Sur le RING

Le suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

SURLERING.COM - LES PAGES ROUGES - par Maximilien Friche - le 28/02/2011 - 24 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que l’image est un négatif. Nous suivons les débats liés à la datation au carbone 14, aux traces de pollen identifiées, nous essayons de suivre comment des scientifiques essayent de relever « ce défi lancé à l’intelligence » (1) et, on ne peut oublier l’image du cadavre du Sauveur. Eh bien, il ne s’agit que d’une partie du visage du Christ. Son double vivant, aux yeux ouverts et aux lèvres entrouvertes, fascinant et troublant, existe à Manoppello en Italie. C’est le visage du Christ ressuscité au matin de Pâques. Encore une nouvelle image qui résiste à la raison pure, dont il parait impossible qu’elle soit faite de main d’homme. Comme le linceul de Turin, et peut-être davantage, on s’aperçoit que ce visage est à l’origine de toutes les icônes les plus anciennes, et qu’il les a inspirées jusque dans les moindres détails.

La dernière ostension du suaire de Turin s'est déroulée du 10 avril au 23 mai 2010, et a accueilli 2 113 128 visiteurs. A cette occasion, les éditions de l’Emmanuel et les éditions du Jubilé ont publié une traduction française du livre de Paul Badde, journaliste allemand, « L’autre suaire » (2). Il s’agit d’un livre d’enquête écrit en 2005 sur le suaire montrant le visage du Christ ressuscité, situé dans la petite ville des Abruzzes, à Manoppello. Le suaire de Manoppello est-il une preuve pour les incrédules que Jésus Christ est ressuscité ? Il y a d’abord tous les détails de l’enquête qui permettent d’interroger la réalité. Le fait aussi que Benoît XVI se soit déplacé à Manoppello le 1er septembre 2006 pour contempler la Sainte Face n’est pas anodin. « Nous cherchons le visage du Seigneur. C’est aussi le sens de ma visite. » A-t-il alors déclaré.

I L’enquête

L’enquête se construit en avançant tour à tour le pied de la raison, et celui de la foi. L’un ne va pas sans l’autre, d’une part parce qu’il faut avoir foi en un Dieu de raison et d’autre part, parce qu’il faut avoir conscience que quelque chose dépasse toujours notre intelligence. Donc le pied de la raison, puis le pied de la foi, puis, puis. Et parfois, on fait des bonds. C’est le cas de Paul Badde qui nous décrit ces instants où l’intelligence est comblée de grâces. Sa démarche s’inscrit dès lors pleinement dans la démarche de Benoît XVI visant à réconcilier foi et raison.

Le livre est écrit comme le roman de l’enquête, comme l’histoire d’un homme qui cherche, peut-être pour tenir en haleine des lecteurs habitués au « Da Vinci Code », mais surtout pour donner une âme à la quête de Dieu, celle de Paul Badde. Et cette âme qui ressemble au dialogue avec sa femme, avec Blandina, une sœur qui veille sur le voile, avec Chiara, une tisseuse de soie de mer, avec le Père Pfeiffer, avec ceux qui veillent sur le trésor du Vatican,… Le sujet du roman, c’est l’enquête, sa méthode, ses hypothèses et ses résultats.

Nous savons que les données de base du Credo sont historiques : Jésus de Nazareth a vécu il y a deux mille ans, il a été crucifié sous Ponce Pilate et, son corps a disparu. Ces données historiques sont partagées par le Judaïsme, par l’Islam et même par les dubitatifs suffisants que sont les journalistes Mordillat et Prieur (3). Face à l’absence du corps de Jésus, saint Jean écrit dans son Évangile : « Il vit les linges posés à terre, et le suaire qui couvrait la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé dans un autre endroit. Alors l’autre disciple qui était arrivé le premier au Sépulcre, entra aussi ; et il vit, et il crut… » (4) Qu’est-ce qu’il a vu ?




La Véronique

Paul Badde nous rappelle que du VIème siècle jusqu’en 1600 environ, une icône non faite de main d’homme, une véritable icône (en mélange de latin-grec, "vera icon”) était exposée dans l’ancienne basilique Saint-Pierre de Rome, érigée par l’empereur Constantin au IVème siècle. C’est cette Sainte Face qui aurait même provoqué les pèlerinages en masse vers Rome dès le Moyen Age. On comprend en effet que les Chrétiens ne venaient pas forcément voir le Pape dans ces temps-là, il faut dire que certains papes n’inspiraient pas forcément la sainteté. Au préalable, cette icône aurait fait étape à Constantinople devenue centre de l’Empire. La relique, appelée relique de Véronique, était à ce point précieuse qu’un coffre lui a été aménagé dans un pilier de la coupole de la nouvelle basilique. A partir de ce moment, tout change à Rome. La Véronique est gardée secrètement dans son pilier creusé, ne sortant prendre l’air que le dimanche de la Passion portée à bout de bras durant cinq secondes de bénédiction du haut du balcon par les chanoines. Passé 1600, les copies de la Véronique ne représentent plus, comme avant, un visage aux yeux ouverts et aux lèvres entrouvertes, mais un visage mort aux yeux clos. Les copies deviennent même interdites pendant un temps. Dans son enquête méticuleuse, Paul Badde parvient à observer cette Véronique en 2005 peu de temps avant sa sortie annuelle : il y voit une vague tâche sombre sur un tissu crasseux à la forme d’une poire inversée, une tâche qui rappellerait l’ombre du Christ. Mais l’ombre n’est pas l’empreinte ! Ce que Badde a vu au Vatican, dans son trésor, c’est également l’ancien cadre de la Véronique, celui qui a servi pour l’ostension de la relique dans l’ancienne basilique. Un cadre à deux parois de cristal. Mais brisé. On date cet incident à 1606. Et, on retrouve la trace de la Sainte Face de Manoppello dès 1608 et le cadre brisé présent dans le trésor n’est que de quelques décimètres plus grand que l’icône des Abruzzes.  Que s’est-il passé dans ces années où Camillo Borghèse était Paul V, dans ces années controversées de la construction de la nouvelle basilique ? Pour le Père Pfeiffer, professeur jésuite, expert en art chrétien, cela ne fait pas de doute, le suaire de Manoppello est bien la Véronique de Rome. Ce dernier s’amuse d’ailleurs de ce qu’il discerne comme l’humour du Christ et de Dieu le Père : au moment où on lui construit le plus gros coffre-fort du monde, il disparaît pour atterrir dans les Abruzzes ! (5)

Badde fait maintenant l’étude de toutes les légendes apparues autour de la véritable icône, tous les voiles jetés sur le voile de Manoppello. Il y a la légende de sainte Véronique (ou sainte Bérénice) qui à la VIème station du Chemin de Croix essuie le visage du Christ. Evénement qui aurait formé la première icône du monde. Il y a aussi la légende rapportée par les Actes de Judas Thaddée. Selon ses écrits, la véritable icône serait une image faite par le Christ lui-même en mettant sa tête sur un linge pour l’apporter au roi d’Edesse malade afin qu’il guérisse. Le voile est alors appelé Mandylion. Pour le Père Pfeiffer, toutes ces histoires sont des voiles jetés sur le voile, qui, venant jeter un flou sur une image officielle désormais crasseuse et noire, ont donné aux détracteurs comme Luther matière à se gausser et de se détourner de la Sainte Face. Mais comment se détourner de la Sainte Face de Manoppello quand on sait que superposée au linceul de Turin, on s’aperçoit qu’il s’agit du même visage ? Exactes mêmes proportions, mêmes blessures (nez cassé et boursouflure à la joue droite). Pour Badde, le suaire de Manoppello est la Véronique de la basilique Saint-Pierre, elle est aussi ce linge que Jean a vu en entrant dans le Sépulcre, la véritable icône qui est peut-être à l’origine des nombreuses conversions des premiers Chrétiens.

Une icône non faite de main d’homme

Penchons-nous tout d’abord sur le support du suaire de Manoppello. Le voile est si fin que l’on voit à travers. Le voile est si fin qu’on peut le comparer à de la toile d’araignée. Et on n’est pas loin, car la source est bien animale. Les analyses montrent que l’étrange voile est un byssus, c’est à dire un voile fait en soie de mer, en fil de nacre, en cheveu de coquillage. En grattant un coquillage, on retrouve au bout de l’ongle des fils ultrafins extensibles, un peu brillants, un peu translucides. Une fois tissés, ils forment des morceaux de tissus de la plus grande délicatesse. Le luxe à l’époque du Christ… Pour identifier ce tissu, l’auteur n’a pas eu recours qu’à la technique, mais aussi à la tradition qui est venue jusqu’à nous, à la mémoire qui s’est étirée jusqu’à nous, prenant les médias les plus ordinaires d’entre nous. Ce média est cette Chiara Vigo, dernière tisseuse de Byssus encore vivante au monde, depuis son île au large de la Sardaigne, Sant’antioco (6), à côté d’un ancien centre de production de byssus sur l’île Santa Maddalena. Elle, qui a toujours entre ses doigts cette matière unique et précieuse de tous temps, est catégorique : le voile de Manoppello est bien un byssus. Dans sa famille, pétrie de tradition, au cœur du peuple original des Maestri qui parlent encore l’araméen, on tisse de mères en filles, de générations en générations, en s’appelant très souvent Maddalena. La légende fait remonter ces générations jusqu’à Bérénice, la fille d’Hérode.

Voilà donc pour l’identité du support, la matière du voile, la matière première utilisée par Dieu sait qui. Et sur cette matière, ce qui provoque aussitôt l’excitation des méninges et du tambour intérieur, il n’y a aucune trace de couleur, aucun pigment. Aucun pinceau n’a glissé sur le voile. Les ultraviolets l’auraient prouvé (7), et l’expérience nous dit surtout que les fils de nacre ne peuvent emprunter la couleur, car le sel les en empêche. Certains dubitatifs partent du principe qu’il s’agit d’une peinture, ils arrivent même à situer l’école : un genre très rare de la fin du Moyen Age, de l’école de Sienne avec des influences islamisantes, le suaire serait même peut-être le dernier spécimen de cette école. Il aurait fallu peindre cette image des deux côtés du voile très fin, car le visage est strictement identique au recto comme au verso. Mais le byssus ne fixe pas la couleur… Adhérer à la théorie d’une peinture de l’école de Sienne relèverait quasiment de la foi.

Mis entre deux parois de cristal, à contre-jour, l’objet est blanc comme linge. Une hostie, une hostie rectangulaire s’exclame Badde (8) ! Le premier cadre de la Véronique de Rome, reproduit pour le suaire de Manoppello, fut peut-être le prototype de l’ostensoir. C’est en passant une simple main derrière que le visage nous sourit, apparaît. Au grand jour, en plein soleil, lors des processions du troisième dimanche de mai et du 6 août, date de la fête de la Transfiguration du Christ sur le mont Thabor, véritable fête de la Sainte Face d’ailleurs, le visage bouge, son air change avec la lumière, un peu à la façon de ces images d’enfants qui en contiennent deux, il change tout le temps et reste insaisissable. Le byssus a une teinte naturelle un peu rousse, un peu bronze, un peu cuivre, plus or que jaune, une soie brune au reflet dorée (9). Le visage du Christ se détache grâce à un éclaircissement du tissu. Paul Badde nous dit : « Dieu crée en se retirant » (10). Dieu ne nous est accessible qu’en creux encore une fois, notre intelligence ne peut accéder à Dieu que de manière apophatique pour se prémunir de l’orgueil de vouloir comprendre Dieu. Voir Dieu ne peut être Le posséder. Dieu aurait donc laisser une empreinte sur le suaire de Manoppello, et cette empreinte contrairement au linceul de Turin est un positif. Ce qui, si on suppose les deux linges superposés, respecte la logique de la photographie. Paul Badde laisse sa pensée flotter et tombe sur cette phrase géniale : Dieu est photographe. C'est-à-dire : Dieu écrit avec de la lumière.

Un tissu précieux impossible à peindre, un tissu avec une image du Christ vivant extraite de sa teinte : une icône non faite de main d’homme. Cela a un nom, cela s’appelle Acheiropoïète. Toutes les icônes se ressemblent, certes. Et les plus anciennes ressemblent au suaire de Manoppello : yeux ouverts, lèvres entrouvertes, nez cassé, pommette droite enflée, trois mèches sur le front, barbe éparse, oreilles masquées par les cheveux. Voilà le modèle commun et les légendes font remonter ce modèle à une icône non faite de mains d'homme. Le suaire de Manoppello est une image Acheiropoïète, miraculeuse comme le linceul de Turin et comme l’image de Sainte Marie de Guadalupe (11).

Le puzzle : Oviedo + Cahors + Turin + Manoppello

L’ordinateur interne de Badde se met dès lors en marche. Au-delà des légendes, on sait qu’il y a souvent une information, une matière vraie commune. Badde cogite vite et tombe sur des coïncidences. Et ces coïncidences vont former le faisceau d’indices qui le ramène au Sépulcre, au corps du Christ, à saint Jean qui entre le matin de Pâques et qui croit. C’est ça aussi l’enquête. Puisqu’il en connaît davantage sur le tissu, il va chercher comment il a pu atterrir à un moment donné sur la tête du Sauveur. Autour de Jésus mort, au pied de la croix, il y avait sa sainte Mère, sainte Marie-Madeleine, et saint Jean. Au Sépulcre, il y avait les femmes et Joseph d’Arimatie, dont les noms sont cités dans les Évangiles de sorte qu’ils ont pu être vérifiés par leurs contemporains. Qui pouvait porter un voile en byssus pour le lui poser au-dessus du linceul ? Les présomptions sont fortes pour Marie-Madeleine. Elle portait ce genre de voile luxueux de séduction. Et puis d’un coup tout s’accélère dans un rapprochement des données, dans une compilation accélérée : le byssus a été porté par Marie-Madeleine; l’île qui était le centre de fabrication du byssus s’appelait Maddalena ; les aïeules de Chiara Vigo s’appelaient Maddalena, et son peuple viendrait de Bérénice, et sainte Bérénice et sainte Véronique sont le même personnage. On comprend l’émotion, le vertige. Il y a une convergence manifeste vers le voile de Manopello.

Paul Badde recherche dans la littérature et tombe sur Dante et sa « Divine Comédie » qui semble décrire le suaire, celui aux yeux ouverts. Paul Badde apprend aussi au cours de son enquête que le suaire de Manopello était sous la garde du frère Domenico, proche de Padre Pio et que ce dernier, avant de mourir, dans un dernier exercice de son don d’ubiquité, s’est recueilli devant cette Sainte Face. Finalement, Paul Badde revient encore sur le visage superposable avec le linceul de Turin, plus proche et plus efficace que tout portrait-robot réalisé pour un avis de recherche quelconque, proche et plus exacte que la simulation réalisée par la Nasa en 1978.

Image du Turin et Manopello superposés :



Image du visage du Christ reconstitué par la Nasa à partir du Suaire de Turin :



Paul Badde, pour consolider son enquête, va à la rencontre d’autres reliques en Europe sorties du Sépulcre. Il y a d’abord le linge maculé de sang et de lymphe entreposé à Oviedo en Espagne. Un linge qui montre des écoulements de sang correspondant aux mouvements de l’agonie du Christ. Et puis il y a la Sainte Coiffe de Cahors, dont il est dit qu’elle couvrait la tête de Jésus comme un long bonnet, dans le Sépulcre. Cette coiffe est trouée par des épines, et tâchée de sang. Voilà la diaspora des reliques, l’éparpillement en Europe des preuves de l’existence, de la mort et de la résurrection de Jésus Christ. Cette dispersion est due aux croisades faisant suite à l’invasion des lieux saints par les nouvelles populations musulmanes. Pour Paul Badde, le puzzle peut enfin se reconstituer : Oviedo a épongé la face sanguinolente de Jésus, Cahors  a couvert sa tête, Turin l’a enveloppée, et Manoppello a été posé par-dessus comme une caresse d’adieu.

II A quoi sert le voile de Manoppello ?


Le rapport qu’ont les Chrétiens avec les reliques est compliqué. Les objets ne sont pas adorables, pour eux seul Dieu l’est. Par ailleurs, la foi n’est pas soumise à ces preuves. Saint Jean termine son Évangile en nous disant qu’il n’a raconté que ce qui était nécessaire pour que l’on croit, qu’il n’a pas écrit une biographie mais un texte inspiré par l’Esprit Saint, pour donner la foi. (12) De même, à saint Thomas qui a besoin de toucher les cinq plaies, le Christ répond « heureux ceux qui croient sans avoir vu. » (13) D’où une exigence née chez les Chrétiens de croire sans voir, avec tous les risques possibles de la suffisance d’ailleurs. Mais le risque principal est d’écarter les traces visibles pour conceptualiser le Christ, en faire un humanisme en quelque sorte, en fait, désincarner la religion. Le christianisme n’est pourtant pas la religion du livre, mais celle de de l’incarnation. D’abord en une personne : Jésus Christ et, dans le prolongement, dans la seule chose qu’il nous ait laissée, la seule chose qu’il ait créé : l’Église. Comme dit Scott Hahn, dans son témoignage passionnant de conversion du protestantisme vers le catholicisme (14), le Christ n’a pas demandé que l’on écrive un livre ou même quatre, il a juste créé une Église, l’Église, en missionnant saint Pierre.

L’existence d’une relique de la résurrection est nécessairement un fait majeur pour le monde et renvoie chacun à sa propre tiédeur, à la radicalité de la conversion qu’il a repoussée à plus tard. Pour les incroyants, la relique est un tremblement de terre. Pour Mordillat et Prieur, qui doutent de tout, sauf d’eux-mêmes, un os à ronger. Paul Badde est un proche de Benoît XVI, il lui avait confié un morceau de byssus pour Jean-Paul II mourant. Il n’a jamais su si Jean-Paul II avait eu ce tissu, mais le fait que ce dernier ait institué avant de mourir la règle suivante : qu’un léger voile de soie fut déposé sur le visage des papes morts dans leur cercueil, représente un élément de désir de croire renouvelé.

« Il vit les linges posés à terre, et le suaire qui couvrait la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé dans un autre endroit. Alors l’autre disciple qui était arrivé le premier au Sépulcre, entra aussi ; et il vit, et il crut… » (4)

Une personne

Dieu ne s’est pas fait humanité, mais il s’est fait une personne humaine précise, avec un nom, une identité, et un visage. C’est aussi ce que nous rappelle le voile de Manoppello. On n’est pas dans les concepts quand on est dans les symboles. Ce visage renouvelé de Jésus surprend, intrigue. On serait même tenté de le refuser dans une réaction qui ressemble à la peur. Dans « L’autre suaire » de Badde, Chiara Vigo s’exclame : « il a les yeux d’un agneau… et aussi d’un lion.» C’est parce qu’il est insaisissable, que Chiara se reprend. En fait, il est peut-être plus aisé de le définir avec des verbes que des adjectifs. C’est un visage qui s’émerveille, qui aime, qui comprend, qui sonde, qui aimante, qui fascine, qui exige, qui sait, qui pardonne, qui élève, qui rachète, qui libère. Toute rigidité humaine finit par se dissoudre à la contemplation de la Sainte Face, toutes les fiertés se réduisent, tous les raisonnements s’évaporent, toutes les personnalités tombent.

Les Évangiles nous précisent que, malgré les informations données par Jésus, les apôtres n’avaient pas compris qu’il allait ressusciter d’entre les morts. Ils ne l’attendaient pas, ils se terraient et attendaient plutôt la fin du monde, mais absolument pas la résurrection. Au matin de Pâques, les femmes (dont Marie-Madeleine) qui arrivent au tombeau s’alarment, car pour elles, on a enlevé le corps du Seigneur ! (15) Qu’est-ce qui fait que saint Jean a une réaction différente quand il entre dans le tombeau ? A-t-il vu danser le visage du Christ sur le voile de soie de mer ? En tous cas, il a cru. Ce qu’il a vu, contrairement à saint Thomas, lui a suffi pour croire.

Le visage sur le suaire de Manoppello, bien qu’exactement superposable avec celui de Turin est très différent, nous semble-t-il au simple regard. Son visage cicatrisé, aux joues plus pleines, aux traits adoucis, est à la fois strictement identique, et totalement différent. Dans les Évangiles, quand les disciples rencontrent le Christ après la résurrection, ils ne le reconnaissent pas tout de suite. Et cette non reconnaissance immédiate n’est absolument pas niée par les Évangélistes. Ont-ils été confrontés au visage transfiguré, au visage de Manoppello ? Sur le mont Thabor, le Christ avait expérimenté le corps glorieux devant Pierre, Jacques et Jean. (16) Jésus a été une personne précise avec son identité, une personne tracée dans l’histoire dès les débuts avec le grand recensement d’Hérode, et c’est cette même personne, avec la même matière que la nôtre, qui resplendit. Manoppello permet un rapprochement soudain entre incarnation et résurrection, sur un même visage.

Le 6 septembre 2006, six jours après sa visite à Manoppello, en audience à Rome, notre Pape a déclaré : « Pour nous exprimer selon le paradoxe de l'Incarnation, nous pouvons bien dire que Dieu s'est donné un visage humain, celui de Jésus, et en conséquence à partir de maintenant, si nous voulons vraiment connaître le visage de Dieu, nous n'avons qu'à contempler le visage de Jésus! Dans son visage, nous voyons réellement qui est Dieu et comment est Dieu! » (17)

La mort et la résurrection

Turin et Manoppello sont les deux faces d’un même salaire. L’économie de notre salut passe par les deux parties de ce visage, le corps mort et le corps glorieux. Les deux aspects sont indispensables et l’on peut lire les erreurs de nos époques et de nos raisonnements en fonction de la négation de l’un ou l’autre. Turin sans Manoppello nous conduit à un Christ humaniste et mort de façon injuste. C’est la vision très moderne qui nous amène à transformer la religion en morale. Benoît XVI dans Jésus de Nazareth (18) insistait particulièrement sur ce message : Jésus s’est vécu, a vécu, comme le Fils de Dieu, et il est mort à cause de ça. Quand il dit je suis le Royaume, la Loi, quand il pardonne les péchés, quand il chasse les marchands du temple, il est le Fils de Dieu. Il est mis à mort pour ça. Ne voir que Turin, c’est ne voir qu’un homme mort, l’échec, c’est risquer de se focaliser sur le sacrifice du personnage, du Gandhi des temps anciens, pour ne retenir que son message d’amour, pour une société plus juste, bref quelque chose qui participe du vivre ensemble, un moralisme en soi.

A l’inverse, Manoppello sans Turin nous amènerait à une vision uniquement mystique du Christ. L’incarnation ne serait qu’un détail s’effaçant devant le surnaturel omniprésent, une vision limite extra-terrestre du Sauveur, en tout cas angélique. Cette vision aboutirait à deux erreurs contradictoires, que Jésus n’est pas pleinement homme, et par ailleurs, que le fils de Dieu relève quasiment d’un être créé comme un ange. Manoppello sans Turin ouvrirait le règne du psychisme, du moralisme pour soi.  Ce serait oublier que Dieu s’est incarné jusqu’au bout. Heureusement, nous avons eu Mel Gibson (19) qui a fait l’œuvre cinématographique la plus capitale qui soit, « La Passion du Christ ». Grâce à lui, les niaiseuses croyances New Age se sont évaporées devant la dure réalité historique : Dieu s’est fait cadavre !

L’un ne va pas sans l’autre. Il nous faut les deux visages : Turin et Manoppello, mort et résurrection. Que Manoppello sorte du bois à notre époque est une bonne nouvelle pour l’orthodoxie de la foi de l’Église, à plusieurs titres d’ailleurs.

L’action de Dieu n’est que miracle

Chaque pas dans la compréhension de ce qui s’est réellement passé procure une certaine jouissance. On est content de comprendre mieux ce que l’on savait. C’est ainsi qu’on jouit de parler de photographie, de radioactivité, etc. Et pourtant notre science butte, ce qui est normal, puisque même si notre cerveau jubile à comprendre davantage les procédés de la création, la nature même du miracle ne peut être remise en cause. Tant que Dieu est présent, il y a miracle. Le miracle est l’agir de Dieu.

Les images sur les suaires de Turin et de Manoppello, ces linges de matière particulière, du lin d’un côté et de la soie de mer de l’autre, sont comparables à des photographies dit-on, des photos qui auraient pu être produites par la radioactivité liée à l’événement de la résurrection. Dieu est photographe, c'est-à-dire : Dieu écrit avec de la lumière. D’accord mais il écrit droit sur des lignes courbes compte tenu de l’absence de déformation de l’image sur les linges. Il faut bien que quelque chose résiste à notre analyse, c’est la nature du miracle. D’ailleurs, les Évangiles nous disent que le Christ, pourvu de son corps glorieux, après la résurrection, traversait les murs. Il a donc pu traverser les linges pour y laisser son empreinte. Cette trouvaille de la lumière est comme un pétillement pour nos méninges. Les frères Bogdanov n’ont-ils pas avoué dans la formule qui a servi de titre à leur livre en 2010, qu’ils avaient vu le visage de Dieu en captant la lumière première, à l’origine de l’univers. Igor Bogdanov dit en juin dernier : « Oui, Dieu existe de manière très évidente. L'image d'un ordre extrêmement précis est associée à la première lumière qui précède le big-bang. » (20) Et l’on se souvient avec une certaine émotion de la représentation du doigt de Dieu en feu gravant les Tables de la Loi devant le Charlton Heston de notre enfance. (21)

Revenons pour finir encore une fois à l’image de Manoppello. Paul Badde nous rappelle qu’une image contient beaucoup plus d’informations qu’un texte, et l’informatique, l’ère médiatique, nous en a montré le principe. « Elle n’est plus seulement l’Image des images, elle est aussi le Texte des textes, la Parole des paroles, le tout en un seul et unique paquet sémantique ! » (21) Pour les orthodoxes, une icône est écrite, et non dessinée. Elle est toujours la retranscription de la véritable icône, c’est en ce sens qu’elle devient adorable. Le voile de Manoppello pourrait bien être l’instrument d’une réconciliation entre l’Orient et l’Occident. Rien d’étonnant que ce soit par une relique que la réconciliation soit rendue possible, plutôt que par le dialogue moderne. Le Dieu des Chrétiens s’est incarné, ce qui leur donne la chance de pouvoir voir Dieu. Ils peuvent regarder tous dans le même sens, en adorant Dieu présent dans l’Eucharistie avec le recours de la foi, ils le peuvent aussi maintenant en regardant le voile de Manoppello.

Maximilien Friche

(1) Expression de Jean-Paul II de 1998
(2) « L’autre suaire » - Paul Badde - Editions de l’Emmanuel - Editions du Jubilé - ISBN 978-2-86679-517-7
(3) Corpus Christi Vol 9 - La résurrection - Jérôme Prieur et Gérard Mordillat - producteurs Achipel 33 et Arte France
(4) St Jean XX 6-9 (traduction du Chanoine Crampon)
(5) P 166 de « L’autre suaire »
(6) http://www.sardolog.com/bisso/france/ou.htm
(7) Etude du professeur Don Vittori de l’université de Bari, 1997
(8) P 70 de « L’autre suaire »
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Byssus
(10) P 244 de « L’autre suaire »
(11) http://www.salve-regina.com/Catechisme/Notre-Dame_de_Guadalupe.htm
(12) St Jean XXI 25
(13) St Jean XXI 29-30
(14) Rome Sweet Home - De la foi de Luther à la foi de Pierre – Scott Hahn – Editions de l’Emmanuel – ISBN 2-911036-79-4
(15) St Jean XX 2-3
(16) St Marc IX 2-10
(17) http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2006/documents/hf_ben-xvi_aud_20060906_fr.html
(18) « Jésus de Nazareth » Joseph Ratzinger (Benoît XVI) - Editions Flammarion - ISBN 978-2-0812-0390-7
(19) « La Passion du Christ » de Mel Gibson - Production Icon - 2004
(20) Interview du Matin Dimanche, le 5 juin 2010. « Le visage de Dieu » Igor et Grichka Bogdanov - éditions Grasset - ISBN-13: 978-2246772316
(21) Les Dix Commandements - DeMille - 1955


Toutes les réactions (24)

1. 28/02/2011 13:10 - murielle Lucie Clément

murielle Lucie ClémentUn article époustouflant de précision, d'information! Bref, stupéfiant dans ce qu'il découvre et révèle pour quelqu'un comme moi qui n'a pas suivi toute l'affaire. Un article si bien documenté comme on en voudrait plus. Merci.

2. 02/03/2011 03:42 - judex

judexVoici une simple expérience à portée de n'importe quel blaireau qui balayera d'un coup ces évidentes supercheries et réduira à néant ce long texte prétentieux, creux, mais fort bien écrit, ma foi.
1. Prenez un drap blanc.
2. Barbouillez vous le visage d'une peinture inoffensive pour la peau.
3. Appliquez sur le visage, pressez délicatement, retirez et dépliez.
4. Comparez l'empreinte avec ces différentes prétendues reliques.
Vous constaterez qu'une fois déplié, l'empreinte de votre visage est pratiquement deux fois plus large que ces fausses empreintes du Christ qui provoquent tant de débats stériles.
Les divers imposteurs qui ont bricolé ces prétendus suaires se sont contentés de peindre en deux dimension (évidemment) un visage sans se douter un instant qu'une véritable empreinte rendrait un effet de déformation. Je ne parlerai pas du fait ridicule qu'on voit même les pupilles du Christ imprimées sur ce prétendu suaire de Turin.
Qui osera bientôt nous présenter une radiographie de la cage thoracique perforée du Christ ?
Par pitié, amis chrétiens, cessez de vous ridiculiser.
Pas besoin de s'appeler Sherlock Holmes pour déjouer cette minable imposture.
Par contre, pour les amateurs fortunés:
Je vend un vieux clou rouillé qui a vraiment perforé la main du Christ retrouvé sur le Golgotha en 1897.
Je conserve aussi un gobelet en étain dans lequel le Christ aurait bu durant la sainte cène.
Et joyau de ma collection, une photo jaunie de Jésus dans son étable prise par Dieu en personne.

Bon, soyons sérieux, je n'ai pas besoin de croire en l'authenticité de ces reliques pour livrer ma foi dans le message du Christ ou pour croire à son existence. Je m'étonne juste que tant de naïfs puissent encore gloser autour de ces évidentes supercheries. La foi ça tient debout tout seul.
"Dieu est photographe..." Ben voyons... et ma soeur pratique la lévitation.

3. 02/03/2011 09:24 - Nejma

NejmaJudex pourquoi tant de cynisme? Ce genre de croyance ne fait pas de mal alors pourquoi être aussi cassant.Pour la photo j'achète dites-moi votre prix.

4. 02/03/2011 21:35 - cpinpin

cpinpinUne nouvelle fois, Maximilien Friche nous embarque, nous bouscule dans notre foi...
Un article boulversant, lumineux, qui n'en doutons pas va laisser des traces !
Judex, je vous invite à publier vos conseils peintures sur le blog de Valérie Damidot...

5. 02/03/2011 23:58 - judex

judexNejma@ Pas de cynisme là dessous, et j'ai essayé de ne pas être trop cassant, juste un peu désinvolte. Des gens plus sérieux que moi et pas forcément athées, ont déjà réfuté cette jolie légende avec preuves scientifiques à l'appui. Mais bon, vous me direz que la science ne pèse pas lourd face à la crédulité innocente et fort touchante de quelques milliers de chrétiens que je ne cherchait pas à blesser.
Je pense que le Vatican fait fausse route en entretenant cette mystification, ce n'est pas un morceau de tissus peint qui va renforcer le pouvoir de l'église. Ce n'est pas l'emballage qui fait le goût du produit. Il fût un temps ou les marchands de reliques étaient sévèrement punis par l'église, l'épiscopat avait sans doute de bonne raison, non ?
Quand à la photo, elle est, comme qui dirait au fond de mon âme, donc je ne puis la vendre à un quelconque Méphisto.

6. 03/03/2011 09:23 - Maximilien FRICHE

Maximilien FRICHEUne petite précision, ce n'est pas le Vatican qui fait la promotion du suaire de Manoppello. Ce dernier est plutôt réticent à ce genre de choses. D'ailleurs, pour le Vatican la Véronique est toujours dans son pilier à la basilique St Pierre. La nouveauté, c'est la découverte de la présence de ce suaire depuis 1608 à Manoppello. La nouveauté, c'est l'enquête sur ce suaire et sa découverte également par notre Pape très rationnel qui a pris soin de s'intéresser à l'affaire.

La relique, d'une façon générale, reproduit la générosité du Christ vis à vis de St Thomas. Elle n'est pas indispensable mais elle n'est pas anodine non plus. L'incarnation et la résurrection supposent qu’il y ait eu des objets du Christ qui soient parvenus jusqu’à nous. Même si un tri entre toutes les reliques, avec l’aide de toutes les sciences humaines et techniques, est nécessaire. La particularité de Manoppello, contrairement à l’authenticité de la couronne d’épines par exemple, est de mêler recours à la foi et recours aux sciences. En effet, même parvenu à retracer l’histoire du suaire jusqu’au sépulcre, même parvenu à accepter que le suaire n’a pu être peint, il nous reste, par le recours à la foi à croire, encore une fois, à la résurrection…

7. 03/03/2011 11:51 - J.

J.Ça recommence quand le ring ?

8. 03/03/2011 12:18 - tolbourg-donsart

tolbourg-donsart Tout ceci est très intéressant mais je crois qu'il faut attendre un examen plus approfondi de cet objet avant toute conclusion.En ce qui concerne le linceul de Turin en revanche, il n'y a pas de doute, il s'agit bel et bien d'une image miraculeuse.Je renvoie les sceptiques au livre d'Arnaud Aaron Upinsky sur le sujet.

Précisons que l'image humaine présente sur le Saint-Suaire n'a rien à voir avec une peinture.Elle résulte d'une roussissure superficielle et variable des fibres .Cette opération est inexplicable et non-reproductible.

9. 03/03/2011 18:15 - Nejma

NejmaJudex je ne m'appelle pas Mephisto mais Iblis.

10. 04/03/2011 10:56 - Yeshua

YeshuaNejma, vous aimeriez acheter mon image?
Nejma, n'aimez pas votre argent, aimez-vous, aimez-moi.

11. 04/03/2011 11:48 - J.

J.@ M. Friche : "NOTRE Pape a déclaré" ? C'est pas le journal de la paroisse de Bussy les oies ici. Attention à ne pas exclure 90% du lectorat.

Sinon le culte des reliques, la personnalisation d'un Christ dans lequel on peut s'identifier, les miracles et autres manifestations surnaturelles... On peut citer les évangiles, toutes les références érudites, tous les textes en langues mortes qu'on veut, ça ne sera jamais qu'un vernis de culture sur ce qui n'est pas plus spirituel que les portes bonheur, gri gri, fantomes, homme de roswell, enlèvements d'extra-terrestres, etc, des masses incultes.

12. 04/03/2011 18:15 - Maximilien FRICHE

Maximilien FRICHETout d’abord, dire « notre » pape ne sous-entend pas que l’on ne s’adresse qu’à des catholiques, mais rappelle la prétention de l’Eglise d’être la seule à se dire catholique c’est-à-dire universelle. En ce sens, le pape est le pape de tous, croyants ou non. L’article est donc bien tourné vers ceux que vous dénombrez, vers les 90% et les 10 autres %, pour offrir à tous le contenu d’une enquête récente sur le visage de Jésus de Nazareth.

Quant au verni de culture que vous me prêtez, je crains malheureusement que nous en soyons tous là. Mais cela ne m’empêche pas d’écrire et vous, de commenter.

Enfin pour ce qui est des reliques et de leur signification. Il n’est effectivement pas indispensable de s’attacher à ces objets, il est surtout capitale d’éviter toute fétichisation. Par ailleurs, je trouve douteux de se détourner systématiquement des manifestations visibles qui nous sont offertes. Rechercher DIEU en refusant a priori son caractère surnaturel, la nature même de son agir qui n’est que miracle, c’est-à-dire une création ex-nihilo, me parait impossible et contradictoire. C’est chercher quelqu’un en refusant son être. Mais on peut aussi refuser de rechercher Dieu et attendre qu’il nous trouve.

13. 04/03/2011 19:20 - judex

judexNejma@ Iblis, Shaïtan, Méphisto c'est de toute façon le même cocktail, une sorte de djinn tonique, piment de la vie sans qui la foi n'aurait pas beaucoup d'intérêt. Nejma c'est un parfum Oriental ?
un sucre à épiler ? ou simplement une étoile tombée sur terre ? Que feriez vous d'une relique ?

14. 05/03/2011 11:11 - Nejma

NejmaJudex plutôt une étoile tombée sur terre.
Que ferais-je d'une relique, bonne question. Je sais c'est pour me rendre inexpugnable.

15. 05/03/2011 12:06 - tolbourg-donsart

tolbourg-donsartQuand Jean-Baptiste envoie ses disciples auprès de Jésus pour lui demander s'il est le Messie,Jésus répond : "Les aveugles voient et les boiteux marchent,les lépreux sont purifiés et les sourds entendent,les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncé aux pauvres..." (Matthieu 11 , 4-5).

Même s'il s'agit d'une référence aux prophéties d'Isai,les preuves avancées pour suggérer la messianité de Jésus sont les miracles qu'il accompli.C'est donc AUSSI par le caractère surnatuel de ses actes que Jésus entend instruire ceux qui viennent à lui.

De plus,il y a différentes sortes de reliques.La plupart d'entre elles sont des objets tout à fait ordinaires,comme l'os d'un saint ou même un morceau de la vraie croix.Dans le cas du linceul de Turin et PEUT-ETRE du suaire de Manoppello, il s'agit de tout autre chose puisque c'est l'existence même de ces objets qui est problématique.

16. 05/03/2011 13:52 - Juste pour la blague

Juste pour la blagueEncore une apparition :
http://www.rtlinfo.be/info/magazine/insolite/777106/il-voit-jesus-sur-un-rocking-chair

17. 08/03/2011 08:46 - bonnot

bonnotbonjour a tous .ou pourrions nous trouver une image sur diapositive du christ de manoppello?

18. 05/04/2011 18:22 - Barnabé

Barnabé La vision purement" laïque" de Jésus s'interdisant tout acte surnaturel ,toute manifestation incompréhensible à la raison ,réjouit certes les athées , l'Eglise" en- phase- avec- les problèmes -de notre- temps" (moderne et dépoussiérée comme disent les journalistes média ) et au passage pas mal de Protestants européens ,mais pas ceux ,qui comme le rappelle Maximilien Friche , recherchent Dieu en sachant que" la nature même de son agir est miracle ".
Comparaison n'est souvent pas raison et celle avec les porte bonheur gris gris talisman et autres hommes de rosewell le prouve assez, bien que souvent la distance soit infinie entre l'homme moderne de la sphère publique campé sur ses illusions rationalistes (mais lesquelles au fait ?) et le pauvre isolé levant son nez vers les étoiles pour reconnaître qu'il, que personne n'y comprend foutrement rien et surtout pas la raison qui ne trouve aucun point d'appui dans un univers qui l'a pourtant engendrée..Alors oui le Surnaturel ne devrait étonner personne ,nous y baignons ...
Pour le reste effectivement il semble comme le suggère Tolbourg que certains intervenants n'aient pas toutes les informations (passionnantes ) sur le Suaire de Turin toujours inexplicable malgré toute notre science , et le Carbone 14 !

19. 15/04/2012 12:51 - M. Sylvestre

M. SylvestreDans « La Passion du Christ » selon Mel Gibson, pour une meilleure ressemblance avec l'image du Turin et Manopello superposés, l'acteur principal aurait dû être... Sylvester Stallone ! Si les deux empreintes proviennent du même visage, il reste cependant possible que l'industrie des reliques, florissante à l'époque médiévale, ait utilisé le même modèle (peut-être le même bas-relief qui aurait servi à produire le linceul de Lirey). À cette époque, les reliques avaient déjà un rôle « d'attractions touristiques » dont les retombées économiques n'échappaient ni à leurs promoteurs, ni à leurs détracteurs. À cette époque déjà, la foi déplaçait des montagne,... et levait des armées.

20. 30/04/2012 01:12 - Isidore

Isidorequ'est-ce que c'est que ce canular.Que personne de normalement intelligent et réellement chrértien ne s'y laisse prendre. On peut dégoiser des pages sur n'importe quel sujet sans que ça ne veuille rien dire et c'est le cas ici. Ce soi-disant suaire de Manopello est,visiblement,pour quiconque a le moindre sens artistique,qu'une peinture ou un dessin,reproduit ensuite de façon à griser d'une apparence monochrome,mais c'est bel et bien un tableau fait de main d'homme.Ce n'est même pas une photo,bien sûr,ce qu'un simple amateur photo sait immédiatement,du premier coup d'oeil.
Or,le suaire de Turin,sur quoi l'Eglise continue de se montrer très prudente,sachant que même si il est ce qu'il donne à "croire",n'est,de toute façon qu'un objet,est de toute autre facture:le vrai suaire de Turin est non pas un négatif sur fond noir,comme on le montre à des gens qui n'ont pas la moindre connaissance en photo encore à notre époque et qui est en fait bel et bien un positif sur fond noir, mais,et c'est ce qui s'en déduit,ce vrai suaire de Turin est,à l'origine, un négatif sur fond blanc.
Lequel négatif sur fond blanc(le drap!) est d'ailleurs à peu près illisible. On a pu le voir et tout ce qu'on y voit c'est quelques traces rousses sur un drap blanc. A une époque où,la photo n'ayant pas été inventée,on ne pouvait même pas savoir à quoi ressembler une image négative,même ceux qui y révéraient un linceul du corps de Jésus,ne pouvaient absolument y deviner le sens de ces traces ni deviner qu'elles étaient celles d'un corps humain, en "négatif" précisément,alors même qu' aucun artiste n'avait jamais essayé de faire l'expérience de dessiner une image en négatif,ce dont personne n'avait la moindre idée.Même de nos jours,connaissant la photographie,et la notion de négatif il n'est nullement évident d'y deviner une image d'un corps en négatif. Personne ne peut donc y VOIR au premier coup d'oeil,l'image d'un corps.

Il aura fallu l'initiative de ce photographe italien de photographier ce suaire pour que le monde s'aperçoive qu'il s'agissait là d'une image quasi photographique d'un corps humain.Le photographe premier surpris de voir sur son négatif argentique en plaque de verre,l'image positive d'un corps !
Peut-être aura-t-il eu,en tant que photographe, une petite intuition.Reste qu'en tant que photographe,justement,il s'attendait à fabriquer un négatif.
Ce qui est généralement montré, DE NOS JOURS,c'est ce positif sur fond noir qui est le premier négatif obtenu par la prise de vue photographique de ce linceul.
En terme de technique photo,c'est un négatif.Il se trouve que,si on y voit aujourd'hui une image en positif,c'est parce qu l'original est déjà un négatif,bien sûr.

21. 07/06/2012 13:52 - PITALO

PITALOComme Murielle Lucie Clément, je trouve l'article extrêmement précis et très bien documenté.
Il se trouve qu'il y a avait hier soir sur la chaîne allemande EWTN un interwiew du Dr Jur. Van Höve qui a en tant qu'expert reconnu que le suaire de Manopelelo est une énigme pour la science.
Par contre je voudrais juste dire un mot à Isidore qui n'a pas bien lu l'article, car il prétend qu'il est facile de fabriquer un suaire de Manoppello car dit-il "c'est bel et bien un tableau fait de main d'homme" sauf que le tissu sur lequel on voit le visage du christ est un tissu sur lequel aucune peinture ne peut adhérer ! Dommage, Isidore que vous fassiez partie de ces négationnistes, qui nient tout ce qui existe et affirment dur comme fer ce qui n'existe pas.

22. 27/02/2013 22:58 - bu2bu

bu2buL'obscurantisme crasse est bien le même dans toutes les religions. Le suaire de Turin, et puis quoi encore ! Ah oui, Lourdes et sa brillante réussite commerciale ... et le pélerinage à la Mecque, deuxiéme source de devises aprés le pétrole en Arabie .. La liste est sans fin. Mais qu'est-ce que ces incongruités obscénes viennent faire sur le ring ?

23. 28/03/2013 07:09 - Coucy

CoucyL'obscurantisme crasse est bien le même chez tous les matérialistes qui érigent leur scepticisme en religion...

Bien évidemment, il ne faut pas être le jouet de n'importe quelle fable ou machination trompeuse.

Pourtant, il faudrait éviter d'aborder tout événement avec une vision obligatoirement opérée au travers du prisme, fortement teinté, de l'idéologie sceptique. Il en est, parmi, ces événements qui résistent à l'examen pointu de la raison et qui obligent néanmoins à admettre quelques constats, très matériels ceux-ci.

Je ne saurais me prononcer sur ce "suaire de Manopello" que je n'ai jamais étudié, pour l'avoir découvert très tardivement.

En revanche, pour ce qui concerne ce linge dit Saint suaire de Turin, l'objectivité et l'honnêteté la plus élémentaires obligent à admettre que des questions monumentales demeurent qui pour l'instant ôtent toute crédibilité aux objections, souvent narquoises, à défaut d'être solidement documentées, de ses détracteurs.

Soutenir - en l'état actuel des connaissances historiques concernant les évolutions de la technique - comme le font ses habituels opposants, que ce Saint-suaire serait la reproduction d'un habile faussaire du Moyen-âge est une plaisanterie tellement puérile que la proximité de la date du premier avril prochain ne saurait l'excuser de la part de gens qui se prennent, eux, très au sérieux...

24. 09/04/2013 16:46 - bu2bu

bu2buCoucy, faut-il que ce soit le désert entre vos deux oreilles, pour vous obliger à vous réfugier derriére des âneries genre suaire de Turin, ampoule magique de Naples et autres billevesées ?
Et la qualification de "scientiste", dés qu'on refuse de mordre dans le crétinisme insondable de la pensée magique, les djinns de l'islam, les anges des cathos, la liste est longue des imbécillités inventées par des manipulateurs à destination des demeurés; cette qualification, donc, n'est que la manifestation d' ignorants éructant des imprécations pour masquer leur incapacité à comprendre de quoi ils parlent.
La science contre la naïveté des primitifs, ce n'est pas du scientisme : C'est le réel qui s'oppose à la crédulité venue du fond des âges, d'hommes des cavernes n'ayant pas la moindre excuse quant à la persistance de leurs délires : L'accés à la connaissance est devenu universel, et seuls ceux qui ne veulent pas en tenir compte continuent à nous bassiner avec leurs chiméres idiotes : Combien passeront leur vie entiére sans rien comprendre au monde qui les entoure? Alors que ce n'était pas inéluctable ?
C'est triste, mais pas une larme pour les idiots volontaires, ridicules et fiers de l'être.

Ring 2012
Maximilien Friche par Maximilien Friche

Directeur littéraire aux éditions Ring. Ring Wall of Fame.

Dernière réaction

Un article époustouflant de précision, d'information! Bref, stupéfiant dans ce qu'il découvre et révèle pour quelqu'un comme moi qui n'a pas suivi toute l'affaire. Un article si bien documenté...

murielle Lucie Clément28/02/2011 13:10 murielle Lucie Clément
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique