Sur le RING

Je n'aurais pas serré la main d'Anders Breivik

SURLERING.COM - MURDER BALLADS - par Philippe Bilger - le 15/05/2012 - 8 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

 

Il y a des procès qui n'en finissent pas d'agiter esprits et consciences. De nous faire osciller entre l'admiration pour un Etat de droit et l'étonnement devant certains comportements. Celui d'Anders Breivik en Norvège, sur ce plan, est indépassable.


 
Cet homme, le 22 juillet 2011, a massacré 77 personnes et depuis le 16 avril, après des expertises mentales contradictoires - l'une concluant à son irresponsabilité, à son grand dam, et l'autre retenant sa responsabilité -, il comparaît devant un magistrat.
 
En amont, quand nous avons tous été saisis par l'horreur méthodiquement préparée et accomplie de ces meurtres et par l'effroi devant un cerveau aussi implacablement délirant, empli d'une idéologie aussi rigidement et obsessionnellement cultivée, il n'est personne, à quelques exceptions extrêmes près, qui n'ait été profondément admiratif devant ce petit et grand pays, cette démocratie exemplaire sachant, dans un consensus rare où indignation et émotion se mêlaient sans indécence, si bien résister à l'odieux et aux dérives que sa répression aurait pu entraîner.
 
Comme l'a remarquablement résumé Olivier Truc, "pour les Norvégiens, seule importe la victoire de l'Etat de droit sur un  homme qui pensait le mettre à mal" (Le Monde). Il formule cette appréciation au sujet du procès mais elle exprime ce qui est apparu comme l'attitude collective des citoyens norvégiens et de la classe politique face, pourtant, à un choc criminel inconcevable. Il y avait là la traduction d'une exigence appelant à d'autant plus de mesure et de dignité que l'ordre naturel des choses, les exigences élémentaires de l'humain, la compassion minimale pour son prochain avaient été gravement bouleversés. Il y aurait beaucoup à apprendre, pour nous Français, de cette fermeté éthique, de cette force juridique venant poser le sceau d'une inflexible sérénité sur une telle dévastation qui aurait pu emporter plus d'un principe. L'agitation de nos ripostes et notre frénésie législative sont aux antipodes de cette tranquillité si assurée d'elle-même qu'elle n'a même pas peur de se faire qualifier de faiblesse.
 
Est-ce à dire que nous ne sommes jamais surpris par une sorte de paroxysme dans la manifestation de ce que la justice norvégienne estime devoir à Anders Breivik ?
 
Deux procureurs, une femme et un homme, tiennent le siège du ministère public et la première notamment fait preuve d'un calme impressionnant, ne se départissant jamais à l'égard de l'accusé d'une politesse et d'une apparente objectivité qui me semblent la marque des pratiques exemplaires. Le rapport de force à l'audience, les décrets d'autorité et les rodomontades vulgaires, qu'ils soient le fait des présidents ou des accusateurs, représentent ce qu'il y a de pire dans l'expression judiciaire.
 
Pourtant j'avoue avoir été troublé, presque choqué, par le fait que ces deux procureurs accompagnés par quatre psychiatres se sont rendus l'un après l'autre auprès d'Anders Breivik pour lui serrer la main.
 
Je voudrais m'attacher exclusivement au comportement de ces deux magistrats, l'attitude des psychiatres étant moins singulière et provocatrice par rapport à notre conception de la justice criminelle même si évidemment rien de semblable ne pourrait se produire en France.
 
En attachant le plus grand prix à l'urbanité judiciaire, à la nécessité de ne pas faire de surenchère dans la mise en oeuvre d'une démarche qui s'inscrit clairement dans une structure de rigueur et de contrainte - le ministère public qui en "rajoute" fait à mon sens, dans notre univers français, dans le pléonasme -, je demeure toutefois réservé devant ce geste introduisant, dans le processus à venir, une familiarité, une banalité qui ont d'ailleurs offensé certains Norvégiens même si la plupart des observateurs l'ont compris et approuvé.
 
Ce n'est pas la même chose de laisser à l'accusé, dans l'espace judiciaire, le plus de latitude possible - il n'est pas menotté et peut faire d'emblée un salut provocateur par exemple - et de lui marquer une considération qui paraît inadaptée en un tel lieu. Comme l'a écrit un éditorialiste norvégien, "un comportement poli et correct lors du procès est une chose. Mais rien n'oblige à serrer la main d'un meurtrier".
 
Il faut tenter de percevoir ce qui motive cette volonté forcenée de faire comme "d'habitude". A l'évidence, il n'y a pas deux blocs distincts qui seraient totalement étrangers l'un à l'autre. L'humain et le judiciaire, au contraire, sont profondément liés et il serait hors de question d'expulser de l'audience la vraie vie, l'existence avec ses rites, ses règles, ses codes et ses délicatesses. On salue dans la quotidienneté, qu'elle soit ordinaire ou spéciale. Cet être, dont on sait qu'il appartient à notre humanité, on va le traiter comme un homme jusqu'au plus petit détail qui est de serrer la main à autrui quand on le rencontre.
 
Il y a sans doute davantage puisque ces deux procureurs étaient libres de leur choix et auraient pu s'abstenir d'aller vers Breivik pour lui offrir cette marque de proximité, cette preuve de civilité. Comme si de rien n'était. Mais cette poignée de main était moins destinée, d'une certaine manière, à l'accusé que pour se démontrer à eux-mêmes l'obligation de camper coûte que coûte dans une relation précisément civilisée. Cette poignée de main venait comme un barrage devant tout ce qui probablement, face à l'immensité de ces crimes, aurait risqué de déstabiliser et de rendre injuste. Elle vous enfermait par avance dans un carcan de tenue et de modération. Elle était déjà presque un acte de justice.
 
Je n'ose penser aux polémiques qu'aurait suscité chez nous, lors d'un procès emblématique à tous points de vue, une telle attitude. L'avocat général aurait été désapprouvé par tous sauf par l'avocat de l'accusé et les parties civiles se seraient élevées contre cette provocation. On aurait évoqué une mesure disciplinaire.
 
Imaginons qu'au début du premier procès de Youssouf Fofana, il me soit venu à l'esprit de procéder à cette incongruité d'aller lui serrer la main avant que les débats débutent. La famille d'Ilan Halimi, son avocat, le CRIF, BHL, la LICRA et le MRAP, le garde des Sceaux, le président de la République m'auraient accablé et pourtant je l'aurais fait condamner de la même manière avec les mêmes réquisitions.
 
Les familles des victimes en Norvége ont été aussi dignes et exemplaires que possible. Si elles ont été troublées par ces poignées de main, elles l'ont gardé pour elles.
 
J'admire la justice norvégienne mais je persiste. Je n'aurais jamais serré la main de Youssouf Fofana. Je n'aurais pas serré la main d'Anders Breivik. Aussi compréhensive et humaine qu'elle veuille apparaître, l'audience criminelle relève d'un autre registre que celui qui a cours loin d'elle.
 
On n'a pas besoin d'une poignée de main pour savoir et se persuader que même le pire malfaisant est un homme.

Philippe Bilger





 



Toutes les réactions (8)

1. 01/09/2012 23:18 - cacahuete

cacahueteeh ben moi j'admire pas la justice norvégienne. 21 ans pour 77 meurtres c'est juste une blague. il doit bien rigoler breivik. dans 20 piges il est dehors et s'il est en bonne santé il lui restera 40 années pour vendre des livres et se masturber en meditant sur son exploit. on l'invitera sur les plateaux télés, c'est genial.

2. 03/09/2012 15:00 - columbo

columboCe n'est pas 21 ans et hop il ressort. Ce sont 21 années, après lesquelles les Norvégiens étudient son cas pour savoir s'il représente un danger pour la société ou pas. Ils vont le garder derrière les barreaux jusqu'à sa mort, c'est évident. À moins d'un Putsch !

3. 05/09/2012 11:44 - Lébilloneau

LébilloneauMalgré les préambules un peu lourdingues, car si visiblement politiquement correct oblige , c'est un excellent article mesuré et qui permet de mesurer la distance entre une vraie Démocratie Norvégienne et celle qui descend tout droit de la terreur et de la guillotine à tout va .. Monsieur Bilger semble même étonné que des principes des Lumières( et peut être ceux issus de la morale Catho, où nul en ce Monde , n'est jamais damné définitivement et où le rachat est toujours possible ) soient mis en application ! Une seule question cet exploit n'est réalisable que dans certaines Sociétés respectant leurs principes , qui seront sans doute balayées par la faute de leurs propres vertus ..

4. 05/09/2012 12:28 - Vic Vega

Vic VegaBel article. Quasiment jamais d'accord avec les publications Ring. J'apprécie ici le sujet, intelligemment soulevé, ainsi que la nuance des propos.

5. 29/11/2012 23:01 - jOSEPH

jOSEPH
Article parfaitement écrit et la réthorique est developpée selon une logique juridique
pour ne dire mathematique.

J'ai eu du mal à accepter cette logique intellectuelle mais qui a été si concrétement simplifiée
que je ne peux qu'en être totalement d'accord.

Non, je n'aurai pas serré la main de X, et je ne regrette qu'une chose, c'est que notre monde
soit disant humaniste n'est su accompagner vers son destin X. L'élimination physique de Breivik devait être un acte d'humanité.

6. 25/12/2012 16:03 - kobus van cleef

kobus van cleefJe me souviens ,étant gosse , que mon père me disait , commentant le procès et l'exécution de deux meurtriers évadés '' il y avait dans la foule un homme qui criait comme les autres '' à mort!''
C'était Patrick Henry

Ne pas serrer la main du prévenu n'est ce pas le retrancher de l'humanité, vouloir s'en débarrasser en somme ?

7. 27/01/2013 20:37 - Czar

Czar"et s'il est en bonne santé il lui restera 40 années pour vendre des livres"

il ne semble pas vous être venu à l'esprit que la motivation première de Breivik n'était pas de "vendre des livres".

Breivik se considère comme étant en guerre, ce qu'il a fait, que cela vous plaise ou non, n'a pas été fait par souci de gloriole mais pour la défense de ses convictions, en se sacrifiant pour celles-ci.

Et ça demande un peu plus de courage que de taper un bête commentaire indigné.

8. 03/04/2013 14:31 - roubachov

roubachovj ai bien vie de faire un com hyper dangereux mais le ring risquerait d être emprisonné et moi avec, un com qui se rapprocherait du titre du livre de richard millet avec le mot littéraire en moins car faut reconnaitre que même les bamboulas d al quaida avec leur 4 avions et toute leur intendances derriere sont minableq à coté de ce qu'un scandinave tout seul peut faire avec une arme automatiques bcp de munitions , de l engrais pour betterave , un cerveau , bcp de travail et qqs économies

Ring 2012
Philippe Bilger par Philippe Bilger

Ancien avocat général près la cour d'appel de Paris, écrivain. Ring wall of fame.

Dernière réaction

eh ben moi j'admire pas la justice norvégienne. 21 ans pour 77 meurtres c'est juste une blague. il doit bien rigoler breivik. dans 20 piges il est dehors et s'il est en bonne santé il lui...

cacahuete01/09/2012 23:18 cacahuete
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique