Sur le RING

Michel Field, épouvantail du PAF

SURLERING.COM - BIG BROTHERS - par Marie Raymond - le 03/06/2004 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Charme du quinquagénaire (bedaine, sourire libidineux) et publications hermétiques à portée de main, Michel Field est le parfait animateur de gauche, vulgarisateur de philosophie, pulvérisateur d'audimat. A peu près aussi  loin de la bouillie de culture d'Ardisson et Beigbéder, que du Bouillon de Culture du vieux Pivot, Field a pourtant tout fait pour ne pas passer inaperçu, pour sortir du lot..
Son seul exploit,  le public voit à peu près qui il est.


E
t c'est heureux, parce  qu'il approche péniblement mais sûrement de sa quinzième année sur le petit écran. Depuis 15 ans, Michel Field ne semble avoir qu'une idée en tête, ne plus se débattre dans les eaux boueuses du PAF, et devenir, enfin, quelqu'un. Pour y parvenir, il a tenté le tout pour le tout.

Michel monte au front


Années 70 obligent, le jeune Field exploite à fond le filon de la révolte. Une adolescence à la botte de la Ligue Communiste Révolutionnaire, soit six ans de militantisme aux côtés des rouges, voilà de quoi débuter dans les règles une carrière d'intello-gaucho bien de chez nous. Michel, armé d'une faucille et d'un marteau, pulvérise la bourgeoisie, le corps professoral, dépave les chemins des biens pensant avec ses camarades. L'exercice l'amuse un temps, puis le marteau l'éreinte, la faucille lui brûle les doigts, Michel Field ne se sent pas longtemps  révolutionnaire dans l'âme. Il s'aperçoit dès cette époque qu'il n'est pas de ceux qui restent attachés à leurs convictions. Normal Sup lui ouvre les bras, alors il se renie et se range sur les bancs du prestige et de la bourgeoisie, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

C'est le début de la fin pour Michel qui décide de coucher sur le papier ses pensées les plus profondes. Son  roman 'Impasse dans la nuit' le fera pénétrer sur le plateau de 'Ciel mon mardi' en 1989. TF1 vient d'ouvrir à Michel les portes de la tentation. Au loin l'argent et la gloire semblent lui susurrer des mots doux. Il ne se retourne pas sur ce qui fut son éthique. Adieu faucille, marteau, philosophie.

Michel contre attaque


Dès lors Michel Field n'a plus qu'une obsession,  exploiter son redoutable potentiel de négation de soi, et devenir un présentateur reconnu. Et peu importe si pour ce faire il doit s'adonner à faire le bouffon dans une émission de Dechavanne. Michel est lancé, il s'infiltre dans toutes les chaînes, saisit chaque opportunité, et fait zapper le public en moins de temps que ne l'aurait fait Nagui lors de l'une de ses navrantes prestations. En 1992, il se glisse dans le service public. France 2, qui s'est laissé séduire par sa réputation d'intellectuel, laisse Michel créer et animer Le Cercle de minuit. Michel est encore à cent lieux du prime time, mais son émission lui vaut un 7 d'or la même année que Nagui et Gérard Holtz. Un exploit.

Trop de succès, trop de culture, pas assez d'argent, Michel, en véritable terminator du PAF,  retourne dans le privé et décide d'exterminer l'audimat de Canal + à coup de mots sans saveur et d'élocution soporifique. Il sévit sur la chaîne pendant 3 ans, La grande famille, l'Hebdo, et l'inoubliable Pas si vite, émission philosophique qu'il coanime avec Mademoiselle Agnès, soit l'ex Miss Météo de la même chaîne.  Sale temps pour la philo, Field va voir ailleurs si les pages de pub sont plus rentables. 1998, aucun défi ne fait peur à Michel, pas même celui de gagner toujours plus d'argent. Alors qu'Anne Sinclair fait ses adieux à 7 sur 7, Michel débarque sur TF1 la queue entre les jambes pour récupérer le créneau horaire. Comme il exerce à la perfection l'art de faire croupir l'audience, les fidèles du dimanche soir désertent Public en moins d'un an. En 1999, retour sur le service public, et nouveau challenge. Comme Michel Field aime se taper les restes, à la télé rien est à jeter sauf lui, il entreprend de succéder à Jean-Marie Cavada. Nouveau record, comme d'hab', Michel se surpasse. Il lui faut peu de temps pour pourrir La Marche du Siècle, un des succès de la chaîne.

Le retour de Michel

Jusque là, Michel Field a réussi un sans faute, le grand schlem des chaînes hertziennes, M6 mise à part (caser Michel et sa philosophie de comptoir entre Les Routes du Paradis et l'énième rediffusion d'un téléfilm américain, personne n'a encore osé). Pour parfaire sa réussite professionnelle, mener à son paroxysme sa carrière de flambeur d'audience, Michel s'en prend aux chaînes câblées.  L'année 2002 lui offre Paris Première sur un plateau d'argent. Il y anime Field dans ta chambre, une émission littéraire dont le glas n'a, miraculeusement, pas encore sonné. Michel y fait ce qu'il fait le mieux, c'est-à-dire apporter son crédit de vieux beau, ex intello  ex gaucho sur le retour, et écouter des chroniqueurs intéressants parler littérature, comme au bon vieux temps des cafés philo sous les pavés. Field dans ta chambre n'est pas synonyme d'orgasme cérébral, mais c'est toujours moins gerbant qu'Ardisson et Beigbeder se piquant d'être des intellectuels.

Dommage pour Michel, cette ébauche de réussite est ruinée par son irréversible pouvoir de blaser un public. En juin 2003, alors que France 2 remercie Frédéric Lopez pour sa prestation de présentateur de Comme au cinéma, Michel aperçoit l'opportunité de faire un massacre. Une émission à piquer à un copain et à piétiner sauvagement : les chiffres dégringolant de Médiamétrie brillent déjà dans ses yeux... Pour sa troisième année, Comme au cinéma ne rassemblait plus que 16 % du public, contre 20 à 22 % précédemment, Michel reprend donc les rennes et mitonne  le tout à sa sauce. Il passe l'émission à tabac, et en une année, Michel l'emporte par KO. De 16 %, l'audience passe à 12, pour s'évanouir lamentablement à 10, 6 lors du numéro du 18 mai 2004 consacré au Festival de Cannes. Field est imbattable sur le Ring, aucune émission ne lui résiste, mais en septembre 2004, France 2 se passera volontiers de ses coups de poing.

H. mûr ch. Programme en perdition

Une fois de plus, Michel est à la rue, jeté du service public. Inutile de lui demander ce qu'il va faire de son été. Fouiner, humer, détecter l'émission ou la chaîne en perdition. Michel est déjà sur une piste, un gros coup. Une chaîne dont la part d'audience fait de la chute libre, une plage horaire où tous se cassent les dents, il se lèche les babines. Ramasser les miettes d'Emmanuel Chain, dégommer l'access prime time de Canal, voilà qui excite Michel. Le départ annoncé de Chain et de Merci pour l'info, laisse libre court à ses fantasmes les plus torrides. Le néant, l'apocalypse sont des mots qui résonnent dans sa tête. Michel est prêt à bastonner Denisot et son projet de Grand Journal, à avorter dans l'oeuf l'idée de Christophe Hondelatte (RTL) d'adapter On refait le monde sur la chaîne cryptée. Il aura son séisme, il fera son carnage, il sera, à nouveau, le maître des plombeurs d'ambiance, l'épouvantail du PAF.

 " La télévision n'invente rien. La seule image qu'elle ait jamais créée, c'est la neige de la fin des programmes " écrit Michel Field dans CLM/BBDO, l'art de saisir ce qui commence. Chronique de ses flops annoncés ? Dieu sait si Michel n'invente pas grand-chose et s'il aime ça, la neige des fins de programme, sa seule rivale, celle qui fait fuir le public encore plus vite que ses émissions. Finalement Michel, c'est un rebelle dans l'âme, il n'a jamais vraiment rendu sa carte rouge. Il se fait dans son coin sa petite révolution dans sa cabine téléphonique, en rêvant aux jours heureux où les programmes seront déserts d'audience, où la neige tombera à flot sur l'écran plasma de son home vidéo.

Oui Michel, Field dans ta chambre !

Marie Raymond



Soyez le premier à réagir

Ring 2012 Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique