Sur le RING

Les tam-tam de guerre résonnent déjà au Soudan

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Alexandre Ankarcrona - le 09/11/2010 - 4 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

"Un jour où l’autre il faudra qu’il y ait la guerre..." Tel est le destin du Sud selon Nino Ferrer. Ca semble aussi être celui du Sud Soudan qui doit se prononcer le 9 janvier par référendum sur son avenir. Le choix le plus vraisemblable est celui de l’indépendance pour laquelle le SPLM ( Sudan Peoples' Liberation Movement) fondé par feu John Garang, s’est battu durant plus de vingt ans, jusqu’à l’accord de paix de 2005. Mais à la veille du scrutin les incertitudes sont nombreuses. Un dessin récemment paru dans Jeune Afrique représentait le président soudanais Omar el-Béchir et celui du Sud Soudan Salva Kiir en frères siamois qu’il faut séparer, en posant la question suivante : « Que faire des organes vitaux ? ». Et encore, le pétrole, la dette, et les ressources hydrauliques du Nil ne forment qu’une partie des problèmes.


 
La guerre pour les ressources

 
La majorité des réserves soudanaises en hydrocarbures (les 5èmes d’Afrique) se trouvent au Sud. Elles représentent une manne considérable pour le régime de Khartoum déjà au ban de la communauté international pour sa répression brutale de la rébellion au Darfour et ses accointances (passées ?) avec Al Qaida. Le président Omar el-Béchir est depuis plusieurs années dans la ligne de mire de Washington. Notamment les milieux évangélistes américains qui ont toujours soutenu le Sud chrétien contre le Nord musulman.

« Wanted » par le Tribunal Pénal International, le président Béchir est déjà affaibli. Privé d’une partie de ses pétrodollars, c’est le régime islamiste tout entier qui risque de vaciller. Khartoum  a jusqu’à présent bénéficié du soutien de Pékin, principal exploitant et client du pétrole soudanais. Mais si les blocs pétroliers venaient à passer aux mains d’un gouvernement sudiste, les chinois pourraient être tentés de lâcher un allié embarrassant. Le Nord garde néanmoins un atout dans sa manche. Le pétrole soudanais est en effet évacué par un pipeline (construit par les chinois) qui relie les champs du sud du pays à port Soudan sur la mer Rouge. Le Nord se contentera-t-il de cette rente? Rien n’est moins sûr. Khartoum essaye déjà par tous les moyens de retarder le référendum. Que ce soit par la voie légale (recours au parlement) où indirecte, en encouragent les raids sanglant des pasteurs nomades contre les tribus sudistes installées près de la frontière. Le risque d’affrontements dans cette zone en cas de victoire du « oui » est réel et les bruits de bottes sont déjà perceptibles des deux côtés de la frontière. Pas assez néanmoins pour arriver aux oreilles de l’ONU qui vient de refuser une demande faite par Juba de déployer des casques bleus le long de la zone tampon. « C'est irréaliste", a dit le sous-secrétaire général chargé des opérations de maintien de la paix, le français Alain Le Roy. Espérons qu’après la Bosnie ou le Rwanda, l’histoire ne renvoies pas une nouvelle fois l’organisation sur le banc des accusés.
 
Boite de Pandore
 
El-Béchir n’est pas le seul à s’inquiéter des velléités sécessionnistes de Juba. D’autres leaders africains, à commencer par le guide libyen Kadhafi craignent que le referendum n’ouvre la boite de Pandore des nationalismes africains. Les frontières héritées de la décolonisation n’ont plus bougé depuis l’indépendance de l’Erythrée en 1993. Une partition du plus grand pays d’Afrique redonnerait espoir à d’autres régions sécessionnistes (Sahara occidental au Maroc, Cabinda en Angola, Katanga au Congo, etc...). Cette nouvelle frontière entre musulmans au Nord et chrétiens au Sud risque aussi de raviver les rivalités confessionnelles dans d’autre pays de la région (Tchad, Nigeria ou encore Côte d’Ivoire. Des pays ou existent déjà des tensions ethniques fortes donnant régulièrement naissance a des éruptions de violence (comme à Jos au Nigeria).
 
Une guerre civile peut en cacher une autre.
 
Même si Khartoum acceptait pacifiquement le résultat du référendum et l’indépendance du Sud, la paix n’en serait pas sauvée pour autant. Une lutte pour le pouvoir risque d’opposer les deux principales ethnies du Sud Soudan, les Dinkas du président Salva Kiir, et les Nuers représentés par les South Sudan Defense Forces (SSDF), milice du général Paulino Matip. Rien qu’en 2009, les combats tribaux ont fait quelque 2. 500 morts et plus de 350. 000 déplacés. Des rivalités ethniques qui ne pourront qu’être exacerbées par les ressources nouvelles dont le  futur gouvernement sud soudanais disposera. Car outre les produits miniers et les hydrocarbures, il y a aussi les terres arables, nouvelle coqueluche des investisseurs internationaux. Certains, comme le fond Jarch dirigé par l’américain Phil Heilberg jouent déjà un groupe contre un autre. Le fonds, basé à Hong Kong s’est ainsi associé à Paulino Matip et à son fils Gabriel et aurait déjà acheté 400 000 hectares de terres cultivables et cherche à faire d’autres acquisitions. A deux mois des élections, les Tam-tam de guerre résonnent déjà au Sud Soudan. La communauté internationale les entendra-t-elle à temps ?

Alexandre Ankarcrona


Toutes les réactions (4)

1. 11/11/2010 23:04 - Nach Mavidou

Nach MavidouOn ne parle pas assez de ce qui se passe dans ce pays. Ou plutôt si, mais on manque d'analyse qui vont un peu plus au fond des choses comme ici.
Pourtant, les luttes en cours sont de nature à provoquer des déstabilisations de bien plus grande ampleur, comme pour l'Afghanistan.

2. 12/11/2010 09:22 - L'auteur

L'auteurC'est également mon opinion, et c'est pourquoi, sans être un spécialiste de la région, j'ai modestement essayé d'y remédier dans cet article.
Le Darfour a complètement disparu de l'œil du cyclone médiatique sans qu'aucune réelle solution n'ait été trouvée et au Sud, les bien pensants risquent une nouvelle fois d'arriver après la bataille.

3. 16/11/2010 15:13 - Pasolini

PasoliniJ'espère que sur le Ring vous allez parler du livre de Pierre Péan "Guerres secrètes en Afrique" et je suis curieux de savoir comment vous allez en parler...

4. 03/12/2010 20:32 - Greg môk

Greg môkA quand sur le RING un article sur la polygamie en Afrique noire comme culture avec pour objet la place des femmes qui, quoiqu'on en dise, tirent les ficelles de cette polygamie ?
Prière de m'excuser pour ce commentaire qui n'est pas en rapport avec l'article en question (même si je suis coutumier du fait).

Ring 2012
Alexandre Ankarcrona par Alexandre Ankarcrona

Chroniqueur pour les rubriques Adrenaline & Outremonde.

Dernière réaction

On ne parle pas assez de ce qui se passe dans ce pays. Ou plutôt si, mais on manque d'analyse qui vont un peu plus au fond des choses comme ici. Pourtant, les luttes en cours sont de nature à...

Nach Mavidou11/11/2010 23:04 Nach Mavidou
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique