Soyez le premier à réagir

Ring 2012 Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique