Sur le RING

Michel Rocard plus clair qu'obscur...

SURLERING.COM - FRANCE - par Philippe Bilger - le 05/03/2012 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Comment imaginer que le PS, sous l'égide de François Hollande, aurait fomenté à Bayonne un traquenard dans lequel le président-candidat serait tombé ?


 
Pas davantage qu'on ne peut croire à une Marine Le Pen venant attiser l'hostilité de ses troupes à l'encontre du couple Montebourg-Pulvar tellement prêt à faire polémique de tout et dont la seconde serait le seul défaut du premier selon l'expression spirituelle mimétique de Pascal Boniface.
 
Ce qui s'est produit à Bayonne n'est pas à l'honneur de la démocratie et, si je suis convaincu de la nécessité de défendre Nicolas Sarkozy en ces circonstances (nouvelobs.com), je n'ai pas pu m'empêcher d'éprouver comme un sentiment d'inéluctabilité  devant ce  qui est advenu, tant quelque chose gêne en permanence dans le rapport que Nicolas Sarkozy, président ou candidat, entretient avec la société française.
 
Ces péripéties, qu'il ne faut pas surestimer, sont en effet, surtout, la conséquence d'un quinquennat verrouillé sur le plan des déplacements officiels. Tellement encadrés qu'ils en devenaient ridicules, le président noyé dans une masse protectrice.
 
La cocotte-minute a explosé et le candidat, à Bayonne comme ailleurs, se trouve confronté à une ire citoyenne qui n'est plus entravée. En quelque sorte, l'effervescence démocratique imprévisible et menaçante a pris la suite de l'Etat rassurant.
 
Il me semble qu'il n'est pas absurde, en dépit des apparences, d'opposer à cette campagne présidentielle oscillant entre frénésie verbale et sérénité calculée le fond d'un long entretien accordé par Michel Rocard à Libération.
 
La grande nouvelle est qu'on a retrouvé Michel Rocard au meilleur de sa forme intellectuelle et critique. Sorti des multiples missions qu'il a toujours acceptées et des honneurs, à 81 ans il fulgure. Et, de surcroît, il est clair comme il ne l'a jamais été. Ayant même chassé ces fragments d'obscurité qui semblaient indissociables de sa pensée, comme une inévitable rançon.
 
La phrase choisie par Libération pour résumer cette double page de Rebonds :"On est dans l'imbécillité politique collective" n'exprime que très partiellement la richesse de ces échanges qui réalisent le tour de force d'être à la fois sans concession mais dénués d'esprit partisan même si est évoquée la préface que François Hollande a écrite pour son dernier livre : "Mes points sur les i, propos sur la Présidentielle et la crise".
 
L'essentiel du propos de Michel Rocard, à mon sens, consiste à définir ce que pourrait être un programme qui échapperait à la "vacuité intellectuelle". Il explique très bien que la démarche pertinente, pour un candidat, est d'établir le meilleur diagnostic possible et de faire preuve, en amont de la réalité qu'il aura à affronter, d'une totale lucidité pour identifier "l'absolu prioritaire et, bien sûr, le cap global. Après, on fait ce qu'on peut. Pour cette campagne, le diagnostic n'a pas assez été porté".
 
Ce que j'apprécie dans cette vision tient au fait qu'elle intègre le risque probable d'une "disqualification par les faits" d'un projet prétendant être exhaustif et fouillé, comme s'il était concevable de prévoir dans les moindres détails, dans la fixité de l'abstraction, ce qui précisément sera balayé par le fluctuant et l'incertain de la vie économique, politique et sociale. Michel Rocard décrit ce que devrait être la bonne méthode des candidats. On sait que l'ancien Premier ministre n'a jamais été pris en défaut sur ce plan qui semble l'avoir parfois plus passionné que la substance elle-même. C'est dire à quel point sa conception des orientations à élaborer en amont et de l'inventivité à assumer durant l'exercice du pouvoir est à prendre au sérieux.
 
Dans ses réponses, Michel Rocard apporte d'autres lumières, notamment pour réguler la finance et hiérarchiser les problèmes. La crise, selon lui, est loin d'être terminée et ses effets seront bien plus dévastateurs, et la récession plus grave, que beaucoup de responsables ne l'imaginent.
 
Michel Rocard, on le constate, ne s'abandonne pas à l'optimisme et, pourtant, il ne désespère pas. Tant on a besoin, en cette période plus qu'en toute autre, d'intelligence, de profondeur et d'équité.
 
On a quitté Bayonne.

Philippe Bilger


Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Philippe Bilger par Philippe Bilger

Ancien avocat général près la cour d'appel de Paris, écrivain. Ring wall of fame.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique