Sur le RING

Hessel, l'Indignator vous parle dans le poste

SURLERING.COM - FRANCE - par Laurent Obertone - le 04/01/2011 - 28 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Stephane, rebelle à contre-courant numéro 6 908 678 357 va se livrer à  l'exercice de rébellion publique numéro 78 978 769 983. L'indignation à 500000 euros de droits d'auteurs, par le vrai-faux co-rédacteur de la DDHC, disponible encore aujourd'hui sur toutes les plateformes capitalistiques.



Si on n'est pas très au courant de l'actualité et qu'on tombe par hasard sur la chose, en grande surface, on peut s'en saisir, par réflexe. En se disant, avec la candeur d'un puceau idéalisant son premier rapport, que pour titrer ça, il faut forcément avoir quelque chose de vraiment nouveau à dire. Ce n'est pas ce que s'est dit monsieur Hessel. Fait, déjà fait, dit, déjà dit, beaucoup trop dit. Compte tenu de l'âge de monsieur Hessel, il serait maladroit de parler de radotage. Attendre 93 ans pour se fondre à ce point dans les bêlements du troupeau, c'est tout de même tragique. Vous vous rendez compte ? 93 ans de vie, d'expériences, de rencontres, d'observation, de péripéties, de recul, d'esprit critique… Et plus rien. Trente pages, trois euros, et monsieur Hessel fait caca devant tout le monde. Comment peut-on passer de la résistance réelle à ça ?

Ceux qui se seront saisi de l'ouvrage par naïveté auront la désagréable impression de s'être jeté sur cette même matière fécale dont on les couvre depuis des années. Ça aussi, c'est tragique. Vous vous en êtes patiemment persuadé : toutes ces merdes qui pleuvent autour de vous sans discontinuer, vous saurez les reconnaitre, les anticiper, les éviter élégamment, les railler, les montrer à la foule ébahie… Et voilà qu'entre les courgettes, le camembert et les croquettes de ce con de chat, vous tombez dedans à deux mains. Pire : vous vous y jetez. Désolé pour ceux qui sortent de table, mais dans la vie réelle, face à une contrariété de base (se cogner les guiboles dans la table basse, oublier pépé sur une aire d'autoroute, allumer la télévision sur Gérard Miller…), l'exclamation scatologique est de rigueur. Cambronne, spécialiste de la  dignité, approuverait.

Ce qu'il y a dans ce bouquin ? 1. Faut s'indigner. 2. Le système économique, c'est pas bien. 3. La stigmatisation, c'est pas bien. 4. À Gaza, les Israëliens sont pas gentils. 4. La violence, c'est pas bien. 5. Tout ça, c'est la faute à Bush. Faites là où on vous dit de faire depuis toujours, c'est un résistant qui vous le dit. Pas très spontané ni novateur, il faut bien le reconnaitre. Mais comme les médias s'enthousiasment pour ce triomphe qu'ils ont eux-mêmes du mal à comprendre, les plus influençables finissent par croire que ce bouquin est du dernier chic pour briller dans les files d'attente du Monoprix. En particulier ceux qui n'ont pas encore su donner un quelconque relief à leur existence. L'indignation, oui madame ! Votre fils est une loque inculte, une feignasse inscrite en Histoire de l'Art qui fume des cigarettes en cachette ?

N'importe quel agrégé des cellules psychologiques vous le confirmera : l'indignation est ce qu'il lui faut. Dès les premières semaines de traitement, vous en constaterez les effets : achat d'un tee-shirt Che Guevara, port du chèche permanent, souscription à une association équitable et/ou antiraciste, distribution de tracts à la sortie des lycées, réaction phobique vis-à-vis du savon, rejet compulsif du bon goût et de  l'humilité, organisation d'AG à sa fac… Après l'exclamation scatologique, la question : qui sont les acheteurs ? Qui sont les idiots assez idiots pour acheter ça ? Sont-ils des types qui sont tombés les deux mains dans la merde mais qui ont refusé de l'admettre (le doigt dans la merde, c'est pire que le doigt dans l'engrenage). Ils ont donc acheté le bouquin, en espérant que la caissière le scannerait sans le retourner, puis ils sont rentrés chez eux, en se persuadant qu'ils ne trimbalaient pas une merde parmi leurs provisions. Imaginez la honte de ces malheureux, une fois dans leur canapé, le petit bouquin entre les mains. L'éternelle et universelle impression de s'être fait enfler par le premier marchand de tapis venu. Les phénomènes psychologiques ne sont pas à exclure : masochisme, connerie hypnotique, attirance du vide, tout ça. Attention, dans le lot d'acheteurs, il y a des convaincus. Des coprophages volontaires, des rebelles à contre-courant certifiés, labellisés, authentiques.

Si vous mettez bout à bout les organisateurs d'AG, les participants des Cercles de silence, les amateurs de flashmobs contre le racisme, les lâcheurs de ballons de tout le pays (unissez-vous !), on arrive allègrement à ce demi-million d'indignés qui ont ressenti le besoin d'acheter le mode d'emploi de leur indignation. Mais alors, de quoi faut qu'on s'indigne, m'sieur le résistant, vous qu'avez combattu Sarkozy en 39-45 ?

En un, Gaza. Incroyable, inédit. En deux, la stigmatisation des minorités. Inédit, incroyable. En trois, la faute à Bush. Gonflé, fallait oser ! Mais jusqu'où ira-t-il ? La spontanéité est le maître-mot de cette société moderne : tout est  incroyablement anticipable, trop anticipable. Le plus drôle, ce sont les journalistes qui s'émerveillent de ce "vent de fraîcheur" qui vu d'ici exhale l'hospice à plein nez. Pour rester dans la spontanéité, imaginez des rires enregistrés après chaque phrase.

"Le succès de Stéphane Hessel est moralement réconfortant. Il prouve que la sincérité, l’engagement réel, la volonté de défendre des convictions au service de l’intérêt général, et le fait d’aller à contre-courant des positions dominantes peut susciter l’engouement, notamment de la jeunesse. À 93 ans, il est en phase avec la jeunesse de ce pays, quand bien des autorités morales autoproclamées seraient bien en peine de faire une conférence dans un lycée sans être chahutées par des jeunes assez intelligents pour ne pas être dupes". (NouvelObs)

"De quoi réveiller des consciences assoupies ou résignées"
. (20minutes)

À contre-courant ? Alors que tout le monde est d'accord pour l'encenser ? Alors que tout le monde est d'accord avec ce qu'il dit, c'est à dire oui à Sartre, aux droits de l'homme, à la paix dans le monde, non aux stigmatisations, aux violences, à Bush ? Manque plus que le non à la réforme des retraites… À contre-courant de quoi, de qui ? À qui les médias veulent-ils faire croire cela, à part à ceux qui ont cru que ce livre n'était pas une merde et qui se battent contre leur intelligence pour continuer à s'en persuader ?


VIDEO :  ERIC ZEMMOUR MOQUE PAPY HESSEL





Être à contre-courant d'Éric Zemmour, est-ce être à contre-courant ? Papy Hessel était certain de ne pas se tromper.

En Allemagne, le dernier best-seller surprise est signé Thilo Sarrazin, illustre inconnu. Lui s'en prend à l'Islam et vend 1,25 million d'exemplaires. Est-on en retard d'une guerre sur nos voisins germains ? On a pourtant fait la même qu'eux, monsieur Hessel en sait quelque chose. L'indignation ? Peut-on passer une journée sans entendre des gens s'indigner ? Marine Le Pen s'indigne des prières de rues des musulmans, qui eux-mêmes s'indignent de l'amalgame et du manque de mosquées, ce qui provoque l'indignation de Brice Hortefeux, ce qui indigne les associations d'indignation massive parce qu'il a déjà été condamné pour des propos indignes de sa fonction, etc. Indigne, ce que fait la Chine, ce que fait Israël, ce que fait la France... La dignité, il n'y a que ça de vrai. La lutte perpétuelle et l'indignation de salon, c'est un sport national (pardon, alternational). Une grande part de la jeunesse médiatiquement visible (celle du CPE, par exemple) n'existe que comme ça. L'indignation, le refus du savon et le port du chèche sont bien souvent leur seule et unique identité.

Ces humains qui ne sont plus rien n'ont que ça : la dignité et surtout la capacité à s'indigner. Ça ne veut rien dire, mais ce n'est pas grave. On bèle en rangs serrés et on glorifie ceux qui dégazent bruyamment dans le sens du vent, comme s'ils venaient courageusement de mettre leur existence en péril, pour le bien de l'humanité. Ce n'est pas de cette manière que les imbéciles se remettront en question. C'est le but, d'ailleurs. Et puis, pourquoi se remettre en question quand on est du côté de la foule ? C'est tellement bien d'être d'accord avec tout le monde, de voter pour le candidat qui sera élu, d'acheter le ticket gagnant d'Euromillions…

En Turquie, il parait que tout le monde a "applaudi" le bouquin de Hessel. Visiblement un peu comme Mein Kampf, best-seller dans ce même pays (aspirant européen) où il est vendu -décidément- 3 euros… Voilà qui n'indigne personne, en tout cas pas ce brave monsieur Hessel. Ne nions pas la véritable prouesse technique de ce bouquin : remplir trente pages avec autant de vide, c'est fortiche. Ça coûte trois euros et ça se trouve partout. C'est du rebelle à contre-courant authentique. La meilleure preuve ? Tous les médias le confirment. Franchement, qu'est-ce qu'il vous faut de plus ?

Laurent Obertone



Toutes les réactions (28)

1. 05/01/2011 09:04 - Etar

Etarrâââââââââââhhhhhhhhhh ! (long râle de plaisir intellectuel) c'est mieux qu'un café pour se mettre en ordre de bon matin votre billet Monsieur Obertone (rires / lol en vieux).

2. 05/01/2011 10:51 - Marlow

MarlowD'accord avec vous Laurent Obertone sur pas mal de points de votre papier, bien que son angle caca puisse en dé-crédibiliser à plusieurs moments l'argumentation.

A propos de cette indignation à laquelle nous invite Stéphane Hessel, je ne peux rien dire de précis car je n'ai pas lu sa brochure, je compte la feuilleter prochainement dans une librairie mais probablement pas l'acheter. J'ai lu la double page qu'y a consacré Le Monde dans son édition du 1er janvier ; l'article de Thomas Wieder m'a semblé intéressant, notamment quand il souligne le côté consensuel, "brasse large" et "la colère se vend très bien". Notamment quand il souligne qu'Hessel, comme Sartre, peut comprendre le terrorisme. Ce qui me sidère toujours chez certaines intellectuels ou penseurs français, c'est leur capacité à légitimer la violence illégitime sous prétexte qu'elle servirait une cause juste. Pour eux, comme pour tous les dirigeants totalitaires que cette terre a porté notamment au XXème siècle, la fin justifie les moyens. Or, l'histoire ne nous a-t-elle pas montré à quel point cela est faux, à quel point les moyens détournent de la fin ? Il faudrait recommander à Monsieur Hessel au minimum la lecture d'Hannah Arendt, Raymond Aron et Albert Camus, par exemple. Il faudrait qu'il se souvienne à quel point Sartre a eu tord sur ces sujets.

La colère continue à se vendre en effet très bien, particulièrement en France et cela constitue d'ailleurs à mon sens un problème. Les français aiment bien les postures d'indignation, comme s'ils aimaient se rappeler régulièrement qu'ils ont fait la révolution, (sans se souvenir de ce que la Terreur a été concrètement, sans se souvenir de certains stigmates d'ancien régime repérés par Toqueville et dont dertains sont toujours actifs. Notamment cette propension à conserver des avantages acquis, notamment dans certaines castes de la fonction publique ou des entreprises publiques). Eric Dupin, journaliste à Libération au moment du référendum sur la constitution européenne, avait fait une excellent analyse de ce qu'il a appelé le "surmoi gauchiste" des français. Avec un titre comme "Indignez-vous !", Hessel, du haut de son positionnement 93 ans-vieux sage-résistant-etc fait carton plein. D'autant plus que, sur certains sujets, il y a de quoi s'indigner, toujours, évidemment. Et particulièrement quand les messages des médias et aussi les messages des marques jouent avec la colère ou l'indignation sans que cela ne les dérange ou ne les interpelle. Stéphane Hessel savait que ce titre était accrocheur, comme il l'a dit très clairement sur France Inter lundi matin dernier.

Je reviens au Monde du 1er janvier : "A la suite de l'immense succès du petit livre de Stéphane Hessel, Le Monde a demandé à des personnalités de divers horizons de commenter leur propre sujet d'indignation". Au milieu des commentaires divers et attendus, regorgeant de bonne conscience, 3 commentaires attirent tout particulièrement mon attention. Celui d'un biologiste, Philippe Cury, qui nous alerte sur notre inconscience dans l'utilisation des ressources naturelles. Celui d'un chef d'entreprise, Michel-Edouard Leclerc : "l'inaction provoquée par des indignations éphémères qui naissent et disparaissent au gré des modes et de l'emballement médiatique. Résultat, ces indignations n'aboutissent jamais et ne servent qu'à se donner bonne conscience." Et le commentaire de Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, qui tue le titre et l'angle de Hessel : "je m'indigne qu'on nous demande de nous indigner parce que l'indignation est le premier temps de l'engagement aveugle. Il faut nous demander de raisonner non de nous indigner."

Oui, c'est comme pour le CPE, les retraites, l'Europe, l'emploi, les impôts, l'éducation, le rôle de l'Etat, la place de l'individu, sa dignité… il faudrait plutôt raisonner que s'indigner.

3. 05/01/2011 12:37 - Partagas

PartagasLa vache, je viens de m'apercevoir que je porte souvent un chèche mais que je ne m'indigne jamais. En tous cas pas des mêmes choses que Mr Hessel... ou pas de la même manière...
Ne serait il pas plutôt question de keffieh ? Cette nape de pizzeria hammasophiles qui orne le cou de tous les jeunes diplômés en alter-indignation sélective ?
Vous l'auriez vu le Hessel au Grand Journal... le vieux béat face à des quadra trépannés du bulbe le tout sous l'approbation ô combien nécessaire et incontournable de Jamel Debbouze himself...
J'en ai encore le goût de la gerbe.

4. 05/01/2011 14:33 - Laurent Obertone

Laurent ObertoneEnfer et damnation, Partagas, vous avez raison ! (Pour le keffieh comme pour le Grand journal).

5. 05/01/2011 16:28 - HP

HPEn parlant d'indignation j'ai vu au jt de France 2 hier, sur le meurtre du jeune qui tentait d'empêcher un délinquant de voler une voiture à Montpellier, un truc terrible qui montre où on en est. Au lieu de parler de la mort du jeune homme directement liée à la délinquance de la cité d'en face (n'en déplaise à nos humanistes), ils donnent la parole à un habitant maghrébin de la cité (au hasard) qui hurle à l'indignité que sa belle citée soit toujours amalgamée à la violence et délinquance ! Pas une once de respect pour le jeune homme décédé ni pour sa famille, trop occuppé qu'il est à manier son indignation pour prêcher pour sa paroisse (si je puis dire...). On en est vraiment à une fragmentation vicieuse où la morale est absente et la fin justifie les moyens effectivement. Quand l'indignation même à l'indignité... Voilà où en est la France.

6. 05/01/2011 16:30 - HP

HPIl fallait lire "Quand l'indignation mène à l'indignité..." désolé pour la faute de frappe.

7. 05/01/2011 16:51 - Léon

LéonHessel appartient à cette grande bourgeoisie trans-européenne, qui s'est toujours jouée de tout, des frontières, des idées, des peuples, et cela grâce à son argent et à sa position sociale, reproduisant à l'identique les schémas de l'aristocratie qu'elle avait contribué à déboulonner de son socle — on comprend pourquoi. Hessel est un de ces grands seigneurs, héritiers des empires industriels, qui s'offre le luxe d'être humain, lui !

Alors, bien sûr, il y a eu l'épisode de la Résistance et de la déportation. Il n'en est pas mort, si je puis dire sans provoquer des hauts-le-coeur ici et là.

8. 05/01/2011 18:18 - Nejma

Nejmalaurent qu'avez-vous contre la capacité à s'indigner?
N'est-ce-pas votre attitude au travers de chacun de vos articles?
Je ne sais pas si cet homme mérite l'importance que l'on lui accorde, il a une présence folklorique.
Les hommes ont toujours aimé le folklore.
Que cette année vous soit douce Laurent.

9. 05/01/2011 18:32 - bernard

bernarddécidément,les(très)vieux débris bougent encore,hessel,vergès,dumas...qui sera le prochain?

10. 05/01/2011 22:35 - thierry bruno

thierry brunoSuccès surprenant ? Et pourquoi, petit bouquin très très court, pas cher, avec un vocabulaire très limité et aucune idée nouvelle qui aurait alors la "mauvaise idée" d'obliger le lecteur à comprendre. Disserte-t-il sur l'idée même de "s'indigner", définit-il le concept ? Que nenni, il nous dit ce sur quoi il faut s'indigner et pis, c'est tout. Et si en plus, il l'a fait avec les félicitations de Jamel Debouzze, la cause est entendue : M. Hessel est le penseur du moment, ce qu'il dit est la vérité.
Ce qui m'ennuie un peu, c'est que dans ma sale manie de lire des livres un peu moins à la mode mais beaucoup plus écrit, je suis tombé sur cette idée de Georges Bernanos qui pourrait s'énoncer ainsi : "l'indignation sonne comme un reproche que nous nous faisons alors que le mépris s'offre comme une excuse". Satisfait comme il l'est de lui-même, M. Hessel m'apparaît comme fort peu indigné mais particulièrement méprisant pour l'intelligence de ses lecteurs. Il est vrai aussi que le maitre mot de BERNANOS était COMPRENDRE ce dont M. Hessel se contre-fiche.

11. 06/01/2011 08:44 - gaith

gaithVous attaquez Stéphane Hessel car il soutient la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui se développe en France et dans le monde et qui appelle à boycotter les produits issus des colonies dans les territoires occupés illégalement par l’État israélien. Votre article est vraiment de la propagande de base.

12. 06/01/2011 09:14 - Nach Mavidou

Nach MavidouJe pense que le succès vient en bonne partie du manque de leaders de la gauche française, une figure tutélaire prestigieuse peut leur servir à combler ce manque.
M. Hessel a eu une vie passionnante, mais je suis très gêné par les ambiguïtés relayées lorsqu'on le présente, relatives aux causes de sa déportation et à son rôle supposé dans la rédaction de la DUDH. Elles sont utilisées pour en faire une figure qui serait particulièrement inattaquable, en plus de son grand âge. Et derrière sa figure, ce sont ses affirmations mainstream que l'on veut sanctifier. Les discuter, ce serait blesser un vieil homme à la destinée admirable. Voilà un beau moyen de forme dans les débats qui nous promet une exploitation soutenue dans les temps à venir.

Je me souviens très bien avoir entendu un entretien avec M. Hessel sur RCF il y a une paire d'années, c'est quelqu'un de profondément idéaliste, beaucoup trop à mon sens. Ce n'est pas faire insulte à son engagement dans la Résistance que de le dire. Mais les medias et la gauche française ne peuvent plus saisir cette nuance.

13. 06/01/2011 10:00 - Partagas

Partagas@gaith : vous et vos histoires de territoires occupés n'êtes pas le centre du monde cher ami.

Mr Obertone exécute ce bouquin et son auteur parce qu'ils représentent le niveau zéro de la conscience humanitaire. 30 pages, un mode d'emploi en somme, qui aurait tout aussi bien pu s'intituler "L'indignation pour les nuls". Ce type est liquide, son bouquin est un infâme brouet, point.
J'en ai lu 10 pages pour me rendre compte par moi-même, et j'ai parcouru le reste d'un derrière amusé. Pensez vous, 3 euros, même pas le prix d'un paquet de PQ format familial...

14. 06/01/2011 10:18 - MotaOne

MotaOneLe vieux papy marque les esprit,
de son cri du coeur, gonflé,
asséché d'idéologisme communautaire.

La conclusion du Che en beau costume est qu'il faut ré-si-ster !
Offrons lui un petit livre à notre tour : par delà le bien et la mal....

Ce n'est pas résister qu'il faut pépé, mais réagir, prendre part au mouvement.
Si tu résistes, tu vas casser (les pieds) à la longue...

15. 06/01/2011 10:32 - Lepol

LepolIci c'est le clan des réacs aux esprits étroits, obligatoirement et dangereusement normatifs.

16. 06/01/2011 11:02 - Soucoupe

Soucoupe@Lepol : Tellement prévisible. On vous sent avec ces mots repoussoirs comme effrayé d'être ébranlé dans vos convictions.
Mais vous êtes un esprit libre, on le devine à votre vulgate. Partez donc rejoindre les esprits larges et merveilleusement libres, réciter des incantations et des rappels à l'ordre progressistes. Pitié, car votre ouverture d'esprit nous éblouie jusqu'à la quasi cécité, et nous n'avons d'autre choix que de nous recroqueviller dans la peur et la réaction.

17. 06/01/2011 11:05 - Partagas

PartagasEt puis réagir, c'est toujours un peu plus volontaire que se contenter de s'indigner.

18. 06/01/2011 12:04 - antihistaminique

antihistaminiqueDrôle de phénomène tout de même que le succés de cette brochure rédigée par un représentant du 4éme âge dans un pays dont le jeunisme est tel qu'il n'y a pas si longtemps l'hebdomadaire "Notre Temps" avait recours à des mannequins de 20 ans pour présenter la mode 3éme âge...déroutant...
Ce petit pamphlet m'interpelle (je l'ai lu), car ,un peu neurasthénique, je suis de ceux qui ont tendance à s'indigner facilement, pour un oui ou pour un non, genre le voisin a déposé ses poubelles devant chez moi ou met sa musique trop fort...mais bien sûr il n'est pas question ici des petites "indignations" dues aux contrariétés de la vie en société ou aux "incivilités" en progression
exponentielle (si le jeune fait pétarader son scooter, c'est pour exprimer sa jeunesse, sa spontanéité vivante,, si çà ne me plait pas, je n'ai qu'à mettre des boules Quiès) . Il est question des "grandes indignations" philosophiques qui touchent aux principes mêmes de notre rapport à l'ôôôtre, à notre organisation sociale! toute autre forme d'indignation serait mesquine et sans interet.
Donc au final le pamphlet hesselien est + directif et comminatoire qu'on ne croit : indignez vous, certes, mais pour des causes sélectionnées dont je vous donne un exemple (et vous êtes priés de respecter la hiérarchisation que j'ai, moi, votre gourou/spin doctor, établie ):
1) sans-papiers
2) palestiniens
3)sdf
4)...

Et si je m'indigne, car , par exemple , il n'y a plus que 3000 tigres vivants en liberté? -recevable, mais
trés trés bas dans la hiérarchie des indignations sélectives.
Et si je m'indigne parce que les musulmans demandent de plus en plus de priviléges (nourriture hallal, mosquées, prières dans la rue, piscine séparée selon le sexe, etc) : vade retro satanas, vous êtes un raciste islamophobe , cette indignation n'en est pas une , c'est une non-indignation indigne et raciste contre la quelle il faut s'indigner.
On l'a compris, "Indignez vous" n'est surtout pas à prendre au pied de la lettre, il faudrait être bien naïf pour le croire....

19. 06/01/2011 12:30 - Nathan

NathanHessel a le don d'enrober son fiel dans un discours polissé propret.
Ces propos de Napoléon à propos de Tayllerand lui sied à merveille:

"De la merde dans un bas de soie".

20. 06/01/2011 14:52 - dhygjtaezfryj

dhygjtaezfryjDans son prochain article, Obertone va niquer la race à Hessel en nous expliquant pourquoi :

1. Faut jamais s'indigner. 2. Le système économique, c'est bien. 3. La stigmatisation, c'est bien. 4. À Gaza, les Israëliens sont gentils. 5. La violence, c'est bien. 6. Tout ça, c'est pas la faute à Bush.

21. 06/01/2011 15:47 - sacha

sachahessel propose un dialogue avec le Hamas,seulement voilà les dernieres paroles de ces representant:
En décembre 2010, date marquant le 23ème anniversaire de la création du Hamas, Mohammed Deff, chef des brigades al-Qassam, branche militaire du Hamas, écrit : "Nous disons à nos ennemis : vous allez vers la voie de l’extinction, et la Palestine redeviendra la notre…vous n’avez pas le droit à un seul pouce de ce pays».

• Ahmed al-Jaabari, commandant suprême de la brigade al-Qassam, affirme : "nous ne contenterons pas aux frontières de Gaza. Notre plan de bataille demeure le même, et tôt ou tard notre pays, pillé aujourd'hui par les sionistes sera enfin libéré en entier…tant que les sionistes occuperont nos terres, seule la mort ou l’exil les attend. »

• Le haut dirigeant du Hamas, Khalil al-Haya, a déclaré le 11 novembre 2010 au journal al-Hayat : «Notre foi islamique arabe et palestinienne est inébranlable et un jour la Palestine sera rendue à ses habitants et l’existence sioniste sera enfin achevée… Ici, chez nous, les Juifs n’auront aucun droit. Seuls ceux qui vivaient sur les terres palestiniennes avant la Première Guerre mondiale pourront rester» (ce qui signifie que seuls les Juifs âgés de plus de 96 ans seront autorisés à vivre en Palestine islamique).

alors,monsieur hessel,ça sent les pieds ça non??
comment appel t on le dessous de bras déjà??
ah oui,les "hessel"

22. 06/01/2011 21:59 - Nico

Nico3 euros, moins cher que du PQ, je vais faire un effort si le papier n'est pas trop rêche. Mais ça me fatigue d'avance d'avoir à arpenter les allées sans fin et surpeuplées du supermarché à la recherche du rayon livres. Le rayon PQ est tout de même mieux indiqué et en fin de compte, ce bouquin n'est pas si épais que ça.

23. 09/01/2011 22:52 - lionel

lionelbon article.
je ne lirai pas ce livre car personne ne saurait me dire de quoi je dois m'indigner, mais je trouve qu'un ouvrage pronant l'indignation pour protéger des valeurs d'un conformisme aussi confondant remporte un tel succès, fait naître chez moi une certaine perplexité. après tout, cela reste cohérent avec la volonté du peuple français de ne rien vouloir changer et qui crie haut et fort à la moindre menace de changement. le paradoxe des français est de vouloir faire la révolution pour tout changer sans que rien ne change. c'est une mentalité de petits bourgeois de province, alimentée par la grande bourgeoisie. bien triste retours en arrière...

24. 11/01/2011 18:04 - Yohann

YohannKikoo lol quoi. Je dois dire que tous autant que vous êtes vous me faites bien rire, convaincus que vous êtes qu’être un true rebelz c’est d’aller dans la direction opposée du grand nombre, à l’opposé de l’avis général. Sûr de ça vous pensez pouvoir vous dispenser d’un argumentaire solide et vous contenter de métaphores fécales, de blagues douteuses sur l’âge de Mr Hessel. Vous vous écoutez parler, c’est à celui qui se fera le plus méprisant, à celui qui citera le plus d’auteurs tellement pas mainstream et tellement hors de portée du petit intellect des masses.

Mais j’ai une nouvelle pour vous bande de blaireaux, messieux les garants-de-l’intérgrité-intellectuelle-de-ce-pays, les gros oufs de du verbe et de la répartie cinglante, le fan-club de Houellebeck pour adolescentes révoltées, qui dîne à l’Elysée ce soir ? C’est Stéphane ou Mimi ? Qui mange du foi gras dans la vaisselle présidentielle ?
Le vrai courage quand on veut changer le système ce n’est pas d’aller à l’opposée de l’opinion du plus grand nombre mais à l’opposé des intérêts de ceux qui gouvernent ce même système.

Et n'oubliez pas : No Pasaran ! Hasta La victoria Siempre ! Ni Dieu Ni Maître ! Nos valeurs ne sont pas cotées en bourse. Nos actions profitent à tous !

25. 11/01/2011 20:24 - Greg môk

Greg môkJe l'ai vu au Grand Journal.
Si je me souviens bien il dit à un moment qu'il "n'est pas d'accord" à ce qu'il y a trop de musulmans en France.
J'ai zappé car j'attendais qu'il nous explique en quoi son désaccord était plus valable que l'affirmation ci-dessus, mais j'ai eu droit à la démagogie.

26. 11/01/2011 20:27 - Greg môk

Greg môkEt j'ai préféré regarder "Hadewijch" de Bruno Dumont.

27. 01/02/2011 18:52 - pseudo

pseudoRien d'intéressant à dire mais je vous rejoints, et de vous lire est un plaisir certain. Ce petit monsieur est malsain, pernicieux et pervers.

On peut tout de même remarquer qu'il a l'indignation sélective et d'une argumentation tout à fait contestable.

Une petite citation à son attention et à ceux qui comme lui s'indignent.

Nul ne ment autant qu'un homme indigné. [Friedrich Nietzsche]

28. 15/03/2011 08:14 - Jean-Pierre

Jean-PierrePrès du camp de Buchenvald,il y avait Dora : un tunnel où monsieur von Braun faisait construire ses fusées V1-V2,par des esclaves.De ce tunnel,on ne sortait qu'à l'état de cadavre.C'étaitl'un des pires lieux de la machine nazie.On y travaillait jour et nuit,sous la cravache,dans la gadoue,l'humidité,le ventre vide.A vingt ans,un oncle à moi qui s'était engagé dans le Maquis,s'y est retrouvé.Il a tenu quatre mois.Je n'ai retrouvé sa trace qu'en 2010.M.Hessel ne se portait pas trop mal,semble-t-il -relativement,bien sûr-,non loin de là,d'après ce que l'on en sait.Alors,je ne le trouve pas très intéressant-c'est comme ça.Les morts,eux n'ont rien à dire-au moins leur silence est-il plus convainquant que l'indigente intervention de M.Hessel,qui s'en prend,curieusement et exclusivement,à..Israël !A l'heure du fascisme vert,c'est là une conversion qui parle!Notre temps est atteint de confusionnisme ,bon...Prenons- en acte.Quant au chat de l'auteur ,s'il vous plait,ne confondez pas tout:il est certainement loin d'etre "con"!La présence de mon matou me ravit,et me rassure:il ne sait rien de la connerie humaine!Miaou à vous!

Ring 2012
Dernière réaction

râââââââââââhhhhhhhhhh ! (long râle de plaisir intellectuel) c'est mieux qu'un café pour se mettre en ordre de bon matin votre billet Monsieur Obertone (rires / lol en vieux).

Etar05/01/2011 09:04 Etar
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique