Sur le RING

Iran : l’heure de vérité approche

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Aldo-Michel Mungo - le 01/07/2010 - 28 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Face à l’entêtement iranien, peut-on imaginer une action au-delà des sanctions économiques ? On sait que ces dernières ont montré dans le passé qu’elles pouvaient aisément être contournées. A moins d'être complètement sourd et totalement aveugle, tout un chacun devrait être désormais en mesure de discerner que l'Iran ne veut plus qu'une seule chose : la guerre. L'Iran cherche la guerre. Elle finira par l'avoir. Mais seul les Américains ont la capacité militaire de mener une intervention brutale.



Elections truquées, prise du pouvoir par la frange la plus radicale de l’islamisme iranien, répression dure de toute opposition, arrestation des opposants politiques, refus de tout compromis avec les principales puissances de la planète et affirmation que la fuite en avant vers le nucléaire continuera. Mais que cherchent les dirigeants iraniens ? La confrontation ? Dans ce jeu, ils ne peuvent que tout perdre. Sont-ils fous ?
Pour répondre à cette question et comprendre pourquoi le pouvoir iranien est jusqu'au-boutiste, il faut intégrer quelques données relatives aux croyances des Chiites. Pour ceux-ci I’Imâm Mahdi, dit Imām az-Zamān (Maître des temps), le douzième Imam, qui fut occulté (caché) par Allah au 9ème siècle, survit de façon mystique et demeure le pôle du monde. Il réapparaîtra à l’issue de l’apocalypse pour faire régner la justice, la paix et la prospérité sur la planète. La spécificité historique de l'Iran chiite, isolé depuis des siècles de ses voisins arabes sunnites s’est nourrie de cette croyance. Mais au sein du Chiisme iranien s’opposent deux écoles de pensée, celles des Sadeghis et celle des Hojjatiye.

Cette dernière professe que le retour du Mahdi sera accéléré par l’extension du désordre qui doit aboutir à l’Apocalypse. Ils préconisent de participer activement à cette accélération des évènements. Ce sont des millénaristes messianiques qui s’agrègent autours de quelques ayatollahs ultraréactionnaires. A partir de 1979, les Hojjatiye infiltrent toutes les institutions révolutionnaires comme les Pasdaran, le renseignement militaire et l’assemblée consultative. Mais depuis le décès de l’Ayatollah Khomeiny, ils ont petit-à-petit pris le contrôle complet de l’ensemble de l’appareil d’Etat. Au sommet, l’Ayatollah Khamenei, le Guide spirituel de la République, la plus haute autorité politique iranienne, il est celui qui décide et dispose; à la présidence de la République, Amhadinedjad ; à la présidence de l’Assemblée, Larijani, ancien négociateur nucléaire ; tous sont des Hojjatiye. L’ensemble du corps des Pasdaran (Gardiens de la Révolution)  l’est également, ainsi que tout l’encadrement des structures étatiques. Tous les opposants déclarés appartiennent au courant de pensée adverse.

Les Hojjatiye forment une Junte islamique qui contrôle totalement l’Etat iranien. Le comportement étrange des membres du pouvoir ne peut se comprendre que par cette affiliation. Le Mahdi est le sujet de conversation le plus important en Iran ainsi que le rôle que l'Iran et Ahmadinejad joueront pendant son retour prévu.
C’est la nouvelle frénésie. Des agences de presse se consacrent presque entièrement aux signes précurseurs de son arrivée. Ahmadinejad n’a manqué aucune occasion de se référer directement ou indirectement à la réapparition prochaine du Mahdi. Il aborde fréquemment le sujet. En novembre 2005, il dit que sa principale mission dans la vie est de «Paver le chemin pour la réapparition glorieuse de l’Imam Mahdi. Si je crois qu’il va arriver d'ici deux, trois, quatre ans, pourquoi agirais-je avec ménagement? C'est le moment de se montrer fort, pur et dur». Il a dit et répété dans ses discours que le Mahdi ne se révèlera qu’après une guerre apocalyptique sur la Terre qui provoquera la mort d’une bonne partie de la population du monde.
Il y a bien sûr des fous dans toutes les croyances.
La seule différence c'est qu’aucun d’eux n’est Président d’un Etat qui cherche à se doter d’armes de destruction massive.
Dans toute l’histoire de l’humanité, aucun mouvement messianique n’a dirigé un Etat et aucun n’a possédé un arsenal nucléaire. Les plus dangereux dirigeants de l'histoire moderne sont ceux qui, comme Hitler, disposent d'une idéologie totalitaire et d'une foi mystique en leur propre mission. Ahmadinejad remplit ces deux critères.
Il est évident qu’un système totalitaire dirigé par des utopistes mystiques s’avère plus dangereux que le même, dirigé par des pragmatiques. C’est pourquoi, le jusqu’auboutisme apocalyptique des dirigeants iraniens aboutira à une confrontation.

C’est dans ce contexte, et lui seul, qu’il faut comprendre tous les évènements qui se sont déroulés en 2009 en Iran. En se mesurant aux puissants de ce monde, les dirigeants iraniens croient précipiter l’avènement d’un salut. Le nucléaire n’est qu’un moyen pour la réalisation de cette stratégie politico-mystique. Certes, on parle de paix pour l’humanité, mais cette paix n’est rendue possible, d’après leur doctrine, qu’après une bataille décisive qui préparerait les conditions de l’avènement de Mahdi.

Les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du régime, sont partie prenante dans cette vision mystique du rôle que doit jouer l’Iran pour le retour du Mahdi et le salut de l’humanité.
Il est désormais évident que les négociations sont totalement inefficaces dans le cas d’un régime aussi retors et belliqueux que celui des fondamentalistes iraniens.
L'histoire nous a appris que les pays dont l'idéologie est fanatique ne cèdent que devant leur défaite. Ils n'acceptent jamais de compromis, même s'ils se trouvent au bord du désastre.
Une transition par le haut, c’est-à-dire initiée et négociée par les élites, n’est pas envisageable compte tenu du peu d’influence des opposants et une sortie par le bas, par une révolution dans la rue, n’est pas non plus envisageable car la société civile est faible et inorganisée.

Les Iraniens veulent la confrontation

La stratégie d'Obama de la main tendue a échoué et le jeu du bâton et de la carotte ne fonctionne pas. D’autant que des informations font état de l'installation secrète par les Pasdaran de missiles antinavires sol-mer dans les faubourgs du port érythréen d'Assab, situé à proximité du détroit de Bad-el-Mandeb à une trentaine de kilomètres d’Asmara sur la mer Rouge. Si cela est vrai, Téhéran pourrait, depuis cette base, menacer le trafic maritime en mer Rouge où débouche le canal de Suez. L´Erythrée aurait donné à l´Iran le contrôle de ce port dans le cadre de la coopération stratégique entre les deux pays. Dans ce même pays, la force Al-Qods, corps d’élite des Pasdarans, forme dans des camps d’entraînement les rebelles yéménites Houthis, des chiites en rébellion aux confins du Nord-Yémen et dont l’aviation saoudienne pilonne les camps. Sous l'influence de l'Iran, cette minorité cherche à faire sécession pour constituer un satellite pro-iranien pouvant agir dans la péninsule arabique. Les Houthis ont reçu une aide illimitée en armes et en approvisionnement, sous la surveillance des Pasdaran, ainsi que d’experts du Hezbollah libanais. L’objectif de Téhéran est de mettre durablement un pied dans cette région située à quelques encablures du Golfe d’Aden, et disposer ainsi d’un moyen de pression sur la route du pétrole. Une zone hautement stratégique en cas de conflit et qui pourrait être incluse dans les premières frappes en cas de conflit.

La seule solution désormais est donc la confrontation avec l’Iran des Mollahs, car la priorité absolue est la sécurité stratégique du Golfe et de la mer Rouge.
"Si la guerre est horrible, la servitude est pire", écrivait Winston Churchill.

Recevant le prix Nobel de la paix, le président américain a affirmé que «les outils de guerre ont un rôle à jouer pour préserver la paix». Il a aussi longuement disserté sur la notion de «Guerre Juste». Barak Obama sait qu’un Munich nucléaire est impossible. Il sait aussi que l’Amérique impériale n’a pas le droit de déléguer à un allié, Israël, la tâche de résoudre le problème. Si les USA veulent garder leur rang de superpuissance, ils doivent assumer la lourde mission de résoudre définitivement la question iranienne.

Après pas mal de tractations et de gages réciproques, les Américains ont pu convaincre les Russes et les Chinois du danger de laisser la junte islamique disposer d'un arsenal nucléaire.
Depuis trois ans, les Américains plaident sans succès pour un embargo sur les produits pétroliers raffinés que l’Iran importe en quantités énormes (plus de 50% de sa consommation). Le corollaire d’une application stricte d’un tel embargo serait le contrôle des cargaisons des navires de commerce et le blocus des côtes. Version plus soft : des sanctions pour les compagnies d’assurances qui couvrent les navires marchands iraniens. Du même coup, privée d’assurance, l’importante flotte de pétroliers iraniens ne serait plus autorisée à entrer dans aucun port.
L’étincelle nécessaire à une guerre.La guerre à l’Iran nucléaire ne choquerait pas. Surtout si cette guerre consiste à détruire l’ensemble du potentiel militaire, de neutraliser les Pasdaran et de précipiter la chute du régime dictatorial.Mais les Chinois et les Russes ne veulent pas paver le chemin vers une guerre programmée. En tout cas ils ne veulent pas paraître la cautionner. Ils refusent donc cet embargo qui mènerait trop directement à une guerre provoquée avec leur bénédiction.Or les fenêtres d’opportunité ne sont pas nombreuses. Il faut pouvoir rassembler discrètement des forces aériennes considérables à proximité du théâtre d’opération et la prochaine opportunité sera le relèvement de la 5ème flotte de l’US Navy basée à Bahreïn.

En temps normal, le dispositif naval américain dans le Golfe persique est constitué de deux porte-avions et de deux porte-hélicoptères, accompagnés par une trentaine de bâtiments d'escorte et de soutien. Durant la guerre contre l'Irak, en 2003, sa capacité a été portée à cinq porte-avions et six porte-hélicoptères présents dans le Golfe. En septembre 2007, alors que le Conseil de Sécurité était à nouveau saisi du dossier iranien, l’US Navy a effectué une démonstration de force sans précédent qui a amené dans la zone du Golfe et de la mer d’Oman la plus importante concentration navale depuis le déploiement occidental au large de Beyrouth, en février 1984. Les Américains ont en effet profité de la relève des bâtiments de la 5ème Flotte pour faire coïncider celle-ci avec la fin de ses exercices annuels dans la zone Pacifique-Océan Indien. Depuis lors chaque année, en septembre, la tension remonte d’un cran.
Actuellement d’importantes forces navales se concentrent pour participer à l’exercice interallié et interarmes RimPac (Rim of the Pacific);  un exercice de très grande envergure où 20.000 hommes de 14 nations vont se déployer, jusqu’à la fin août, au large de Guam. C’est dans ce cadre qu’une flotte de navires de guerre américains, accompagné d’un navire israélien, a franchi le canal de Suez il y a quelques jours. Ce qui a fait dire à certains que la guerre contre l’Iran était imminente. Mais une dizaine de bâtiments ne sont évidemment pas suffisants pour mener une opération sur l’Iran.
Dans le même temps dans les semaines à venir, la France va redéployer le porte-avions Charles de Gaulle, et son groupe aérien composé de Rafale F3, dans l’océan Indien face aux côtes pakistanaises.

La guerre préemptive


L’embargo pétrolier aurait été considéré par les Iraniens comme un acte de guerre.
L’annonce, par la presse, d’une part que l’Arabie saoudite aurait autorisé les Israéliens à utiliser leur espace aérien pour des frappes contre l’Iran et d’autre part que les Israéliens disposeraient d’une base en Arabie saoudite font partie des multiples rumeurs tendant à provoquer les Iraniens. La technique du mouchoir rouge agité devant le taureau ….
Ces informations sont d’autant plus suspectes que le roi Abdallah, lors de la visite à Djeddah d’Hervé Morin le 5 juin, a déclaré "Il y a deux pays au monde qui ne méritent pas d’exister : l’Iran et Israël".
Mais l’essentiel est de provoquer les Iraniens car ces derniers ont prévenus qu’à la moindre velléité à leur égard, ils lanceraient une attaque préventive sur les bases américaines dans le Golfe, s’attaqueraient à leurs navires et bloqueraient le détroit d’Ormuz. Le but recherché étant de faire le plus de morts possible dans les rangs US et de déstabiliser les monarchies du Golfe ; au prix de 500.000 morts iraniens s’il le faut. Car la doctrine iranienne est de frapper en premier sans attendre la première attaque adverse. Les Etats-Unis, et la coalition qu’ils dirigeront, lancerons donc des frappes préemptives. Les Américains font couramment la distinction entre les attaques préemptives et préventives, une différence qui va au-delà des arguties. Une attaque préventive est fondée uniquement sur la possibilité que l’ennemi attaque sous peu. Une attaque préemptive est menée contre un ennemi sur le point d’attaquer. C’est la riposte anticipée à une menace imminente, un concept également intégré dans la doctrine française. La préemption est donc légitime, elle est très proche de la notion de légitime défense autorisée par l'article 51 de la Charte des Nations Unies.

Mais la préparation doit être particulièrement discrète pour éviter que l’Iran ne mette ses menaces à exécution et tout particulièrement éviter que le détroit d’Ormuz ne soit bloqué.
La particularité d’Ormuz réside dans son extrême vulnérabilité. A son point le plus étroit, le détroit fait 6,5km, mais les eaux territoriales iraniennes sont peu profondes et inaptes à la navigation, les navires sont donc obligés de transiter entre les îles Quoin et Ras Dobbah en Oman. A cet endroit, les passages maritimes font 1,8km de large dans chaque direction. Ce n’est pas le seul passage étroit pour accéder au Golfe Persique, les navires doivent encore transiter entre les îles de Jazireh-ye Tonb-e Kuchek, Bozorg et Abu Musa. Ces trois îles ont été prises de force en 1971 par les Iraniens au détriment des Emiratis, un contentieux de plus dans la région. 17,4 Millions de barils de pétrole passent tous les jours par le détroit d’Ormuz, soit 33,1% du commerce de pétrole mondial. Ce point de passage est l’un des plus névralgiques du monde, mais aussi un des plus vulnérables puisqu’il suffit de couler quelques navires pour le fermer. Les Iraniens peuvent mettre en œuvre cette menace. Le port militaire de Bander Abbas se trouve juste à l’entrée du détroit et des bases militaires sont situées sur les îles. Le blocus du détroit d'Ormuz se ferait à l'aide de bateaux civils qui mouilleraient des mines par centaines. L'Iran possède quelques 5.000 mines d'origine nord-coréennes, des EM11, EM31 et les redoutables EM52 qui activent un missile lorsqu'une cible passe à portée. Les Russes ont également livré un millier de mines marines dont des MDM-6.
Discrétion pour rassembler les forces alliées: il est en effet impensable de procéder comme pour les deux guerres contre l’Irak et mettre près de six mois pour déployer le dispositif militaire sous les caméras des télévisions.

L’indispensable coalition est déjà connue : Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Jordanie et Pakistan ; auxquels se joindront en deuxième ligne, défensive et non offensive, tous les autres pays arabes qui sont alliés des Etats-Unis.

Dans le cadre d’une attaque, les Américains disposent d’une base au Qatar et d’une base navale et aérienne au Bahreïn, où siège la 5ème flotte. Les Français disposent d’Al Dhafra aux Emirats et de Djibouti. Deux porte-avions nucléaires de l’US Navy et leur groupe naval patrouillent les eaux du Golfe, et un troisième est dans le Nord-ouest de l’Océan Indien face au Pakistan.
Positionnée en Méditerranée, face à Israël et au Liban, la 6ème flotte américaine est à 1.100km des frontières iraniennes. Sont à disposition les bases aériennes du Koweït, de Jordanie, des Emirats, d’Oman, d’Irak, d’Afghanistan et de Djibouti, soit plus de 500 avions de combat déjà déployés. L’Egypte mettra ses infrastructures à disposition. Les bases saoudiennes ne seront pas utilisées par des militaires non-musulmans, l’erreur religieuse de 1990-91 ne sera pas répétée. Les bases aériennes en Turquie ne pourront pas être activées, Recep Tayyip Erdoğan a déjà choisi son camp : l’Iran.
Des bombardiers lourds B-52 et B-1 seront prépositionnés en Grande-Bretagne, d’autres B-52, avec des B-2, le seront à Diego Garcia dans l’océan Indien. Les bases de l’Otan en Europe seront également impliquées pour le soutien, de même que la base géante de Santa Maria dans les Açores.

Début septembre, de retour de RimPac, 3 porte-avions de l’US Navy vont relever les 2 bâtiments positionnés dans le Golfe et celui positionné face au Pakistan dans l’océan Indien. Les bâtiments relevés sortiront d’abord du Golfe, une mer fermée et dangereuse, à ce moment là dans la mer d’Oman et à proximité, se trouveront, outre le Charles de Gaulle et les porte-aéronefs de la Royal Navy et des Marines, 6 groupes aéronavals ; soit 480 avions de combat et 65 bâtiments de guerre. De quoi donner des sueurs froides aux Iraniens. Alors que dans la presse arabe, il ne se passe plus une semaine sans qu’un éditorialiste ne réclame «Bombardez l’Iran».

Vraiment, la fin de l’année 2010 sera celle de tous les dangers pour l’Iran.

Par Aldo-Michel Mungo, analyste en géostratégie, directeur de la rédaction du magazine militaire Carnets de Vol

 



Toutes les réactions (28)

1. 30/06/2010 14:40 - harry stot

harry stotça casse l'ambiance!

2. 30/06/2010 16:13 - AvengerRedSix

AvengerRedSixC'est toujours intéressant d'avoir l'avis d'un expert, well, je fais bien de m'engager maintenant alors !

3. 30/06/2010 16:27 - A.C

A.CC'était inévitable.
Néanmoins, est ce qu'une carte à jouer de l'Iran n'est pas justement de prendre le détroit d'Ormuz en otage? Ceci pourrait avoir peut-être une très grosse incidence sur le commerce pétrolier mondial, et donc son prix...

4. 30/06/2010 17:53 - rascasse

rascasseDans ces régions ,
on ne fait pas la guerre en été (trop chaud) ...
Le printemps (c'est mieux) .

5. 30/06/2010 20:10 - Jacques Henri

Jacques HenriChurchill au sujet de Munich: " vous vouliez la paix dans l'honneur, vous aurez la guerre et le déshonneur" ou bien la devise d'une école chère à mon coeur: "civis pacem parabellum". L'occident doit décapiter l'iran des mollahs au plus tot. Jacques Henri

6. 30/06/2010 20:51 - TitOeuf

TitOeufEn 1968 un traité de non prolifération nucléaire (TNP) a été signé par de nombreux Etats, dont l'Iran, c'était le Shah d'Iran à l'époque qui l'avait ratifié.
40 ans plus tard, il est assez cocasse et plutôt marrant de constater que le seul pays qui ait respecté à la lettre ce traité soit l'Iran, vu que toutes les autres grandes puissances ont elles contrevenues à leur signature initiale en démultipliant leurs arsenaux nucléaires respectifs, jusqu'aux récents START de réduction progressive.
L'Iran adopte finalement l'attitude très occidentale du : "fais ce que je dis, mais pas ce que je fais".
J'attends avec impatience la réaction du peuple américain, à cette nouvelle perspective d'engagement armé, surtout de James Traficant (un souverainiste comme moi) ou d'autres encore qui sont de plus en plus nombreux à élever leur voix face à toutes ces croisades qui se multiplient et qui endettent encore plus l'American Citizen.
Barack Obama qui voulait désarmer le peuple américain, vient de perdre la bataille devant la Cour Suprême cette semaine.
Donc, les citoyens restent armés aux USA.

7. 01/07/2010 05:00 - A.C

A.CSi l'Iran tombe, on repart pour 50 ans d'hégémonie US et la totalité du contrôle du pétrole par les états-unis. Avec une cohalition telle qu'elle se présente en face, l'Iran n'a aucune chance, militairement parlant, à moins d'utiliser la technique du corridor ou de l'affrontement asymétrique, et encore...

Espérons que ce merdier à venir nous permettra au moins de payer l'essence moins cher.

8. 01/07/2010 10:35 - TitOeuf

TitOeuf"Dans toute l’histoire de l’humanité, aucun mouvement messianique n’a dirigé un Etat et aucun n’a possédé un arsenal nucléaire." (sic) Aldo-Michel Mungo.

Ah bon, et le "In God We Trust" des USA, c'est quoi alors ? du beurre en branche ?
Le début des hostilités contre l'Afghanistan en 2001, déclaré et célébré dans une Cathédrale, et non pas dans un parlement par GW Bush, c'est quoi alors ? du beurre en branche aussi ?

D'autant plus, qu'aucun des terroristes ayant perpétré les terribles et dramatiques attentats contre les USA n'avait la nationalité Afghane (la majorité venant d'Arabie Saoudite, grand allié des USA, allez comprendre....).

Rappelons pour finir, que l'Iran n'a entamé aucune guerre depuis 1000 ans vis-à-vis de qui que ce soit au monde, et que le conflit "Iran/Irak" des années 80 a été déclaré par l'Irak, largement sponsorisé en cela par les....USA, qui voyait d'un mauvais oeil la révolution Iranienne de 1979.

9. 01/07/2010 11:55 - espadon

espadonIran : Rumeurs d’une guerre qui n’aura pas lieu !
(Laisser planer la menace sur l’approvisionnement pétrolier de l’Occident ,
et jouer le cours du barril de pétrole à la hausse ?)
...
http://www.iran-resist.org/article6010.html

10. 01/07/2010 19:24 - Babalaas

BabalaasAnalyse intéressante, mais l'auteur semble oublier que les USA sont déjà impliqués dans deux guerres aux frontières iraniennes, qui leur coûtent plus chers qu'ils ne peuvent dépenser, qui leur pompent plus de troupes qu'ils ne peuvent en trouver, et dont ils n'arrivent pas à se sortir par le haut.
Ajoutons à cela que l'Iran fit 5 fois l'Irak et que sa population risque fort de retrouver son nationalisme et son unité en cas d'attaque, et on comprend qu'il faudrait vraiment que les décideurs américains aient perdu la tête pour attaquer l'Iran... Ce qui n'est certes pas improbable...

11. 01/07/2010 21:59 - Fridge Rider

Fridge Rider"les....USA, qui voyait d'un mauvais œil la révolution Iranienne de 1979".
Sans blague ! Vous êtes indécrotable Teuteuf.

12. 01/07/2010 22:08 - TitOeuf

TitOeufLes Anglais et les Prussiens voyaient aussi en d'autres temps, d'un très mauvais oeil la révolution Française Fridge et ont attaqué notre pays.

13. 02/07/2010 08:56 - TitOeuf

TitOeufLien vidéo de Monsieur Ron Paul, qui est un Souverainiste US, comme moi dans mon pays la France
http://www.dailymotion.com/video/xdvl7q_ron-paul-sanctions-iranniennes-acte_news

14. 02/07/2010 18:16 - blue velvet

blue velvet@titoeuf soi -même et les autres.
"Mon pays la France "ah oui?
C'est pas idiot de se faire passer pour souverainiste pour mieux dézinguer l'Amérique mais surtout Israel!
Vous êtes un faux!

15. 02/07/2010 18:30 - TitOeuf

TitOeufIsraël ??
Où avez lu le nom de ce pays dans mes commentaires ??
Un peu hors-sujet non ??
Ou bien Idée fixe ?? comme dans Astérix ??

16. 02/07/2010 21:00 - Pasiphaë

PasiphaëEuh pouce, comme dirait ma fille. Je ne crois pas que ce soit en ostracisant, stigmatisant Titoeuf malgré ses propos "maladroit" que l'on parviendra à le faire avancer dans son questionnement et ses recherches. Avoir cette attitude suspicieuse ne le fera que se conforter dans l'idée d'un lobby juif incapable de s'objectiver.

17. 02/07/2010 21:30 - Titoeuf

TitoeufMerci Pasiphaë, mais ne vous inquiétez pas, un petit hors sujet n'est pas bien grave.

18. 02/07/2010 22:53 - Pasiphaë

Pasiphaë@ Titoeuf je ne suis pas inquiète à votre sujet, vous ne donnez visiblement pas votre part au chien. Le fait que vous n'ayez pas été censuré sur vos propos d'après mon constat, montre bien la volonté du modérateur de vous laisser vous exprimer et ne pas faire en sorte que les commentaires soient issus simplement de partisans. Je retrouve dans RING, l'essence même du combat.
Pour en revenir au sujet de l'article, il serait opportun de à s’interroger sur les conséquences qu’aurait une offensive contre l’Iran. On peut imaginer celle-ci se limitant à des bombardements. Provoqueraient-ils un soulèvement contre le pouvoir en place et l’effondrement du régime islamiste, comme certains l’affirment ? Souvenons-nous, l’autorité de Saddam Hussein sortit renforcée, en 1991, de la première Guerre du Golfe. L’Iran utiliserait la réponse du faible au fort en lançant des campagnes terroristes à travers le monde. Washington serait alors obligé, pris dans l’engrenage, d’envahir le pays.Or l’Irak nous montre le coût d’une telle opération, surtout quand elle est menée par les Américains. Les Etats-Unis seraient confrontés à une guerre mondiale dans laquelle tous les pays européens seraient précipités à leur tour. Le pétrole atteindrait des cours astronomiques, nos économies s’effondreraient, nos jeunes gens iraient se faire massacrer et le monde serait un enfer. A moins que encore une fois on fasse en sorte de faire jouer par Israël le rôle du méchant?

19. 03/07/2010 09:25 - Disco

DiscoTitoeuf, Pasiphaë et compagnie...

Arrêtez de vous toucher la nouille avec l'habituelle soupe : bouhhhh en Amérique c'est des intégristes aussi, bouuuh l'hégémonie impérialisto hollywoodo-macdoesque, booooouhhhh le lobby juif, bouuuuhhhh la grande guerre mondiale à venir (comme en 91 et 2003 avec l'Irak ?), bouuuh les cours du pétrole, et bla et bla et bla.

Le problème de fond est très simple : l'Iran ne doit pas disposer de la bombe atomique, point barre. Et tout le reste est secondaire.

20. 03/07/2010 09:59 - Pasiphaë

Pasiphaë@Disco me toucher la nouille?Venez m'apprendre! Et comment super disco compte faire pour empêcher un pays souverain de fabriquer ce qu'il veut? Et puis où avez vous lu que je tenais de tels propos? Qui vous assure que l'Iran ne possède pas déjà la bombe, vous êtes dans les secrets des mollahs? Sur ce je pars en vacances tantôt alors bonnes vacances à tous!

21. 03/07/2010 11:02 - TitOeuf

TitOeufDe toute façon, nouille ou pas nouille, préférable "al dente" pour certains et pas pour d'autres, les USA n'ont jamais demandé l'autorisation de quiconque pour partir la fleur au fusil, là où ils le veulent et quand ils le veulent.
Donc il à fort à parier, que s'ils ont décidé de vitrifier l'Iran, à plus ou moins long terme, et bien, ils le feront, et ce quel que soit notre avis sur la question.
Pour l'instant, les rapports officiels de la CIA, invalident la position de l'Iran en acquisition de l'arme atomique, et quand bien même l'Iran l'obtiendrait, cela ne serait pas avant l'horizon 2012 pour une seule unité, et 2020 pour la constitution d'un arsenal réel et donc valablement menaçant à l'échelle mondiale.

22. 03/07/2010 15:41 - A.C

A.CC'est rigolo ce débat, c'est peu le débat Dreyfus version 2010...

23. 07/07/2010 16:34 - Guinguy

GuinguyEcoutez, moi je ne crois pas en ces conneries de Mahdi. Ca fait encore partie de la propagande américaine pour faire valoir leur future guerre.
Non, laissons les iraniens accéder au nucléaire, accéder au progrès et qui n'est destiné qu'à des fins civiles messieurs!! entendez-moi bien ! Arretez de croire en ces mensonges! C'est d'ailleurs tellement comme gros que meme spielberg ne miserait pas 1$ dessus. Quoique... "Le retour du 9ème imam" avec un Antonio Bandera en grande forme...
Et vous, vous gobez tout à pleine bouche tellement content d'enfin comprendre la véritable cause du conflit qui échappe à tout le monde...
Non, aimez-vous messieurs, vous êtes aveuglés par votre haine.
Nous faisons parti d'un ensemble cosmique, comme le décrit fort bien Mr Musgrave, ne gachons pas tout. Peace.

24. 07/07/2010 19:06 - Greg môk

Greg môkEt vive l'idéologie ! Avant la vérité !

25. 16/08/2010 18:46 - thierry bruno

thierry brunoà la lecture du papier de M. Mungo et à lire les réactions, je me dis une chose : avons-nous lu le même papier ? Ou est-ce la conclusion deM. Mungo qui vous "enduit d'erreurs" ? Car, enfin, il ne s'agit pas d'une année e tous les dangers pour l'Iran mais pour tout le monde. Une guerre contre l'Iran, c'est "bienvenue à la troisième guerre mondiale". Suis-je pessimiste ou quoi ?

26. 16/08/2010 20:24 - thierry bruno

thierry brunoà Guinguy.
Je ne sais pas s'il faut croire à cette histoire de Mahdi. Ce qui est avéré, c'est que l'Iran, avec la chute du régime de Hussein en Irak entend redevenir une puissance régionale de premier plan, ce qui passe entre autres, par un leadership enlevé au vieil ennemi sunnite et arabe de la région, l'Arabie Saoudite. Maintenant, qu'il faille laisser l'Iran se doter de la puissance nucléaire, qu'il faille voir derrière les manoeuvres américaines des motivations et des fins non avouées et non-avouables, si ça console et ça soulage, si ça permet de crier "love and peace" (beau programme dans un couple mais qui m'a toujours semblé un peu "con" -pour dire les choses crûment- dans le cadre des relations inter-étatiques), pourquoi pas. Mais cela n'empêche pas de considérer le régime iranien pour ce qu'il est, c'est-à-dire particulièrement belliqueux et belliciste. Maintenant l'idée d'une guerre contre l'Iran ne m'enchante pas plus que ça car cela sera nécessairement une guerre mondiale et, à la ramasse derrière les américains, ça risque de n'être pas brillant.
Et faisons confiance aux pacifistes pour préférer la servitude à la guerre car la servitude ne dure qu'un temps, la guerre toujours. Dixit notamment le professeur Jacquard qui ne fait que reprendre les propos d'un leader de la CGT dans les années 30. Et si guerre il y a, ces braves types survivront quand d'autres iront mourir pour leur payer leur liberté. Question pour conclure : en Iran, chante-t-on "love and peace" ?

27. 30/08/2010 21:28 - al

alMungo raconte des histoires et des mensonge de propagandiste Le président Irannien n est pas un ignare il a fait des etudes et ces histoire d iman caché ces pour les enfants de -12ans et encore,l Iran ne menace personne et tous le monde a droit au nucléaire
Ce sont les occidentaux qui vivent la peur au ventre,aucun pays musulman ne va aider a toucher a l Iran,aux contraire il vont l aider,en chipotant trop dans la M... vous risquez de crée une 3 GM
De toute facon si les Us font cette bétise L Iran mettra en piéces la Zone et il ramasseront les morts a la pelle l Iran n est pas L Irak a vous de voir ,déjà en Afghanistan les pertes devienne

28. 07/11/2010 03:15 - lionel

lionelbien joli tout ça, bien bel article... en attendant les U.S.A peuvent envoyer autant de matériel moderne qu'ils le désirent ça ne les empêchera pas de prendre une déculottée si le conflit devient armé, comme ça a toujours été le cas exception faite de la WWII ; à moins qu'ils ne gagnent par absence totale d’ennemis (Irak 91), ou à moins qu'ils ne la fasse à distance (pour éviter les morts dans leurs rangs...)...
il y a une chose que vous comprenez pas en habitant en Europe, c'est que les américains ont peur. Ils ont peur de perdre leur style de vie, ils ont peur de passer aux choses (trop) sérieuses. Dans ce sens ils partiront toujours avec une longueur de retard sur les peuples de cette partie du monde qui ont la vie bien plus difficile et sont donc prêt à sacrifier bien plus.

Ring 2012
Aldo-Michel Mungo par Aldo-Michel Mungo

Universitaire, analyste en géostratégie Directeur de la rédaction du magazine militaire Carnets de Vol.

Dernière réaction

ça casse l'ambiance!

harry stot30/06/2010 14:40 harry stot
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique