Sur le RING

"Nous les salauds qui étions du côté de Roman Polanski"

SURLERING.COM - LES PAGES ROUGES - par Pierre Cormary - le 16/07/2010 - 31 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

pages débats & opinions.



A l’instant, j’apprends que la Suisse refuse d'extrader Roman Polanski, et ce faisant, prouve son indépendance vis-à-vis des Etats-Unis, lave son honneur et sauve un homme d’une ignominie judiciaire. L’auteur du Locataire est désormais libre de ses mouvements et moi, je vais sabrer le champagne. La cause de cette libération ? Les Etats-Unis refusaient de fournir à la Suisse le document prouvant que le cinéaste avait bien purgé une peine de 42 jours sur les 90 jours requis  – soit sa « première peine », celle à laquelle il fut d’abord condamné par le juge Laurence Rittenband en 1977 et qu’il accepta sans broncher, se prêtant même à des analyses psychiatriques (qui révélèrent qu’il ne souffrait d’aucune perversion sexuelle majeure), et juste avant que ce même juge, à qui l’opinion de l’époque reprocha sans doute son improbable indulgence, ne revienne sur sa parole et décide de le condamner non plus à ces trois mois de prison que l’intéressé avait déjà commencé à purger, mais à trente ans. C’est cette volte-face d’un juge sadique en manque de gloire médiatique qui fit que Polanski, profitant d’une liberté sous caution, préféra s’évader de ce pays en lequel il avait tant cru et qui à ses yeux ne se révélait pas plus sûr que la Pologne envahie par les nazis puis annexée au bloc communiste. En refusant d’apporter la preuve que Polanski aurait donc purgé, ou non, sa peine, le tribunal californien faisait non seulement dans le vice de forme, mais surtout donnait à penser que le cinéaste avait bien effectuée celle-ci – et qu’il n’y avait donc aucune raison de l’extrader pour le rejuger. La preuve par le refus de donner la preuve, en quelque sorte. Et le meilleur atout pour les avocats du cinéaste bien décidés désormais à prouver que, contrairement à tout ce qui a été dit, Polanski n’a jamais fui la justice américaine. Polanski a fui le déni de justice que s’infligea elle-même la justice américaine, Polanski a fui une justice qui lui avait promis la liberté à sa sortie de prison et qui brusquement lui promettait la perpétuité juste avant celle-ci. On peut considérer que la justice a tout à fait le droit de changer d’avis. On peut aussi considérer que le droit est justement là pour empêcher la justice de changer d’avis à tout vat.  Personnellement, la justice impitoyable sodomisée par le droit imparable,  moi, je trouve ça plutôt salutaire.

A la justice inhumaine qui s’acharne contre le coupable mais aussi contre la victime qui a pardonné au coupable et qui a finalement plus souffert de cette justice que du coupable, on peut préférer la justice humaine, c’est-à-dire la justice qui se met au service de l’humanité plutôt que d’elle-même. La justice à tout prix qui ne veut tenir compte ni de la prescription, ni du travail de deuil (que permet la prescription), ni surtout du fait que le prévenu ait déjà été puni mais qu’on veut re-punir encore et encore, est une justice sans valeur, une justice qui se nie elle-même, et une  belle forme de sadisme. C'est ce que  je tentais d’expliquer à mon ami Montalte, l'autre jour, entre deux huîtres, à la terrasse du Suffren. Nous parlions de toute cette affaire et j'avançais l'argument de cette volte-face du juge qui indigna un certain nombre d’entre nous :

- Quand on connait l'affaire dans le détail, commençais-je, on s'aperçoit que le juge Rittenband s'est vraiment rendu coupable de vice de forme et que par conséquent...

- Et que par conséquent, quoi ? Polanski est innocent ?

- Heu oui, non... En fait...

- Vous savez ce qui fait de nous des salauds, Cormary ? Miamm slurrrp...

- Non, Montalte. Qu'est-ce qui fait de nous des salauds ?

- Eh bien, sslliiieeurp, c'est que pour nous, mniammm, le vice de forme est pire que le crime, sleurrp.

- Pas faux.

- Oui, sluurp, ce qui nous indigne dans cette affaire, c'est la sale gueule du juge, Laurence Rittenband, tronche de cake de texan puritain et impitoyable, électrocuteur en chef et qui aime ça, miiiaaam, une sorte de juge à la Durcet des Cent-Vingt journées de Sodome, qui fout dans sa robe dès qu’il prononce une sentence, ssssssuuurp…

- C'est vrai, mais...

- Pour sûr que c’est vrai, niaaaashh ! Ce devait être en plus un de ces butors d’amerloque qui pensent que si la femme de Polanski a été assassinée, schmurch, par un groupe de satanistes, c’est parce que Polanski avait fait un film sur le diable, rien de moins, chhhmuurrrsse….

- Dans ce cas, vous êtes d’accord que…

- Que le type était odieux ? Chmmmurrrph, bien sûr. Mianm. Odieux. Le genre de mec que des gens aussi raffinés que nous, scchiiarch, ne peuvent décemment supporter, srrroup. Le rustre inculte, vulgaire, flingueur sans complexe de tout ce que nous aimons dans la vie, sllluuurppppp, Mozart, sssiiiuurp, les jolies filles, chhhiiiiurp, les cinéastes amoraux, yuuuuurrpp. Aahhh, les Gilardeaux, y a que ça, chqruiiitch….

- Eh ben voilà ! Et moi, ce que je dis, c’est que…

- Ouais, ce que vous dites, chhhurm, c’est qu’un type odieux qui rend la justice, sssuuuuggg, vous fait plus horreur qu’un grand artiste qui commet un crime….Vous êtes un esthète, Cormary !

- C’est-à-dire que…

- En subséquemment, siiiiiamm, laaccchhh, miam, j’aime cet adverbe « subséquemment ». Donc, subséquemment, l'acte lui-même de Polanski qui viole une gamine après l'avoir droguée et saoulée, ça, sluuupr, passe au second, buuuuuorgh, plan. Miam.

- Pourtant, vous avez vu, comme moi, le film Roman Polanski : Wanted and desired de Marina Zenovich ? Vous avez vu que ce sale juge de merde, oui en effet, ce sale juge de merde, a manipulé tout le monde, Polanski, la fille, l'avocat, et même le procureur. Bon, ce dernier est revenu sur ses déclarations, mais globalement...

- Globalement, miam, vous trouvez que cette manipulation est plus grave que le délit, sluuuuuuurp ? Oui, vous le trouvez, c'est clair, shhhlliou. C'est vrai qu'il a manipulé tout le monde, le « djeudje », mais enfin quoi ? C’était une petite manipulation juridique de rien du tout dont la gravité était minuscule par rapport au délit reproché à Polanski, non ? C'était une manipulation au service de la bonne cause ?  Schhhuiiiop. Après tout, la morale, c'est plus important que le droit, vous ne trouvez pas ? Sllurrrrp.

- La morale, la morale...

- Oui, la morale schuuurrrp, elle nous fait chier, la morale. Elle nous fait mal, la morale, tellement elle est réelle, elle, miaamm. Et c'est pour ça qu'on se réfugie dans le droit, afin d'atténuer ce réel, et mieux, de blâmer ceux qui y sont trop sensibles, ssssuuuuuiiiiiirup, comme ce juge indéniablement antipathique et qui avait une manière plutôt perverse, mmiiiammm, de mener son enquête...

- Vous le reconnaissez !

- Je reconnais, chhiiiaaauuurp, surtout qu'on ne pardonne pas à un juge la perversité de sa sévérité alors qu'on a déjà accordé un blanc-seing à  la perversité d'un violeur. Suuurp. Miamm. Chhiarrhp. Putain, elles étaient bonnes !

- Faux ! L'accusation a renoncé au viol, il ne s'agit que de détournement de mineur !

- « L'accusation a renoncé au viol, il ne s'agit que de détournement de mineur » et gna gna gna ! Et vous le dites sans rire… Franchement, je ne vous croyais pas si comique, mon vieux, un comique qui pourrait me faire pleurer. Allons, allons ! Un type a sodomisé une adolescente, mais « l’accusation a renoncé au viol » ???

- Mais du strict point de vue du droit….

- Le droit, c’est le domaine de l’imagination, disait Giraudoux. Et dans votre cas, Cormary, c’est celui du révisionnisme ! Al Capone, aussi, n’était tombé que pour des histoires de banale fraude fiscale, car « l’accusation » de l’époque n’avait pu prouver aucun des innombrables meurtres qu’il avait commis ou fait commettre. Pourtant, le mec dégoulinait du sang qu’il avait sur les mains. Mais pas de preuve formelle, c’est vrai, à cause du droit, tiens ! Et vous à l’époque, vous auriez ramené votre fraise et vous auriez dit : « ah mais je m’excuse, l’accusation a renoncé au meurtre et monsieur Capone n’est devant vous que pour répondre des quinze dollars qu’il n’a pas déclarés au fisc » !

- Vous extrapolez… Je ne sais pas du tout si j’aurais…

- Mais si, vous auriez ! Je vous connais ! Vous êtes tellement en train de devenir le bobo germanopratin que vous vous cachiez d’être jusque là que ça en devient gênant. « A nous les avis littéraires et subversifs ! », « à nous les opinions anti-beaufs ! », « sus aux antilittéraires, aux anticinéphiles et à tous ceux qui préfèrent la vie à l’art et la justice au génie ! », « vive Frédéric Nietzsche et Frédéric Mitterrand !»

- Mais pas du tout ! Simplement, je….

- BHL et Moix vous ont contaminé, mon pauvre Cormary, je vous le dis en toute amitié.

- Tout de même, il y a …

- Même si mon amitié, elle va vous peser maintenant, je le sens. Vous allez bientôt m’effacer de votre mémoire…

- Cependant…

- Cependant quoi, monsieur du Flore et des Deux Magots ? Qu’est-ce que vous marmonnez ? Il y avait encore un vice de forme dans l’enculage de cette pauvre gamine, c’est ça ? Vous y avez pensé une seconde, au fait, à la gamine ?

- Elle lui a pardonné !

- ELLE NE LUI A PAS PARDONNE ! C’est pas possible d’entendre des imbécillités pareilles !!! Elle a juste retiré sa plainte car elle n'en pouvait plus qu'on lui rappelle cette histoire. Elle a été trop faible pour supporter ce qui pouvait vraiment lui rendre son honneur et sa vertu ! Heureusement que la loi est là pour sanctionner les coupables même quand leurs victimes leur « pardonnent » pour avoir la paix – et aussi pas mal de fric. Quatre cent mille dollars, je vous le rappelle, qui ont été versés à la pauvre chérie pour qu’elle se la ferme !!! Et encore il a régulièrement fallu rappeler Polanski à l’ordre pour qu’il lui verse la somme jusqu’au bout, lui qui vit sur des millions ! Sordide, sordide, tout ça ! Et vous aussi, vous êtes sordide !

- Mais si les deux parties sont tombées d’accord entre elles, pourquoi la justice s’acharnerait à….

- Vous êtes un gamin puéril et irresponsable ! C’est son rôle, à la justice, de s’acharner !!! Si la justice ne s’acharnait pas, il n’y aurait pas de justice, il n’y aurait plus que des pauvres sans défense et des riches capables de les acheter pour les faire taire, c’est-à-dire les tuer moralement contre un peu de leur argent de poche ! Si Samantha Geimer a été assez lâche pour pardonner à Polanski ou assez vénale pour accepter de lui quatre cent briques et avoir la conscience tranquille, sa retraite assurée, et son anus en paix, c'est son affaire et sa honte.

- Elle a peut-être retiré sa plainte car au fond elle était consentante et...

- Elle n’était pas consentante ! Vous avez lu le procès verbal de 77 ?  Elle n’était pas consentante !

- Elle n’avait surtout pas intérêt à l’être… Et on peut bien lui avoir soufflé ses réponses.

- Tordu, tordu, Cormary ! De toutes façons, une fille de treize ans n'est pas consentante même si elle le dit ! Une fille de treize ans n'a pas à donner son consentement ! Une fille de treize ans n’a pas à donner son avis tout court ! Même si la nuit avec Polanski s'était bien passée, même si elle avait été heureuse avec lui, même si elle avait eu l’orgasme de sa vie avec lui, la loi aurait dû le condamner, lui, et la fesser, elle, point barre !

- Mais il a été condamné ! Il a fait sa peine ! C’est quasi prouvé, ça aujourd’hui ! C’est pour ça qu’il n’a pas été extradé ! Non, c’est le juge de l’époque qui a changé d’avis et qui….

- Et alors, nom d’un chien, il n’avait pas raison de changer d’avis, le juge ? Deux ou trois mois de prison, ça vous paraît suffisant à vous, pour un enculeur de gamine ? PAS A MOI ! Cette volte face du juge, comme vous dites, a dû correspondre chez lui à une prise de conscience morale, oui, morale, absolument ! Vous me faites rire avec votre vice de forme ! On s’en fout du vice de forme quand on a affaire à un pédophile…

- Polanski n’est pas pédophile ! C’est vous qui commencez à me dégoûter avec vos amalgames. La pédophilie, et vous le savez très bien, c’est désirer sexuellement des enfants, soient des êtres qui ne sont pas en âge d’avoir des rapports sexuels, ce n’est pas désirer une lolita d’ailleurs même pas vierge. Je ne fais pas de Polanski un saint, loin de là. Lui-même a parlé de « crime » à propos de ce qu’il a fait. Mais on ne peut pas tout mélanger. Pédophilie, viol et détournement de mineur sont trois choses différentes sur le plan moral, juridique, psychologique et même physiologique ! Et dans le cas qui nous occupe, nous avons affaire à un détournement de mineur, soit ce qu’il y a de plus difficile à définir psychologiquement et socialement – et tant pis pour votre morale de western !

- Eh bien moi, je dis pas de pitié pour les détournements de mineurs ! Et pas de pitié non plus pour les mineurs qui se laissent détourner par plaisir ! Et vive la vraie justice qui n’en a rien à foutre des caprices et de la lâcheté des victimes ! Ha !

- « Oh ! Comme je déteste la sévérité facile de l’éthique abstraite ! ». C’est d’Oscar Wilde, eh oui..

- Ah mais vous êtes né pour défendre les suborneurs et les tarés, mon pauvre Cormary !

- Et vous pour vous faire une belle conscience à peu de frais, mon bon Montalte !

- Il y en a qui préféraient leur mère à la justice, et bien moi, je préfère ma fille au droit ! Surtout au vôtre de droit, Cormary, répugnant, amoral, dégénéré, criminophile !

- A propos de mère et de fille, où elle était la mère de Samantha ce soir-là ? Qu'est-ce que c'est que cette mère qui laisse sa fille de treize ans toute une soirée avec un homme connu pour aimer les jeunes filles, et psychologiquement instable ?

- Regardez comme vous êtes corrompu, Cormary ! Après le juge et la fille, la mère ! On charge la mère !  Haro sur la mère ! Puis ensuite sur le père, j’en suis sûr, « absent » lui aussi, et ensuite viendront les cousins, la vieille tante, la mémé, le beau-frère, les voisins ! Tout le monde responsable et coupable, sauf Polanski ! Ah, elle est belle la France de Frédéric Mitterrand !

- Vous savez que Sarkozy a dit du livre de Mitterrand qu’il était « courageux et talentueux » ?

- Vous savez que vous commencez à m’emmerder, l’avocat de mes deux ?

- Pourquoi ? Je vous empêche de lyncher quelqu’un, l’inquisiteur du dimanche ?

- Vous m’empêchez surtout de rendre justice à une gamine violée.

- Vous parlez de Samantha Geimer ?

- Vous ne faites rire que vous, là…

- Non, parce que si c’est elle, je vous rappelle que Samantha Geimer est aujourd’hui une adulte qui n’a pas l’air si traumatisée. Plutôt une mère de famille accomplie, et qui veut en finir avec cette affaire.

- Eh bien moi, je reste quoiqu’il en soit, de son côté…

- Sauf qu’elle est plutôt du mien.

- Quoi ?

- Samantha Geimer n’a cessé de dire que cette justice qui s’acharne sur Polanski lui a fait finalement plus de mal à elle que Polanski. Et qu’elle est de fait de son côté. Elle a même écrit à l’Académie des Oscars en 2003, à l’époque du Pianiste, qu’il fallait « juger l’artiste et non l’homme ». Donc, ne dites pas que vous la protégez. Depuis trente-cinq ans, elle tente de tourner la page de ce qui lui est arrivé, et des gens comme vous l’en empêchent.

- Parce que depuis trente cinq après, elle est toujours sous sédatif, c’est ça que vous n’avez pas pigé, petite tête cultureuse ! Le sédatif du fric et de la paix civile. Le sédatif de la collaboration la plus immonde entre le bourreau et sa victime. Le bourreau qui a réussi à imposer son point de vue dans l’esprit de sa victime, vous connaissez ? La manipulation totale ! Ah Polanski a bien réussi son coup, je le reconnais. Il a drogué à vie cette malheureuse fille qui aujourd’hui au lieu d’être un symbole de la lutte contre les criminels sexuels en est un de la complaisance et de la complicité ! C’est dégoûtant, c’est dégueulasse….

- Parce que pour vous Samantha Geimer aurait dû devenir un symbole ??? Parce que vous projetez tous vos fantasmes ou vos blessures sur elle et contre lui ? En gros, votre raisonnement, c’est : « mon oncle m’a violé, il n’a jamais payé, Polanski doit payer à sa place » ??? Vous êtes comme le type de Douze hommes en colère, celui qui veut que le jeune homme qu’on accuse d’avoir tué son père passe à la chaise électrique parce que lui, son fils le bat et voudrait le crever ? Polanski, c’est le bouc-émissaire de votre misère, c’est ça ?

- Polanski doit payer, c’est tout.

- Mais il a payé !

- Trois mois de prison, c’est cacahouète !

- Trois mois de prison, c’était sa condamnation !

- Il est parti avant !

- Il est parti avant parce qu’on allait faire passer sa peine de trois mois à trente ans !!!

- Et c’était mérité !

- Mais ce n’était ni légal ni juste !

- Ce n’était peut-être pas techniquement légal, mais c’était moralement juste !

- Votre morale, c’est la projection de vos problèmes et de la vengeance pure et simple ! Rien à voir avec la justice !

- La justice, dans cette affaire, n’a pas été rendue !!!

- La justice, dans cette affaire, a été rendue !!!!!

- Non !

- Si !

- Ce qui a été rendu, c’est de l’argent, pas la justice.

- La justice suisse a rendu son jugement. C’est un fait.

- Ce n’est pas l’avis de la justice américaine !

- Mais pourquoi la justice américaine vaudrait-elle plus que la justice suisse ???? Parce que vous êtes atlantiste ???

- Eh bien oui, je vais vous dire pourquoi je préfère la justice américaine, pauvre inconscient amoral que vous êtes ! Idiot utile ! Intelligence délabrée tellement typique des fins de race ! Oui, je suis pour la justice américaine parce que la justice américaine se soucie réellement de morale, oui, oui, oui, alors que nous en Europe, on s’en fout de la morale. On se déteste tellement chez nous, on passe son temps à fouler aux pieds nos anciennes valeurs, on se moque de la justice, on rigole de la vérité, on manque tellement de virilité et d’honneur qu’on en vient à faire l’apologie de fous, de criminels, sous prétexte qu’ils sont artistes ! « SOS Esthétique », c’est tout ce qui nous reste en France, des intellos, des esthètes et des défenseurs de pédophiles, et c’est navrant, et vous me donnez envie de gerber !

- Vous dites n’importe quoi, Montalte.

- Et ça vous fait sourire, salaud ?

- Je souris car je me dis que les mêmes qui se disaient pour la justice et contre Polanski doivent aujourd’hui maudire la justice qui a libéré Polanski.

- Votre « justice » est celle des puissants, des riches, des pourris, qui peuvent en effet, à coups de centaines de milliers de dollars, transformer une affaire criminelle en vice de procédure au nom d’un alinéa du code pénal.

- Le code pénal sert à ça.

- Et votre conscience, vous la mettez où ? Et les faits, vous en faites quoi ? Eux aussi, on peut les annihiler au nom d’un point-virgule juridique ? Il n’y a pas eu absorption forcée d’alcool et de drogue  peut-être ? Il n’y a pas eu sodomie sur une enfant de treize ans ? C’est peut-être elle qui a inventé tout ça pour piéger le pauvre Polanski comme dans un roman de Kafka ? Vous allez me le sortir quand, Kafka, d’ailleurs ? Le juif persécuté ? L’éternel errant ? La littérature au service des saloperies humaines, c’est ça la lecture des littérateurs de votre espèce ! Vos seuls arguments sont littéraires, mon pauvre ami, et le littéraire vous en fait oublier le pénal, le juridique et le juste !

- Vous pétez les plombs, je crois… Depuis le début, on vous dit que ce qu’il y a de choquant dans cette affaire, c’est qu’il y ait eu une décision de justice sur laquelle on est revenu. Il y a eu arrestation, jugement, condamnation, exécution de la peine (les 42 jours), mais il y a eu aussi, et c’est cela qui pose des problèmes moraux, oui, MORAUX,  à des salauds comme moi,  volonté de rejuger, de recondamner, de ré-exécuter. C’est un déni de justice de juger deux fois la même personne pour le même fait, si vous ne le savez pas, je vous l’apprends. Par ailleurs, je n’ai pas de leçon pénale à recevoir de la part de quelqu’un qui se conduit comme un  lyncheur de Fritz Lang…

- Assez avec vos films, vos livres !!! Assez avec la culture !!!!!! On parle d’une gamine de treize ans qui s’est faite violer, merde !!!!


- Mais qu’est-ce que vous voulez-vous à la fin, Montalte ? Condamner Samantha Geimer à son tour parce qu’elle n’a pas condamné Roman Polanski comme vous en auriez rêvé ? La forcer à rendre l’argent et lui foutre en plus une amende pour avoir accepté un arrangement avec lui ? La re-violer pour bien lui faire comprendre ce qui lui est arrivé il y a quarante ans et qu’elle veut oublier ?

- Un crime est un crime, Cormary. Même si la victime a pardonné, oublié, renoncé, même si Samantha Geimer s’était mariée avec Polanski et avait eu des enfants avec lui, il aurait fallu qu’il paye pour ce qu’il a fait, et qu’elle paye, elle aussi, pour ce qu’elle a oublié qu’il a fait !!! Un crime non puni est une atteinte à l’essence divine de l’homme !! Un viol d’enfant est une agression de la création toute entière ! C’est vous qui devriez dire ça, catholique d’opérette !

- Non, évidemment, si ça devient une affaire de Big Bang, je préfère cesser là notre discussion.

- Ah ça vous fait mal tout ce qui outrepasse vos petites arrangements avec le ciel, n’est-ce pas ? Tout ce qui contrarie vos petits intérêts, votre minable rhétorique, vos échappatoires de lettreux immoral et dégénéré ? Eh bien, restez dans votre art de merde, l’ami, moi, je resterai toujours  droit dans mes bottes du côté de la justice, la justice, la justice, la justice, LA JUSTICE !!!!!!!

- Une justice qui n’est pas irréprochable n'est pas juste, une justice qui viole elle-même ses décrets, n’est pas une justice. Et à la fin, oui, le vice de forme devient pire que le délit lui-même. C’est cela, la vraie justice. Ce n’est pas le ressentiment à mort, et encore moins la vengeance des tripes. 

- Eh là, vous jouissez, n’est-ce pas ? Votre innommable mauvaise foi trouve enfin sa raison d’être et c’est là votre seule façon de bander ? La mauvaise foi contre les tripes, votre trip.... ? Vous êtes un salaud, Cormary, un salaud au sens sartrien !

- Un salaud qui a pourtant la justice de son côté. Polanski a été libéré et tous vos hurlements n’y feront rien. Je crois que vous avez perdu la partie, Montalte.

- Un salaud, un salaud…

- Et Samantha Geimer, c’est une salope aussi ?

- ….

- Répondez, répondez, le grand inquisiteur qui veut toujours qu’on lui réponde !

- Samantha Geimer est une pauvre fille que l’on a en effet prostitué contre son gré et qui aujourd’hui n’a plus que sa mauvaise foi pour elle. Oui, Polanski est symboliquement devenu son proxénète à vie, et des gens de bonne volonté auraient peut-être voulu que cela ne soit pas. Mais dans notre monde  pourri par le fric et les intellos, ce sont les gens comme vous qui l’emportent.

- Mais dans ce cas-là, tout le monde est coupable à vos yeux ? Tous ceux qui ont protégé Polanski ? Etats, particuliers, connus, anonymes. Le président lui-même. Et Carla. Et tous ceux qui écoutent ses chansons… Tiens, elle n’a pas fait l’apologie de la « came », récemment ? C’était une façon d’excuser Polanski peut-être, non ?

- Cormary, écoutez-moi bien. L’argument du « tout le monde est coupable » est toujours utilisé par celui qui est vraiment coupable. « Tout le monde est coupable », ça veut dire « tout le monde, sauf moi ». Certes, il y a «  abstraitement »  une responsabilité générale, disons « onto-théologique », des crimes de ce monde, sauf que là, c’est un débat entre vous et moi….

- Oui, enfin, il y a deux minutes, on en était à l’agression du Fiat lux, et maintenant il n’y a plus que vous et moi….

- Vous, Cormary que j’aime et que je respecte, et qui se trompe tellement, vous défendez le crime, et moi que vous méprisez si sournoisement, je tente de punir le crime. Et vous, la seule chose qui vous intéresse, c’est de tourner en bourrique la méthode qui permettra de punir ce rime. Quelles que soient les complications formelles (ok, il y en a, je sais), les embrouillaminis juridiques (et qui pour l’instant sont vos seuls moyens de défense), existe, même en vous, la conscience qu’il y a une différence entre le bien et le mal. Et Polanski a fait le mal, et tout mal doit être puni, c’est ainsi que l’humanité dont vous vous gargarisiez tout à l’heure a toujours fonctionné. Le pacte social est fondé sur la justice et la justice est le lieu de la rétribution des peines et des mérites – et les peines doivent être remises à ceux qui les méritent même si celles qui ont subi un préjudice leur pardonnent pour une bonne ou une mauvaise raison. Et vous pouvez arguer n’importe quel vice de forme, n’importe quelle objection technique, n’importe quelle justification psychologique de bazar, Polanski n’a pas ASSEZ payé pour ce qu’il a fait. L’instruction s’est sans doute mal passée. Le juge a fait des erreurs. Mais on peut réparer les erreurs, et on peut revenir sur une décision de justice qu’on trouve injuste même si pour cela on va bousculer les habitudes juridiques. C’est ce que les gens de bien pensent. C’est ce que je pense.

- Un bien qui ne fait que du mal.

- La protection de l’enfance, c’est un mal ? Les prédateurs sexuels en liberté, c’est un bien ? Vous en avez encore combien de paradoxes vaseux ?

- Je vais vous dire ce que vous voulez dans le fond, Montalte. Vous voulez punir une femme qui aujourd’hui a  quarante-cinq ou cinquante ans, qui n’a jamais pu faire son deuil à cause d'une justice aveugle qui lui rappelait sans cesse cette malheureuse affaire ! Vous ne voulez voir en Samantha Geimer que l'ado paumée et sans doute vendue par sa mère d'il y a trente-cinq ans. En somme, vous l'empêchez de grandir. Vous l'enfermez ad vitam aeternam dans le « viol » de ses treize ans au nom d'une justice qui la viole encore plus.

- Vous faites dans le mélo, maintenant ?

- Et c'est ça qui est terrible : cette femme n'existe pour le monde entier que pour ça, que pour s'être faite sodomiser par un cinéaste. Tout le monde depuis quarante ans lui rappelle ce qu'elle assure, elle, avoir physiquement oublié (car en effet elle était tellement shootée qu'elle semble n'avoir rien « senti », elle a aussi dit ça). Mais vous êtes, là, féroce, avec le film, les écarquilleurs de paupière, la piqûre de rappel ! « Non, ma fille, n'oublie pas qu'on t'a enculé !!! Compte sur nous pour te remettre ça dans la tête, tous les jours, tous les jours !! »

- Vous ne me ferez pas pleurer, Cormary ! OK, ça a été dur pour la petite, mais justement, la justice est là pour faire comprendre aux victimes ce qui leur est arrivé ! La justice est là pour empêcher le déni du réel, ce qui est sans doute arrivé à Samantha. Vous savez très bien qu’il y a eu des rescapés des camps qui ont tout fait pour oublier ce qui leur était arrivé. Le rescapé d’Auschwitz qui devient révisionniste, ça existe ! La fille violée qui « pardonne » à son violeur, ça existe aussi. Eh bien non ! Il faut punir le violeur et purger la violée de son violeur, surtout si celle-ci fait dans le refoulement (refoulement bien intéressé tout de même, quatre cent mille dollars !). Vous parliez de faire son deuil. Si Polanski avait été arrêté plus tôt et emprisonné vingt ou trente ans comme il le méritait (car il a violé une fille de treize ans et je le répèterais tant qu’il faudra, je le répèterais ad nauseam pour bien vous faire entrer dans votre tête d’intello ravagé ce qui s’est passé !!!), elle l’aurait réellement fait son deuil. C’est ça, prendre vraiment la défense de cette fille, c’est pas l’enfermer dans son syndrome de Stockholm de connasse consentante, comme vous tentez odieusement de le faire. Alors, oui, je m’acharne ! Mais parce que je préfère l’acharnement de la justice plutôt que votre acharnement dans l’injustice !

- Et qu’un juge fasse volte-face par rapport à un accusé, vous trouvez ça juste, vous ? « Gamin, pour ce que t’a fait, tu seras privé de sortie trois jours », et deux jours et demi après, « ah ben, finalement, j’ai changé d’avis, c’est en pension que tu vas aller, mon bonhomme, et dès demain, et pour au moins trois ans, on va t’éduquer, nous ! » Eh ben moi, je comprends que le gamin fugue….

- Perversion totale de votre tour d’esprit ! Inversion absolue de la réalité ! Preuve de votre barbarie latente qui se cache derrière des jeux de mots et des idolâtries artistiques ! Ce n’est pas Polanski le gamin ! C’est Polanski qui viole les gamins ! Et en défendant un pareil vicieux, vous vous viciez vous-même, Cormary ! Faites attention !

- Eh bien, je préfère être vicieux plutôt que Javert et je…

- Et vous n’avez plus rien à dire, Cormary ! Absolument plus rien ! Hors vos formules littérateuses, vous n’avez d’ailleurs jamais rien eu à dire  d'adulte dans cette affaire. Sauf cet aveu que vous venez de cracher à l’instant. Oui, la vérité sort de la bouche des  vicieux. Et vous êtes un vicieux, un pervers, un gros qui doit cacher bien des secrets comme tous les gros.

- ….

- Allons, ne faites pas cette tête ! Bon, je n’aurais pas dû dire ça, je m’en excuse. Et puis, je sais que vous n’êtes pas méchant dans le fond, vous êtes juste con-con comme tous ces esthètes à la noix qui n’ont pas été moralement éduqués. Mais ce n’est pas parce que l’on a renoncé à la vérité et à la justice que l’on ne les sent pas en nous, bien cachés, quoique toujours prêts à s’allumer. C’est notre drame, à nous humains, de sentir que nous sommes toujours attirés par le vrai et le juste même quand on fait semblant d'être injuste ou qu’on est séduit par le faux. Et  bien aujourd’hui, un peu de ma lumière vous aura fait du bien, même si, je le vois dans vos yeux, vous m’en voulez à mort. Je suis votre reflet, vous savez ! Bah, dites vous que ça passera. Et si cela vous brûle un peu l’âme, eh bien, cela vous brûlera aussi un peu les graisses. Vous aurez tout bénef. Allez, courage vieux ! Et sans rancune, hein ?

 

Pierre Cormary





Toutes les réactions (31)

1. 16/07/2010 19:05 - TitOeuf

TitOeufQue la victime ait pardonné ont s'en fiche un peu, seule la Loi compte dans ces affaires.
Sous système mafieux par exemple, toutes les victimes pardonnent bel et bien, de gré ou de force (avec de l'argent et/ou des plombs) et se rétractent rapidement.
On est en Etat de Droit, en France, comme aux USA, donc les personnes poursuivies par la Loi, pour crime ou délit, Loi, qui je le rappelle, est quand même approuvé par la majorité d'entre nous, doivent se présenter comme des grands garçons qu'ils sont, devant le Tribunal compétent (même Mickael Jackson s'est présenté et s'est comporté comme un homme, lui, sans fuir son pays).
Il est bien évident, que celui qui ferait subir cela à ma fille (si j'en avais une, donc par exemple à mes nièces) ne serait même pas passible de la Loi, et ce où qu'il se trouve au monde et même avec un chéquier de 600 000 €, ou bien star de Hollywood, ou même protégé par BHL, il ne s'en sortirait pas, à plus ou moins long terme, et encore plus si la justice Française le couvre.
Je le laisserai en vie bien sûr, parce que je crois en Dieu, mais il passerait un très sale moment croyez moi, et là sans drogue, ni alcool, donc de quoi ne pas s'asseoir au moins durant un trimestre au moins.
Tout fout le camp dans ce pays.

2. 17/07/2010 05:48 - Emma

EmmaÇa va, ce n'est pas non plus un
plaidoyer pour Polanski... Votre écriture m'enchante à part ça.
La justice des hommes est passée.
D'une plage de Barcelone.
Nelly

3. 17/07/2010 08:52 - Raphaël Juldé

Raphaël JuldéUne preuve supplémentaire de la connerie de Yann Moix qui s'en était pris violemment à la Suisse dans son livre de "défense" de Polanski (qui a sûrement fait plus de mal que de bien à l'intéressé).

4. 17/07/2010 09:38 - TitOeuf

TitOeufLa justice des hommes n'est pas passée puisque Polanski reste toujours bel et bien sous le coup d'un mandat d'arrêt US.
A l'image de Maître Bilger qui dans un autre billet du Ring, s'interroge sur le bien fondé du soutien du journal Libération à la racaille du bas (suite au procès des émeutiers de Villiers le Bel), je m'interroge moi, sur celui d'autres intellectuels vis-à-vis de la racaille du haut.
Ci-dessous lien d'un débat intéressant sur le sujet :
http://www.dailymotion.com/video/xar1cl_alain-finkielkraut-et-yves-michaud_news

5. 17/07/2010 10:00 - méduse

méduseNous les corrompus !

http://www.dailymotion.com/video/xa6dc8_automobile-club_webcamundefined

6. 17/07/2010 10:18 - blue velvet

blue velvethttp://www.surlering.com/video/video.php/video/kemi-seba-et-le-centre-de-loisirs-pour-enfants-noirs-bfm-tv-
@titoeuf et kemi seba des arguments du même acabi.
@titoeuf:misérable petit procureur anonyme du net.
"Que celui qui n'a jamais péché lui jette la premiére pierre"
D'un certain Jesus Christ il me semble.
Votre production de commentaires(importante) doit correspondre a vos frustrations:profondes.

7. 17/07/2010 10:28 - TitOeuf

TitOeufMais on ne parle pas de péché Blue Velveth, on n'est pas à la messe ici que je sache, on parle de crimes et délits, ainsi que de la Justice des hommes.
Mickael Jackson, qui risquait lui aussi 30 ans, s'est bien présenté devant ses juges sans aucunement se dégonfler, il a assumé et s'est comporté comme un homme responsable.
L'autre se débine comme un lâche, après s'être comporté comme un lâche vis-à-vis d'une gamine de 13 ans qu'il a préalablement alcoolisé et drogué pour ensuite la violer, et c'est d'autant plus condamnable qu'en tant que star de Hollywood il avait toutes les facilités de séduction possible et inimaginable par rapport au commun des mortels pour ne pas verser dans ce genre de crime.
Là où il n'y a plus Justice, il y a forcément "lynchage", la nature détestant le vide en tout domaine.
C'est au choix finalement.
Je préfère la Justice.

8. 17/07/2010 12:00 - blue velvet

blue velvet@Mon pauvre ami sachez, qu'être un metteur en scéne célébre, implique que ce genre de filles sont littéralement a vos basques nuits et jours.
Ils n'ont pas bessoin de violer des filles pour en avoir.
Ils les trouvent parfois deja installées dans leurs lits lorsqu'ils sont a l'hotel!
Eh oui!
Je sais ça énerve.
Je vous laisse avec la Justice avec un J (pour jouir?)
Et je souhaite a Polanski,beaucoup de bonheur,en famille,avec femmes et enfants.
Salut."

9. 17/07/2010 12:16 - TitOeuf

TitOeufIl aura sûrement beaucoup de bonheur blue velvet.
Sauf, qu'il ne retournera pas aux USA, juste une question de courage vous me direz.
Ce territoire continental lui est interdit, tant qu'il n'aura pas retrouvé dignité et responsabilité, et ce n'est pas demain la veille selon moi.
N'oubliez jamais que si vous dépassez les 50 Kms heure en ville, vous paierez, vous, bel et bien l'amende, et ce jusqu'au dernier centime, car ils ne vous lâcheront pas, et ne tentez surtout jamais de faire à une gamine de 13 ans ce que lui a fait, et je ne vous parle même pas de ce qu'il vous arrivera et de tous les bonheurs de la détention Française y afférents, en pareil cas.
Justice à deux vitesses donc.
"Liberté, Egalité, Fraternité".........ou quand on donne raison à la racaille du bas, hélas.

10. 18/07/2010 14:35 - hiedi

hiediOk ok, en attendant un homme a mis sa bite dans le cul d' une enfant de treize ans préalablement droguée.
Il me semble que c' est là l' essentiel à retenir et a prendre en compte.
Maintenant chaqu' un est libre de voir ce qu' il souhaite.

Et juste pour ceux qui en douterait, quand ce cul a été le vôtre, vous y pensez chaque jour que Dieu fait, au réveil et au coucher, tout au long de vôtre vie, ce qui ne vous empêche pas d' être " une femme qui à l' aire très équilibrée ( ... ) ".

11. 19/07/2010 10:57 - blue velvet

blue velvet@hiedi
Yes,c'est vrai.
Regardez "Répulsion"le 3 eme film de Polanski.
Vous aurez la clé.

12. 20/07/2010 03:40 - Nono

NonoBLue Velvet doit avoir les idees un petit peu perverses.
Tenter de justifier ce genre de comportement, c'est du propre! Comme si l'argent excusait tout! Je le vois bien le Blue Velvet, sa fille de 13 ans violait par Houelbeck. Meme qu'il nous dirait "Oh, elle etait fan de ses bouquins apres tout".
Polanski a montre qu'il avait des couilles a une gamine, qu'il les montre a la face du Monde maintenant, dans un tribunal.
Sinon qu'on les lui coupe

13. 21/07/2010 10:10 - MotaOne

MotaOneMais dites-nous, Monsieur Cormary, ce qu'est un viol !? Et pourquoi veut-on punir cet acte ?! 30 ans après, cela ne change pas grand chose (le temps c'est cool)...
Et dites-nous, Montalte, de quel droit les hommes peuvent-ils remplacer Dieu et juger ? Maudite vengeance qui ne regarde personne... vos moralines aiguës.
Reprenez tous les deux vos fourchettes, balle au centre, on reprend...

Pas d'indulgence, pas même pour un "grand" cinéaste (être en prison n'a jamais empêché d'écrire des scénarios, être dépourvu de queue non plus). Pas de sentence. Oublions ce nain pourrissant, le pauvre.

14. 21/07/2010 16:11 - dissidentzinoviévien

dissidentzinoviévienL'affaire Polansky est symptomatique de notre époque à la fois putassière puritaine et populiste, où le public et certains magistrats (souvenons nous du scandale d'Outreau et de l'infâme juge Burgaud) se donnent bonne conscience en traquant le pédophile, même Frédéric Mitterrand ("un boxeur thaï de 40 ans...") a senti le vent du boulet passer, tout çà sur fond d'aigreur anti-élite (souvenons nous de l'affaire Baudis). Je comprends que les cathos tradis auditeurs de Radio Courtoisie mordent à l'hameçon, c'est cohérent avec leur weltanschauung, mais les autres...de sacrés hypocrites!

15. 22/07/2010 05:37 - Clark Gabeul

Clark Gabeulhypocrites ou pire encore; il y a tjrs des imbéciles pour croire à Rome. Et ceux-ci de nous citer le fameux autant que désuet: "du pain et des jeux"; ça date un peu, trop même. Que veut le peuple? La question serait plutôt à qui ou à quoi se soumet-il? Les mamelles du fascisme, contemporain ou bien d'hier? Fêtes et enfants.
L’'innocence. Les mains pleines.
D'Outreau on se souviendra en amont de la loi Royal et de Bayrou qui d'ailleurs mit aussi la main à la pâte, si j'ose dire, puis se montra prêt à condamner... de pédophilie soupçonné, étrangement déduite, d'une quasi fiction... pas Daniel Legrand mais Dany le rouge.

Ça commence toujours ainsi, avec le discours d'un petit robot, un flicaillon brun ou rouge brun, au choix, qui produit un soupçon, mène un procès d'intention -c'est effectivement "du propre"! Bref ça le regarde, dans les yeux-, poursuit d'un argument sorti de son chapeau mité, qu'il attribue à la pensée de son modèle, et se met à vous esquisser le portrait d'une situation fictive dans lequel celui-là se serait comporter de façon inique ou pour autre exemple que celui des Dany, Blue Velvet approuverait ce que tout autre réprouverait. L'emploi du conditionnel n'a plus de valeur dans cette maigre et vile rhétorique, les guillemets pourvoiront au funeste dessein, l'opprobre est jeté, il ne reste plus qu'à exécuter la sentence qu'autant de tribunaux et de tribuns de même acabit, le plus bas qui soit, auront été nécessaires pour déclarer… conforme aux idées reçues et à la bien-pensance la plus crasse, ou bien directement se passer du droit et châtrer le malotru. De l’insinuation à l’exécution en un tour de passe-passe.

Et lorsque le locuteur ne les a pas, les burnes, lui-même, de passer à l’acte, malgré l’écume jouisseuse qui verse de ses cris ou chuchotements révélant un plaisir manifeste, soyez certain que son désir le plus cher est d’être entendu, par un exécuteur testamentaire dont la crétinerie se fera aussi sanguinaire qu’il faudra pour satisfaire à la béante servitude générale, avide plus que vengeresse, de sacrifices et châtiments plus que de catharsis. Du pain et des jeux ? Non. De l’urine et du sang. Que l’on frissonne encore, à jamais.

16. 22/07/2010 05:38 - Clark gabeul

Clark gabeulOn surnage d’ailleurs en pleine fiction scientifique, le précrime de Philip K. Dick n’étant pas la moindre des peccadilles que serait le programme de dépistage génétique du président. Par delà la litote le comble est, sur le Ring, celui d’un lecteur éventuel de Kindred qui vote avec ferveur pour son petit Nicolas. Ce n’est pas de l’hypocrisie, c’est de la bêtise, ni plus ni moins. Et c’est sur cette bêtise, sur la bête comme sur l’imbécile, qui parfois ne font qu’un, que le fascisme, qu’il se connaisse ou s’ignore tel, l’ancien ou le nouveau, l’anti et son bis l’anti anti tout autant ou presque, méta et supra ce que l’on voudra, bâtit son empire.

17. 22/07/2010 15:11 - babydrone

babydroneEn effet, pourquoi tant de bruit pour une pauvre conne de teen-ager américaine ! alors que nous avons en face un GRAND tartiste Européen ?

viol ?

allons allons, un peu de calme, elle était consentante, puisque légement sous influence !

quant à la justice de ces nazis d'outre-Atlantique, pensez un peu : elle applique le DROIT, elle "enforce the law", ah c'est sûr on n'est pas habitué - ici - à ce type de comportement fascisants, tout le monde sait qu'en cas de pédophilie avérée, ils sont vraiment d'horribles Moralisateurs puritains.
Pire encore, en cas de viols/meurtres récidivistes, il peuventvous condamner àmort.
Vous vous rendez compte !

à MOOOOOOORT ????!!! Mon dieu, quels barbares.

vous imaginez ça vous, interdire à un cinéaste reconnu de pratiquer l'amour libre avec une mineure façon 68 ?

Heureusement, il finira par trouver l'asile politique en Seine Saint Denis.

les tournantes y sont offertes gratuitement, entout cas pour pas cher.

18. 22/07/2010 17:01 - Clark Gabeul

Clark GabeulUn autre robot. Un bébé robot. 13 états ont aboli la peine de mort: arggg! des lâches ces états!
Les erreurs judiciaires? Mais ça n'existe pas mon bon. La justice des hommes est infaillible voyons!
la peine capitale n'est pas le sujet, ni les barbares. Polans... qui? Lui-même n'est pas le sujet mais un vecteur de plus. L'affaire un symptôme. Les tournantes? Militant de mi putes mi soumises vous mélangez tout. La morale est une chose, la moralisation une autre.
En attendant les pédophiles organisés en réseaux profitent des gender studies pour calquer leur discours sur ceux des dégenrés, en Amérique du nord.
Le droit ce n'est certainement pas de rejuger -à l'aune du politiquement correct- ce qui l'a déjà été.
Il y a de cela 20 ans les procès fusaient aux US en matière de discrimination; la galanterie pouvait y devenir un fait pénal: ouvrir et tenir une porte à une dame c'était de la discrimination. Puritanisme? Même pas. Crétinerie égalitariste là bas aussi.
Si je tiens la porte du métro à une gamine, ce sera bientôt un aveu d'esprit tordu, de déviance mentale...
Quant aux pédophiles, c'est la Sûreté qui veut et vaut qu'on les enferme. Pas de problème là dessus. Votre morale à deux balles, je vous la laisse. La mienne est d'acier.
- ouh le vilain macho!
- ouais je sais, c'est ce qu'on dit et pire je ne me soigne pas. Je continuerai à tenir des portes.

19. 26/07/2010 18:05 - Vaivien lee

Vaivien leetrès bon article (un peu long ;-) mais très bon sur ce dialogue de sourd qui existe encore). Messieurs les ptits juges du net, un peu de terre à terre : savez vous qu'on peut douter que la victime ( cela n'empêche pas mon respect) ait été sodomisée, et violentée (rapports médicaux...et oui et on peut se les procurer sur le net...). Et pourquoi ne le savez vous pas : parce que vous ne faites intervenir que le témoignage de la victime à l'époque (avec ses 17 non), qui est repris par quantité "de bien pensants", ou individus se réjouissant fortement de graveleux, avec beaucoups la dedans de vrais pédophiles en puissance ou avérés. Et pourquoi vous n'avez qu'un son de cloche : parce que à l'époque il y 'a eu, après témoignage au grand jury, accord entre les parties, (procureur, avocats des deux parties, et juge Rittenbad) courant aux EU : tu cèdes la dessus, je te donne ça ..La famille de la victime d'ailleurs voulait elle aussi clore l'affaire, ayant obtenu sa part, et protéger la jeune fille. Choquant, mais c'est ainsi. Le témoignage de la victime (13 ans révolu , faut il le rappeler) n'est en aucun cas gage de vérité, validé par la justice, après confrontation des parties. C'est un témoignage tout ce qu'il y'a de plus fragile. Le juge Rittenbad a ensuite fait volte face, cassant les accords en cours, puis a été démis de l'affaire... Messieurs les ptits juges renseignez vous avant de juger si pas possible, si incapacité de votre part à faire une enquête et bien abstenez vous. C'est pas la peine de ressortir le coup du "ah elle se fait violer et en plus on l'accuse de mentir". "ah elle est victime et maintenant elle est coupable". "ah un accord, n'est pas jugement par la société" . C'est pas ça qu'il faut dire, mais se rendre intelligent en doutant...Trente ans après, ben si ça change : qui peut prouver quoi à qui, sur quel autel, comment et quel temps cela va t'il prendre, combien ça va couter aux contribuables (risible mais à prendre en compte aussi) ??? Cela profitera sans doute aux pédophiles libidineux du coin à la lecture des articles de journeaux. Seuls les deux protagonistes savent ce qu'il s'est passé, foutez leur la paix ! Laissez les TOURNER LA PAGE puisqu'ils le VEULENT.

20. 28/07/2010 00:14 - Bernardo

Bernardo
Cormary recopie sur son blog sa chronique sur L'Homme qui arrêta d'écrire initialement publiée sur Le Ring. Avec en prime de nouvelles inepties à la fin.

Résumé :
Cormary invente de toutes pièces des arguments qui lui auraient été opposés afin de se donner le beau rôle en y répondant. Il y met même des guillemets pour faire plus réel.
Cormary fait semblant de ne pas comprendre que les lecteurs de Nabe ne lui reprochent pas de ne pas avoir vu la transposition de La Divine comédie dans L'Homme qui arrêta d'écrire mais de s'être permis de les prendre de haut dans sa critique alors qu'il fut incapable de voir cette transposition.
Cormary mène l'enquête pour savoir qui de Christine Angot, Stéphane Zagdanski, Juan Asensio ou Yann Moix aurait menacé de porter plainte contre le site. Nous attendons avec intérêt ses conclusions.
Cormary veut faire croire qu'on ne traite un enculé d'enculé que quand on est en manque d'arguments.
Cormary veut faire croire qu'il lui a été reproché de s'inspirer du Bon Pialat de Nabe pour écrire sa chronique alors qu'il n'a été question que lui signifier qu'on avait été capable de le repérer avant qu'il ne nous le révèle.
Cormary a eu 49 jours pour lire La Divine comédie entre celui où il a publié ses dernières conneries sur son blog et celui où Kersan a acquiescé à sa requête de fermer les commentaires sur Le Ring . Et il veut toujours nous faire croire qu'il l'avait lue avant d'écrire sa chronique, sans même se rendre compte que son manque total d'intuition n'en serait que plus criant si ça avait été réellement le cas.
Malgré tout, Cormary est toujours aussi infoutu de voir à qui correspondent Stace dans L'Homme qui arrêta d'écrire et Delons dans La Divine comédie.
Cormary ne s'imagine des questions qui ne lui ont jamais été posées que pour se cacher à lui-même son incapacité à répondre à celles qui le lui furent.
Cormary omet de dire qu'il a été invité à la table ronde du 29 mai 2010 à laquelle il aurait pu prendre connaissance du travail qui fut effectué sur L'Homme qui arrêta d'écrire et qu'il n'y est pas venu. Ce qui, sous prétexte qu'aucun texte de fond n'a encore été révélé lui permet de prétendre qu'aucun travail n'a été fait par les lecteurs de Nabe.
Cormary fait semblant de ne pas voir que si aucun texte de fond sur la transposition de La Divine comédie dans L'Homme qui arrêta d'écrire n'a pour l'instant été divulgué sur ce site, c'est à la fois pour qu'il ne puisse pas le piller et pour lui laisser une chance (ainsi qu'à ses semblables) d'en produire un. S'il avait été capable de le faire, nous aurions été les premiers.
Parmi tous les prénoms qu'il a pu lire dans L'Homme qui arrêta d'écrire, Cormary ne tague en bas de son article que ceux, orientaux et subsahariens de Mehdi et Babacar, les deux copains d'Alexandre. On se demande bien pourquoi.

21. 28/07/2010 00:17 - Bernardo

BernardoVidéo à la gloire du critique littéraire :

http://www.youtube.com/watch?v=FNPVHKx0ae8

22. 28/07/2010 11:27 - montalte

montalteMerci Vaivien, je commençais à désespérer. Comme vous le dites, les juges du dimanche que sont les anti-polanskiens s'acharnent autant contre lui que contre la connaissance des faits et la façon dont peut en effet se dérouler un procès aux Etats-Unis, à savoir que lorsque le coupable paye une somme conséquente à sa victime, les choses en restent là - ce qui peut paraître scandaleux de notre point de vue européen mais qui est l'usage là-bas. Je vous suis entièrement aussi quand vous dites que dans cette hargne anti-pédophile (que Polanski n'est d'ailleurs pas) il y a quelque chose de trouble, d'un peu insistant et qui peut mettre la puce à l'oreille. Comme le disaient Muray, Houellebecq, et Nabe, n'est-ce pas l'époque qui est symboliquement pédophile (triomphe de l'enfant-roi, croyance hystérique de la vérité qui sort de la bouche des enfants ou des ado - personne ne semble en effet remettre en question le témoignage de Samantha Geimer, etc...) ? Et par conséquent qui se défoule sur le pédophile réel ou présumé tel ? Enfin, qu'est-ce que cette morale facile (donc assassine) qui est prête à suivre aveuglément un juge qui s'est tellement mal comporté qu'il a été dessaisi de l'affaire ? Mais non, il faut que Polanski paye pour tout le monde ! Après tout, n'a-t-il pas fait des films ultra-glauques et qui ont excité les forces du mal ? S'il n'avait pas fait Rosemary's baby, hein, sa femme, elle aurait pas été assassinée, moi, je vous dis, ma bonne dame ! Au fond, ce qu'on ne pardonne pas à Polanski, ce sont ses films.... Un peu ce que Céline disait de lui : "ce que l'on ne me pardonne pas, c'est pas Bagatelles, c'est le Voyage !"

23. 04/08/2010 18:38 - Senec

SenecS'il est vrai qu'il a plus d'une fois drogué une jeune fille mineure ou pas pour lui faire subir des "trucs pas clairs", alors sans aucun doute, c'est un pauvre type, un minable et un coupable en plus. Le reste, c'est du vent. Un très petit bonhomme, malgré son talent de cinéaste.

24. 13/08/2010 23:02 - Cassis

Cassishttp://www.youtube.com/watch?v=y1lHT4FqV-4

25. 07/09/2010 15:36 - heidi

heidi@ montalte et @ vaivienlee
Polansky n' est pas pédophile ? ha bon ? vous le connaissez bien ? vous savez ce qui le fait bander ???
Excusez moi mais si vous etiez un tantinet au fait de son travail, vous constateriez que toute la matière de ses oeuvres tourne autour du même sujet à savoir souiller l' innocence. En ce qui me concerne pourquoi pas, ça peut' être très beaux comme travail artistique, mais vous ne m' enlèverez pas l' idée que ce concept est devenu plus qu' obsessionnel chez ce monsieur, et qu' il est vraiment très rare que la vie privée ne soit pas entacher de nos obsessions. En attendant je vous signale qu' à l' époque Polansky a avoué l' acte sexuel, à savoir la sodomie d' une gamine défoncée, si ça vous semble mériter la prescription ..... moi pas. Et dernier point, affirmer que Rosemary's baby a été à l' origine du meurtre de sa femme est sans doute vrai, mais depuis quand un artiste doit' il travailler en fonction de l' influence bonne ou mauvaise que peut avoir son travaille sur les autres ???? Sa femme enceinte s' est faite massacrer a coup de couteau, vous avez raison c' est de sa faute .... Pathétique.

26. 08/09/2010 07:30 - zao

zaoJe trouve tous les sssllluuuuuuspppp et autres sons passablement ennuyeux dans le texte et il y a des milliers de choses a dire sur cet evenement, tout d'abord la mere de la jeune fille en question balladait sa gamine a des soirees hollywodiennes et vivant a LA et mere d'une ado c'est bien le dernier endroit auquel on traine sa fille , la grande soeur etait de la fete egalement et je tiens ces renseignements de source sure, on ne laisse pas non plus sa fille seule pour un photo shoot quand on est une maman bienveillante; Aussi les americains sont les gens les plus proceduriers DU MONDE et ca sue de tous les cotes pour tirer les ficelles du cote de la bourse..C est le cas de le dire..Je ne tiens pas a innocenter Polanski mais il faut peut etre voir les choses dans leur ensemble pour ma part ce s apelle child neglect et la tres chere maman devrait egalement etre au banc des accuses, ravie que Polanski ai pu echaper a un systeme judiciaire vide de son sens de justice .
Encore un genie qu on aura chasse comme un rat et auquel on donnera un achievement award avant sa mort !

27. 09/09/2010 18:48 - 7dav77

7dav77Nous sommes en présence de l'archétype de l'éternel débat, puisqu'à peine le dialogue achevé, les lecteurs le poursuivent en commentaire.
Il me semble que les informations apportées par les commentateurs méritent d'être vérifiées. Ainsi, Heidi, tu dis que l'oeuvre de Polanski aurait inspiré le meurtre de sa femme, mais j'ai entendu cet été sur France Culture que c'était un pur concours de circonstances: le meurtrier n'aurait pas été au courant de l'identité précise de ses victimes (si quelqu'un en sait plus...).

28. 10/09/2010 13:22 - HR

HRComme d'habitude, sur ce sujet, on passe vite sur la question de la drogue.

Et pour cause. Ce n'était pas rien la drogue administrée, sous prétexte de calmer une crise d'asthme: du Quaalude! Deux cachets!! Une dose de cheval pour quelqu'un qui n'avait pas l'habitude, surtout une gosse de 13 ans!!! A l'époque, pour un usage dit "récréatif", la dose communément admise était de partager un cachet en deux.

Un article reste à écrire sous l'angle de l'administration de cette drogue. En commençant par rappeler son "nom de rue" de l'époque: "Wall Bangers", en raison de la propention des usagers à... Bref, ce n'est pas le plus important.

Il faudrait finir en soulignant que Polanski a probablement eu de la chance de ne pas comparaitre devant un tribunal 30 ans après. Parce que depuis, même si ce type de drogue a évolué, même si de nouvelles molécules sont apparues sur le marché, ce qui risquerait d'être "injuste" pour Polanski, c'est que le nom de ce type de drogue, même si les effets restent les mêmes, a changé.

Ce type de drogue, on ne l'appelle plus "Wall Bangers"...

29. 26/10/2010 23:37 - zao

zaoNon, on ne passe pas sur les questions de drogue, allez voir ce qui se passe dans les ecoles PRIMAIRES en Californie ca vous donnera une petite d'idee du propos dont vous ne connaissez absolument rien.. Pour etre en couverture d'un magazine, etre figurant dans une serie tele les gentilles jeunes filles americaines et leurs parents bien intentionnees sont pretes a TOUT.
Polansli allait tres mal, sa femme Sharon Tate avait ete sauvagement abbatue par un groupe de mabouls comme il y en a BEAUCOUP made in USA, ca n excuses rien au fait qu il ai eu des rapports sexuels avec une mineur, etait elle vierge? J en doute, puisque tres habituee grace a sa maman trop bienveillante de soirees que je vous invite a decouvrir au pays de LALALAND ou tout est bon pour arriver a etre sur une affiche quelconque.

30. 23/12/2010 08:27 - HR

HRPlutôt que de laisser ce débat sur une idée peut-être trop révélatrice de ce qu'est Le Ring, en laissant conclure que "elle l'avait bien cherché", il vaut mieux reprendre là le débat sur le débat, quitte à en reprendre les fôtes:

Non, on ne passe pas sur les questions de débat, allez voir ce qui se passe dans les ecoles NORMALES SUPERIEURES en France ca vous donnera une petite d'idee du propos dont vous ne connaissez absolument rien.. Pour etre en couverture d'un magazine, etre figurant dans une émission d'information tele les gentils intellectuels français et leurs professeurs bien intentionnes sont prets a TOUT.
Bernard Henri Levy allait tres mal, sa femme Arielle Dombasle avait ete sauvagement dévêtue par un groupe de mabouls au Crazy Horse Saloon comme il y en a BEAUCOUP made in FRANCE, ca n excuses rien au fait qu il ai eu des rapports cérébraux avec un cinéaste mineur, etc, etc,

31. 23/12/2010 15:02 - dubitatif

dubitatifIl semblerait que Louis XIII ait défloré son épouse Anne d'Autriche alors qu'elle avait 14 ans. Ce salaud aurait dû être livré aux Iroquois.

Ring 2012
Pierre Cormary par Pierre Cormary

Littérateur et éditorialiste. Ring Wall of Fame.

Dernière réaction

Que la victime ait pardonné ont s'en fiche un peu, seule la Loi compte dans ces affaires. Sous système mafieux par exemple, toutes les victimes pardonnent bel et bien, de gré ou de force (avec de...

TitOeuf16/07/2010 19:05 TitOeuf
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique