Sur le RING

J’ai vu le dôme électrique s’effondrer sur Paris

SURLERING.COM - LES PAGES ROUGES - par Etienne Lhomond - le 19/04/2010 - 7 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

débats et opinions


Premier d'une série de portraits de villes au Tokarev et au masque à gaz, par Evan ARD.

Puisque l’on m’offre une carte rouge et noire pour Paris, destination carnage de masse, je ne vais pas me priver du plaisir de vous dire tout ce que je pense de cette ignoble cité. Je n’échangerais pour rien au monde la possibilité d’écrire cet article contre un forfait d’abonnement annuel aux transports d’Île-de-France. Parce que Paris, c’est un peu la ZUP de camembert-land, c’est sa banlieue centrale, une ville, un quartier pourri, insalubre et mal fréquenté, où personne n’a véritablement envie de vivre mais que l’on ne cesse de nous présenter comme un modèle de diversité, d’écocitoyenneté, de solidarité et autres concepts moribonds de neutralisation de la langue française, issus tout droit des laboratoires du marketing républicain. Pour commencer, j’ai cherché la métaphore susceptible d’exprimer au mieux le sentiment de répugnance viscérale que m’inspire la capitale de notre beau pays de racistes fromagers. Quelques métaphores scato-médicales y sont passées : anus de France, avaloire du Moloch babylonien, tumeur de l’hexagone… Ô Mister Heinrich Marx, laborieuse pornstar prolétaire, j’ai toujours été frappé – béni sois ton nom – par le fait que la domination symbolique des métropoles soit au prix de la plus grande infertilité. Ce sont des espaces en négatif, qui ne produisent rien que les mécaniques virtuelles de leur propre subsistance, essentiellement théorique. C’est-à-dire que la ville est un hold-up, sa face cachée est la théorie de ce complot organisé contre la périphérie, et cette théorie n’est vouée qu’à perpétuer sans cesse sa propre abstraction. Ces territoires de pouvoir sont en réalité d’une fragilité extrême, métastases urbaines parasites, s’affirmant seigneurs d’une province reléguée au second plan, ils ne font en vérité qu’engouffrer massivement les productions concrètes de l’extérieur dans leurs gueules béantes d’entités incorporelles. Ils n’exhiberont en retour que des valeurs spéculatives. La ville a pour ultime fonction d’organiser le traitement des déchets qu’elle engendre, c’est le centre de son activité, sa raison d’être : agglomérer des excréments. De la merde et des ordures. Pour neutraliser une capitale, la tactique est simple, il suffit de bloquer un point d’entrée/sortie. Paris ville-intestins. Détruisez les axes routiers essentiels, faites sauter quelques voies ferrées, vitrifiez les aéroports, et vous verrez que Paris, n’ayant plus de fange à brasser, deviendra famélique, abandonnée, vide… A l’inverse, peut-être plus simple encore, retirez à la capitale ses égouts, stoppez l’ébouage, et Paris, dévoilant ainsi son organe central, ne sera bientôt plus qu’un immense tas d’immondices et de matières fécales, une fosse pathétique dont les habitants s’entretueront bien vite, rendus fous par l’odeur de leurs propres émanations corporelles. Au final, le but de la ville, c’est de torcher les étrons des individus de pouvoir, de placer rapidement hors de vue le caca des présidents, des ministres, des évêques, des patrons, des arti$te$ et de tous leurs esclaves… Paris, c’est le business des fosses septiques. Au royaume de l’orgie boulimique de substance, les vidangeurs sont rois, et ils le savent fort bien. Il existe d’ailleurs une dimension de mon cerveau malade dans laquelle la grande conspiration millénaire des éboueurs est un fait historique encore méconnu, mais bien réel. Il faut savoir que cette race d’individus d’une bassesse morale sans précédent se préparerait depuis des siècles à accomplir le rituel sacré de l’Apocalypse Stercoraire, le grand lavage par l’impureté, un rite secret immémorial qui consiste à anéantir toutes les capitales du monde simultanément, en les noyant sous des flots de gadoue digestive à forte valeur olfactive ajoutée.

Certes, Paris a bien quelque chose de l’anus métastatique parasitaire, mais n’est-ce pas le cas de toutes les villes importantes ? Bon, peut-être que cet anus-là, comparé à d’autres, est un peu mal torché, il reste quelques traces de fion dans les plis, des boulettes fécales séchées qui grelottent au bout de trois vieux poils dépigmentés, mais, malgré la pertinence, prodigieuse, de la comparaison, il me fallait trouver autre chose. C’est là que la sainte haine que je voue à la capitale rance s’est soudain cristallisée en une divine révélation. Sur un autre plan, Paris, c’est l’ego de la France. Un ego particulier, unique, avec son caractère, sa personnalité, le petit moi braillard et mécontent de l’hexagone, une plainte frustrée de vieille catin, en pleine régression infantile, après que la sodomie de l’Histoire a mal tourné. C’est toujours un peu crade quand une pute magnifique commence sa carrière déflorée par Baudelaire lors d’un coït sanguinaire, furieux et magistral, et fini par se faire enculer net par Guillaume Musso et sa bande de skinheads tous les samedis soir. Elle a tellement mal aux fesses qu’elle ne peut même plus se caller sur la selle du Vélib’ avec lequel elle rentre chez elle, seule, le soir, dans une ultime provocation écocitoyenne lancée avec orgueil, comme un défi, à la face de tous ces écrivains en grosses berlines teintées qu’elle pompe du bout des badigoinces. Pourtant elle en a fait des efforts, la vieille salope, vraiment, pourquoi tant de haine ? Terminons-en avec l’allégorie tapineuse éculée quoique originalement menée (bruit de pet) et parlons justement de ce fameux Vélib’ – car ce « concept » à la mercatique fasciste, totalitaire et terroriste, est tout à fait représentatif de la manière dont Paris est l’ego de la France. Oui, mes amis !

Un adorateur me disait souvent qu’il avait cessé de regarder la télévision depuis qu’il avait compris que les médias français ne parlaient à longueur de temps que de problèmes concernant la seule ville de Paris. Je crois qu’il avait raison. La parisianocentrisme centralitaire autocentré est réellement symptomatique de cette vieille vanité narcissique de la capitale. Je n’ai rien contre l’orgueil, l’orgueil est une vérité salvatrice, mais encore faut-il disposer de moyens proportionnés à son orgueil, si ce n’est pas le cas, on entre dans la vanité, qui est mensonge. La possibilité de louer des vélos pour se déplacer en ville, je n’ai rien contre non plus. Quand on est totalement bourré, trois heures le matin, que le métro est fermé, c’est une joyeuse façon de tenter un suicide classieux impliquant la destruction d’un bien de la collectivité – je vous emmerde tous, voilà ! Crac ! Le vélo des impôts locaux sous la benne à ordures, tripes et boyaux mêlés aux pneus increvables déchirés, terminé ce #@%! de Vélib’ de ?€#* !

Donc, à présent, qui se souvient que 2007 fut l’année où le général David Petraeus fut nommé à la tête des troupes américaines engagées en Irak ? Je ne pense pas pour autant que l’on se souvienne que 2007 fut l’année de lancement du Vélib’, mais je crois cependant que « Vélib’ » sera plus évocateur que « Petraeus » pour beaucoup de français. En effet, qui a pu oublier les discours enflammés, les polémiques brûlantes, les débats passionnés qui ont accompagné la mise en place du vélopartage dans la capitale ? Toute la France devait alors s’extasier devant la modernité de la ville-lumière, sa conscience citoyenne, son engagement écologique. Paris ville d’avenir, Paris ville-du-futur, après l’échec de l’insurrection ratée des motocrottes, Paris redevenait une « ville propre » dans laquelle des foules de cyclistes aux zygomatiques figés dans l’extase de la révélation découvraient la mobilité douce avec les yeux de l’homme nouveau, révolutionnaire. Comme souvent dans ce genre de procédé discursif, l’emballement de propos positifs correspond à une volonté de nier une réalité dégradée, tel le sénior colgate pratiquant la capoeira qu cache la forêt de vieux solitaires mourant de sécheresse, le Vélib’ tente de cacher la misère d’une ville où la circulation est devenue infernale, le stationnement impossible, la pollution suffocante, le civisme routier élémentaire piétiné par la somme de stress accumulé… Cependant, toute la France devait être au courant que Paris disposait à présent de son système de vélos en libre-service. La France, ce qu’elle en pense ? En vérité la France en a un peu rien à foutre. Si vous êtes Parisiens et que vous lisez cet article, préparez-vous à un choc psychologique sans précédent : la France s’en fout parce que les vélos en libre-service, cela fait longtemps que ça existe dans de nombreuses villes de province, depuis 1974 à La Rochelle, 1998 à Rennes, 2005 à Lyon… Donc bon, Paris et son Vélib’, on s’en ballote les gonades, surtout que nous, nous ne sommes pas assez cons pour vandaliser 80% du matériel mis à disposition en quelques mois.

Ainsi, voilà un exemple de déréalisation édifiant comme seul Paris sait en produire à la chaîne. Parce que Paris est le lieu où les choses se passent, tout ce qui se passe à Paris doit concerner l’ensemble du pays. Cas typique, les immondes cités-dortoirs de banlieue parisienne et leurs bandes de racailles incultes s’imposent comme un sujet national depuis plus de vingt ans. Tout le monde sait que ces quartiers insalubres abritent des analphabètes brutaux, de pauvres loqueteux sans formation, des déracinés en proie aux pires confusions… Tout le monde sait qu’il est préférable d’habiter n’importe quelle autre région de France, mais non ! – on va encore nous expliquer qui si ces gens connaissent des taux de chômage record, c’est parce que nous ne les aimons pas assez, c’est notre faute. Comme si l’amour allait métamorphoser ces marginaux, victimes devenues délinquants, en individus adaptés aux exigences cruelles de la société de consommation. Le capitalisme, tu l’aimes ou tu le quittes. Ils ont fait leur choix… alors respectez-le, bon dieu ! Pour une fois, accordez-leur au moins cela. Mais non, toute la France doit se coltiner les émanations toxiques de la mauvaise conscience parisienne. Ils ont voulu expulser la misère à la bordure, garder un centre bien clean, pas trop d’arabes, non, pas arabe, ça fait trop… arabe, disons personnes issues de l’immigration, c’est ça. Un Paris intra-muros sans trop d’autochtones pittoresques, rapport au tourisme. Mais voilà que la racaille débarque sur les Champs-Élysées et fout le chaos, attirée par les vitrines dorées comme des mouches succombant aux reflets brillants du soleil sur la viande exposée d’une charogne, et vas-y que ça tire à balles réelles sur la plus belle avenue du monde, devant les grappes de japonais, clic-clac, une photo de France, ça le fait pas, drame ! Alors vous allez en bouffer des banlieues, oui, même toi, l’agriculteur du Cantal qui n’as jamais vu un basané de ta vie, tu es sûrement coupable, toi, l’homme de la terre, tu es sûrement raciste, hein ! Ordure ! Des étrangers, il y en a partout en France, et pas que des rebeuh, mais je n’ai jamais vu une ville aussi raciste que Paris. Le citadin de province, il a aussi ses métèques, et généralement ça se passe très bien. Bon, ça chambre lourdingue sur la mélanine du monsieur, ou l’accent de madame, c’est lourd quoi, mais ça passe, on fait avec, l’étranger reste minoritaire en nombre, il s’écrase, et c’est souvent comme ça qu’il s’intègre. Le bizutage à la française : à force de supporter les railleries avec le sourire, on finit par gagner le respect. Tout le monde y passe, même le français de souche, c’est l’usage. A Paris, c’est le nombre qui change la donne. J’ai toujours pensé que le nombre, entraînant la concentration, était le vrai problème, sans cela, les choses se font naturellement. Tant qu’il est minoritaire, un étranger s’intègre, quand, dans un espace donné, il devient un collectif, il résiste. Rapport au besoin naturel d’établir des relations sans trop se bouger. C’est ce qui se passe à Paris, et c’est pour cela que Paris est la ville la plus raciste de France. La diaspora forcée des pauvres en province est la seule solution qu’il nous reste. Mais, comme aucun politique ne sera jamais assez couillu pour proposer une solution aussi radicale, parce que, déjà, la province n’a pas vraiment envie de se taper les parisiens d’une part, et les parisiens-issus-de-la-discrimination encore moins, alors on ingurgite ces conneries d’antiracisme à longueur de temps. Il faut bien que les parigots s’achètent une conscience, et c’est reparti pour des kilomètres de spots publicitaires ventant la qualité du sperme métis, le mélange racial, l’indifférenciation devenant toute différenciation, la non-discrimination des races qui devient discrimination, positive jusqu’à l’absurde, jusqu’à l’acte sexuel citoyen, capote équitable en peau d’oursin polynésien (en option), endoctrinement racial des rapports singuliers, plein la gueule, jusqu’à l’écœurement.

Quand il ne s’agit pas des loubards périphériques, le parisien moyen est généralement un branleur né. C’est l’essence de Paris. Parce que Paris est le centre où tout se passe, il faut absolument être parisien. Le problème, quand on vit dans l’ego de la France, c’est que l’on se sent obligé, pour des raisons d’amour-propre, autant dire pour cause de mendicité existentielle, de refuser de disparaître dans l’anonymat de masse, dans l’indifférence générale. Parce qu’il n’est rien qu’une cellule infiniment assimilée à la supercolonie hyprasociale, parce que son comportement n’est plus déterminé que par les lois de la distribution gaussienne, le parisien se DOIT d’être singulier, donc il doit devenir : un branleur-né. C’est ça, la vraie tragédie parisienne. Dans l’ego des egos, la surtension des moi à fleur de peau rend la situation explosive, l’ego ne peut pas se permettre de se limiter à être, il faut qu’il existe, à tous prix. Alors vous comprendrez aisément combien il n’est pas aisé d’être singulier au milieu de 2 millions de personnes. Mon Dieu, ayez pitié des parisiens et pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu’ils sont. Il faut saisir la nuance, car il y en a une, entre être une singularité et être singulier. D’ordinaire, je suis plutôt partisan de la singularité, c’est même le seul domaine dans lequel je suis encore capable de reconnaître une moindre vertu au fait d’être partisan. Mais lorsque l’on est plus de 2 millions à tenter de se singulariser, dans un espace aussi restreint que Paris, cela tourne à la catastrophe égotique, et je crains fort que l’écologie ne devienne alors qu’une préoccupation d’arrière-garde. De la singularité, qui est l’aristocratie de l’être, on passe alors à l’obsession du singulier, qui est l’équivalent populaire de « l’univers » du haut fonctionnariat artistique des médiocraties. Alors il faut tout tenter pour devenir ce petit être unique, chaud, moite, autour duquel la terrible métropole déploie des milliers de possibilités interchangeables de consommer des simulacres de singularisation. En l’occurrence, je vous épargnerai l’exemple, pourtant très profitable, de la panoplie de perversions sexuelles auxquelles le parisien moyen est capable de s’adonner sans conviction, vite fait. Triste espoir de se procurer la moindre micro-miette d’une sensation existentielle, exclusivement motivée par ces données sociales compilées avec passion dans l’ensemble des facultés de psychologie de comptoir pour adulescents névrosés. De même, je ne commettrai pas l’offense qui consisterait à énumérer la suite sans fin des allers et retours masturbatoires de la mode, auxquels les parisiens succombent en feignant la passion. En vérité, ils sont fatigués, ils sont las de cette mécanique entêtante et réclament des poisons toujours plus forts, des fantasmes toujours plus corrosifs, mais qui demeureront toutefois des fantasmes, des fuites en avant, des façons de concevoir un ailleurs désiré mais jamais atteint… L’hallucination d’un danger véritable, quelque part, pour une authentique liberté, à jamais inaccessible. Il vous suffira donc de comprendre que le parisien aime se faire enfiler et enfiler en retour les simulacres, comme autant de ces étudiantes alcoolisées dans lesquelles certains germanopratins aiment à s’émasculer. Le parisien aime sa servitude de consommé-consommable éternellement revenu de tout. Car voilà, c’est un point central, et je termine par celui-ci, le parisien a le sentiment d’être là où il FAUT être, je le répète, where the thing’s going on, il a le sentiment que tout est à sa portée, que tout est accessible, il a tout essayé, tout expérimenté, il connaît tout, c’est un postmoderne. Par conséquence, sa dernière source d’émerveillement ne peut être que sa propre satisfaction de ne plus être émerveillé de rien. Il s’émerveille de ne plus être vivant depuis longtemps, là où la vie est supposée lui offrir toutes les opportunités.

Parfois, il arrive qu’un parisien moyen exilé hors de Paris depuis quelques temps se réveille. Il découvre alors combien les années passées dans la ville des lumières étaient des années de sommeil, un douloureux endormissement des sens, une léthargie, car, ayant épuisé sa vie à consumer son obsession d’être singulier dans la masse, d’être unique dans le grand tout aux mille formes, il se rend compte combien cela ne correspondait qu’à inverser des proportions, qu’à jouer avec des statistiques. Il a traversé les vagues de réversibilité des lois gaussiennes, redéfinissant les contours de probabilités marécageuses, rien de plus, rien de moins. Voilà pourquoi, quand je parcours Paris, à la recherche d’un hôtel perdu au milieu de milliers d’hôtels, que je croise un activiste de plus distribuant des tracts pour une cause de moins, que je passe mon chemin, musique à fond dans les oreilles, fatigué par le voyage en train, déjà écœuré du bruit et de l’odeur du métro, visage fermé pour m’épargner la profusion navrante d’informations dont je suis déjà bombardé depuis quelques minutes, dans cette ville de merde, déjà parisien dans l’âme, voilà pourquoi, une fois de plus, je rêve, porté par la musique, d’être un corps en chute libre, une simple masse fondant vers le sol, exalté par l’air des hautes atmosphères, inerte et pourtant en mouvement, je chute, je chute, je sombre vers Paris… Paris que je suis venu détruire, je le découvre alors. Car je suis une bombe. Une bombe thermonucléaire, sur le point de commettre un massacre irréparable, une plaie béante sur le visage de la vieille catin. Je suis le chirurgien accomplissant son œuvre, je suis venu éradiquer la tumeur, je rêve et je chute, je chute en rêve, et soudain, je me réveille, je suis à Paris, perdu dans ses artères débordantes d’ordures, je déambule dans le grand business scatologique, je fantasme une vie autre, je tente de fuir, ailleurs, dans ma tête, écrasé par le dôme électrique des egos en surtension. Je suis ici depuis quelques minutes, et je suis déjà un parisien. J’ai vu le dôme électrique s’effondrer sur Paris. Ma vie se termine là.

EL



Toutes les réactions (7)

1. 19/04/2010 13:55 - Line

LineOui, vous êtes une bombe, Evan Ard.

2. 20/04/2010 01:29 - Jacky Brown

Jacky BrownEtonnant ce tabou sur Paname et l'infection qui émane de cette ville. Jamais le moindre documentaire pour tenter de percer à jour le vrai mystère de cette putréfaction humaine.

3. 20/04/2010 09:11 - Aide-Calfat

Aide-CalfatLe tableau est ressemblant et il peut être tentant de se griser de dégoût... mais où est, en fin de compte, la différence avec le "je nique la France" de nos amis suburbains ? Un peu plus de sociologie, de psychologie ? Quelques livres lus ? Il faudrait être plus hautain. Merci pour vos textes, cela étant.

4. 20/04/2010 19:57 - Gaël

GaëlQuelle justesse dans votre recit Evan. Je ressens tout a fait cela depuis que je suis arrivé à Paris ( je viens de Bretagne) il y a 4 ans . Je ne me faisait pas d'illusion avant, mais rien n'est venu rectifier mes préjugés sur cette ville. Paris c'est la ville du Grand Sommeil, de la Grande Arnaque, de la Grande Baise ;c'est l'anti-cité, apauvrie par son opulence, hypermatérialiste et vidée de ses gens -les vrais, les vivants.
Paris est sous Prozac et sous benzedrine, trop molle quand il faut aller vite, et surexcitée, comme par angoisse, a chaque moment de répit et de calme. Paris, qui ne donne rien, mais qui vous prend tout. Paris nous épuise mais Paris est épuisée, vieille dame qui fuit de partout, qui pue et ne se lave plus, on ne la regarde plus que par inadvertance. Paris est un clodo sur une grille de métro, elle n'en peut plus de crever.
Je crois que Paris a besoin d'etre détruite, littéralement. Purification par le feu. Pour renaitre un jour qui sait. Et dans ses râles d'agonie, je crois même l'entendre qui nous supplie.

5. 24/04/2010 19:44 - Violator

ViolatorSuperbe, je viens de découvrir votre revue et cet article est l'un des meilleurs, plein de sensibilité de lucidité, magnifique!

6. 25/04/2010 19:23 - Greg môk

Greg môkEvan Ard,

Vous me rappelez M.G. Dantec.

7. 27/04/2010 12:00 - Greg môk

Greg môk"Un adorateur me disait souvent qu’il avait cessé de regarder la télévision depuis qu’il avait compris que les médias français ne parlaient à longueur de temps que de problèmes concernant la seule ville de Paris. Je crois qu’il avait raison"

C'est exactement le même constat que je me suis fais.

"Mais non, toute la France doit se coltiner les émanations toxiques de la mauvaise conscience parisienne."

Implacable !

"C’est ce qui se passe à Paris, et c’est pour cela que Paris est la ville la plus raciste de France."

Déduction logique d'une hypothèse au sujet de laquelle les intellectuels parisiens antiracistes sont largués en plein milieu de nulle part.

Ring 2012
Dernière réaction

Oui, vous êtes une bombe, Evan Ard.

Line19/04/2010 13:55 Line
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique