Sur le RING

Fantastique maître Renard, par Wes Anderson

SURLERING.COM - CULTURISME - par Pierre Schneider - le 09/03/2010 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

(Sorti le 17 février)

Un petit roux qui aurait mérité d’être blanc

 

 

Fantastique Maître Renard, de Wes Anderson, est un très bon film. Voilà, c’est dit, c’est vrai, je le pense : on ne s’ennuie pas, on rit, on est distrait, il y a de tout pour passer une bonne soirée pas trop crétine, ça vaut 4/5.

 

Mais Dieu que ce film est convenu ! Qu’il est caricatural ! Qu’il semble peu naturel ! Qu’il est formaté ! En vérité, Fantastique maître Renard  n’est pas loin d’être le prototype du film pour petits blancs bobos urbains de 35 ans. Tout, ab-so-lu-ment tout est calibré, au millimètre près, pour leur plaire. Tout ou presque a déjà été vu ailleurs, tout procède de recettes éprouvées et testées avec succès sur des centaines de milliers de petits blancs bobos urbains de 35 ans.

 

Le bobo aime-t-il la gêne douce-amère qui sourd du cocon familial et des parents en train de vieillir doucement ? Il sera comblé par le fiston Renard qui a du mal à se trouver une identité et à mûrir. Il savourera l’ambigüité qui fait penser, l’espace d’un instant, que ledit fiston est homosexuel. Quoi de mieux qu’un film bobo avec un homo de service ? Mais, semble-t-il, le public n’est pas encore prêt pour des renards qui s’enculent, et l’ambigüité est désamorcée en fin de compte. Que de douceatreries pour autant ! Maître Renard, journaliste estimé, veut redevenir une dernière fois la racaille qu’il était dans sa jeunesse. Après quoi il vieillira pour de bon. Sur la tête de ma mère, c’est doux-amer comme tout ce film. Autant dire qu’on peut tremper ses rouleaux de printemps dedans. C’est dysfonctionnel. Retenez ce mot.

 

Le bobo aime-t-il le « vintage » ? Après s’être ébahi devant le « rendu » de chaque brin d’herbe et de chaque poil de chaque film de Pixar, il est maintenant temps de s’incliner devant l’animation à la façon du manège enchanté. Ami lecteur, si la sonnerie de ton téléphone est une sonnerie de téléphone, si ta voiture est un PT Cruiser, si le logo sur tes Stan Smith ressemble à une feuille de chanvre (je sais, pléonasme vestimentaire), si les affiches qui décorent ton salon sont des vieilles pubs d’Air France, si ta radio est une Tivoli ou si le thème de bureau de ton Mac s’appelle « classic », ce film est fait pour toi.

 

Le bobo aime-t-il le second degré ? Et comment ! Tout, dans ce film, est second degré, référence, clin d’œil. Le cousin renard qui porte le nom tarabiscoté de Kristofferson : c’est drôle ! Le rat qui a un badge « security » sur son pull : c’est drôle ! Le jeu de base-ball avec une pomme de pin enflammée, décrit par moult lignes et flèches sur l’écran : c’est drôle (et jamais vu avant…) ! Et on divise le score par neuf, LAWL ! La queue du renard qui flotte en l’air quand il plonge, et qui nous fait penser irrésistiblement à l’écureuil préhistorique de l’Age de glace : c’est drôle, je vous dis ! Les phrases pince-sans-rire, le ton détaché, les changements de position whoop zoo whiz à la Baz Luhrman, c’est drôle ! Mais si ! Souvenez-vous de la bonne espagnole qui appelle à la fenêtre sa maîtresse, dans Roméo et Juliette : « Rhrhrhoulieeeeeeeeetaaaaaa ! » Eh ben c’est pareil mais avec des renards.

 

Le bobo aime-t-il les animaux qui font les pitres ? Là aussi, abondance de biens ne nuit pas. Le bobo adorera les poulets, les rats, le blaireau avocat, le hamster aux yeux en spirale, le rat aux yeux rouges, le beagle enragé aux yeux rouges aussi. En fait, tous les animaux ont tendance à changer d’œil en une fraction de seconde. C’était un point noir, cela devient une spirale. C’était une spirale, cela devient une croix. C’était je ne sais trop quoi, cela devient tout rouge et très énervé. C’est drôoooole. Et tant mieux, parce que ce gag est mis en scène vingt fois dans le film. On a le temps et l’occasion de le goûter. Mais là, ce n’est pas vidéo gag, c’est de l’art, ignares.

 

En bref, du cinéma CSP+ pour clientèle de MK2 férue d’introspection régressive mais pas trop, la clientèle qui a sans doute déjà appréciée Max et les maximonstres il y a peu, autre bon film très formaté.

 

On se consolera sans peine de tout ceci par le don de l’oscar du meilleur film à Démineurs, en effet l’un des meilleurs films vus l’an dernier (avec United Red Army…). Un film sans second degré, sans malaise existentiel familial de la quarantaine, sans civils, sans renards homosexuels et… sans femmes, hormis sa réalisatrice. Un film qui fait boum et whack! En cette journée de matraquage des droits de la femme, cela valait la peine d’être souligné.

 

Pierre Schneider



Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Pierre Schneider par Pierre Schneider

Chroniqueur, éditorialiste Ring.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique