Sur le RING

Matteo Ricci, le sage venu de l’Occident

SURLERING.COM - THE BOOKMAKER - par Pierre Schneider - le 16/05/2010 - 1 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Avant même de l'avoir ouvert, la qualité de Matteo Ricci, le sage venu de l'Occident est pour ainsi dire assurée. Le livre est la réédition d'une biographie du premier jésuite à avoir tenté d'évangéliser la Chine, publiée dans les années 50 et signée d'un narrateur réputé, fils de l'auteur A.J. Cronin. Mieux, ce livre a eu l'honneur, il y a une douzaine d'années, d'être lu intégralement au réfectoire de l'abbaye bénédictine de Triors dont certains lecteurs savent sans doute le goût très sûr en matière de lectures. Je n'ai donc pas été surpris d'y découvrir une prose vivante, enjolivée au besoin d'excursus afin de ne pas lasser le lecteur (toute la recherche sur le Cathay qui n'apporte pas grand-chose en somme) et, d'une façon générale, solidement documentée. Il faut dire que Ricci lui-même a laissé nombre d'écrits et de relations qui rendent la tâche moins difficile.

Contrairement à la vision romantique d'un christianisme missionnaire qui ne rêverait que de martyres, d'un christianisme suicidaire en somme, les vingt années de séjour chinois de Ricci montrent qu'une mission ad gentes est avant tout une entreprise au sens moderne, une affaire de management. On se donne des objectifs, des moyens, une équipe, une stratégie, une "gouvernance" c'est-à-dire une vision particulière de la manière de diriger l'activité de l'entreprise, et même un "reporting" car il y a des camps de base jésuites, à Macao notamment et il convient de les tenir au courant des progrès de la mission.

L'objectif, c'est de pouvoir s'installer en Chine, de disposer de la liberté de culte et de rencontrer l'Empereur. La stratégie consiste à transposer dans le contexte chinois l'essence de la vie religieuse chrétienne : les missionnaires s'habilleront de gris, vivront pauvrement et dans le même temps dirigeront leur apostolat vers les classes lettrées. Les difficultés sont nombreuses dans un pays qui, pour faire simple, n'a aucunement besoin du christianisme et n'a même pas les mots pour exprimer son credo. Censée évoquer les bonzes bouddhistes, l'apparence modeste des missionnaires sera un frein : la pauvreté évangélique et la simplicité ne sont pas des valeurs en Chine et la réputation détestable des véritables bonzes nuira à l'image des missionnaires. Le concept même de Dieu devra être défini de manière approchée et sera l'objet d'une querelle ultérieure. Et les conversions ne viendront pas, ou peu!

Ricci est un homme de foi et ne perd pas confiance. "On ne canonise pas la sottise", disait un mien confesseur.  Ricci "repositionne" alors sa Mission et décide de se faire l'égal des lettrés qu'il souhaite fréquenter. L'occidental devient alors un Chinois parmi les Chinois, lettré parmi les lettrés, reçu et accepté dans des banquets où le repas en commun est un prétexte au débat d'idées. De faveurs en défaveurs et réciproquement, à travers des subtilités politiques qu'il ne comprenait que partiellement, cette démarche ira jusqu'à faire pénétrer Ricci dans le palais de l'Empereur qu'il ne rencontrera pourtant jamais. Il sema pourtant le bien là où il passait et, outre la naissance de la première communauté chrétienne de Chine, inventa la sinologie, laissa des ouvrages chinois de bonne facture littéraire, une mappemonde du monde connu, un dictionnaire et des savoirs astronomiques et horlogers inconnus de l'Empire du Milieu. Il faut dire que le personnage était doué d'une intelligence exceptionnelle qui le favorisait bien souvent.

Le P. Ricci nous intéresse toujours aujourd'hui en raison non seulement de son approche rationnelle de la mission mais de ce que l'on a appelé par la suite la "querelle des rites" et que l'on nommerait aujourd'hui l'inculturation. C'est encore une histoire de principes et de stratégies. Lorsqu'une religion veut se faire une place en un endroit où il n'y en a pas, dans quelle mesure doit-elle s'accommoder de rites ou de coutumes locales auxquelles les gens sont attachés? C'est ainsi qu'après avoir déterminé qu'elles ne représentaient pas un paganisme latent, les prières confucéennes pour les morts avaient été tolérés dans la spiritualité catholique en Chine. Mais l'histoire de l'Eglise est pleine de dénonciations, d'arbitraire et de jalousies et les meilleurs n'y sont pas épargnés. Après un siècle de tergiversations et de décrets contradictoires, Rome interdisait le "rite chinois" au XVIIIème siècle, causant de fait l'extinction de l'Eglise fondée par Ricci dans un contexte de persécutions. En un chapitre de grand souffle et de grands raccourcis, Vincent Cronin dépeint le naufrage du pays tout entier jusque dans le communisme maoïste, comme s'il était la conséquence de ces disputationes.

En d'autres termes, l'histoire de l'héritage du P. Ricci est celui des priorités de l'évangélisation : à quel prix accepte-t-on de gagner des âmes à Dieu? La sueur et le martyre des missionnaires n'avait jamais gêné quiconque ; le fait de capitaliser sur ce qu'il y a de bon dans une civilisation indigène (mais d'étranger au christianisme) semble autrement plus problématique. Nous sommes en 1750, dans une Eglise sur la défense, attaquée philosophiquement, habituée à avoir raison et à régner sur les esprits. La validation de rites confucéens n'arrivait pas au bon moment ; le fait qu'elle était défendue par des jésuites n'arrangeait pas les choses.

La question de l'inculturation reste pourtant actuelle et le restera tant que l'Eglise se voudra missionnaire. Suffit-il, pour convertir, de s'installer, d'entonner un "introibo ad altare Dei", le Catéchisme et le reste, pour avoir fait son métier de missionnaire, pour que les âmes pleuvent dans les filets de St Pierre? Ou faut-il aller plus loin, détecter et promouvoir ces affleurements de "religion naturelle" qui, s'ils ne sont pas le christianisme, y sont compatibles et y préparent? En des mots plus vulgaires, les chants africains dégradent-ils le Missel Romain? Et les transes vaudoues? Et les danses basques autour de l'autel?

Le rite romain (traditionnel) est pourtant lui-même un hybride dont les différentes composantes remontent à des lieux et des époques suffisamment variés pour soutenir la thèse de la fécondité de l'inculturation. Antiquité hébraïque (les Psaumes, les Prophètes), premier siècle de notre ère en Palestine (le Nouveau Testament), cryptes des catacombes romaines (le Canon Romain, les plus anciens offices de Pâques, Vigile, Vendredi Saint et Ténèbres), cross-over avec les foyers urbains de Gaule abreuvés de spiritualité grecque (prières de l'Offertoire, nombreuses préfaces, Rogations). La périphérie du rite, ce qui ne tient pas dans le Missel ou le Bréviaire, est également inculturée : y aurait-il eu un Palestrina si le christianisme n'avait pas à l'époque été italien et lassé du plain chant?

En Europe, en France, le véritable combat se livre aujourd'hui à la périphérie du rite, celle qui n'est pas dans les livres officiels, celle qui enveloppe les textes immuables et capitaux, celle qui est aussi la plus visible. Expression maladroite et touchante d'un génie local, les spécificités tolérées ou encouragées par l'Eglise en marge de la liturgie officielle risquent d'être balayées - et cela peut vouloir dire la consécration montfortaine à la Vierge, les Noëls de Daquin aussi bien que les chants de la Messe, chers amis.

Après avoir joué sur ce terrain la carte du centralisme à outrance en promouvant de toutes ses forces au début du XXème siècle un chant grégorien recomposé par les moines de Solesmes, l'Eglise joue quelques décennies plus tard la grande absente quand il s'agit d'orienter la création artistique vers l'unum necessarium. Faute d'une direction claire, les paroisses sont ainsi devenues sujettes à une série de modes où l'insipide le dispute à l'insignifiant.

Si l'inculturation est l'art de faciliter la transition entre l'ethos d'un peuple et le corpus immuable de la religion et de la liturgie, il faut bien reconnaître que chez nous, il n'en reste pratiquement que de l'eau de boudin.

Pierre Schneider


Matteo Ricci, Le sage venu de l’Occident, Albin Michel, 371 pages, 15 €.


Toutes les réactions (1)

1. 17/05/2010 11:50 - Nach Mavidou

Nach MavidouAu XXe siècle, une controverse a aussi eu lieu sur l'opportunité d'utiliser en Afrique les produits locaux pour célébrer l'eucharistie, dans un souci de pédagogie par rapport à la culture culinaire locale. Mais il est demandé actuellement aux ministres du culte de bien utiliser les espèces traditionnelles, pain et vin, afin de préserver l'authenticité du rituel tel qu'il a été institué par le Christ. Et il est aussi considéré que c'est faire preuve d'un certain mépris envers l'intelligence des fidèles africains que de faire l'économie d'une simple explication sur ce qu'étaient - et restent - pain et vin dans la civilisation où Jésus a vécu. Ce serait également les couper du reste de l'Eglise célébrante, un apartheid eucharistique déguisé en tolérance-respect des différences-cool.

Ring 2012
Pierre Schneider par Pierre Schneider

Chroniqueur, éditorialiste Ring.

Dernière réaction

Au XXe siècle, une controverse a aussi eu lieu sur l'opportunité d'utiliser en Afrique les produits locaux pour célébrer l'eucharistie, dans un souci de pédagogie par rapport à la culture...

Nach Mavidou17/05/2010 11:50 Nach Mavidou
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique