Sur le RING

Le président ne doute pas : il fait semblant

SURLERING.COM - FRANCE - par Philippe Bilger - le 26/01/2012 - 2 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Le président de la République, au cours d'une soirée en Guyane, paraît-il en off, a distillé des confidences à plusieurs journalistes. La réalité de cet épisode à l'initiative de Nicolas Sarkozy, n'a été connue que grâce à la volonté de transparence de Libération.


 
Immédiatement on a déduit de cette séquence que Nicolas Sarkozy envisagerait l'échec, serait en proie au doute et, si sa défaite advenait, ferait autre chose que s'occuper d'une quelconque section UMP (Le Monde).
 
Je ne parviens pas à analyser cette péripétie et ces propos comme l'expression d'une spontanéité s'offrant enfin le droit d'être débridée. J'y vois plutôt une tactique habile qui vise à faire d'une apparente sincérité une arme redoutable pour le début d'une campagne dont Nicolas Sarkozy perçoit les difficultés à venir mais qui ne l'effraie pas. Le candidat enfoui sous le président maladroit et décevant bout d'impatience et n'a probablement qu'une hâte, c'est de ressurgir dans sa plénitude. Les doutes de Nicolas Sarkozy relèvent à l'évidence de la même opération que ses allégations constantes sur le fait qu'il sera président de la République jusqu'au bout. Il est aussi peu incertain pour la joute présidentielle qu'il est clairement candidat depuis des mois.
 
Il est d'autant plus essentiel, pour lui, de laisser apparaître ces hésitations, ce trouble, ce vague pessimisme qu'ils ne feront que conforter, de l'autre côté, le sentiment d'avoir déjà gagné caractérisé notamment par les déclarations répétées de Pierre Moscovici qui s'obstine à marteler que Nicolas Sarkozy ne peut plus vaincre. Ce qui est, à la fois, inepte et, en profondeur, démobilisateur. Par ailleurs, en dépit de la prestation brillante de François Hollande au Bourget et des réactions faibles de l'UMP, il n'est pas sûr que l'inélégance avec laquelle le candidat socialiste a "zappé" politiquement et humainement Ségolène Royal, sans doute à cause de la présence de sa compagne aux côtés de Mazarine Pingeot, ne laisse pas une trace négative. Que le PS s'enfonce dangereusement dans cette impression d'une victoire avant l'heure, si elle est dévastatrice pour lui, est, en revanche, porteuse d'espérance pour Nicolas Sarkozy qui n'aspire qu'à être plus que jamais un "outsider", presque un virtuel vaincu qui appelle moins de ressentiment qu'une constatation apaisante.
 
Croit-on véritablement que c'est par hasard - avec une divulgation inévitable - que le président s'est abandonné, en ce moment précis, à la manifestation d'états d'âme qui dans tous les cas, à les supposer authentiques, surviennent trop tardivement pour imposer une alternative alors que, plus précoces, ils auraient risqué de susciter une exigence de primaire ? A nouveau, dans le constat, ce sont les lettrés qui voient juste et les spécialistes qui selon moi se trompent. Rien de plus faux, en effet, que de minimiser l'incident comme le fait Roland Cayrol qui y voit "juste une vérité du moment", que de le dramatiser comme Christian Salmon qui le nomme "le signe de la fin". Seul Patrick Rambaud devine le piège: "Si c'est une ruse, elle est idiote".
 
Peut-être pas si "idiote" que cela. Ce qui manque absolument au président, c'est d'être aimé. Davantage peut-être encore : qu'on désire l'aimer, qu'on ait envie, une seconde, d'éprouver à son égard une empathie qui, faisant fi de l'arrogance vulgaire qu'on lui prête, s'attacherait à ses faiblesses, ses failles, au possible désastre qui le guette. En ce sens, l'exercice auquel il s'est livré devant des journalistes trop heureux des confidences intimes pour les questionner politiquement, va plus loin que le "je suis le moins mauvais" qu'on entendra sans cesse lors de la campagne. Il signifie qu'il est, lui aussi, capable de "fendre l'armure", d'offrir ses blessures, son for intérieur, et de quémander un amour qui lui est si chichement octroyé, même par ses partisans inconditionnels, qui collent à lui mais comme à une bouée de sauvetage. On est bien obligé de feindre de choyer le capitaine pour éviter le naufrage !
 
Enfin, la scène guyanaise ressemble à un encouragement qu'il s'adresse à lui-même après avoir, un temps, déstabilisé ses troupes. Nicolas Sarkozy appartient à cette catégorie de "bêtes" politiques qui ont besoin de l'odeur, du souffle, de la proximité du pire prévisible pour bander leurs forces et remonter à la surface, vers la victoire. Il a heurté délibérément du pied le fond de la piscine et, dans l'élan, il se projette vers demain.
 
Le président ne doute pas : le candidat fait semblant. Qu'on ne compte pas sur lui pour être atteint par la peur de gagner !
 


Toutes les réactions (2)

1. 26/01/2012 18:27 - commequidirait

commequidiraitOui, je suis sidéré que les spécialistes des média se questionnent autant sur le sens de ces "fuites". En période de campagne, tous les coups sont calculés... Il est plus que probable, sinon sûr, que Sarkozy et son entourage aient misé sur l'attendrissement, sur le côté humain et faillible d'un président qui, comme chacun de nous, a peur de perdre... De bonne guerre mais du cinéma de série Z quand même.

2. 27/01/2012 11:13 - nicolas victor

nicolas victoril s'est mis à la méditation,cela se voit un peu.

Ring 2012
Philippe Bilger par Philippe Bilger

Ancien avocat général près la cour d'appel de Paris, écrivain. Ring wall of fame.

Dernière réaction

Oui, je suis sidéré que les spécialistes des média se questionnent autant sur le sens de ces "fuites". En période de campagne, tous les coups sont calculés... Il est plus que probable, sinon...

commequidirait26/01/2012 18:27 commequidirait
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique