Sur le RING

Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

SURLERING.COM - SOUNDTRACKS - par Gaël Giovannelli - le 28/02/2011 - 23 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source d’inspiration sans fin chez les musiciens. Que ce soit l’image du crucifié ou la lecture des Saintes Ecritures, Jésus-Christ et le Rock’n’roll, c’est une histoire vieille comme Hérode. Malgré eux ou en conscience, les groupes de rock et les auteurs singuliers se sont faits les porteurs de la parole du Christ. Que celui qui a des oreilles entende.



Me And The Devil.

Bien longtemps le Blues, puis le rock’n’roll ont été dénoncés par les Pharisiens et les puritains comme la musique du Diable. Robert Johnson se vantait, ce qui alimenta la légende, d’avoir contracté un pacte avec Satan. Tom Allen décrit le rock comme étant un mouvement secret du Diable. Des Stones et Led Zeppelin au metal et au hardcore, nombre d’artistes se sont engouffrés dans la faille sulfureuse des fréquentations faustiennes entre rock et forces maléfiques, lectures de Crowley et magie noire. Simple démarche commerciale visant à choquer sans risque ou réelle sujétion aux forces du Malin, quoi qu’il en soit, Satan fait recette.
Or, la bataille pour le Royaume des Cieux est engagée, même dans le Rock’n’roll, depuis le début. Si le Diable se cache dans le détail, Dieu lui, est partout. Nous verrons par la suite à quel point l’image de Jésus-Christ a été, et reste omniprésente dans la création et l’inspiration de nombres d’artistes de musique populaire.

Oui, c’est l’évidence même me direz-vous. Qu’au pays du Rock’n’roll, du dollar et des télévangélistes, tout cela se mélange, s’entrechoque pour ne former qu’un cirque risible. Sauf que…non. Avec 95% d’Américains croyants, que les artistes échappent à la parole du Christ et à la lecture de la Bible, c’est presque impossible. La culture biblique fait réellement, intégralement partie de la culture américaine, au même titre que le Rock’n’roll. Sans compter les chansons traditionnelles du folklore des pionniers, les standards de blues et du gospel et les groupes de rock chrétien, nous avons relevé pas loin de 900 morceaux de rock, pop et folk avec le nom de Jésus dans le seul titre, 300 avec Christ. On ne compte que 59 « Jesus-Christ ». Impossible en revanche de donner le nombre de références au Christ dans les textes, et ce sous ses divers noms : Le Chemin, Le Berger, L’Agneau, la Lumière, le Messie, Le Juste, La Vérité, Le Fils, Le Rocher (Rock en anglais !), Le Sauveur, Le Seigneur (Lord, qu’il s’agisse de Dieu ou du Christ)…Un tel épluchage est un voyage sans fin dans les racines profondes du Rock et l’influence de la religion chrétienne sur l’acte créateur.

Le mot « Jesus » est extrêmement utilisé voire banalisé. Jésus n’est qu’un homme, l’aspect terrestre de Christ. Démystifié, il peut être traité à égal avec soi-même, avec les autres. Un reflet de soi, métaphore idéale de la souffrance. Il peut tout autant être considéré comme le Messie qu’il est dans les Ecritures : Jesus Gonna Be Here (Tom Waits), Jesus Died For Me (Hank Williams), Jesus Was Right (Franck Black&…The Catholics), Sweet Jesus (Jackson Brown), Jesus Walking On The Water (Violent Femmes)…que comme un escroc : Jesus Wrote A Blank Check (Cake), Jesus Christ Pose (Soundgarden), le sujet d’une plaisanterie : Jesus Thinks You’re A Jerk (Frank Zappa), Plastic Jesus (Billy Idol), un type peu recommandable : Jesus Of Suburbia (Green Day), Jesus Built My Hotrod (Ministry), Jesus Shootin’ Heroïn (Flaming Lips), Jesus Was A terrorist (Dead Kennedys).













Jésus, et ce qu’il englobe comme signifiant, c’est-à-dire autant le dogme religieux que la culture occidentale contemporaine d’héritage judéo-chrétien et son corolaire politico-économique-le capitalisme, le libéralisme- sert d’exutoire et de repoussoir à toute la cohorte des métalos-métalleux, rebelles en mal d’ados et vice-versa. Du cirque cabaret-trash de Marilyn Manson (Antichrist Superstar, Inauguration Of The Mechanical Christ) au metal ouvertement antichristique, et même sataniste (Deicide, Atheist, Shutter Messiah, God Deathroned, Lord Belial, Impaled Nazarene, Christ Agony), Jésus reste le Bouc émissaire. Les titres des morceaux ne laissent aucun doute quant au sort qui lui est destiné : : The Christhunt, Anti-god Anti-christ, Australian And Anti-Christ, Antichrist Phenomenon, et le meilleur, Rape Of The Bastard Nazarene !




I’m Not Jesus

Si les Rolling Stones ont de la Sympathie pour le Diable, on ne peut enlever à Jagger le talent lors d’une chanson de se glisser dans la peau du Malin et de conter se méfaits. En premier lieu d’avoir été la dernière tentation du Christ : « I was around when Jesus Christ/Had his moment of doubt and pain /Made damn sure that Pilate/Washed his hands and sealed his fate ».  Sur Exile on main Street, quatre ans plus tard, il enregistre ce gospel hallucinatoire et poisseux aux textes aussi simples que cela : « I don’t wanna talk about Jesus/I just want to see his face ». Iggy Pop lui s’adresse directement au Christ sur Turn Blue. Récit post-mortem d’un suicidé, qui, entre angoisse, rejet et prière, le supplie aux derniers instants : «I know there’s nothing to you/And I don’t know why I treat you so kind/Oh accept me, don’t reject me, don’t forget me ». Au seuil de la mort, Il est le dernier. Recherche de la présence réelle du Christ, par défi ou par peur de la mort, c’est le besoin d’une preuve matérielle qui prime sur le spirituel, la nécessité de voir pour croire. Hommes de peu de foi…Les actes et les miracles de Jésus, les imitations du Christ, les stigmates sont aussi sujets de morceaux pop : Jesus walking on the water (Violent Femmes), Bleeding hands of Jesus (Tiger lillies), Dishes (Pulp : « I’d like to make this water wine »), Imitation of Christ (Psychedelic Furs).






Ces exemples illustrent surtout l’approche toute post-chrétienne et postmoderne que l’on se fait de la figure du Christ en terme de « sujet » d’inspiration, qui en vaut un autre-car tout se vaut. Cependant, pour quelques autres, la frontière du visible se trouble ou s’efface totalement, laissant apparaitre la Face du Christ et s’exprimer le Verbe.

Reach Out And Touch Faith

Qui aurait cru au début des années 80 qu’un groupe tel que Depeche Mode, qualifié groupe à minettes, allait à sa façon être traversé par la figure rédemptrice du Christ et la force purificatrice de la foi. Depuis Music For The Masses, Martin Gore laisse à loisir le choix de l’interprétation, de l’identification du récipiendaire ou de l’émetteur des paroles. Il en est de même quant à la double lecture de l’amour spirituel, christique et sexuel. Gore dit vouloir sexualiser le religieux et sanctifier le sexe. La présence, l’incarnation du Christ par le verbe de M.Gore font de Depeche Mode, malgré l’auteur (n’étant pas particulièrement croyant, il ne renie pas pour autant la présence du religieux dans ses textes et ses interrogations personnelles), un chant glorieux où souffrance (Passion) Foi et Amour sont abordés sur des thèmes et par des paroles sans concession. La trilogie religieuse et droguée que forme Music For The Masses/Violator/Songs Of faith And Devotion est sans précédent dans l’histoire du rock post-Elvis. Le titre Sacred fait office de confession «Sacred, holly… I’m a firm Believer/And a warm receiver », sur Never Let Me Down Again, qui est ce  meilleur ami  qui semble ne pas toucher le sol : « I’m taking a ride with my best friend/I hope He never let me down again »et qui peut être la cause ou l’ « occasion d’une chute » (Mt 13.21 ; Luc, 17) ? Quant à Violator, il enfonce un peu plus le…clou. Comment, avec cette bombe techno-rock qu’est Personal Jesus, résister au fervent appel de la foi et à la confession qui jaillit des lyrics : « Someone to hear your prayers/someone who cares […]Things on your chest/You need to confess/I will deliver/You know I’m a forgiver…I’ll make you a believer…Reach out and touch faith » ? Nous savons que le Personal Jesus n’est autre que le rocker de mari de Priscillia Presley. Au-delà de la formule affectueuse, cette « trouvaille » illustre fort à-propos la dimension personnelle de la quête de l’amour universel du Christ. L’Un et le Multiple.  Que penser de l’interlude « Crucified » ?





Chez Depeche Mode, c’est la figure du martyr et du rédempteur qui est présente. Dans Songs Of Faith… tout, de la pourpre cardinal de la pochette à l’allure de Christ sous héroïne de Dave Gahan, tient dans la liberté et l’ambiguïté des paroles. Gospel techno-pop où chaque strophe invite à la lecture des signes. L’amour et le rapport au corps, celui d’une femme ou du Christ, peuvent être perçus comme charnels et/ou spirituels sur Condemnetion « Truth on my side », I Feel You « You take me where/The Kingdom comes/This is the morning of our love/It’s just the dawning of our love », tel un Alpha et un Omega. La figure du Bouc émissaire est clairement utilisée sur Walking in my shoes « The scapegoat’s fate made of me » et The love Thieves « Love needs its martyrs/Needs it’s sacrifices ». Enfin le pardon, la purification sont des thèmes majeurs, récurrents : « I’m down on my knees/and I need forgivness[…]I have to be cleansed »(To Have And To Hold), « The cleanest I’ve been[…]I’ve broken my fall/Put an end to it all »(Clean).  Sur Ultra en 1997, Insight, décrit sans pareil l’opération du Saint Esprit, ce qui se produit en soi lorsque Le Verbe touche au plus profond, que la présence du Christ est révélée et qu’elle bouleverse irrémédiablement : « enlighten me/Lead me on/Eternally[…]Guided by the light/and the spirit of love/Is rising within me/Talking to you now/Telling it clearly/The fire still burns ». Oui, il y a une flamme chez Depeche Mode, un feu intérieur, qui n’ose dire son nom qu’à moitié voilé.




The Firstborn Is Dead/Walk On

Pour Nick Cave, la foi en Christ est la preuve par excellence de la plus haute liberté créatrice donnée à l’homme. Le Christ permet de voir au-delà du monde ici-bas. Le Christ n’est cependant pas vraiment, « réellement » présent. Pour Cave, la Passion du Christ dans les Écritures est la force profonde où l’on peut trouver l’inspiration. Et sa meilleure source d’inspiration est la tragédie de l’homme. Pour l’album Dig ! Lazarus Dig !, Nick Cave avoue que la résurrection de Lazare l’a toujours obsédé « Le plus grand des miracles du Christ, faire se lever un mort ». Jésus-Christ n’est qu’un matériau d’écriture pour Cave, un sujet inépuisable : Messiah ward, Nobody’s Baby Now « I’ve searched the holy books/I tried to unravel the mystery of Jesus Christ, The Savior », into My Arms « To Make bright an clear your path/And to walk, Like Christ/In grace and love and Guide You/Into my arms », Darker With The Day : « I found a wooly lamb in an issue of blood/And a gilled Jesus shivering on a fisherman’s hook » ; l’Agneau, le Sang, la métaphore du Poisson…les signes du Christ en deux vers.






Pour Bono et U2, c’est une toute autre histoire. Profondément croyant, catholique, et Irlandais, la religion fait identité. Bono n’a publiquement parlé de sa foi qu’en 2000, s’étant méfié des médias jusque là. Mais les textes eux sont oints de la présence du Christ et du Nouveau Testament depuis le début, et de façon croissante. Simples références ou allusions, U2 cite aussi très précisément les Evangiles. De la reprise de Jesus Christ de Woody Guthrie à Pride « One man betrayed with a Kiss[…]Free at last, they took your life/They could not take your pride », de Elevation « Been living like a mole/Now going down excavation »-(mole, la taupe, ici référence aux Aveugles) à I still Haven’t Found What I’m Looking For « You broke the bonds and you/Loosed the chains/Carried the cross/Of my shame »( les vers renvoient ici au calvaire). Dans Stranger In A Strange Land, Bono cite Luc et l’Emmaüs, où le Christ est déguisé en étranger et ne peut être reconnu par deux de ses disciples. Dans le tube One, les vers « Have you come here for forgiveness/Have you come to raise the dead/Have you come here to play Jesus/with the lepers in your head », au-delà de la chanson classique d’amour rompu, appellent au pouvoir surnaturel de l’amour du Christ, capable de guérir et de ramener à la vie.







Mais allons plus loin. Bono n’est pas un simple auteur-interprète. C’est un grand illuminé, par Dieu et la parole du Christ. La presse s’est moquée de lui, l’a pris pour un candide voulant sauver le monde, disant qu’il ne prêchait que pour une seule paroisse, à savoir U2. C’est faire peu de cas de sa foi et de sa connaissance de la Bible. Un grand nombre de ses vers sont directement tirés du Nouveau Testament. Sunday bloody Sunday, dont on connait le sujet, la sale guerre en Irlande du Nord et ce jour de 1972, puise dans Matthieu ces lignes : « The trench is dug within our hearts/And mothers, children, brothers, sisters torn apart » ; « car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère…l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison » (Mt, 10.35). Quelle meilleure parabole de la guerre fratricide ? Et ce n’est qu’un début : The Fly : « Love, we shine like a burning star/We’re falling from the sky tonight » ; «Il (Jesus) leur dit : « je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair » » (Luc, 10.18). Until The End Of The World : « We ate the food, we drank the wine[…]I took the money, I spiked your drink[…]in the garden I was playing the tart/I kissed your lips and broke your heart ». Nous voici entre la Cène et la trahison de Judas dans le jardin de Gethsémané (Mt, 14-15, 20-29, 47-49). Walk On : « A plan that has to be believed to be seen » ; « Jésus lui (Marthe) dit : « ne t’ai-je pas dit que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? » » (Jean, 11.40). Enfin The Wanderer, écrite pour Johnny Cash (Bono et The Edge ahuris de savoir que leur idole enregistrait dans le studio d’à-côté) cite encore Matthieu : « Who would sit his father’s right hand » ; « Jésus : « vous verrez désormais le fils de l’homme assit à la droite du Tout-Puissant ». »(Mt, 26.64).






A la question posée à Nick cave pour savoir si Dieu l’aidait à écrire, celui-ci répondit : « Oh, non ! Il est trop occupé à aider Bono ! ». La blague reste bonne mais elle démontre bien l’approche différente que les deux hommes ont de Dieu, et du Christ. Cette résignation de Cave est symptomatique, il est trop « terrestre ». Bono lève les yeux et regarde au-delà de la croix, Nick Cave reste à ses pieds. Pour lui, la croix est la victoire de la Mort, la chute finale et la fin de l’homme. Pour Bono, elle est le début de quelque chose d’éternel. Cave écrit. Bono prêche.

Saved

Tucson, 1978. Bob Dylan est en pleine tournée, shooté et éreinté. Quelqu’un lui a balancé une croix sur scène. D’habitude peu attentif aux signes du public, il la ramasse. Quelques jours plus tard, sa chambre d’hôtel est le lieu d’une expérience mystique : « Jésus m’était apparu comme le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs…Il y avait une présence dans la pièce, et ça ne pouvait être personne d’autre que Jésus…il a posé sa main sur moi, c’était une expérience physique. Je l’ai senti, sur chaque partie de mon corps, j’ai senti mon corps trembler. La gloire du Seigneur m’a ébranlé et élevé ». God! La révélation et la Grâce ne laissent pas indifférents ; Dylan embrasse intensément la confession catholique et se met immédiatement à chanter les louanges du Seigneur. Il enchaîne quatre albums  aux forts accents gospel, dont les textes ne sont que citations de la Bible et gratitude envers la Sainte Trinité : Slow Train Coming, Saved, Shot Of Love, et dans une moindre mesure Infidels.




C’est avec Precious Angel que Bob Dylan affirme sa nouvelle foi : « Now there’s a spiritual warfare and flesh and blood breaking down/ya either got faith or ya got unbelief and there’s ain’t no neutral ground/The enemy is subtile, how be it we so deceived/When the truth’s in our heart and we still don’t believe ». C’est clair, pour Bobby,  sa conversion est aussi un combat, et Dieu vomit les tièdes. « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi, disperse » (Mt, 12.30).  Dylan déborde littéralement d’amour et de reconnaissance pour le Christ : I Believe In You, Saved « I’ve been saved/By the blood of the lamb », Ain’t No Righteous, No Not One « Just say that I trusted in God and that Christ was in me/Say He defeated the devil, He was God’s chosen Son ». Change My Way Of Thinking est une réécriture non déguisée de la crucifixion du Christ (référence à la lance de Longinus et aux stigmates): « Stripes on your shoulders/Stripes on your back and your hands/Swords piercing your side/Blood and water flowing through the land » ; puis il cite littéralement le Christ « Jesus Said « Be ready/For you know not the hour in which I come »/He said « He who is not for Me is against Me » »(Mt, 25.13 ; 12.30). Dylan prêche, à la manière des baptistes, l’appel au réveil des consciences ( When You Gonna Wake Up ?) en rappelant le martyr du Christ « There’s a man up on a cross and He’s been crucified », « For me He was chastied/For me He was hated » (Solid Rock). Son public est désappointé par les titres et leur contenu : In The Garden (« when they came for Him in the garden/Did they know He was the Son Of God »), Ready (« Are you ready to meet Jesus »), Property Of Jesus, Every Grain Of Sand (« In the fury of the moment, I can see the Master’s hand ») , You Changed My Life (« My Lord and my Savior, my companion, my friend »), Saving Grace. Dylan, apôtre du Christ…pour un temps. Une autre expérience mystique au pied du Mur des Lamentations à Jérusalem le fera se retourner vers le Judaïsme, ses origines.



The Man Comes Around

John R. Cash. The man in black. Le solitaire du country trash. Grand survivant, mille fois mort spirituellement. Marqué par la mort de son frère alors qu’il se destinait à être pasteur, Johnny Cash, à coup de dexédrine en quantités gargantuesques, essaya pendant sa première vie de se suicider, lentement mais sûrement. Avec la douce et pieuse June et Dieu à ses côtés, il se releva de ses chutes. Sa renaissance artistique dans les années 90, son succès jusqu'à sa mort auprès d’un public qui pouvait avoir l’âge des ses petits-enfants, en dit long sur la force de ses chansons et l’aura de sage qui était sienne. Tous les artistes cités plus haut ont à voir avec lui. Bono a écrit pour lui, Dylan a enregistré un album de country avec lui. Johnny Cash a repris de manière inattendue The Mercy Seat de Nick Cave, Personal Jesus, One…Tous ces recoupements, ces chemins croisés ne sont point le fait du hasard. Cash est comme le pionnier, et le pilier de ces apôtres malgré eux : Jesus ne l’a jamais quitté, «  même dans le plus grand abattement, il était là »(1). Johnny Cash connaissait la Bible par cœur, il avait fait des études de théologie avancées. Ayant peu écrit de textes de chansons, c’est dans les traditionnels de la country que se trouve son répertoire. Lesquels s’appuient avant tout sur la foi des pères fondateurs, le protestantisme. Il est donc surtout question de l’Ancien Testament. Cependant Jésus-Christ est bien la source de chansons telles que He Turned The Water Into Wine, It Was Jesus, Where Were You When They Crucified The Lord, I Talk To Jesus Every Day, Man In Black…dans l’album posthume Ain’t No Grave, enregistrées au seuil de la mort, des titres comme I Corinthians 15 :55 (Mort, où est ta victoire ?) ou Ain’t No Grave revêtent une lourde signification, les derniers mots d’un homme qui appelle la délivrance par le Christ : « Oh I’m going down to Jordan/I’m going to bury my knees in the sand…So now meet me Jesus, meet me » (Ain’t No Grave), « Oh Death, where is thy sting/Oh grave, where is thy victory ».








Reach Out To Jesus

Ainsi la preuve est faite, les rockeurs, ces rejetons analphabètes, incultes, se trouvent être les garants, les dépositaires de ce qui a fait la culture occidentale, issue des Grecs : la parole du Prophète Jésus-Christ. Sous les strass et les strates du show-business, les sunlights de tungstène et la pyrotechnie de l’épate, il subsiste la conviction que la rock-music n’est pas une fuite en avant sans but, ni signification. Foi et rock’n’roll ne sont pas incompatibles, au contraire. Les opposés sont faits pour se rencontrer, c’est même dans leur nature. Et ils ont beaucoup à (se) dire. Laissons la conclusion à Mauro Zanchi, qui sans le nommer, invoque la puissance du Verbe divin, le langage des Anges : « Conjoins en toi tous les opposés qui se complètent en sacrifiant ton moi sur la pierre cubique du tout. C’est ainsi seulement que tu réussiras à connaître et à prononcer le vrai nom de l’ange qui s’élève, en même temps que le son du feu, vers l’ineffable de la musique céleste.»(2).

Gaël Giovannelli

(1) Johnny Cash, Cash l’autobiographie ; Le Castor Astral
(2) cité par Timothy Radcliffe, in Pourquoi donc être chrétien ?, Champs-Flammarion


Toutes les réactions (23)

1. 28/02/2011 09:33 - Roméo Joan

Roméo JoanUn article qui n'est pas bâclé. Excellent !

2. 28/02/2011 15:55 - Erwan

ErwanHeu... C'est quoi ce commentaire "Un article qui n'est pas baclé" ?

3. 28/02/2011 16:18 - Quentin

QuentinGrand papier, super extraits, merci Mr Giovannelli.

4. 28/02/2011 16:26 - TERRAFORMER

TERRAFORMERUn sacré tour d'horizon, tout ce que j'avais en tête a été cité... et même bien plus (fort heureusement).
Jesus thinks you're awesome, Gaël ;(

5. 28/02/2011 18:50 - olivierD

olivierDQuel bel article! Je mesure le travail effectué... Dieu vous garde Gaël.

6. 28/02/2011 18:52 - Romeo Joan

Romeo JoanErwan,
On ne peut pas dire qu'un article n'est pas bâclé ? Il n'est pas bâclé, il ne regorge pas de raccourcis bidons, il n'est pas un caca en barres de plus version Les Inrocks.

7. 28/02/2011 20:17 - Nicolas

NicolasA noter que la chanson "Jesus was a terrorist" n'est pas des Dead Kennedys mais issu de la collaboration de Jello Biafra avec Nomeansno, dans l'album "The sky is falling and i want my mommy".
Très bon article en tout cas.
Je rajouterais à la liste les anarcho-punks de CRASS, qui ont également traité du sujet, et ceci de manière assez récurrente.

http://www.youtube.com/watch?v=Y_HOYk9ED9Q



8. 01/03/2011 09:09 - Nach Mavidou

Nach MavidouJe me permets de signaler, à propos du bref passage concernant le Metal, que le groupe Atheist n'est pas considéré comme spécialement sataniste ou violemment anti-chrétien. Mais cela ne gêne pas la démonstration d'ensemble car des dizaines d'autres groupes non cités remplaceraient sans problème son exemple.
L'auteur n'a pas oublié Depeche Mode, pour qui ce thème s'est révélé une source importante d'inspiration au bout de quelques albums, et qui se poursuit au-delà de la période majeure sur laquelle l'article - qui ne pouvait être exhaustif - s'est focalisé.

Pour poursuivre la réflexion, je peux conseiller l'ouvrage de Fabien Hein, collaborateur à Versus Magazine : "Rock & Religion - Dieu(x) et la musique du diable", éd. Autour du Livre, coll. Les cahiers du Rock, 2006. L'auteur est athée et se livre à une réflexion plus large, mais elle englobe une bonne partie de ce qui est abordé ici.

Je ne réagis pas nécessairement sous chaque article mais ce "théma" façon Ring est passionnant.

9. 01/03/2011 12:03 - Polochon

PolochonEt quid du rock chrétien ?

10. 01/03/2011 12:41 - Nejma

NejmaJudicieux le parallèle entre Jésus et le rock.
Il y a deux mille ans, Jésus a, lui aussi, détonné dans la société galiléenne de son temps. Ses paroles et ses actes ont à maintes reprises attiré les foudres de la société bien pensante qu’il a côtoyé et finalement bousculé. Autant dire qu’il s’est souvent comporté comme un authentique rebelle en adoptant une liberté de ton et de langage peu communes pour l’époque.
"Je suis le pain vivant descendu du ciel, qui mangera ce pain vivra à jamais"
"Qui aime son père ou sa mère plus que moi, n’est pas digne de moi"
C'est vrai qu'il était rebelle Jésus!Et c'était loin d'être un rebelle de salon!
Tout comme le rock il a su distribuer des baffes salutaires.

11. 01/03/2011 19:37 - Gaël Giovannelli

Gaël Giovannelli@Polochon,
C'était justement tout l'enjeu de ce texte: éviter l'écueil du rock chrétien-qui à son rôle et sa place- et aller chercher les traces du sacré dans le rock dit "païen", les artistes pop insoupçonnés, les "apôtres malgré eux" comme j'aime les appeler. Disserter sur le rock chrétien n'aurait eu aucun intérêt.

12. 01/03/2011 19:50 - Tristan

TristanBrillant article sur un sujet singulier et périlleux dû au nombre pléthorique de groupes se référant au christianisme! Vous n'avez pas chômé pendant la trêve hivernal! Je crois qu'il ne manque pas grand monde, l'essentiel est là, et cette liste exhaustive finie par nous donner le tournis.
La Bible est une source inépuisable d'inspiration et il faut reconnaitre que le rock l'accommode à toutes ses sauces. Difficile de s'y retrouver mais vous avez su habillement relever ce défi.
Les questions qui me viennent à brule-pourpoint après la lecture de votre article , c'est :
Pourquoi, dans un monde où le christianisme est en perte de vitesse ces groupes s'inspirent-ils autant du Christ ?
Notre société à la dérive dont l'esprit prépondérant de l'époque est la trivialité n'a t-elle pas un besoin effréné de valeurs parmi lesquelles le rock entre autres se nourrie?
On peut s'autoriser à penser qu'il suffirait juste à un groupe de rock d'arborer une croix à son cou ou à son oreille et de piocher ses paroles dans la Bible pour accéder immanquablement à la plus haute marche des charts. Heureusement c'est loin d'être si facile!
Beau travail qui inspire à la réflexion et merci encore pour la qualité de vos articles!

13. 01/03/2011 20:00 - Tristan

TristanEt les christians ?
Désolé!

14. 03/03/2011 13:59 - Maurice C.

Maurice C.Tres beau titre aussi: "I have forgiven Jesus" de Morrissey sur le LP "You are the quarry".
Chanson au thème éminemment Chrétien: le sentiment de profonde déception que tout croyant ressent un jour face à son imperfection proprement humaine quand tout dans la foi fait aspirer à la beauté et au sublime.

15. 03/03/2011 19:08 - pschitt

pschittOn pourrait citer les punks Gaël même si je crois que c'est pas votre tasse thé :
The Clash et le détournement du christianisme dans un élan tout socialiste. Les nombreux titres des Ramones et leur référence à la foi (I believe in miracles, Poison Heart).
Joe Strummer et Johnny Cash réunis une dernière fois pour redemption song par Rubin.
Bref du joli...

16. 04/03/2011 10:37 - Polochon

PolochonIl est vrai qu'être un artiste païen est plus vendeur qu'un artiste chrétien.
Je pense que tous ces énormes artistes païens n'assument pas entièrement leurs croyances en publique (pour des raisons d'image, financières etc.) et que malgré tout, arrive un moment où ils ne peuvent plus contenir leur part de spiritualité soit-disant "ringarde" et qu'ils la retranscrivent dans certains morceaux de manière plus ou moins subtile.
Nick Cave l'assume depuis plusieurs années quant à lui.

17. 04/03/2011 10:39 - Polochon

PolochonMais au fond, la plupart de ces artistes font du rock chrétien.

18. 04/03/2011 16:52 - Alciator

AlciatorDans le sujet, une découverte récente: le "Kyrie" de l'inclassable allemand Tilo Wolff (groupe Lacrimosa).

Bel article. Faire le tour de la question est illusoire en quelques lignes, mais là c'est tout de même proche de ce qui peut être fait de mieux!

Longtemps je ne prêtais pas attention aux paroles (ce qui m'est impossible en Français, et doit être une raison à mon désintérêt de la musique francophone). Puis, pour essayer d'être moins idiot, je me suis demandé ce qui était dit dans le détail. Et là, surprise!

Ah, il y a aussi le "Allelujah" de Jeff Buckley qui vient de faire le tour du monde... (la chanson, lui cela fait déjà quelques années qu'il nous regarde de loin)

19. 04/03/2011 17:03 - alciator

alciatorEt je ne résiste pas: l'évolution personnelle de Daniel Gildenlöw, chanteur de Pain of Salvation (...), en direction d'un dépouillement radical des artifices dans sa propre existence. Impressionnant en Live: http://bit.ly/cxufAn

20. 17/04/2011 21:51 - Nebo

NeboJuste comme ça en passant... n'oubliez pas le blues sublime de ZZ TOP, "Jesus just left Chicago"... avec le Seigneur changeant l'eau boueuse du Mississippi en vin... ;-)

http://www.youtube.com/watch?v=pN69GC2amTg


et la chanson de U2, pourtant sublime, "Mofo" ...

http://www.youtube.com/watch?v=-P5kKrX4AfI

avec Bono cherchant Jesus-bébé dans les ordures... un peu comme Bloy !

21. 25/04/2011 21:22 - Nebo

NeboUne autre m'est revenue... La chanson "King" de King's X... au paroles explicites...

http://www.youtube.com/watch?v=Wc7d6vHv9bg

you are the one who causes me pain
you are the one who causes me grief
you are the one who lied to me
it won't be long soon you will see

king is coming...

you are the one who magnifies hate
you are the one who distorts our love
you are the one disguised as a saint
it won't be long your kingdom will quake

king is coming...

22. 18/06/2011 16:30 - Diabolo Menthe

Diabolo MentheArticle bien chiadé, félicitations.

Tu me parle de Jesus, je te répond alors, en tant que grand fan, The Brian Jonestown Massacre !

" Just like kicking Jesus " :

http://www.youtube.com/watch?v=nLdsCEqM61c

Enjoy it !

23. 22/12/2011 23:51 - Padre Bob

Padre BobMerci beaucoup pour cet article très intéressant. J'aimerais pouvoir entrer en contact avec son auteur vu que j'ai écrit l'âge du Metal (Camion Blanc) et qu'un livre sortira l'année prochaine avec une analyse des paroles du groupe Opeth.

En attendant:

LAUDATE DOMINUM du groupe HELLOWEEN:

http://www.youtube.com/watch?v=4TnR5zu6nB0

EDGUY avec son Alléluia métallique dans Theater of salvation:

http://www.youtube.com/watch?v=7zaqpmNJkSI

Une étude des visuels de certaines pochettes Metal est aussi intéressante avec par exemple des illustrations reprenant l'extase de Sainte Thérèse par le Bernin à Rome (Anorexia Nervosa et Adagio) etc.

Ring 2012
Gaël Giovannelli par Gaël Giovannelli

Directeur littéraire. Ring Wall of fame.

Dernière réaction

Un article qui n'est pas bâclé. Excellent !

Roméo Joan28/02/2011 09:33 Roméo Joan
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique