Sur le RING

L'Amérique a déjà gagné

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Ulrich Cros - le 06/12/2004 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Sublime ironie de l'actualité. Alors que la France patauge en Côte d'Ivoire pour défendre le régime de Laurent Gbagbo, qui encourage pourtant au pillage des intérêts français, au meurtre des blancs et au viol des blanches (des dizaines de cas selon une source militaire de l'Opération Licorne), l'armée américaine achève de désinfecter le bastion islamo-fasciste de Falloudja, libérant même de sa geôle le fameux chauffeur syrien de nos chers (mais disparus) journalistes. Encore un que ses accointances françaises n'auront pas aidé ! On peut cependant compter sur notre vénéré président pour exprimer sous peu sa « plus vive inquiétude » et appeler l'Amérique à la plus grande « retenue »...On en rirait presque.


Ce que Jacques Chirac feint d'ignorer, c'est que tout le monde se fout de la Côte d'Ivoire et que la bataille, la vraie, c'est en Irak qu'elle a lieu. Non pas une bataille en vérité, mais bien une guerre, tant la lutte sera longue pour nous débarrasser d'un ennemi protéiforme et sanguinaire dont la haine se nourrit autant d'un théofascisme archaïque que de notre propre faiblesse. La bataille d'Irak n'est que le premier round d'une conflagration globale pour l'espace, pour les ressources et pour les valeurs, une guerre totale dont le théâtre est l'Eurasie, et dont l'enjeu est la persistance ou l'anéantissement de la culture et des valeurs occidentales.

MacKinder l'appelait « l'île-monde », Fernand Braudel la voyait comme la « matrice des civilisations ». L'Eurasie regroupe 45 % des terres émergées, et concentre 75 % de la population mondiale pour 80 % du produit mondial brut. Elle est le berceau de la Civilisation (Nil, Euphrate, Indus) et l'interface naturelle et historique de toutes les interactions culturelles, économiques et démographiques passées, présentes et futures. Aucune pensée géopolitique ou géostratégique n'est possible sans une conscience aiguë de la singularité de l'Eurasie et de sa place centrale dans l'histoire de l'humanité. Comme le sait sûrement Chirac, la Côte d'Ivoire est loin de l'Eurasie ; alors que l'Irak en est le point nodal.

Plus significatif encore : l'Eurasie est bipolaire. Son extrémité occidentale (la péninsule européenne) est surdéveloppée. Son extrémité orientale (l'Asie), surpeuplée, est en développement rapide. Entre les deux, un ventre mou, un no man's land géopolitique, un arc de crise structurel qui s'étend du Soudan aux confins de l'Asie Centrale et qui concentre l'essentiel de tous les conflits ayant jamais eu lieu. Aujourd'hui comme hier, cette ceinture d'instabilité regroupe l'ensemble des menaces les plus sérieuses à la stabilité mondiale, du Soudan à l'Irak, de la Palestine au Cachemire, de la Tchétchénie à l'Afghanistan. Cet arc de crise fut aussi le lieu de naissance et de croissance de l'Islam conquérant pendant treize siècles, des premiers califes à l'internationale wahhabite. Coïncidence ?

En intervenant en Irak, les Etats-Unis agissent à la fois sur le centre de gravité de la masse eurasiatique, sur le pivot de l'arc de crise, et sur le noyau historique de la civilisation arabo-musulmane (ou de ce qu'il en reste après le sac de Bagdad par Tamerlan, authentique certificat de décès de l'Islam comme civilisation). En attaquant l'Irak, l'Amérique à opté pour une logique d'impact maximal, une frappe brutale et décisive sur le c½ur du monde : elle fait l'Histoire pendant que l'Europe la subit.
 
D'un point de vue économique, les enjeux sont clairs. La transition de notre régime énergétique basé sur les combustibles fossiles vers un nouveau système indépendant du pétrole exigera paradoxalement un contrôle physique accru sur les dernières réserves. Lorsque le baril passera structurellement au-dessus des 75$ (du fait de la hausse de la consommation, de la stagnation de la production et de la spéculation), le cadre normatif du commerce mondial deviendra impuissant à assurer notre approvisionnement sans une récession catastrophique. L'Irak et ses réserves considérables constituent le c½ur de la solution.
 
D'un point de vue géostratégique et dans le cadre de la guerre contre l'islamo-fascisme, le résultat est évident : l'Irak est devenu un abcès de fixation. Tous les petits djihadistes de la région savent maintenant où regarder et où mourir, et la guerre contre le terrorisme a enfin son champ de bataille. Les Américains le savent, les Européens s'en foutent, mais donner une réalité physique à cette guerre, la matérialiser entre le Tigre et l'Euphrate, constituait la plus sûre garantie de sécurité à New York et ailleurs.

D'un point de vue politique enfin, la bataille d'Irak constitue un indiscutable succès. En même temps que le pays se reconstruit dans la douleur, les masques tombent. Les islamistes massacrent des musulmans par centaines, à coup de roquettes et de camions piégés, suscitant une révolte légitime dans la société civile irakienne, qui de deux maux préfère le moindre (l'Amérique). Partout l'islamisme apparaît tel qu'il est, aux Pays-Bas, en Palestine, en Indonésie, même en Thaïlande et en Chine. Simultanément, les Européens émasculés continuent de jouer contre l'Occident en s'enferrant dans leur antiaméricanisme d'épiciers et en bloquant tout processus politique aux Nations Unies. La France et l'Allemagne, en choisissant (définitivement ?) entre l'allié américain et la nouvelle puissance morale tutélaire de l'islamo-tier-mondisme, ont montré leur soumission à une puissante minorité intérieure d'allogènes inassimilés et animés d'une soif inextinguible de vengeance post-coloniale. Ce faisant, ils ont précipité le suicide d'une Europe depuis longtemps agonisante.

Voilà pourquoi l'Amérique a déjà gagné. En envahissant l'Irak, elle donne une existence physique à une guerre invisible, qui dès lors pourra être gagnée. En le contrôlant, elle assure sa sécurité et son approvisionnement en énergie. En le libérant, elle rendra possible la réorganisation du c½ur de l'Eurasie sur des bases nouvelles et pour longtemps conformes aux intérêts du monde développé. En désignant l'ennemi et en rompant avec l'Europe, l'Amérique ne quitte pas l'Occident : elle devient l'Occident. A ceux qui croient que la victoire de G. W. Bush le 2 novembre fut une victoire de la peur, ou le triomphe de l'ordre moral honni, à tous ceux qui doutent de la volonté et de la capacité des Etats-Unis à structurer un monde en perdition, regardez James Miller droit dans les yeux, et dites vous que l'Amérique est là pour durer.

Ulrich Cros



Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Ulrich Cros par Ulrich Cros

Pigiste service international

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique