Sur le RING

La lèpre d'Internet : le cas Lise-Marie Jaillant

SURLERING.COM - LES PAGES ROUGES - par Juan Asensio - le 03/03/2010 - 39 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Dénuée de talent littéraire, refusée par tous les éditeurs, la blessure narcissique est telle qu'une "wannabe" décide de se venger en créant un blog qui sous couvert de  commenter l'édition,  enchaîne médisances, règlements de comptes et ragots, n'hésitant pas à lancer de fausses rumeurs destinées à nuire aux écrivains qu'elle jalouse farouchement.  Désormais, elle passe  à la vitesse supérieure en menaçant de procès ceux qui dénoncent ses agissements. Juan Asensio, célèbre critique littéraire de la toile, avait encore un bouquet de fleurs à lui offrir. La réversibilité, il paraît.


Écrivaine ratée, Lise-Marie Jaillant, encore parfaite inconnue de la blogosphère il y a quelques années, voit en 2005 son grotesque manuscrit refusé dans toutes les maisons d'éditions de France et de Navarre.  Une amie, éditrice chez Fayard, m'avait à l'époque  raconté les fous rires du comité de lecture dès la réception du manuscrit - au titre raffiné de "Massacre à Science Po" - et d'une toute cosmique nullité. Quand l'individu normal aurait abandonné l'idée de publier ou rempilé sur un tout nouveau manuscrit, la Cindy Sanders des lettres s'était, forcément, déjà vue au Panthéon. Atrocement blessée dans sa petite chair narcissique, notre top model au si bienveillant sourire n'en reste pas là et décide de prendre sa frustration par les cornes. Elle crée un blog, Wrath, ahurissant de fiel, pour "démontrer" que toutes les publications, de Mars à Venus en passant par la planète Terre sont le fruit de pistons et d'arrangements entre  différents "escrocs" (entendez éditeurs ou agents qui n'ont pas voulu d'elle ou qui ont osé dénoncer son acharnement), n'hésitant pas à mentir à ses lecteurs en inventant de fausses rumeurs sur des écrivains célèbres destinées à salir la réputation de celui ou celle qu'elle a pris pour cible. Moi-même victime de cette authentique sorcière parmi des centaines d'autres professionnels de l'édition, j'ai eu le temps de converser avec son hébergeur qui ne cautionne rien de ce que publie notre héroïne et qui est intervenu à de nombreuses reprises pour la rappeler à l'ordre. Mais Cindy continue son entreprise de destruction : acharnée, sachant la passion des foules pour le complot et l'explication misérable, elle use de toutes les méthodes que le web lui offre dans sa petite chambre de Vancouver pour salir les travailleurs du milieu dont elle se fantasmait membre éminent et qui lui a botté les fesses à coup de "NEIN" successifs via sa boîte aux lettres. Ce milieu qu'elle n'a jamais pu rejoindre faute de talent et sans doute de travail, elle va le piétiner, appeler à la délation publique sur son site, promettant de faire de la pub aux blogs des délateurs, textes tragicomiques, interviews vidéos rapidement agressifs avec des auteurs dont le livre est prétexte à leur faire avouer leurs "magouilles et copinages", publiant des chiffres de ventes bidons pour ternir l'éclat de leur publication, détournant la vérité pour en décrire le pire qu'elle peut imaginer, tout en hurlant à qui mieux mieux sur la sacro-sainte liberté d'expression (suite à de nombreuses menaces de recours judiciaires de victimes ), la voici  désormais, offrez-vous un sourire, menaçant Juan Asensio d'un procès, si sous 48 heures, il ne supprime pas une note du Stalker dont elle fut la juste cible. En attendant, voici la réponse de Juan Asensio.

David Kersan

 

L'éditeur Léo Scheer, il y a quelques mois, fut traité par Lise-Marie Jaillant d'escroc, la tournure interrogative du titre de sa note, censée la prémunir d'une plainte en diffamation, n'étant qu'un fort piètre leurre, que le plus mauvais étudiant en première semaine de droit balaierait d'un sourire.

Il faut croire que ce type de note qui ne s'embarrasse d'aucune subtilité ni même de la moindre preuve quant à ses accusations, tout de même graves, a ses vertus puisque je constate que ladite note, que Maître Pierrat juge si clairement diffamante à l'encontre de son client Léo Scheer, est toujours en ligne, bien des semaines après sa publication.

L'inébranlable nullité critique et littéraire qu'est Lise-Marie Jaillant, sans doute la personne la plus constitutivement dénuée de toute parcelle de talent exerçant sur la Toile son métier d'échotière ou plutôt de vivandière, pathétique femme de Zante puant l'aigreur et la malhonnêteté intellectuelle à quelques centaines de lieues virtuelles, puits inépuisable de médisances, de calomnies, de bassesses, d'insultes, de diffamation, à l'égard de blogueurs, d'auteurs, d'écrivains, d'éditeurs désormais sans nombre, n'hésita même pas à publier le courriel privé de Maître Emmanuel Pierrat sur son blog. Notons que je me préoccupe moins du fait qu'elle ait ou pas le droit de reproduire ledit courriel que de l'impact que peut avoir cette façon de faire auprès du plaignant.


Cependant je le disais, cette note diffamante (ou pas) est toujours en ligne. Je crois que je vais transférer Stalker sur la plate-forme d'Olivier Creiche, puisque Haut et Fort, une fois de plus, me demande d'obtempérer à la mise en demeure que Lise-Marie Jaillant lui a envoyée le 27 février, qu'elle lui a reconfirmée, lui annonçant qu'un recours judiciaire serait intenté contre l'hébergeur et le blogueur.
Typepad ou... Blogger peut-être ? C'est une idée.

Ma note si infamante pour Lise-Marie Jaillant, un texte pourtant mesuré à mon très humble sens, qui défendait Maurice G. Dantec traité comme un cochon par cette dernière, est-elle diffamante ? On me prête l'ironie assassine et l'insulte facile. Peut-être, sans doute même; je suis un homme et cette espèce-là, n'en déplaise à nos techniciens, a parfois de sombres humeurs pas encore complètement aseptisées. Voilà tout de même des textes (regroupés dans deux célèbres catégories, colonne de droite de ce blog) qui, hormis de la part de quelques petits esprits à la médiocrité harassante, n'ont jamais justifié la moindre menace de procédure judiciaire. Dire d'une femme qu'elle est une mégère lorsqu'elle officie, et de quelle lamentable façon, sur la Toile, avancer des preuves de ses dires dans une note argumentée, est-ce la diffamer et l'insulter ? Franchement, je me moque de connaître la réponse que me donneront les avocats, dont le métier me semble être de transiger plutôt que de juger, voire, tout simplement, de défendre.

Lise-Marie Jaillant, fidèle à sa complexion, déballe et ne sait absolument rien faire d'autre, comme un bousier roule infatigablement le petit tas de merde avec lequel il se protégera des intrus. De quoi se protège Lise-Marie Jaillant avec une si visible crainte ? Certainement pas de son talent, puisqu'elle n'en a aucun, pas même celui, minimal je vous l'accorde, d'écrire une note, fût-elle navrante, dans une langue à peu près dénuée de fautes d'orthographe.

Je crois que j'aurais signifié mon mépris à Lise-Marie Jaillant lorsque j'aurais écrit que sa petite prose invertébrée n'est même pas à l'orée des bluettes réglementaires dont le plus nul étudiant du Celsa est tout de même capable.
C'est cette même Lise-Marie Jaillant que je traitai, sans la moindre tournure interrogative, de mégère de la Toile, qualité peu enviable qu'un simple relevé de la presque totalité de ses notes suffirait à exposer, qui m'a donc donné 48 heures (tiens, d'habitude c'est plutôt la moitié, notre prêtresse de l'écriture pour notice de tringle à rideau manque visiblement de pratique), deux jours donc pour supprimer ma note stigmatisant ses procédés (et, par la même occasion, défendant Dantec traité je le rappelle comme un gredin), son manque cruel de talent, ses approximations, ses mensonges, ses platitudes, ses insultes, ses diffamations à l'égard de... tout auteur ayant vendu plus de cent exemplaire de ses livres ce qui fait, heureusement ou hélas, beaucoup de monde.

Avez-vous lu une note de Lise-Marie Jaillant saluant l'excellent travail d'un éditeur, y compris petit, puisque c'est là son unique haridelle, mille fois montée, de combat ?

Avez-vous lu une note de Lise-Marie Jaillant qui, comme celle-ci, lamentable, ne conjugue point : des courriels probablement inventés par l'auteur, où tel journaliste éminent dit clairement ce qu'il pense de tel torchon supposé, en s'adressant, je vous le donne en exclusivité, à... Lise-Marie Jaillant, l'évidence même de n'avoir point lu le livre pourtant critiqué, pardon, traîné dans la boue, des phrases aussi stylistiquement achevées que De quoi ça parle ?
Avez-vous lu Lise-Marie Jaillant saluant, par autre chose que des phrases d'une vulgarité sans borne, sans le moindre talent critique ou exégétique, sans la plus petite trace d'enthousiasme ou même de franche exaltation, un grand livre récemment publié (il y en a tant !), comme je m'efforce de le faire sur ce blog, qu'il s'agisse d'auteurs français ou étrangers ?

De telles façons de faire sont tout bonnement inadmissibles, abjectes, ridicules et si je me fais condamner parce que je l'ai écrit, c'est qu'il y a, décidément, quelque chose de pourri dans la société française ne se cantonnant point à l'application sans esprit d'une loi rivée à sa lettre.

Je ne suis sans doute pas le meilleur lecteur de Lise-Marie Jaillant et j'espère qu'on me pardonnera cette inqualifiable volonté consistant à préserver mon regard et surtout mon odorat du spectacle, répugnant entre tous, qui consiste à contempler, plus peiné qu'en colère parce que les médiocres méritent toujours nos plaintes, une jeune femme se ridiculisant publiquement, sans commune mesure, en crachant sa haine et son envie pitoyables et minuscules à travers chacun de ses mots expulsés comme des glaviots verdâtres.
Puisque, à l'heure actuelle, je ne m'étonnerai même plus du fait que mon hébergeur supprime la note si gênante pour l'honneur de Lise-Marie Jaillant, comme Paperblog, ce site qui ne sert à peu près à rien*, l'a fait sans même m'en avertir et sur simple demande de Lise-Marie Jaillant, j'indique cette autre fort méchante note que la plus vulgaire échotière de la Toile ne pourra (du moins, espérons-le, Haut et Fort ayant déjà supprimé, de sa seule initiative, une de mes notes vieille de deux années...) atteindre, quelle que soit sa colère.

Oserais-je, afin de moquer notre humiliée et offensée, Lise-Marie Jaillant, citer, à quelques détails près fruits de ma seule imagination, la prose si limpide de notre Walkyrie à l'épée en caoutchouc qui, dans la note plus haut citée où elle s'offusquait qu'un éditeur lui cherche querelle, écrivait : Eh bien, ma réponse est claire : JAMAIS je ne censurerais (sic) mon blog. Ce que j'ai dit n'est en aucun cas diffamatoire puisque c'est la vérité. Mais comme disait Pierre Jourde à une époque, peut-être vaudrait-il mieux qu'il y ait un procès, histoire de révéler au grand jour les dessous si peu catholiques de notre Jeanne d'Arc des wannabe priez pour eux...
Je compte sur mes lecteurs pour défendre la liberté d'expression sur la Toile : relayez l'information, avant que ce lamentable Pernichon femelle (voir L'Imposture de Bernanos) ne tente de fermer mon blog...
Il y a quelques semaines, une documentaliste feignait de s'interroger sur le fait de savoir si Stalker était le déshonneur de la blogosphère. Ignoble question, question ridicule de mauvaise foi, quoi que l'on pense de mes textes, que l'exposition du travail colossal que représente ce blog suffirait à balayer d'un trait.

Le déshonneur de la blogosphère française, c'est le blog de Lise-Marie Jaillant hébergé par Six Apart, Lise-Marie Jaillant qui n'est plus que Wrath, c'est-à-dire absolument rien.
Beau curriculum vitae.
Ce rien, apparemment, impressionne.
Ce rien, Lise-Marie Jaillant, est pourtant nuisible.
Il ne m'impressionne pas.

* Comme le confirme Google Analytics : durant un mois (30 janvier - 1er mars), Paperblog a apporté à mon blog... 250 visites, à comparer avec Google (6 000), Facebook (2 000), Wikipédia (1 200) ou même... le blog de Didier Goux (712)...
Le plus drôle est que, contacté par mes soins, Nicolas Verdier, patron de Paperblog, a avancé un souci de neutralité que, de fait, ses services ayant supprimé la note visée par Lise-Marie Jaillant, ont bafoué.
Rappelons au simple du village m'ayant censuré quelle est la procédure à suivre en cas de plainte : Paperblog supprime une note qui l'a été sur Stalker, puisque son rôle se borne à relayer automatiquement chacune de mes notes. Sa responsabilité pénale serait engagée si, bien évidemment, ce service maintenait, contre vents et marées, une note qui n'existerait plus sur ce blog.

Nous sommes loin, je crois, d'assister à la démonstration d'un tel courage.

Juan Asensio

***

Commentaire sélectionné : Une fois que Gilles Cohen Solal lui ai proposé finalement de l'éditer, c'est sa femme Héloise d'Ormesson qui, lisant le manuscrit, refusa de publier un truc aussi "nul" et en rencontrant Wrath, a senti une authentique folie chez la gonzesse. Notons qu'entre temps, elle proposait à un de mes amis qu'une fois qu'elle serait publié et "en bons termes" dans la maison d'Heloise d'Ormesson, elle le "pistonnerait" pour passer son manuscrit à la direction !! Et dire que son public la croit intègre !

Source de l'image en haut de l'article : http://img190.imageshack.us/i/wrathy.jpg/




Toutes les réactions (39)

1. 03/03/2010 14:08 - laurence

laurenceJe connaissais le blog de cette folle, ces lecteurs ne valent pas mieux qu'elle !

2. 03/03/2010 14:27 - Audrey AndCo

Audrey AndCoComme quoi elle a vraiment "pété un plomb à Science Po"
^^

3. 03/03/2010 15:01 - JFK

JFKLise-Marie Jaillant, effarante de nullité, que voulez-vous ajouter après Asensio ? Le plus dingue, ce n'est pas qu'une telle personne, bouffie par le ressentiment, la haine, la jalousie et l'ensemble de ces sentiments que l'on considérait encore il y a peu comme des défauts majeurs de la personnalité, qu'une telle personne soit ce qu'elle est et s'acharne à se déverser d'elle-même dans le grand dépotoir online, c'est une chose qui ne devrait surprendre personne, qu'il existe quelques individus pour apprécier Wrath au dixième degré, comme on le fait d'une Cindy Sander, la comparaison est juste, n'est pas étonnant non plus, mais qu'il se trouve de pauvres imbéciles pour prendre au sérieux un tel déballage d'inepties, pour reprendre les mensonges de Wrath à leur compte et les diffuser, faisant courir les rumeurs les plus folles sur un milieu qui, certes, n'est pas vraiment le monde des Bisounours, mais un milieu dur, exigeant, un lieu de luttes intenses d'où surgit parfois une lumière intacte, si encore Lise-Marie savait faire preuve d'un minimum d'autodérision, si elle était capable d'ironiser, sans haine, sur sa propre condition, mais qu'ils se trouve des opportunistes, des cyniques ou de simples blaireaux pour prendre une telle pitoyable farce au sérieux, cela me rappelle tout simplement la capacité de persuasion surnaturelle de certains malades mentaux souffrant de paranoïa, sentiment de persécution, impression de détenir seul la vérité, urgence à persuader que le monde est folie tandis que la folie serait raison... La paranoïa de Wrath puise dans son hystérie, plus elle se fera cogner, plus elle se persuadera que sa croisade en mousse est juste et nécessaire, plus elle résistera aux coups... Jusqu'à se retrouver vaincue, cassée, ruinée moralement et mentalement par ceux qui tentaient de lui rendre un authentique service. Elle laissera derrière elle les rumeurs le plus puantes et un groupe d'incultes ébahis célébrant le culte de son faux martyr. S'il existait une Nouvelle Star de la littérature quand Lise-Marie avait 16 ans, elle aurait été candidate, elle aurait bien fait marrer le jury, et elle aurait compris que la littérature n'était pas sa place, elle aurait pu mener une autre vie, apprendre à apprécier les bons livres, et finalement, elle nous aurait épargné son potentiel suicide. Désormais, rien n'est moins sûr.

4. 03/03/2010 15:14 - Parblue

ParblueASENSIO back on the RING, ça fait plaisir.
Maintenant, Señor, il s'agit de s'en prendre à une bête plus féroce et autrement plus belle : la Littérature.

5. 03/03/2010 15:22 - Stalker

StalkerJFK : tout à fait.
Parblue : merci mais pour être tout à fait précis, il n'y a, pour l'heure, pas de come back. J'ai écrit ce texte pour Stalker et David a eu la gentillesse de m'ouvrir ses colonnes, à son initiative je le précise.
A plus tard, je dois aller me documenter sur la façon la plus rapide d'éradiquer la punaise dite commune ;-)

6. 03/03/2010 16:19 - Krôbär

KrôbärHey !
Même ces commentateurs, sur son propre blog - encore que 'propre' ne semble pas, ici, apPROPRié, parlant de ce singe affublé d'un traitement de texte - se moquent d'elle. Mademoiselle Jaillant prouve quotidiennement combien elle aime être méprisée. Combien elle aime être brutalisée, maltraitée. Elle aime l'injure. Elle adorerait sans doute se retrouver à la place d'Isabella Rossellini dans Blue Velvet, humiliée par Dennis Hopper. Mais dans le réel.

Je la plains tant. Elle ne vaut pas 30 deniers.

7. 03/03/2010 16:23 - theTerraformer

theTerraformerJe ne vois pas pourquoi autant de bon sens commun pourrait être condamné face à un blog qui, lui, pue la fosse commune.

8. 03/03/2010 17:27 - Friche

FricheEtrange Lise-Marie ! L'orgueil fait vraiment perdre toute fierté.

9. 03/03/2010 18:03 - Evan Ard

Evan ArdNon l'orgueil, mais la vanité, la blessure narcissique, l'abomination névrotique de ne pouvoir s'aimer autrement que par complaisance. Réversibilité. La littérature est une putain, et Lise-Marie est l'Immaculée venue pour rétablir l'ordre et la justice dans la Babylon des lettres. C'est sa mission, c'est ainsi, pour elle, l'unique façon de tourner le dos au miroir, résolument, attaquer sa propre image en la projetant dans le monde de l'édition. Haïr la littérature pour ne pas se haïr de ne pas en être. Je ne suis pas le moi de mon ego, mon être incarné ne correspond pas à ce que mon ego me dit que je dois être, tout le wannabisme se résume à ça, c'est le même problème que celui du transsexuel, divergence de l'âme et du corps, mais déplacé dans le domaine du moi.

10. 03/03/2010 18:19 - Partagas

PartagasEst-ce qu'on peut encore parler de diffamation lorsque tant de gens d'horizons différents s'accordent sur le caractère nul et non avenue d'une démarche, celle de Wrath, qui perd manifestement son temps à se vautrer dans le néant.
Est-ce que la vérité peut-être diffamante simplement parce qu'elle est vraie ?

11. 03/03/2010 18:20 - Eraserhead

Eraserhead"Plus vous serez ignoble mieux cela ira."Lacan.
Elle se soigne comme elle peut.
En diffamant.
Cela devrait lui couter plus cher qu'une analyse.

12. 03/03/2010 21:42 - Fridge Rider

Fridge RiderPas l'ombre d'une Marie-Louise en vue on dirait.
Comme c'est dommage.
Beaucoup d'assurance dans un espace contrôlé quand il s'agit de diffamer, d'insulter ou de censurer, mais fort peu de COURAGE dans un espace libre comme celui-ci.
Je suis triste, j'ai la bouteille de Cif dans une main et le ballet à chiottes dans l'autre. Moi qui m'attendais à pouvoir récurer le dentier de Marie-Louise...
Tant pis, à la prochaine.

13. 03/03/2010 22:04 - Nach Mavidou

Nach MavidouInternet peut être la pire des choses, quand la toile offre à l'expression des frustrations les plus banales un retentissement démesurément excessif. En plus, ce ton "tous pourris", conspirationniste, aigri jusqu'à plus soif et enfin diffamatoire - on l'aurait presque oublié - correspond tant et plus à ce que les nigauds et les cuistres veulent y trouver. Ce qui correspond aussi à une certaine mise en scène de l'intime, en creux. C'est pire que l'autofiction, en somme.

14. 03/03/2010 23:23 - Lucie

LucieMais qu'a t'elle vécu pour être aussi mauvaise ?

15. 03/03/2010 23:25 - David Kersan

David KersanSon passé, ses souffrances ? Je ne fais pas dans l'ordure, Mademoiselle, je constate ce qu'elle publie, le reste, cela ne regarde personne d'autre qu'elle. Mais je crois que son exercice public est assez explicite il me semble.

16. 04/03/2010 18:56 - Joz

JozKersan a refusé d'être son agent donc elle l'a diffamé, Scheer l'a humilié en disant que son manus était une merde infame, elle l'a diffamé mais les autres, ils lui ont fait quoi à ce laideron névropathe ? Et Dantec, il peut pas nous envoyer sa réaction !?

17. 04/03/2010 18:57 - Patrick

Patrickhttp://www.leoscheer.com/blog/2008/06/17/602-lise-marie-jaillant-dite-wrath

18. 04/03/2010 18:59 - So

SoEncore mieux : http://o2soudubalcon.baywords.com/2010/01/06/a-l%e2%80%99ultrabourgeoise-acariatre/

19. 04/03/2010 19:00 - Yuly

YulyMercredi 6 janvier 2010 – 7h11.

À l’ultrabourgeoise acariâtre, Lise-Marie Jaillant,

Dopée au crétinisme marchand, vous rêvez de gagne littéraire.

Or, l’excellence de vos billets n’est pas tout à fait à nous couper le souffle. Loin de là ! Au contraire, vos réflexions semblent plutôt s’apparenter aux courtes vues d’un esprit ignare, excessivement borné. Quant à cette qualité littéraire dont vous vous faites la championne intrépide — jugeant, de là, vos contemporains, à l’aveugle — de sa présence, nous sommes bien en peine d’y discerner quelque trace. Ce n’est pas que vous auriez tendance à fort mal vous exprimer, d’abord ; mais, c’est aussi que la médiocrité de votre écriture insipide incommode à l’extrême nos oreilles. Peut-être, est-ce sous la torture d’une avarice de digne héritière, commune aux bourgeoises se piquant d’art littéraire, qu’à la rédaction de vos humeurs quotidiennes, vous vous voyez contrainte de cacher si bien votre talent. Aussi, nous vous jugerons sur votre œuvre à venir, avant de ranger, pour l’éternité, vos prétentions aux côtés des vanités vulgairement enragées de leur propre infertilité.

Si, toutefois, vous parvenez à publier une œuvre. La médiocrité de l’époque ne vous sied pas moins bien qu’elle ravit le portefeuille d’un Marc Lévy, d’un Guillaume Musso, ou l’orgueil de tout autre adepte du copinage intéressé. Alors, pourquoi pas vous ? Vous les valez bien, tous. Ne nous dites pas que votre talent inexprimé entrave les sentiers de votre gloire céleste. La chose chagrinerait, jusqu’au fatal désespoir, papa et maman. Ils ont tant investi sur leur gros poupon tout rose, qu’il ne faudrait pas les décevoir avec pareille excuse : l’hostilité du milieu de l’édition.

Le retour sur investissement, chez ces gens-là, ça ne se discute pas.

Yacedjaz, un prolétaire.

Censuré par LMJ-Wrath. Ça doit la mettre toute colère qu’on s’intéresse à son talent si talentueusement bien caché !

20. 04/03/2010 19:29 - Samuel Gourio

Samuel GourioJe n'ai pas mon Davila sous les yeux en postant mais il disait à peu près ceci : La liberté d'expression n'excuse pas l'absence de talent.
Parfaite illustration avec le cas "Wrath".

21. 04/03/2010 20:15 - GI Joe

GI Joe@ Lucie : Mais qu'a-t-elle vécu pour être aussi mauvaise ?

ABSOLUMENT RIEN. Justement.

Elle ne peut rien vivre. Elle était morte avant sa naissance.

22. 04/03/2010 20:25 - GI Joe

GI Joe@ samuel gourio : Je n'ai pas mon Davila sous les yeux en postant mais il disait à peu près ceci : La liberté d'expression n'excuse pas l'absence de talent.

- je ne veux pas paraître présomptueux mais j'ai le souvenir d'avoir lu cet aphorisme dans un des T.D.O de Dantec. cela étant dit... les esprits catholiques se rencontrent souvent.

23. 05/03/2010 23:56 - JC

JCElle est peut-être rien mais en attendant vous lui consacrez une note encyclopédique… Bizarre, non ?

24. 06/03/2010 21:43 - Jo

JoUne fois que Gilles Cohen Solal lui ai proposé finalement de l'éditer, c'est sa femme Héloise d'Ormesson qui, lisant le manuscrit, refusa de publier un truc aussi "nul" et en rencontrant Wrath, a senti une authentique folie chez la gonzesse. Notons qu'entre temps, elle proposait à un de mes amis qu'une fois qu'elle serait publié et "en bons termes" dans la maison d'Heloise d'Ormesson, elle le "pistonnerait" pour passer son manuscrit à la direction !! Et dire que son public la croit intègre !

25. 07/03/2010 07:07 - Falcon

FalconDe mon coté j'ai appris que Lise-Marie aurait proposé des faveurs xxxxx à de nombreux contacts qu'elle est malgré tout parvenu à se faire dans le milieu de l'édition, à condition, bien sûr, que son fameux manuscrit se retrouve placé en première place des files d'attente. Elle aurait même proposé de faire l'aller et retour en avion depuis son pays jusqu'en France, juste pour ça, la chambre d'hôtel étant déjà repérée, tout était en place... Sauf qu'apparemment, personne n'avait l'air branché par l'idée d'un petit xxxx facilement xxx avec cette pauvre folle hydrocéphale. Y'a un truc que Lise-Marie n'a pas compris, quand on a pas de talent, qu'on ne sait que mentir pour polémiquer et alimenter le buzz, y'a au minimum un truc qu'il faut avoir pour se faire éditer dans le milieu pourri qu'elle décrit : un physique bandant.

26. 07/03/2010 09:49 - Paul Bunyan

Paul BunyanJaillant est une mégalomane, une enfant-reine de la gloriole hystérique et compulsive; son ressentiment est proportionnel aux refus essuyés. Les EHO, tout de même, ce n'est pas rien... En attendant, elle vient d'obtenir de Léo Scheer, sous peines de poursuites judiciaires, que le billet de Maurice Dantec soit retiré du blog ELS. Jaillant capte l'attention comme elle peut, en se faisant détester, à défaut de pouvoir se faire aimer. Tout plutôt que l'indifférence, cette chambre froide du wannabe! Son échec est patent, malgré tout: plutôt que la haine, cette pauvre fille ne récoltera que le mépris.

27. 17/03/2010 00:12 - Evidence

EvidenceEuh, dites, vous avez vraiment tout ce temps à lui consacrer ?

28. 19/03/2010 12:06 - Denis

DenisQue voulez-vous ? Il y a de moins en moins de pudeur en ce monde, de moins en moins de scrupules aussi. La survalorisation de tous les « Moi-je » particuliers autorise n'importe qui à s'auto-proclamer auteur ou artiste et à dépeindre les frasques de sa vie, c'est-à-dire rien du tout. Et ces pseudo-artistes sont évidemment appuyés par la vision du "tout-est-de-l-art", "tout-a-de-la-valeur", "tout-se-vaut".
Lorsque Anne-Lise Jaillant aura ne serait-ce que le millième du talent de Maurice G. Dantec, elle pourra peut-être prétendre rivaliser avec un tel "auteur", un vrai cette fois-ci...

29. 19/03/2010 12:18 - Denis

DenisLise-Marie, pas Anne-Lise, mille excuses, enfin ça me rassure quelque peu de ne l'avoir retenue. En général je ne retiens que les grands noms !

30. 19/03/2010 12:21 - Denis

DenisEvidence, oui, il faut lui consacrer du temps, le temps de la renvoyer au néant d'où elle provient.

31. 22/03/2010 15:02 - manon

manonTrouvé sur le net : un blogueur qui l'a déteste a poster son manuscrit légendaire !

http://lisemariejaillantlemanuscrit.baywords.com/

32. 07/04/2010 08:46 - Laure

LaureCelui qui circule sur facebook : http://lisemariejaillantlemanuscrit.wordpress.com/

On y trouve l'origine de tout : le fameux manuscrit qu'elle a osé envoyer aux maisons d'éditions, une authentique misère artistique, des fautes par dizaines, une pauvreté de style qui vaut le détour pour comprendre l'imposture de cette nana et en plus qui n'a pas hésité à piller Houellebecq.

33. 23/04/2010 04:41 - DD

DDEn effet, si on a 1 demi-heure à perdre, il faut absolument lire son manuscrit. Pourquoi ? Parce qu'il a au moins le mérite de faire hurler de rire. Et c'est bon de rire en ces temps troublés... Bref... Nullité affligeante. Le genre de truc qu'on peut écrire en secret, à 15 piges, avant de s'apercevoir qu'il vaut mieux qu'on le brûle pour ne pas se choper la honte de sa vie au cas où quelqu'un le découvrirait... En tout cas, je ne connaissais pas cette clownesse et je vous remercie profondément de me l'avoir faite découvrir parce que je me suis bien marré. Merci pour votre site...

34. 03/07/2010 19:23 - Pollux

PolluxEt elle a couché avec Philippe Jaenada !

35. 15/07/2010 16:28 - medecin

medecinque c'est lamentable ces propos.. jene la connais pas et vous??

36. 15/07/2010 16:32 - LI SHANG

LI SHANGje crois qu'elle vous faire un proces. je suis professeur et publie des manuels en chinois, et je suis outree de ce blog. pourquoi avoir fait partager un manuscrit d'une bloggeuse. c'est lamentable.. Le blog de wrath dit la verite: nous n'avons plus de grands ecrivains francais tels que Camus, Sartre, nous avons des auteurs deplorables que nous quebecois et francophones n'aimons plus.. par exemple Musso,Levi, c'est du plagiat americain.. voila le probleme.. Amelie ecrit vite, et mes etudiants le sentent.. non la France nombriliste est finie. la diversite, wrath est lue partout.. on l'ecoute.. on rie avec elle.. meme les professeurs du quebec, de Harvard qui enseignent le francais. je suis desolee je tape sur un clavier canadien, donc riez mais la France chute.. vous etes trop nombriliste.

LI SHANG
QUEBEC
PROFESSEUR DE CHINOIS.

37. 19/09/2010 18:41 - eric dubois

eric dubois je viens d'écrire un article sur le même sujet :

http://ericdubois.over-blog.fr/article-lettre-ouverte-a-lise-marie-jaillant-wrath-57327483.html

38. 16/11/2010 18:00 - Meiji

MeijiPrendre autant de temps et de place pour une si mièvre turlutte (en français québécois, une chanson entraînante) me réconcilierait presque avec la critique. Surtout en voyant ce qu'elle publie sur l'érudit blog de son cru.
A encenser les choux fleurs et farcir de plomb les canes (de Lyse ?) le tout puissant prinz Stalker se déprime à vue d'oeil et se déplume à l'emporte pièce tel ces roués paons se gaussant de talents.
Et de caqueter en valetaille pour impressionner califes et pachas ?
Le mépris a ici les mains bien sales ; un crachat revenant en pleine face, me forçant enfin à rire d'un élucuberlu dont les sentences plumitives devraient être disponibles en rouleaux parfumés.
Ah Juan, m'est avis que l'on va parler de toi bientôt dans un autre haut lieu de cette inculture populaire qu'estampille ainsi ta verve flasque :
-> http://actilib.com/ebooks/details/291/14/culture-et-soci%C3%A9t%C3%A9/fran%C3%A7ais/art/num%C3%A9ro-0-d%27ici,-la-revue-d%27auteurs-ind%C3%A9pendants.html

39. 17/03/2013 16:54 - Xena

XenaBonjour,
un petit message à l'attention de Lise-Marie Jaillant (si toutefois elle décide de s'aventurer sur cette page internet); un message que je souhaitais à l'origine poster sur votre blog, mais la fonction "commentaire" s'est avérée indisponible. Je songe que vous l'avez vous-même désactivée, après un flot dévastateur de réponses vengeresses, ou, pourrait-on dire, un bon retour de boomerang.
Premièrement, je suis déconcerté par votre façon de vous exprimer. En effet, votre langage a la prose d'un adolescent de collège; pis, vos phrases et vos analyses critiques sont non seulement futiles, sinon extrêmement superficielles, mais aussi souvent rythmées par des propos injurieux ou humiliants pour les auteurs ou les éditeurs que vous visez.
Deuxièmement, je ne doute pas que vous ayez été blessée par les refus successifs auxquels un auteur se confronte, dès lors qu'il souhaite être publié. J'ai vécu (et je vis toujours à ce jour) la même mésaventure. Mais il est peu reluisant d'en faire un prétexte à la calomnie systématique; d'autant que, je le constate en vous lisant, vous avez de gros progrès à faire en matière de composition littéraire. Vous gagneriez à vous remettre en question, bien qu'à mon avis vos propos sur la toile vous aient desservie à jamais.
Troisièmement, qui êtes-vous pour attaquer avec tant de hargne un milieu que vous ne connaissez presque pas, puisque vous êtes, selon vos propres mots, une simple "wannabe"? Je ne dis pas que les éditeurs font forcément le choix de publier des oeuvres de mérite, ou qu'ils ne se trompent jamais. On sait bien que des oeuvres refusées par les uns, devinrent des succès avec les autres ou grâce à l'auto édition. On sait bien qu'un éditeur publie plus facilement un contact et que l'un ou l'autre ne publie jamais d'inconnus de la poste. On sait bien, enfin, qu'un éditeur est aussi et peut être avant tout (arrêtons l'hypocrisie) un commerçant, qui doit s'attacher à vendre les oeuvres qu'il représente, encore et toujours, envers et contre les aléas de la crise qui touche particulièrement le monde littéraire. Dans un tel contexte, un éditeur est sur-scrupuleux. Quel raison a-t-il de prendre sous son aile un wannabe, alors que la majorité des premiers romans demeureront des oeuvres uniques (au sens numéraire)? Il doit être drôlement enthousiaste, pour miser sur un inconnu, et il se demandera d'abord: qu'est-ce qui fera qu'un lecteur qui ne connait ni d'Adam ni d'Eve mon wannabe achètera son premier roman? C'est une perle qu'il cherche: un titre évocateur une intrigue époustouflante tissée autour d'une histoire qui fait sens collectivement, voire universellement. Enfin, c'est une personnalité nouvelle qu'il cherche, une personnalité qui saura s'ériger en écrivain assidu.
Etes-vous ce genre de personnalité, et avez-vous pondu une perle? Je ne crois pas, car votre blog est le miroir de ce que vous valez sur le plan littéraire. Si l'on transposait votre tempérament sur le plan intime, on dirait que vous êtes indéniablement un mauvais coup; c'est la phrase dernière de ma critique, elle est de mauvais goût je vous l'accorde, mais à l'image de vos textes.

Ring 2012
Dernière réaction

Je connaissais le blog de cette folle, ces lecteurs ne valent pas mieux qu'elle !

laurence03/03/2010 14:08 laurence
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique