Sur le RING

Les mangeurs de fœtus

SURLERING.COM - THE BOOKMAKER - par Murielle Lucie Clément - le 20/11/2010 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B



Oh! Ces douleurs lancinantes dans le bas-ventre ne s’arrêteraient donc jamais !

Sourdes telles des fers de lance, elles lui labourent l’entrecuisse, s’étendent en ondes de souffrance de l’aine au pubis, tirent sur ses muscles bafoués, rendent ses fémurs cuisants, n’ayant plus la force de supporter le poids de son bassin alourdi par l’affront. De son sexe, suintent le sang et le sperme mêlés, une odeur âcre, douceâtre qui lui soulève le cœur. Ses seins meurtris d’avoir été broyés par les doigts rudes et méprisants ne lui laissent aucun répit ; ils souffrent dans chacune de leurs molécules aussi infime soit-elle. Leurs galbes tendres ne sont plus qu’un atroce élancement pénible et brûlant. Sa gorge endolorie refuse la déglutition de sa salive épaisse et rêche. Tout dans son être corrobore à enflammer le souvenir abominable des heures passées. Pourra-t-elle jamais les oublier ? Un goût amer de souillure entre ses lèvres tuméfiées lui mord la langue comme une réminiscence de fruit pourri desséché.

    Combien de temps est-elle restée ainsi à terre, recroquevillée sans faire un mouvement, sans émettre un son ? Elle ne saurait le dire. Les hurlements des chiens dans le lointain la tire de la semi conscience où elle se trouve. Ses vêtements en lambeaux laissent apercevoir les meurtrissures de sa peau. Elle se tâte avec précaution des doigts et de la paume. Le flux de sang entre ses jambes s’est tari. Peut-être pourrait-elle se relever?
 
    Il l’a plaquée au sol, l’assommant à moitié. Trop tard, elle a surpris le bruit des pas ; déjà, il était sur elle, une de ses mains fouillant son intimité, l’autre déchirant ses hardes. Elle n’avait pas pu se défendre contre cette force l’attaquant de dos, en lâche. Des larmes de rage envahissent ses yeux lorsque l’écho du rire dément résonne dans sa mémoire. Il rit de sa panique au moment où elle voit qu’il n’est pas seul. Des ombres émergent des buissons, se mélangent à la nuit. Incapable de les compter, elle les sent l’agripper, la projeter sur les genoux, le buste plongé vers l’avant, le visage enfoui dans la poussière. Une main la prend par les cheveux lui relève la tête. Le cri échappé de sa gorge est brisé net par la chose insérée au fond de sa gorge qui écrase sa langue contre ses dents. Des griffes malaxent ses seins, avec vigueur, acharnement, brutales, mesquines. L’horreur la révulse. Fermer les paupières n’aide en rien. Elle a mal. Ils la déchirent. Leurs jurons. Leurs ânonnements. Leurs éjaculations tiédasses sur sa peau nue, dans ses cheveux, sur ses joues, entre ses lèvres. Elle crie dans sa tête. C’est la première fois. C’est la guerre. C’est la loi. Les femmes ne valent rien à leurs yeux. Elles servent juste à satisfaire le besoin des hommes redevenus animaux immondes en cette  communauté sauvage. Cruelle pour eux également qui, décharnés, creusent les charniers.

    Elle est assignée aux bureaux. Sûr, le chef aurait du la laisser partir avec les autres. Cela ne serait pas arrivé. Pleine d’abjection, elle se relève. Le chef savait ce qu’elle risquait en la gardant après la nuit tombée. Elle ne peut plus, ne veut plus penser. Elle titube vers le ruisseau pour se nettoyer. Ses mains aux ongles cassés et endeuillés se creusent en coupole. Elle boit avidement l’eau glacée et pure à longs traits.

    Au ciel, la lune brille comme à l’accoutumée dans sa cour d’étoiles, lui rappelle qu’elle n’a pas le temps de s’apitoyer sur elle-même. Ils l’ont guettée, traquée, prise et relâchée. Voilà ! Elle est enferrée dans l’engrenage infernal. Elle peut à nouveau marcher malgré les crampes acérées. Trébuchant sur les pierres du chemin, elle se dirige vers la baraque plongée dans l’obscurité à une centaine de mètres. Ses compagnes auraient dû s’inquiéter de ne pas la voir venir. Cela aurait été dans une autre existence. Ici, chacune vit pour soi. Le Diable pour toutes. Quant à Dieu… est-il là malgré tout ? Elle en doute. Maintenant, encore plus qu’autrefois.
    Des chuchotements étouffés accueillent son arrivée. À l’appel du soir, une ancienne a contrefait sa voix pour ne pas attirer l’attention des gardes. Personne ne lui pose de question. Toutes ont compris. C’était son tour. Cela se passera tous les deux ou trois mois.
 
    Dorénavant, ils la battront comme les autres, pour provoquer l’hémorragie qui lui fera perdre le fruit. Ils la guetteront d’abord, scruteront son ventre qui enflera. Dans le cas contraire, ils lui sauteront dessus comme ce soir, avec une violence accrue pour la punir d’avoir trahi leurs espoirs. Le sang des femmes leur est mortellement vital. La chair des femmes est le gage de leur futur. Toutes le savent. Elles sont enchaînées à l’insatiable fringale des mangeurs de fœtus, sans relâche à l’affût de leur ration indispensable. Si par un mauvais calcul l’une d’elles leur échappe, ils lui ravissent son nouveau-né. Nulle n’en parle. Le sort de ces petits êtres innocents est occulté, tu. Ils le dévorent pour se gorger ensuite du lait destiné au nourrisson. Ils la sucent, l’épuisent, la transforment en écorce vide. Toutefois, ils préfèrent de loin les fœtus plus riches en oligo-éléments qui leur assurent, croient-ils, la jeunesse éternelle. Plus ils vieillissent, plus il leur en faut. Ils s’acharnent. Les ingurgitent à toute heure du jour, avec une prédilection pour le crépuscule. Ils gobent encore chauds et sanglants les petites glaires de vie sans défense.
    C’est à ce moment que l’on entend le plus crier les femmes. Elles hurlent sous les coups, abandonnent dans l’angoisse de la connaissance ce qu’elles ont de plus précieux au monde et livrent aux bourreaux impitoyables la chair de leur chair, le sang de leur sang, la vie de leur vie.

Murielle Lucie Clément

 


Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Murielle Lucie Clément par Murielle Lucie Clément

Auteur et critique littéraire.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique