Sur le RING

Murakami brûlera-t-il Versailles ?

SURLERING.COM - CULTURISME - par Pierre Schneider - le 13/09/2010 - 6 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Pourquoi avoir les pieds qui touchent terre lorsqu'on peut invoquer le culte de Louis XIV pour décrier une exposition presque anodine, et être pris au sérieux? Les ennemis du homard pop sont de retour et ils ont faim.




Encore du bruit! Pourquoi? Non rien.

Dans cette fabrique d'abrutissement continu qu'est devenu le moindre média français, une place indue a été concédée à quelques ligues de vertu qui s'alarmaient d'une exposition tenue dans le château de Versailles. Pendant ce temps, au moins, on ne parlait pas de la taxation de l'épargne salariale, de la dette nationale ou du feu que suggère la fumée qui entoure M. le Ministre du Budget. Et l'on avait déjà oublié Louis XIV et Napoléon, menacés académiquement par l'empire des Songhai. On se cultive tous les jours.

La galerie, celle qu'on amuse, a donc découvert un certain Murakami comme elle avait appris quelques mois plus tôt la recette du homard à la Jeff Koons. Pas chez soi, dans une casserole d'eau bouillante mais en plastique, gros et suspendu au plafond. D'une chambre du château de Versailles. Le homard avait déplu. Ce n'était que de la petite bière face a la production de Murakami et surtout de son "lonesome cowboy" solaire. Imaginez un peu : un adolescent de manga nu, blond, la crinière en bataille, qui éjacule si fort que le jet de sperme, figé dans l'espace, se transforme en un lasso qu'il fait tournoyer avec sa bite. Voilà qui nous change de la triste pornographie institutionnelle de Gustave Courbet et de son "origine du monde", devant laquelle tous les gauchistes, tous les rebelles de salon, découvrent que la Révolution, a l'origine, c'est bandant. Murakami montre allégoriquement que le fascisme, c'est jouissif. Oups.



Bien entendu, comme expo prétendue scandaleuse, c'est décevant : pas de crucifix dans un urinoir, pas de foetus naturalisé, pas de condamné à mort en tranches, comme lors des derniers scandales d'art contemporain... Pire, le "lonesome cowboy" ne sera pas de la fête. Pas de scandale! Remboursez! Mais quoi, c'est Versailles et certains versaillais, au moins par adoption, n'ont pas supporté l'idée qu'un gamin de plastique eut pu se branler toute la sainte journée dans les appartements de Louis XIV sans même être le Dauphin.

Les autres œuvres de Murakami sont d'une veine très sage, tributaire de l'esthétique kawai si caractéristique des mangas, et très compatible avec la surcharge de couleurs qui fait ressembler les appartements versaillais à mon foie après un bon repas dans une churrascaria.

Mais quelle est cette secte très bizarre?

Peu importe, il a quand même fallu lire le communiqué agacé des rouspéteurs, que j'aurais bien appelé les Indignés de la République, et qui prétendait que Versailles était "l'œuvre de Louis XIV". Notre génie des Carpates bourbon, en plus de savoir danser, guerroyer, ruiner le pays et préparer les conditions de la Révolution Française, donnait dans la maitrise d'ouvrage.

Monsieur Pascontent n'a sans doute pas visité souvent la château. S'il l'avait fait, il n'aurait pas manqué de remarquer cette galerie boudée des touristes, croulant sous les peintures de scènes militaires. On y voit des batailles napoléoniennes, les guerres de la Révolution, peut être même Fontenoy, toutes choses que Louis XIV, certainement, avait mis dans son cahier des charges. Monsieur Pascontent aurait également relevé l'heure d'attente qu'il faut passer, debout, sous le soleil, pour avoir son billet, et l'heure d'attente qui s'ensuit, debout, sous le soleil, afin de pouvoir rentrer dans un château surpeuplé pour découvrir que cette bâtisse qu'on vient voir du bout du monde n'a rien de spécial sinon une superbe chapelle. Pour le reste ce n'est qu'une enfilade de chambres surchargées qui ne signifient rien fors l'usage qu'on faisait de l'argent des impôts a l'époque. Je ne sais pas vous, moi, Versailles me rend républicain.

Ah si, il y a la Galerie des Glaces qui fait battre mon cœur, une salle qui mérite sa renommée si toutefois on peut en apercevoir quelque chose a travers les grappes de touristes distraits. Elle est très belle et elle fut le témoin d'un grand moment d'amitié franco-allemande lorsque, le 18 janvier 1871, le Reich y fut proclamé. Pas la copie de 1933, le vrai, celui du Kulturkampf, de l'idée nationale, celui qui donne un état à une nation en quelques décennies seulement, celui qui fut en avance sur le France pour à peu près tout, rapports avec l'Église, questions sociales, puissance industrielle. Et j'ai toujours considéré qu'Anton von Werner peignait mieux que Meissonnier.

La vérité, c'est que le château de Versailles est terriblement surestimé, qu'il est un musée depuis cent cinquante ans (depuis Louis Philippe), et qu'en faire le saint des saints d'un culte louisquatorzien de fraîche date est la marque d'une ignorance historique coupable. Monsieur Aillagon, plutôt que de répondre à des détracteurs dont le sérieux reste a prouver, plutôt que d'organiser des expositions dans ce qui n'est pas l'endroit le plus idoine, ferait mieux de découvrir dans quelles conditions des milliers de touristes galèrent quotidiennement pour visiter un palais qui n'en vaut guère la peine.

Les touristes, quant a eux, seront avisés de préférer les jardins. On y entre vite, parfois gratuitement. On y passe facilement l'après midi. Il y a quelques sculptures et bassins superbes, des jeux de perspectives, un Trianon choupinet et, avec quelque chance, les chevaux de la Garde se laisseront caresser par vos enfants. Tout cela sans insolation, tout cela sans évanouissement.

Pendant ce temps en Angleterre...

Si vraiment on souhaite parler d'art - après tout, pourquoi pas - on se rappellera l'exposition "pop life" l'an dernier à la Tate Modern, qui présentait du Koons autrement plus osé que son homard, du Murakami sans branlette mais aussi quelques gloires bien surfaites maintenant comme Keith Haring, Andy Warhol ou COUM Transmissions, du temps qu'ils ne s'appelaient pas encore Throbbing Gristle. "Pop Life" gardait un regard lucide sur la médiation commerciale entre l'artiste (souvent cynique) et son public - et tout cela n'émouvait personne.

Pour la petite histoire, les sculptures représentant les nombreuses copulations de Koons avec la Cicciolina ont été réalisées en haute Bavière, dans une ville nommée Oberammergau, qui est surtout connue pour ses représentations décennales de la Passion du Christ mais qui comporte aussi un foyer séculaire d'artisans sculpteurs sur bois. Le profane le plus trivial sort ainsi d'une ville réputée pour son sens du sacré depuis 1633, tandis qu'à Versailles certains voudraient faire d'un lieu emblématique du passé français une espèce de sanctuaire d'un culte royaliste idéalisé. Réveillez-vous, messieurs, les rois sont morts depuis longtemps. Réveillez vous, le monde entier se ficherait de nous s'il apprenait ce qui se passe.

Pierre Schneider

Au-dessus de SPARTE! ("madness! This is madness!")


Toutes les réactions (6)

1. 13/09/2010 02:54 - kim

kimLe Chateau de Versailles est interessant dans son architecture (plan) parcequ'il represente un reseau, une geographie dont seul le roi et sa cours avait le plan. Le Chateau de Versailles est un espace geopolitique.
Chaque jours, le Roi deplacait sa cours a l'interieur de cet espace, donnant ses rdv le long d'un trajet toujours nouveau. C'est donc l'un des premiers mode de gouvernement nomade, rizhomique, a l'interieur d'un reseau cartesien (le plan de versailles). C'est a mon avis le seul interet du Chateau.
On ne peut pas expliquer cela au ministere du tourisme ou au monument historique. De meme c'est trop demander aux fins de race Royalistes, qui ont la bonne panoplie, pour atteindre une once d'etude serieuse sur le Chateau de Versailles. Je suis certain qu'ils doivent representer une bonne part des messieurs Pascontent. Ils preferent distribuer leurs tracts sur la Place du Marche, ou bien devant le Lycee Hoche pour choquer les petits bobos des Yvelinnes. Il y a longtemps que les Royalistes ont echanges la politique pour la panoplie de camelot du Roi.

Murakami ou Jeff Koons de toute maniere, ne peuvent pas, eux non plus, mettre en place une veritable critique de cet espace geopolitique. Nous pouvons parier qu'ils n'ont jamais passe plus de 12heures de leur temps dans le palais...on ne peut pas trop demander aux artistes jet-setters...
Eh oui il y a aussi une autre geopolitique, celle du monde de l'AC, ou Versailles est une petite gallerie exotique, tres commerciale, un petit stop; parmis les grandes galleries, les Iles musees, les Ranchs-galleries, les galleries privee, les Biennales, et les musees prestigieux de la planete.

2. 13/09/2010 10:43 - René de Sévérac

René de SévéracJe suis un PasContent.
En vérité, le Château de Versailles, je m'en fous.
Ce qui me désespère, c'est ce débat et les gesticulations absurdes sur ce que les uns nomment ART, alors que l'art qu'il est mort depuis pas mal de temps.
Il ne sert plus qu'à faire vivre les marchands d'art.
Et à faire se pâmer le bobos.

3. 13/09/2010 19:09 - Pierre Schneider

Pierre SchneiderRené de Sévérac : disons plutôt que dans notre société, la rencontre entre l'art et son public se fait très fréquemment, voire toujours, par la médiation des marchands. Première conséquence : l'art rencontre son public : bonne nouvelle. Deuxième conséquence : c'est une marchandise : mauvaise nouvelle.

4. 13/09/2010 19:52 - Kim

KimRene de Severac, L'Art n'est pas mort, c'est simplement qu'il se presente le plus facilement a vous sous forme de marchandise, parceque la France a fait de la distribution de l'Art une entreprise marchande. En general cet Art devenu publique est mort, puisqu'il n'a plus aucune pertinence, il est devenu marchandise.

Je persiste, je n'ai jamais vu autant de deballement mediatique, de plan marketing aussi lourdingue et massif qu'en France, par rapport a d'autre pays ou l'Art n'est pas subventione par l'Etat. Peut etre est ce parcequ'une enorme partie de la population bobo vit des entreprises publiques qui distribuent de la Culture?

Mais au fond, ne pensez vous pas que Ring est une entrerprise artistique? N'est ce pas un courant de penser aussi interessant et contemporain que le fut le magazine de l'International Situationiste, le Groupe Espace, Architecture Principe, Cobra, Fluxus et autres...?
L'Art Contemporain c'est aussi cette espace critique engendre par le Ring...

5. 14/09/2010 18:58 - Pierre Schneider

Pierre SchneiderPour ceux qui veulent entrendre le son d'une autre cloche que moi :
http://www.versailles-mon-amour.fr/
La lecture des commentaires, certains frôlant le génie, est chaudement recommandée. J'y ai appris une chose, en tout cas, c'est qu'au moment où j'écrivais mon billet, qui réagissait à d'autres écrits... l'exposition n'était pas encore commencée!

6. 18/09/2010 01:47 - Kim

KimPierre Schneider, merci pour l'article et merci pour le lien. Tres marrant la surenchere qu'ils proposent en venant manifester avec leur Ready-made. C'est tout benef pour ces artistes malheureusement...Ces cretins ne comprennent pas qu'ils rescucitent le cadavre, Murakami.
A croire qu'ils sont payes pour faire de la promo pour ces artistes qui n'ont plus rien a dire.

Ring 2012
Pierre Schneider par Pierre Schneider

Chroniqueur, éditorialiste Ring.

Dernière réaction

Le Chateau de Versailles est interessant dans son architecture (plan) parcequ'il represente un reseau, une geographie dont seul le roi et sa cours avait le plan. Le Chateau de Versailles est un...

kim13/09/2010 02:54 kim
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique