Sur le RING

One Luchini Show

SURLERING.COM - CULTURISME - par Philippe Bilger - le 13/01/2011 - 4 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

J'ai rencontré "un objet artistique non identifiable", un OANI si j'ose m'exprimer ainsi. Une singularité totale et un dépassement de tous les genres.




Je suis allé voir et écouter Fabrice Luchini lisant Philippe Muray. Ce compagnonnage, déjà, à lui seul aurait mérité le déplacement. D'un côté un lecteur à la lucidité aiguisée, à la diction impeccable  et de l'autre un génie éblouissant et ravageur de l'anti-modernisme, mettant à bas avec une cruauté pénétrante les "clichés" niais et indiscutés de notre époque (Le Monde, Le Parisien, Le Figaro).

Mais il y a quelque chose de plus dans ce spectacle, quelque chose qui nous renvoie sans cesse de l'un à l'autre, comme si Muray avait confié son destin à Luchini. Luchini auquel on a parfois reproché d'en faire trop, notamment à la télévision. Mais il n'a aucune raison, dans ces circonstances où il sait qu'il est attendu pour faire du "Luchini", de ne pas exploiter son propre texte jusqu'à la corde. En revanche, il est infiniment respectueux sur scène des admirations qu'il cultive et des pensées qu'il honore grâce à un talent éclaboussant.

Pourquoi, tout de même, ce sentiment de se trouver devant un OANI ? Parce qu'auparavant, s'il s'autorisait parfois les digressions de la fantaisie et de la satire, il n'en demeurait pas moins délicieusement enfermé, par exemple  dans la prose révolutionnaire de Céline. Ses échappées étaient trop rares pour constituer à elles seules comme un nouveau spectacle, une représentation parallèle. Il était tenu et se tenait dans le registre du lecteur savourant, commentant, interprétant mais sans laisser l'être Luchini venir régulièrement troubler l'ordre apparent de son offrande au public.



Avec Philippe Muray, Fabrice Luchini a décidé de servir deux maîtres, Muray lui-même et Luchini soi-même. Non pas qu'il y ait la moindre once de désinvolture dans sa manière de présenter ce géant de la causticité profonde mais même le service attentif et déférent des belles pages de Muray laisse une place immense à Luchini qui révéle de quoi il est capable, sur tous les plans. Nous avons en face de nous, sur la scène du théâtre et sur celle que Luchini a dressée pour lui-même, un festival étourdissant qui relève de l'inédit et laisse loin derrière lui la multitude des rôles artistiques qui sont assumés, mais sur un mode fragmentaire, par les humoristes, les comiques en vogue.

Il faut dire que l'homme cultivé qu'est Luchini, défenseur farouche et convaincant de la langue française, a une superbe matière à moudre avec Philippe Muray. Le ridicule du débat pour le débat, le goût intempestif des fêtes, le culte grotesque de la jeunesse, Paris déguisé en plage au lieu des vraies plages qui pourraient accueillir ceux qui en rêvent, autant de flèches sarcastiques et terribles adressées à la modernité et à ses dérives, plus pitoyables que véritablement malfaisantes, ce qui exigerait, même pour le pire, de la réflexion.

Mais Fabrice Luchini est tout à la fois. Il ne se contente pas de broder des commentaires élogieux sur les écrits lus par lui mais à chaque seconde il révèle l'étendue d'une culture qui rassure car sans elle il serait inconcevable qu'il sache choisir avec tant de discernement les auteurs dont il se plaît à être le messager auprès de nous. Céline, Muray, La Fontaine...

Ce qui transporte le spectateur fasciné, c'est de se sentir impuissant pour définir ce qu'on lui montre et qui fuse, scintille, stimule, blesse, égratigne, se moque et émeut. Le dialogue permanent et sans démagogie avec la salle lui permet de déployer l'immense arc de dons jusqu'alors exploités sinon avec parcimonie du moins de manière parcellaire au cinéma ou au théâtre. Parce qu'il faut le voir pour le croire. Comédien, formidable "show man", comique de haute volée, contempteur drôle de l'hypocrisie politique, pourfendeur ironique et cinglant de la bêtise et de la superficialité médiatiques (ce qu'il passe à Alessandra Sublet qui plaça Muray au 19ème siècle !), observateur décapant de lui-même, clown de l'esprit et amuseur sans pareil, sans commune mesure avec ce qui gravite autour de nous et qui est trop vanté, il compose mille personnages, joue de mille facettes et abandonne au bout de deux heures des spectateurs comblés et épuisés, tant ils ne sont plus habitués à être fous d'enthousiasme devant une représentation et un homme qui ne les ravalent pas au rang de consommateurs de blagues mais les exaltent en leur prêtant curiosité et intelligence.

Prenons, pour me faire mieux comprendre, les personnalités portées aux nues dans le registre du divertissement et de la raillerie : Canteloup, Gerra, Timsit, Guillon, Didier Porte, Florence Foresti, Guy Bedos hier, etc. Fabrice Luchini les "écrase" tous et en plus il est ailleurs ! Il parcourt des chemins usités, en ouvre d'autres, dévoile les coulisses et illumine la scène. On ne peut l'accuser d'en faire trop puisque ce serait incriminer une totalité qui est précisément le propre de son génie, osons le terme.  Rien n'est à jeter. Pourvu que la célébrité comme terrifiante broyeuse de la classe et de l'allure artistiques, l'épargne et l'abandonne à sa passion de la littérature, des livres et des grands auteurs !

Je vous assure qu'il est un OANI.

Philippe Bilger



Toutes les réactions (4)

1. 14/01/2011 06:42 - Léon

LéonUn OANI au milieu du désert, hélas.

2. 14/01/2011 11:16 - paracelse

paracelseLuchini n'a pas fait que lire Nietzsche, il en est devenu la meilleure preuve vivante. C'est un personnage dionysiaque par excellence. L'enthousiasme, ce caractère d'illuminé de la vie. Cependant, il est parfois incohérent dans ses références.

3. 14/01/2011 11:43 - Marlow

MarlowD'accord avec vous, merci de "réactiver" l'enthousiasme pendant et après avoir vu et entendu Lucchini lire Philippe Muray…Pour moi c'était un dimanche d'octobre. Depuis, je me suis mise à lire Muray, dont je connaissais certains points de vue et bouts de textes, mais que je n'avais jamais vraiment lu.
Je pense que Lucchini va rester ce qu'il est, ce type si particulier, général et pointu à la fois, facile d'accès et très complexe. Je ne crois pas que ce succès lui montera trop dans le cerveau, il semble trop jubiler dans le texte, dans le fait de lire et de penser ; il a déjà passé le stade de la notoriété et de la réussite qui risque d'enfumer certaines dimensions du sens critique. Du moins, je l'espère. Pour lui, et pour nous, très heureux spectateurs.

4. 17/01/2011 14:14 - Ellroy

EllroyA écouter les deux incursions de Lucchini chez Finkielkraut (Répliques sur France Culture) pour une émission intitulée -Le rire libérateur de Philippe Muray- qui est à mon sens un des meilleurs Répliques, avec des passages savoureux entre les deux hommes; et l'autre sur Les fables de La fontaine assez beaux....

Ring 2012
Philippe Bilger par Philippe Bilger

Ancien avocat général près la cour d'appel de Paris, écrivain. Ring wall of fame.

Dernière réaction

Un OANI au milieu du désert, hélas.

Léon14/01/2011 06:42 Léon
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique