Sur le RING

Guillaume Peltier, conseiller opinion UMP, nous répond

SURLERING.COM - FRANCE - par Maximilien Friche - le 20/12/2011 - 14 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

A 35 ans, Guillaume Peltier est conseiller "opinion" de l'UMP. Il participe aux différents staffs présidentiels comme la "cellule riposte" de l'UMP, mais aussi le "groupe Fourtou", qui rassemble les soutiens influents du président, aux côtés de la Droite populaire comme de la Droite humaniste. Il conseille aussi bien Jean-François Copé, Brice Hortefeux, que les ministres Laurent Wauquiez, Nathalie Kosciusko-Morizet, Maurice Leroy ou Xavier Bertrand. On retrouve le conseiller "opinion" de l'UMP également chroniqueur sur I Télé et BFM TV, chaque semaine. Guillaume Peltier est implanté à Tours où il vit et travaille comme directeur de la Lettre de l'opinion (1). Il y est candidat aux prochaines législatives après un score très encourageant aux dernières cantonales (2). Nous l'avons connu auprès de Philippe de Villiers au Mouvement pour la France pendant la campagne référendaire de 2005 ou encore en 2007 pour l'élection présidentielle. Après avoir rejoint l’UMP en 2008, il revient en 2012 aux côtés de Sarkozy et incarne une nouvelle génération d'hommes politiques qui s'inscrit dans le mouvement du monde, en actualisation permanente. Guillaume Peltier a accepté de répondre aux questions de RING.


1) Sarkozy est-il pour vous le "meilleur (roi) au royaume des aveugles" ou mieux que ça ?

Pour moi, Nicolas Sarkozy a révolutionné la politique pour une raison simple, c’est qu’il a brisé, un à un, tous les tabous qui pesaient sur la société française. Avant lui, ni François Mitterrand, ni Lionel Jospin, ni Jacques Chirac ne s’étaient libérés de la bien-pensance parisienne.

Quelques exemples concrets : Nicolas Sarkozy est le premier président de la République à nous dire que la mondialisation n’est pas qu’heureuse, et à mettre en place des outils pour la réguler, comme la taxe sur les transactions financières au niveau européen, ou encore une protection commerciale européenne fondée sur la réciprocité avec la Chine, l’Inde ou le Brésil.

Deuxième exemple, la lutte contre les profiteurs du haut et les profiteurs du bas. Il est le premier à dénoncer la fraude de certains et à mettre des contreparties au RSA. Pour ceux du haut de l’échelle, le premier aussi à faire voter la taxation sur les hauts revenus ou encore la taxation sur les 1250 sociétés les plus riches de France qui paieront une taxe de 5% sur le CA, ce qui rapportera plus d’un milliard d’euros à l’Etat.

Troisième exemple, la place de l’Islam dans la République. En affirmant haut et fort les valeurs de cette dernière, comme la laïcité, l’égalité homme-femme ou encore la lutte contre le communautarisme, au travers de deux mesures très concrètes : l’interdiction du port de la burqa sur l’espace public portée par Jean-François Copé, et l’interdiction des prières de rues voulue par Claude Guéant en septembre dernier.
Sarkozy est donc bien plus complet que la formule que vous employez parce qu’il s’est fait fondamentalement le porte-parole du peuple face aux élites, le représentant de la France oubliée, de la France invisible, de la majorité silencieuse.

2) Votre spécialité et votre mission à l’UMP concerne l’opinion. On a parfois l’impression que l’on manage une élection en ménageant l’opinion, que l’on instrumente la démocratie sans travailler réellement à la vie de la cité. Fait-on encore de la politique ? En quoi l’étude de l’opinion peut servir à alimenter un vrai débat d’idées ?
 
C’est une réelle méconnaissance de l’outil sondagier que de penser qu’il servirait à manipuler telle ou telle partie de l’opinion. C’est même tout le contraire. S’ils sont bien utilisés, les sondages, qu’ils soient qualitatifs ou quantitatifs, inscrivent en temps réel la démocratie participative au cœur du débat public. Il s’agit en permanence d’éclairer les responsables publics des attentes profondes du peuple français.
A l’instar des rendez-vous dans les permanences, des réunions de quartiers, des présences sur les marchés, les sondages permettent au peuple français de contourner souvent la pensée unique. L’un des exemples les plus marquants fut la campagne référendaire de 2005 au cours de laquelle l’ensemble des élites politiques, médiatiques, culturelles, religieuses, intellectuelles grondaient le peuple de voter oui : le peuple libre, lui, par les sondages, annonçait dès le mois de mars, son intention de voter non. Les sondages furent à cette occasion le moyen unique, avec le Web, de l’expression populaire.

3) Vous semblez ne jamais regarder en arrière et vous “updater” en permanence. Quelques détracteurs de droite, souvent extrêmes, vous qualifient de girouette, tandis que ceux de gauche, plus nombreux, ne voient qu’un opportuniste en vous. Quelles sont vos valeurs ?


Je suis un optimiste enraciné, sûr que demain est toujours un autre jour. L’exemple le plus extraordinaire de l’évolution du monde, de la nécessité de l’accompagner pour essayer de le changer, c’est la question européenne. De 1992 à 2007, l’enjeu central autour de cette question se jouait entre le souverainisme et le fédéralisme, tout cela est terriblement dépassé. Pourquoi ? Parce qu'aujourd'hui la belle idée d’Europe est menacée par deux poisons : le poison du tout économique, du tout marché, du tout financier d’un côté,  et le poison du tout technocratique, du hors-sol, de la tour d’ivoire bruxelloise de l’autre.
Or, depuis 2007, Nicolas Sarkozy n’a eu de cesse de combattre ces deux poisons en remettant le primat du politique au cœur de l’Europe. Depuis 2007, ce sont les Etats-Nations qui sont à la manœuvre : en Géorgie avec Nicolas Sarkozy, en Libye avec Sarkozy et Cameron, sur la dette avec Sarkozy et Merkel, etc. Jamais la commission de Bruxelles n’avait à ce point disparu, jamais les exécutifs nationaux n’avaient été aussi forts et entendus.  Pour autant, dans le monde instable dans lequel nous vivons, l’Europe, à condition qu’elle soit politique, est une nécessité car nous sommes plus forts à plusieurs.
Cet exemple démontre à la fois la permanence de mes convictions et la nécessité de s’adapter au monde qui bouge, de ne pas s'attacher à des débats périmés. Quant à mes valeurs, ce sont celles du patriotisme, de la République, de l’effort, du mérite, de la laïcité, de l’ordre, de la justice, de la fraternité. Pour moi, la vérité se trouve dans l’adéquation entre la réalité et un idéal entre des convictions fortes et la réalité du monde. Pour reprendre la définition de la vérité que j'ai apprise en khâgne en lisant Thomas d’Aquin : adaequatio rei et intellectus.

4) Vous avez milité un an au FN il y a près de 15 ans. En 2007 vous étiez porte-parole de Philippe de Villiers. Vous avez néanmoins toujours rejeté les dérives identitaires d’une certaine droite (soupe au cochon...) Quel regard portez-vous aujourd’hui sur le Front National et tous les groupes identitaires français ?


Je n’ai pas un parcours lisse. A l’image de ma génération, j’ai beaucoup hésité. Je suis né à la politique quand j’avais quinze ans lors de la campagne de Maastricht en 1992, puis nous avons eu les affaires de corruption qui touchaient le parti socialiste, puis le suicide d'un premier ministre en 1993. Face à la pensée unique et à la désillusion portée par la classe politique, j’ai cru, du haut de mon adolescence, au besoin d’un certain "anarchisme de droite."
Ce qui n’a pas changé chez moi, et qui constitue chaque jour qui passe le moteur de mon engagement et la colonne vertébrale de mes convictions, c’est l’amour de la France. Mais je pensais, à tort à l’époque, que le monde était simple et que les solutions étaient simples. Je pense aujourd'hui que le monde est complexe et que les solutions sont complexes. Que tout ce qui est excessif est insignifiant, que tout ce qui est caricatural est dangereux.
Dans un monde qui se bouleverse avec son cortège de délocalisations industrielles, de tensions communautaires, d’affaiblissement de nos valeurs, je comprends bien sûr que certains ouvriers et employés, de bonne foi, soient tentés par le vote FN. Et pourtant le vote FN est une impasse et ses indignations stériles. Quand le gouvernement interdit la burqa, les prières de rues, met en place les contreparties au RSA, supprime les droits de succession, met en place les peines planchers pour les récidivistes, réforme les retraites, défiscalise les heures supplémentaires qui permettent à 9 millions de salariés de maintenir le pouvoir d’achat (quand il chute de 20 à 30 % en Italie ou en Grèce), les dirigeants du FN, eux, ricanent et s’opposent systématiquement. Le FN ne peut résoudre les problèmes des Français pour une raison simple : il en vit. Seule une politique fondée à la fois sur l’autorité et sur la fraternité, l’ordre et la justice, l’audace et l’équité peut permettre à la France de retrouver durablement le chemin de la prospérité et du rayonnement. C’est cet équilibre complexe qu’incarne, à mes yeux, Nicolas Sarkozy.

Propos recueillis par Maximilien Friche

(1) http://lalettredelopinion.org/

(2) http://guillaumepeltier.fr/

 



Toutes les réactions (14)

1. 20/12/2011 16:00 - Natasha

NatashaPeltier était contre les apéro saucisson pinard, je ne l'ai jamais imaginé raciste, au contraire de pas mal de membres du MPF. S'il passe ici, est il au courant qu'une de ces vidéos fait un tabac sur youtube : http://www.youtube.com/watch?v=HwMlELv9FSI ?

2. 20/12/2011 16:11 - Grégory

GrégoryC'est, selon moi, du bavardage.
Sarkozy a révolutionné la politique en brisant des tabous comme l'interdiction de la Burqa ou l'interdiction des prières de rues ; en même temps, si le Président s'appelait Duschnock , je suis certain qu'il aurait fait de même. Super la révolution, quel Homme !
Là où il a révolutionné la politique c'est lorsqu'il y a eu entre 30 et 50 000 victimes en Lybie alors que la mission de l'ONU consistait à protéger les populations civiles ! Bravo Sarkozy ! Par ailleurs, est-il inutile de rappeler que la population noire de Lybie, estimée 1,5 millions est, a été, et sera, victime des forces rebelles sans que quiconque ne dénonce les atrocités racistes qu'elle vit, hormis, les dirigeants d'Afrique Noire.
De plus, la reconnaissance de la Palestine par l'Unesco, les médisances au sujet de Netanyaou avec Obam's, démontre, encore une fois, cette impression de banalité du déjà vu.

Quant au FN, il suffit d'observer la démondialisation chère à Montebourg et une des grandes priorités du FN pour comprendre qu'il s'agit très exactement de la même chose.

Au risque de me répéter, Sarkozy est nul. Certes, Hollande, encore plus.

3. 20/12/2011 17:59 - Karl

KarlPeltier a fait un choix intelligent. Sarkozy reste le moins pire de tous. Marine pouvait rivaliser mais elle s'est perdue elle-même avec sa folie de retour au franc, sans cela et avec un entourage digne de ce nom, elle serait dans la course finale. Je voterai Sarkozy, à regret, mais je ne vois que lui pour tenir encore la barque.

4. 20/12/2011 23:15 - Freud

FreudEnfin une droite moderne et decomplexee ! Si c'est possible...

5. 21/12/2011 09:36 - Georges

GeorgesParcours intelligent, type honnête et qui assume son passage au FN. Pragmatique, je voterai Sarkozy.

6. 21/12/2011 17:38 - Réant

RéantQuelques accents bonapartistes !

7. 26/12/2011 17:50 - jeanbute

jeanbuteune vraie face de traitre. bande de couilles molles, regardez vous VRAIMENT dans une glace.

8. 28/12/2011 15:52 - skostiss

skostiss@Karl
Il va falloir arrêter de parler de "folie" (et de n'en rien dire de plus...)en évoquant la sortie de l'euro et tâcher d'expliquer un peu mieux aux ploucs de mon espèce en quoi une inflation engendrée par le retour au franc serait pire que le mur vers lequel on se jette en klaxonnant.
Le Franc permettrait un transfert de la dette vers l'épargne des français, une dévaluation pourrait relancer les exportations, quand à l'inflation, elle pourrait évidemment être amortie par des baisses de taxes, les diverses réévaluations du franc ne nous ont pas tués.
Alors qu'on m'explique calmement pourquoi la sortie de l'euro est une connerie sans gueuler "koooua ??? Une sortie de l'euro??? Mais t'imagines pas le prix de l'essence ???"

Merci

Un plouc

9. 28/12/2011 19:32 - fred

fred"le premier aussi à faire voter la taxation sur les hauts revenus ou encore la taxation sur les 1250 sociétés les plus riches de France qui paieront une taxe de 5% sur le CA, ce qui rapportera plus d’un milliard d’euros à l’Etat".

Au Ring, on parle pas d'économie, en revanche on vénère les épiciers diaphanes. La nouvelle saison du ring s'annonce définitivement comme celle du beauf richard et son habileté au langage de la com'. Le vert pâle de la photo lui va bien : l'Histoire le vomira et son parti avec.

La cohérence idéologique des lecteurs du Ring mérite quand même qu'on s'interroge : peut-on lire Céline et voter pour (ou être) Sarkozy?

10. 31/12/2011 19:11 - Lila

LilaS'il pouvait contribuer au rapprochement de la droite nationale, ce serait bien.
Merci le Ring pour l'article, ça faisait longtemps qu'on n'avait plus entendu M. Peltier donc c'est intéressant de comprendre son positionnement.

"La cohérence idéologique des lecteurs du Ring mérite quand même qu'on s'interroge : peut-on lire Céline et voter pour (ou être) Sarkozy"
-> Oui, évidemmment.

11. 02/01/2012 18:57 - Whynot

Whynot Monsieur Peltier devrait nous expliquer le fond des discours de Sarkozy ceux en particulier qui auraient pu selon l'expression de christophe Barbier( qui s'en félicitait lui ..) être signés par Besancenot himself !Et ses retournements compulsifs à 180° degrés consistant à surtaxer ce que l'on vient de détaxer ,à augmenter comme jamais les taux de prélèvements source de tous les maux avant 2007 ,dixit nico ,le bouclier fiscal brûlé en une nuit ,les heures supplémentaires ,et ,les plus values immobilières rackettées je ne trouve pas d'autre mot du jour au lendemain ,l'héritier d'un appart pourri remis à flots à ses frais étant considéré de la même manière que le promoteur immobilier spéculateur (pléo?),et tout à l'avenant :la libye ,la discrimination positive et ce que tout le monde à semblé oublier :le discours délirant ( toulon ,grenoble ,paris ?)sur le devoir de la république de favoriser le métissage par contrainte sic )! le cas échéant !bref que de questions parmi mille bien embêtantes évitées, qui auraient pu donner le tournis à à Monsieur Com ...

12. 08/01/2012 15:49 - jeanbute

jeanbutevous êtes de bobos de droite. Arretez 2 secondes et pensez-y.

13. 08/01/2012 19:10 - bobodedroite

bobodedroiteWep; des vrais bobos hein, du genre bisounours nerveux alors. La peine de mort passe encore, l'avortement c'est pas un droit mais une dernière extrémité; la bagnole c'est pas le diable pétrole et puis si ça réchauffe le Sahel nous bisounours nerveux on s'en tape pour de vrai, pas genre gauchistes aux larmes de crocodiles, en voie de disparition à cause de nos ceintures et boots qu'on consomme allègrement; bobos pavloviens, comme ceux de gauche qui hurlent Mein Kampf au moindre bras levé même quand c'est celui du boucher qui martèle les paupiettes, nous on hurle "Marx attaque" à peine on voit un jeune bourge mal sapé ou arborant un Che Guevara version romantique de Kim Jong Il; des sâles bobos, tout pareil que ceux de gauche, wep. On aime l'esthétique du free-fight, on va se muscler avec de la fonte et on pleure pas comme des minettes quand une racaille nous toise du regard. Y a pas à dire, je suis un bobo de droite. C'est vrai: j'ai un faible pour la littérature, la création artistique, D'Annunzio et Marinetti tout en réprouvant le fascisme car profondément amoureux des libertés individuelles.

Un conseil: cherche-moi au Café de Flore comme tout bon wannabe sartrolâtre écervelé qui hurle avec ses potes du Noir Désir indigné des injustices du monde, tu m'y trouveras pas.

14. 02/02/2013 23:23 - mag

magVotre article sur ce jeune homme est très bien.Cependant je pense que GPelletier se trompe sur de nombreux points sur N.Sarkosy ,qui a fait beaucoup d'erreurs ,dont une monumentale en Lybie ! Mais bon le sujet n'est pas NS . Je pense que ce jeune homme va encore" grandir" et aime son pays ,donc à suivre....

Ring 2012
Maximilien Friche par Maximilien Friche

Directeur littéraire aux éditions Ring. Ring Wall of Fame.

Dernière réaction

Peltier était contre les apéro saucisson pinard, je ne l'ai jamais imaginé raciste, au contraire de pas mal de membres du MPF. S'il passe ici, est il au courant qu'une de ces vidéos fait un tabac...

Natasha20/12/2011 16:00 Natasha
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique