Sur le RING

L'insécurité existe : la gauche l'a rencontrée

SURLERING.COM - FRANCE - par Philippe Bilger - le 18/11/2010 - 23 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Depuis quelques jours, un "battage" médiatique est organisé autour du récent "Pacte national de protection et de sécurité" que le PS propose à la suite d'un forum à Créteil et dont l'auteur est Jean-Jacques Urvoas. On a pu lire notamment Martine Aubry, François Rebsamen, Claude Bartolone, pour qui "sur la sécurité, la gauche est crédible" et Delphine Batho plus réservée. Les quotidiens nationaux ont fait un sort aux 22 propositions socialistes qui sont destinées globalement "à restaurer un climat de confiance" (Libération, nouvelobs.com, Marianne 2, le Figaro, le Parisien, le Monde).



Le comble de cette effervescence promotionnelle a été atteint avec l'excellente émission de Frédéric Taddéï "Ce soir ou jamais" qui a questionné : Sécurité : la gauche est-elle crédible ? Le problème est que cette interrogation n'a concerné sur son plateau que 5 personnalités peu ou prou toutes de gauche - et c'est peu dire. Xavier Raufer tentait de s'opposer seul aux assauts conjugués et un tantinet méprisants de deux avocats remarquables, Me Mignard et Me Thierry Lévy, du magistrat Serge Portelli, jamais en retard d'une contestation politique et judiciaire à condition que l'adversaire soit ciblé à droite, de l'ancien garde des Sceaux Marylise Lebranchu, et enfin d'une fonctionnaire de police, Sihem Souid, démagogue et approximative.

J'ai été choqué moins par l'unanimisme que par la moquerie, la dérision, voire la colère suscitées par la présence de Xavier Raufer, qui n'avait que le tort de rappeler à quelques-uns que notre monde n'était pas idéal. Pour le débat, il y avait une forme d'indignité à le voir ainsi traité, outre que l'inégalité quantitative était terrifiante !

Il n'empêche que de cette ébullition cherchant à nous présenter pour un miracle ce qui relève d'une forme de bon sens et de cohérence, on a le droit de tirer tout de même une conséquence bienfaisante pour la démocratie. La gauche admet que l'insécurité existe puisqu'apparemment, enfin, elle l'a rencontrée. En effet, ce n'est pas un hasard si maintenant, dans une période par moments gravement troublée, avec des phénomènes inouïs de violence armée et préméditée à l'encontre surtout de la police, le PS "sort" de sa manche ce Pacte. Pour ma part, j'analyse ce dernier comme la tentative des socialistes de montrer qu'ils sont "à jour", "à niveau" pour combattre, comme il convient, cette plaie de l'insécurité broyant les plus faibles et ruinant le savoir-vivre ensemble. C'est une manière de dire à la société qu'elle a été comprise. Certes, depuis longtemps mais individuellement, des socialistes avaient manifesté une conscience claire des ravages causés par la délinquance et la criminalité : Ségolène Royal qui dame le pion à la rigueur conservatrice, François Hollande, toujours François Rebsamen, André Vallini aussi. Ce qui a changé, c'est que le PS tout entier semble s'être mis en branle pour "trouver moins un bouc émissaire que des solutions" selon l'expression de Claude Bartolone.

Ces solutions, justement, quelles sont-elles ? Sans tomber dans une acidité trop facile, force est de devoir reconnaître que les 22 propositions déclinées, dont aucune n'est absurde, ne révèlent pas non plus une originalité bouleversante. Générales, théoriques, imprégnées d'un optimisme sûr de soi parce qu'abstrait, elles pourraient, aujourd'hui, sauf sectarisme extrême, être avalisées par tous les courants politiques que notre espace républicain accepte sans frémir. Rien ne vient perturber l'ordre classique et naturel des engagements pris avant l'exercice du pouvoir, des voeux formulés avant que le réel contraigne à des révisions déchirantes et à des accommodements douloureux. C'est toujours vrai. Ce l'était hier, ce le sera demain. Lorsque j'entends à la télévision des socialistes s'honorer, se vanter de leur vision radicalement différente de celle de la droite, je ne peux m'empêcher de penser qu'en effet la leur résulte d'un forum dont je ne doute pas qu'il ait été passionnant et l'autre d'un combat sûrement parfois imparfait avec le réel.

Deux exemples. La police de proximité et la lutte contre la récidive.

Pour la première, on peut comme moi la croire souhaitable : une police de familiarité et d'urbanité, une police qui rassure et protège mais qui oserait affirmer que c'est grâce à elle que l'on parviendra à endiguer et  réprimer les transgressions les plus graves, les actes anti-sociaux les plus dégradants ? Elle pourra tenter de mettre de la paix et de la civilité mais si des minorités n'en veulent pas et par leur action le font tristement savoir, se contentera-t-on de constater l'échec de la douceur démocratique et policière ?

Contre les récidivistes, je trouve regrettable que le PS s'engage sur une voie qui constitue souvent l'essentiel de ses démarches en matière de justice et de sécurité. Défaire ce qui a été fait, détruire ce qui a été voté avant lui. Ainsi il annonce qu'il  supprimera les peines plancher qui ont eu le tort de révèler leur efficacité mais qui ne sont pas orthodoxes par rapport à la ligne. Celle-ci compte plus que les résultats et, pourtant, à juste titre, on prétend, sur un autre plan, passer "de la politique du chiffre à la culture du résultat".

Ce qui est central dans ce catalogue de mesures, c'est, nous dit-on, l'esprit qui l'anime et l'inspire. Certes on admet enfin que prévention et répression ne sont pas contradictoires mais qu'elles se complétent. On souligne moins que la société serait coupable de tout et le délinquant de rien même si à mon grand regret, le brillant Jean-Pierre Mignard "flirte" toujours un peu avec cette culture de l'excuse. Non, ce qui importe et suscite sa fierté intellectuelle et politique, c'est que la gauche nouerait un dialogue avec le citoyen tandis que la droite ne s'en prendrait qu'à la personne réduite à ses peurs et enfermée dans son exigence de sûreté. Ce peut être une tentation de la démarche conservatrice mais je ne crois pas qu'on puisse ainsi caricaturer avec l'honneur démocratique d'un côté et le vil populisme de l'autre. Malheureusement, c'est à nouveau la réalité qui vient troubler ce parfait contraste, trop parfait. Le citoyen est AUSSI, pour sa sécurité, un être qui peut avoir peur et qu'il est légitime d'apaiser. Le citoyen n'est pas sublime dans un coin, rétracté et frileux dans un autre. C'est le même qui, selon ce qu'il vit et endure, passe par la peur ou la tranquillité, les devoirs de l'Etat à son égard ou ses propres droits. Un Pouvoir n'a pas plus à mépriser ses peurs qu'il n'a à glorifier sa confiance dans le présent. Le serein d'aujourd'hui sera peut-être l'apeuré de demain et ne pas programmer, pour un politique, l'existence de ces angoisses singulières et collectives ne serait pas loin d'une non assistance à personnes, à citoyens en possible danger.  Il y a de la condescendance, de la part des socialistes, à imputer au Pouvoir ce qu'ils ne supportent pas à l'évidence chez leurs concitoyens : qu'ils soient moins forts qu'espérés, tout simplement humains. Ils tiennent bêtement à leur peau, à leurs proches, à leur tranquillité, à leurs biens !

Il ne serait pas honnête de fuir ce qui donne du poids et du prix à ces avancées socialistes même si on les discute. A bien les analyser, elles ne s'aventurent pas dans des profondeurs stimulantes mais jouent sur l'anti-sarkozysme en mettant surtout en cause les méthodes, la médiatisation, la précipitation qui sont celles, selon le PS, de la lutte menée aujourd'hui contre l'insécurité. Il serait imprudent de négliger ces critiques qui ne sont pas seulement formulées par des adversaires politiques mais par des sympathisants et des alliés du pouvoir en place.

J'ai déjà écrit qu'il est illusoire de prétendre suivre la délinquance à la trace grâce à une action législative qui serait en l'occurrence nécessairement perdante. Il n'y aura jamais une éradication totale de l'insécurité. Rien de plus contre-productif que de le laisser entendre ce qui a pour conséquence de noircir encore davantage les réalités et les évolutions parfois décevantes. Rien de plus dévastateur, aussi, qu'une sorte de satisfaction qui, parce que l'adversaire n'est pas pertinent, conduirait trop facilement à croire que sa propre politique est forcément bonne et emporte l'adhésion de ses concitoyens. Rien de plus choquant que de passer d'une malfaisance singulière à réprimer à la mise en cause générale d'une communauté même parfois en faute.  Rien de plus catastrophique, enfin, que cette impression qui a pu parfois être donnée - mais le président nouveau est arrivé !- d'une agitation qui cherchait son sens mais seulement après s'être déployée.

Je ne voudrais pas que, pour dérisoires ou injustes qu'apparaissent certaines critiques partisanes, le pouvoir actuel rende sa défense trop difficile, pour cette cause capitale du combat contre l'insécurité, parce qu'il préférerait ignorer les vertus et les nécessités d'une forme acceptable  au prétexte que le fond serait largement soutenu.

Pas de miracle du côté socialiste, donc. Si demain ils revenaient au pouvoir, je ne doute pas une seconde que sous la pression d'un réel terrible et éprouvant, leur philosophie et leur projet si purs voleraient en éclats et s'adapteraient. Ce ne serait pas de la trahison mais de la sagesse.  

Philippe Bilger



Toutes les réactions (23)

1. 18/11/2010 19:27 - Kwisatz Haderach

Kwisatz Haderachj'ai également assisté au spectacle assez affligeant d'hier soir! rarement le plateau de cette émission fut aussi déséquilibré. entre un meeting d'auto-célébration et un règlement de compte invraisemblable en direct. l'émission en fut du coup à la fois inutile et ulcérante.

2. 18/11/2010 23:16 - HP

HPJ'apprécie beaucoup cette émission pour son équilibre des forces et son calme relatif. AU moins, on entend ce que les participants ont à dire. Enfin, d'habitude car là, c'était la caricature des gentils contre le méchant... Plutôt décevant car contre-productif.

Moi, je ne pense pas que le PS croit réellement à ce qu’il avance. C'est une stratégie électoraliste mise en place rapidement par rapport à l'intervention de Sarko. Ils sont maso mais en ont marre de prendre des branlées quand même ! Non, il suffisait de voir le climat progressif de l'émission. La vieille Lebranchu qui regardait tout le monde autour d'elle avec angoisse pour savoir si elle allait se faire rabattre le caquet pour mangue de réalisme (dont elle est consciente, elle n’a rien d’autre à rabâcher que sa culture de l’excuse). Mais, non ce soir il n'y avait ue des copains, des camarades presque ! Alors, sont discours a évolué du réalisme à la doctrine des bisounours... Et là, il n'était plus question de réalité mais de valeurs, de valeurs humanistes. Ah! oui, ça fait quand même plus chic que la rigueur républicaine.

Cet engluement dans l'idéologie et l'impossibilité d'agir est dans les gènes politique de cette gauche, elle ne fera jamais rien de plus. Sa stratégie c'est le non agir. Ridicule de voir le Maire au centre de leur dispositif car s'il y en a bien un qui ne rend pas de compte à l'état, c'est bien lui. Je le sais, car je vis dans une belle banlieue avec 50 % d'habitat social et un maire qui répond au commissaire "laissez les mes jeunes" (mon électorat de près ou de loin) sur les questions de sécurité quand il y a des agressions ou autres actes (accumulations de plaintes et recours). Il fait l'autruche, il laisse faire. C'est ça la gauche et ce n'est pas génétiquement modifiable. La preuve, ils prennent des raclées car ils ne peuvent pas en démordre, c’est presque de l’ordre du reflex pavlovien.
A mon sens, la gauche n'a malheureusement pas rencontré l'insécurité ! Espérons juste qu’ils prennent encore une raclée.



3. 19/11/2010 03:50 - Clark Bégueule

Clark BégueuleTaddéi? Ah le pote à boute-les-d'jà prénom Ouria et autre maître sous-chien-au-pied? Ce Taddei là! Celui-là qui riait bêtement de son sourire édenté à 100% de bouse banlieusarde de Disney Jamel sur la chaîne franco-boche... ou bien le Taddéi bonaldien de Canailles+ roccoté par Sifredi... ah non?! Celui de Fr3 le branchouille à lebranchu tordue, l'ancien ségoléniste, pardon je voulais dire, opportuniste... qui, comme dit la chanson, retourne sa veste toujours du bon côté?
Si l'émission est inégale plus qu'excellente, lui, reste constant, dans la connerie.

4. 19/11/2010 09:46 - Thor

ThorLe parrain de sa fille, c'est Nabe, invité deux fois pour son bouquin. Donc tu vois les connivences. Elle à l'air de lui plaire, cette Houria en plus, tiens tiens... Non ? NOOOON ? Il paraît que si...

5. 19/11/2010 11:11 - J

JHé Clak Dégueule, un problème avec les Allemands ?

6. 19/11/2010 12:04 - TitOeuf

TitOeufPourquoi cher Maître Bilger, sous un Régime de droite depuis 9 ans maintenant, à savoir 2002, et donc naturellement répressif, c'est d'ailleurs bien pour cela qu'il a été majoritairement désigné par nos suffrages, 55 000 peines ne sont pas appliquées par an et 11 000 postes de policiers et de gendarmes ont été supprimés depuis 2007 ??

7. 19/11/2010 12:09 - bluenote

bluenotehttp://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1205

Il faut regarder cette émission en entier pour comprendre ce qui nous attend si ces malades reviennent au pouvoir.
Robespierre en personne était présent ce soir la.
Cherchez le!
J'aimerais saluer le calme la sérénité et le professionnalisme de Xavier Rauffer.
Cette émission représente bien le contenu habituel des émissions du petit marquis Taddei: il faut être a 5 contre 1 pour essayer de camoufler le réel.
cette émission m'a glacé.
Si ils passent en 2012 en 2017 nous aurons une république islamique!
J'éxagère a peine.

8. 19/11/2010 16:33 - ferdinand

ferdinandClark Bégueule et Thor

Je vous serais obligeant de me citer une émission autre que celle de Taddéi dans laquelle sont invités régulièrement Guy Millières, Xavier Raufer ou Philippe Bilger justement. Personnellement je n'avais jamais vu ni entendu Alain de Benoist le théoricien de la nouvelle droite avant que Taddéi ne l'invite ( je crois bien qu'il est le seul à l'avoir fait ).
Voila quelqu'un sans préjugé idéologique qui respecte le pluralisme des idées et qui laisse les personnes exprimer leur point de vue.
Tout le contraire de vous apparement.

Sinon il est vrai que cette émission était déséquilibrée ce qui n'est pas le cas habituellement ( en général il ya parité ne vous en déplaise " bluenote " ) sans doute que Taddéi a pensé que ce débat était interne au PS et que la présence d'invités de droite ne s'imposait pas. Il eut mieux valut dans ce cas ne pas inviter Xavier Raufer qui a servi de punching-ball.

9. 19/11/2010 17:02 - CB

CBTiT'Oeuf de retour sur Ring, ça fait plaisir. Guy Millière est anti Sarkozy, comme Raufer et sans doute comme Bilger, c'est ouachement subversif. Des trois, je trouve Bilger au dessus du lot finalement.

10. 19/11/2010 17:50 - ferdinand

ferdinandCB
Mon problème n'était pas de trouver des invités subversifs ( je laisse votre subjectivité définir qui est subversif à notre époque ) mais de réagir au procès qui est fait à Taddéi en montrant qu'il invite des gens de toutes tendances ( mème des Sarkozistes ) et qu'il fait donc bien son boulot .
N'en déplaise aux petits flics de la pensée qui fouillent dans son passé ou dans sa vie privé pour lui nuire , tout ça parcequ'il a choisi d'inviter certaines personnes aux antipodes de leurs opinions ou de leurs gouts littéraires.

11. 20/11/2010 09:46 - Clark Bégueule

Clark Bégueulehé J-zan, t'as un problème de lunettes? Tu lis trop entre les lignes toi. T'as pas lu Dantec par contre; marrant pour un lecteur du ring.

Dis mon p'tit Ferdine, c'est pas du flicage de vocabulaire ça? ça sent pas le gros politiquement correct ça? genre vive la chaîne de la kultur façon touche pas à mon poste. C'est peut-être pas du gras réflexe de gôche ça, bien conforme à la bien-pensance régnante!

Pour le reste, c'était pas un procès, juste un témoignage, un rappel. On a encore le droit de préférer le TdO au Taddéi sur le ring ou pas?!
ça vous fait quoi que le type ricane en opinant du chef à la rhétorique fumante de sur-chienne-de-garde de la Houria donc? ça vous rend le dhimmi sympathique?! ça devient comique.

mais t'inquiète je sais bien que même un imbécile comme lui est aussi capable de faire du bon travail parfois, suffit qu'il soit un peu curieux de temps à autre.

quant à te citer une émission en exemple, tu marques le point, je ne téloche pas assez pour te répondre et puis il y a bien pire que Taddéi, mais dans le genre il y a aussi ce trou-du-c' de Ménard qui fut capable d'invitations excellentes, au moins une, vue sur ce site; ça ne me fait pas oublier pour autant que ce guignol sans frontière est un opportuniste pour le coup total, d'abord avec des sacrés frontières, celles du fauteuil dans lequel il a carré son cul jusqu'à ce que le fils Klarsfeld lui mette le nez dans son caca médiocre; après ça le gars a voulu faire ses armes, il n'est pas parti faire du service en Israël, à Bagdad qu'il est allé, se confiner dans un hôtel, avec Nabe entre autres, et le "tintin reporter" (dixit Elie Barnavi) de france5, vous savez, l'envoyé spéciale du Calvi qui invitait plus qu'à son tour le si séduisant intellectuel musulman modéré Tarik Ramdam, cet envoyé spé là qu'on aurait cru militant, que dis-je, licencié du MRAP, et qui avait encore l'audace de se plaindre qu'il n'était pas très bien accueilli côté Israélien alors qu'il n'avait de cesse de le vomir, fortiche le gars, l'imbécile plus ultra, l'ambassadeur même, tout un poème!

Mémoire n'est pas préjugé que je sache. Faut tout de même savoir à qui l'on a à faire.

12. 20/11/2010 16:35 - ferdinand

ferdinandC'est vrai que saluer quelqu'un qui a invité Alain de Benoist c'est vachement politiquement correct , du gras réflexe de goche pour vous citer . Mais peut-ètre que vous ne savez pas qui c'est ? Comment , votre guide suprème n'en a jamais parlé ? C'est pas dans le TDO ? Mince alors, du coup vous ne savez que dire, habitué que vous ètes à psalmodier le moindre rot de votre gourou jusqu' à en singer la véhémence stylistique ( c'est malheureusement le cas de beaucoup sur ce site ).
Déduire d'un sourire que quelqu'un se couche ( " dhimmi " ) devant les propos d'un autre si c'est pas un procès c'est au moins un raccourci stupéfiant.
Vous réduisez le travail et le spectre des opinions que Taddéi essaie de respecter dans ces émissions en faisant une fixation sur l'indigéne pro-palestinienne et sur la soi disante bienveillance dont l'animateur lui aurait témoigné. Allez donc sur les sites de gauche et vous y trouverez vos équivalents dans la mauvaise foi c'est-a-dire des gens qui trouvent que Taddéi est bien trop gentil avec ce pro -Israélien de Guy Millières. Ah le miroir de la connerie partisane les imbéciles ne s'y reconnaissent pas vu que tout y est inversé.

13. 20/11/2010 16:54 - Ju

JuHé branleur ferdinand, à part venir insulter Dantec ici et croire qu'il est le guru du Ring, ce qui fera rire l'intégralité de la rédaction à mon avis, tu as quoi d'autres à nous dire ?

14. 20/11/2010 18:59 - ferdinand

ferdinandJu
Je n'ai pas insulté Dantec seulement les idolatres, une race d'imbéciles qui ne sauraient pas retrouver leurs derrières pour l'essuyer sans avoir au préalable consulté les oeuvres de leurs maitres à penser et qui pratiquent comme vous le détournement de propos, l'invective et le tutoiement histoire de s'encanailler sans risque derrière leur écran, pauvre ersatz de virilité.

C'est bien la peine de faire un sort aux Nabiens pour finalement se conduire comme eux ( toujours ce mème miroir ).

15. 20/11/2010 19:03 - Ju

JuLes anti Dantec se servent toujours du même arguments pour salir l'auteur : "ahhh les idolatres", je me contente de le lire et d'apprécier cet écrivain, donc je me fiche des idolatres mais ne trouve pas prétexte pour venir le salir dans un papier qui plus est ne le concerne pas.

16. 20/11/2010 19:49 - ferdinand

ferdinandJu
Exact ça ne le concerne pas et ce n'est pas moi qui l'ai mis sur le tapis . Vous l'auriez vu si vous preniez le temps de lire ( 11. 20/11/2010 09:46 - Clark Bégueule ) au lieu de patrouiller dans l' espoir de trouver un anti-Dantec et déverser votre bile ( exactement comme le font les Nabiens je le répète encore puisse cela vous faire changer d'attitude ).
C'est Taddéi qui a été sali ( traité de dhimmi ) et que je défendais alors demandez donc à celui qui l'a convoqué le rapport entre Dantec et cette émission .

17. 21/11/2010 18:49 - bluenote

bluenoteDantec n'a JAMAIS été invité.
Comme par hasard.

18. 21/11/2010 19:09 - Clark Bégueule

Clark Bégueuleferdine tu ferais bien de lire aussi, MGD n'est pas convoqué à propos de l'article mais de l'ignorance d'un post sur une formule utilisée ceci dit déjà bien avant que notre maîîître etc...
sur le blog de Kersan aussi, en son temps, le coup de gourou... et y en a du grand gourou, demande à Lindenberg... oh putain j'en rajoute une couche là...
quant au raccourci, fait donc un peu de sémio si l'historique que je dressais n'a pas l'heur de te plaire. Pour le procès d'intention tu n'es pas en reste non plus; on se connait? Non. T'as lu mes posts antérieurs? Non, sinon tes déductions seraient plus mesurées quant au portrait que tu fais de l'adepte godillot que tu me crois être. Alors miroir miroir, qui est le plus sot?
Tes vues de laudateur sur le débat médiatique, pardon démocratique, laisse rêveur, en l'espèce.
T'as pas insulté Dantec, juste dit qu'il n'émettait qu'un rôt véhément que seul un imbécile de ma trempe, un singe grimaçant de style comme lui (nan mais c'est trop d'honneur au bout du compte), pouvait essayer de mimer.
Or sur le style, range donc les étagères de tes adverbes et autre formes pronominales, si ton lexique est pauvre ta grammaire est inepte.
Et puis une fois encore, ça te fait quoi de te faire traiter de sous-chien, sans que la dame soit inquiétée, alors que des MH se sont pris des procès irl, MGD exilé ou apatride si tu préfères ce terme, en subissait d'intention (genre on vous l'avait dit que ce réac anti rouge brun était un facho), que Taguief est ciblé, que des fatwa sont lancés sur historiens "amis" ou caricaturistes d'un "autre camp" etc etc...
tu fais d'un rappel une fixation, tu psychologises mon propos et tu entends donner des leçons? Je dois être bien naïf effectivement ayant pris l'irénisme de tes posts pour une possible qualité d'écoute, il n'en est rien, tu ne fais qu'élever ton propos aux bassesses que ton esprit malséant projette sur les autres comme la pierre saillante de celui qui prétend n'avoir jamais pêcher. Le colérique de petit zorro de bac à sable que voulait masquer quelque formule de politesse m'avait pourtant renseigné, nul doute que tu es traîné sur les sites dont tu parles, pour ma part j'ai fait mes armes sur le terrain comme disent ses cons de militants, chacun ses errances, je ne serai pas ton obligé.
Je te laisse à ta propre fixation benoîte sur Taddéi et de Benoist

19. 21/11/2010 22:36 - ferdinand

ferdinandD'abord les aboiements qui se voudraient impressionnants mais qui font sourire , puisque du pitt-bull de la rhétorique il ne subsiste que la bave, ensuite le tutoiement pour sembler plus virile et ranimer l'image de la chambrée ainsi que l'odeur des chaussettes sales , et enfin l'attendrissante application à imiter les maitres.
Voila le portrait robot de l'internaute soupe au lait qui se réve pamphlétaire .

20. 21/11/2010 23:32 - bluenote

bluenote@ferdinand.
Vous venez de faire votre auto-portrait.

En ce qui concerne votre maitre le présentateur,il n'ose pas inviter Dantec.

Celui que l'on ne nomme plus comme pour essayer (vainement)de détruire sa parole.
Mais il n'y a de vrai pouvoir que le talent.

L'ignoble précisément,c'est de ne pas en parler.

L'emission de Taddei vous plait (of course)c'est du vide.
La ou il devrait avoir quelque chose, il n'y a rien.
RIEN.

21. 21/11/2010 23:47 - Clark

Clarkd'abord le consensuel qui se voudrait engageant mais qui ne sait résister à l'envie de faire son prof, puis les interprétations erronées dont on comprend rapidement qu'elles ne sont que le fruit d'un esprit malade, réformé, sans soins, ensuite la bêtise et l'arrogance qui va avec, puis le snobisme dévirilisé s'attendrissant, paternaliste maternant pour finir donc, ton qui sied si bien au petit marquis virtuel qui s'imagine cinglant rhéteur.
Déjà dans un duel faut se faire face; et puis je préfère la soupe au lait -j'en deviendrais crème- à ta soupe aux choux de p'tit péteux, là tu mets dans le mille l'Emile, je t'abandonne cette fois à ces métaphores olfactives dont tu sembles tirer un plaisir de connaisseur.

22. 22/11/2010 00:12 - Clark

Clarkoh c'est trop comique, ferdine, moi qui te reprenais sur ta grammaire j'ai commis une faute d'auxiliaire énorme, tu ne l'as pas vu? il y avait là de quoi me moucher, genre arroseur arrosé; mais non tu répètes ta leçon d'internaute, celle dont tu crois qu'elle affiche la perspicacité de ta maturité qu'on devine vite hélas d'un "adulescant" attardé, pour le dire en langue profane singeant le théorétique... si tu vois ce que j'entends par là... ; bluenote a saisi mieux que moi et le dit simplement, c'est bien plus clair, je n'avais qu'à me taire.

@ bluenote, tu (/vous) recordes total.

23. 22/11/2010 15:14 - ferdinand

ferdinand bluenote

Bravo pour votre définition du vide c'est du grand art .




Ring 2012
Philippe Bilger par Philippe Bilger

Ancien avocat général près la cour d'appel de Paris, écrivain. Ring wall of fame.

Dernière réaction

j'ai également assisté au spectacle assez affligeant d'hier soir! rarement le plateau de cette émission fut aussi déséquilibré. entre un meeting d'auto-célébration et un règlement de compte...

Kwisatz Haderach18/11/2010 19:27 Kwisatz Haderach
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique