Sur le RING

Kerry fait sa Gloubiboulgate

SURLERING.COM - BIG BROTHERS - par Yvan Romanoff - le 27/05/2004 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Le challenger dans la course à la Maison Blanche n'en finit plus de faire du surplace. Malgré des sondages plutôt bons et les récents événements qui frappent les Etats-Unis, John Kerry ne parvient pas à s'imposer dans les médias faiseurs d'élections. Pourquoi une telle timidité alors que les démocrates rêvent d'en découdre avec la politique de Bush ? Ring revient sur le Cas Kerry...


A
jouté aux controverses qui ont secoué l'Amérique, le scandale des images de prisonniers irakiens maltraités par des militaires U.S. aurait pu laisser penser qu'entre Bush et Kerry, il n'y avait plus photo. Que nenni. Les déboires de la machine présidentielle ont certes altéré la crédibilité de " W ", mais sans pour autant permettre au candidat démocrate d'en profiter. Face à un président estampillé " crétin populaire ", John Kerry apparaît, et ce depuis plusieurs semaines, sur la défensive, ce qui trouble et gêne tout un pan de son électorat.

Coups vils et propagande de héros

Il est vrai que la campagne a renoué depuis peu avec les traditionnels coups bas, où se côtoient en vrac mensonges, cul et photos resurgies du passé. Pourtant, dans le domaine télévisuel, Kerry n'est pas un petit joueur et n'oublie pas de rappeler, clips à l'appui (et en noir et blanc pour verser une larme), qu'il est un vétéran de la guerre du Vietnam. Il a lui-même récemment lancé une offensive médiatique, avec deux publicités retraçant sa " vie de service héroïque et de solidité " ( !). Une campagne estimée à 25 millions de dollars, alors que Bush aurait déjà dépensé quelques 60 millions depuis mars pour inonder les écrans des Etats les plus disputés. Dans sa campagne qui a commencée plus tôt que prévu, ce dernier joue sur une image virile, celle d'un mec qui n'a peur ni de la baston, ni d'entrer dans un conflit sans fin. La guerre, outil de propagande, fait toujours vivre plus de gens qu'elle n'en tue aux States... Dans les spots multidiffusés du camp républicain, on se plaît à dresser un minable portrait d'un Kerry indécis et hésitant comme défenseur du pays. Et c'est cette publicité négative qui aurait atteint l'image de Kerry.  

" Anybody but Bush "...

Kerry est d'ailleurs loin de faire l'unanimité. Les démocrates le jugent surtout comme le plus apte à battre George W. Bush. : oui, Kerry est tiède, mais tellement " présidentiable " ! Reste que ses partisans veulent aussi quelqu'un d'offensif. Une belle gueule de gentleman-farmer sachant jouer de la guitare ne suffit pas. Kerry passe son temps et son budget de campagne à se défendre, certes plutôt bien. Mais il doit donner à ses " fans " autre chose, notamment à propos de cette guerre. Ce qu'il ne fait pas pour l'instant. Dire qu'il n'est pas Bush est loin de satisfaire les esprits. Kerry n'arrive pas à marquer, à se démarquer ; il déçoit en affirmant son soutien à Sharon en Israël, reste peu visible concernant les questions de guerre, et demeure tout bonnement inaudible sur celles de la retraite, de l'assurance-santé et de l'éducation qui sont au coeur de son programme.

Pourrait-il en être autrement ? Au c½ur de la campagne, l'ordre médiatique américain lui-même est vivement contesté. Difficile pour Kerry de compter sur un soutien : on connaît l'affection toute particulière des networks et des chaînes d'info américaines, véritables organes de la Maison Blanche, pour l'action et le programme du Président sortant (on a la même chose en France)... Bush est fortement aidé par les radios qui déversent, à longueur d'ondes et avec l'appui de programmes de talk shows ultraconservateurs, toute leur bile réactionnaire. Les présentateurs, avec leur bon (dé)goût légendaire, prétendent que " Kerry ressemble à un Français ". No comment. Plus inquiétant pour l'objectivité de l'information, sur 12 000 radios recensées aux States, seule une, qui ne dispose d'ailleurs que de moyens limités de diffusion, a avouée ses penchants démocrates... Avec ça, Kerry ne risque pas d'aller bien loin.

A moins que d'autres atours et atouts ne jouent en sa faveur, comme la tenue glamour de sa fille, qui a réchauffé la Croisette à Cannes, ou le brûlot-document anti-Bush de M. Moore, palmé d'or lors du Festival. Kerry est également capable, comme au cours de sa campagne lors des élections sénatoriales dans le Massachussets, de formidables accélérations. A six mois du verdict, la personnalité de Kerry lui dicte que le moment d'attaquer n'est pas encore là. Pour éviter de finir comme Bob Dole, ancien candidat  à la présidence balayé par Clinton en 1996, Kerry agira. Peut-être. Quand il l'aura décidé...

Yvan Romanoff



Soyez le premier à réagir

Ring 2012 Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique