Sur le RING

Dois-je supprimer mon compte facebook ?

SURLERING.COM - BIG BROTHERS - par Raphaël Bartleby - le 14/05/2010 - 20 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Début mai 2010, Facebook était victime d’un bug. Surfer sur certains sites risquait de permettre à quiconque consulte votre profil de vous suivre à la trace. Ce n’était pas le premier bug et ce n’était pas non plus la première fois que Facebook était placé au centre du viseur médiatique. En effet, en même temps qu’intervenait ce bug, un autre venait d’être révélé, celui-ci permettant à des tiers d’avoir accès au contenu de certaines conversations privées auxquelles ces derniers n’avaient pourtant pas été conviés. Rapidement, un porte-parole de Facebook estimait utile de préciser qu’il ne s’agissait là que d’un bug. Les brebis égarées du Net pouvaient donc être rassurées. Pour autant, le contraire aurait été lui aussi tout à fait plausible. Car le bug, le virus ou bien l’attaque pirate sont déjà de vieux souvenirs. Aujourd’hui, via Internet, Facebook et Google se partagent le gâteau avec l’avantage d’avancer en terrain conquis. Pourquoi ne pas imaginer, ce qui somme toute est déjà une réalité, la mutation permanente de la Toile. Dans un tel cas de figure, éventuellement dépassé par les nouveaux gadgets, votre vie peut rapidement être jetée en pâture au tout venant et se transformer en cauchemar pas très Net. C’est ce qui est récemment arrivé à Zahia Dehar, alias Bimbo la Prostituée des Bleus, dont certains ont affirmé que les problèmes d’irrigation du cerveau émanaient pour l’essentiel de sa poitrine opulente qui avait pour inconvénient de pomper l’essentiel de son énergie vitale. Toutefois, cette fois-ci, c’est bien elle qui s’est fait pomper ; en effet, retrouvée en Une de tous les journaux après que les photos figurant sur son compte Facebook aient été pillées par le premier baveux qui passe, celle-ci a été quelque peu dépassée par les évènements et c’est somme toute assez naturellement que ses avocats ont pris le relais. La pauvre Zahia n’étant pas au bout de son calvaire puisque l’Express, dans sa précipitation à vouloir diffuser sa lettre de pardon à l’attention de Domenech, en est arrivé à omettre de biffer son adresse personnelle. Plus récemment encore, Julien de l’émission « l’Amour est aveugle » présentée sur TF1 même pas en prime-time devient une anti-star sur Facebook. D’ailleurs, TF1 sur son site rappelle  que si « Julien, 24 ans, n'a peut-être pas trouvé la femme de sa vie dans l'émission L'amour est aveugle », il a au moins su marquer les esprits par « une avalanche de phrases cultes » du type : La nuit porte sommeil ; Sans vouloir être trop cru, si j'essaie de le faire sans sentiment, il y a Popol qui ne se lève pas… On apprend même « qu’une vidéo retraçant son parcours, postée samedi sur Youtube, a déjà été visionnée plus d’un million de fois ! ». Depuis vendredi, les groupes qui lui sont consacrés sur Facebook se multiplient, entre ceux qui le soutiennent sincèrement et ceux, plus nombreux, qui en font une tête de turc à coup de commentaires ironiques. Néanmoins l’intéressé commence à douter des bienfaits de sa minute de gloriole : « Je commence à regretter, ça devient ingérable. Lorsqu'on me traite de psychopathe, ça ne me touche pas, car seul un psy est habilité à tenir ces propos. Quant aux insultes et aux moqueries, j'y suis habitué depuis la maternelle. Mais j'ai reçu une menace de mort et je ne sais pas quoi faire... » Pourquoi n’appelle-t-il pas son avocat ? Dans le même temps, Toni Musulin – qui lui a déjà dû faire appel à son avocat – semble mis à mal par ses fans. Ainsi dans le Nouvels Obs du 11 mai dernier on pouvait lire : « Les fans de Toni Musulin, qui jusqu'à récemment le considéraient sur internet comme un "héros", frère de Robin des Bois et autres Arsène Lupin, étaient partagés sur son sort mardi 11 mai, alors que se déroulait son procès pour vol devant le tribunal correctionnel de Lyon. » A quand le désengorgement des tribunaux via une interface Facebook de démocratie participative ? Le Nouvel Obs précise cependant que « la tenue du procès de l'ex-convoyeur de fonds du groupe suédois Loomis semble moins passionner les internautes que l'annonce, mardi à 20h00, de la liste des 23 joueurs de l'équipe de France de football pour le Mondial-2010 par Raymond Domenech sur TF1... » C’est l’inconvénient du zapping, qui se pratique tout autant, si ce n’est plus, sur Internet qu’à la télé.

La fuite en avant dans le vide du réel

A la lecture de La culture du narcissisme de Christopher Lasch, il peut être intéressant de contextualiser certaines choses. Tandis que l’individu place son ego au cœur de la toile avec une ingénuité parfois étonnante qui finit par se retourner contre lui, Lasch rappelle (dès les années 70) que « le fait que nous dépendions de plus en plus de technologies que personne ne paraît capable de comprendre ou de contrôler a créé le sentiment que nous sommes des victimes impuissantes. Nous avons de plus en plus de mal à parvenir à ressentir la continuité, la permanence du monde qui nous entoure, ou à nous sentir liés à lui. » L’Histoire est finie, clôturée. Les idéologies doivent être reléguées au passé. Ne reste plus que l’individu perdu dans l’instant présent qui dure éternellement. Lui seul en effet, dans les limbes de l’Internet, peut encore vagir. Les liens entre les individus semblent si fragiles. Et le divan du psy n’est pas offert à toutes les bourses.


Internet devient une vie parallèle où le cyberhéros rencontre le cybercriminel, comme cette mère de famille parvenue à démasquer un homme d'une trentaine d'années qui attirait les petits garçons sur des sites de rencontres, rapporte le Midi Libre dans son édition de lundi. En effet, le fils de cette cyberhéroïne, un adolescent de 13 ans, avait pris pour habitude de se connecter sur un site de dialogue, nommé Miss34. Mais en gardant un œil avisé sur l’historique des chats de son fils, celle-ci a découvert le pot aux roses et le cybercriminel a finalement été arrêté par les gendarmes. La vie du Net est aussi la vraie vie, de plus en plus d’ailleurs. Quand les grands débats nationaux ne semblent plus emporter l’adhésion des foules, Facebook prend le relais, permettant au festif social en mal de reconnaissance de jouer avec son voisin de palier au jeu de celui qui sera capable de réunir le plus de monde à l’apéro géant de sa ville. Nantes est pour l’instant arrivé en tête avec 1 mort à son actif. Cela semble par ailleurs ennuyer les pouvoirs publics au-delà du raisonnable quand les réunions politiques ou autres manifestations institutionnalisées ont déjà beaucoup plus de mal à faire le buzz.

Pendant ce temps-là, la Toile continue de grandir. En phase 2 du développement de l’Ego citoyen du Net, Google contre-attaque dès 2007 en mettant en place une plate-forme de développement d’applications pour les réseaux sociaux qui permet aux développeurs d’accéder aux informations capitales sur le profil, les contacts et les activités des internautes. En lançant début 2010 son nouveau produit « social » appelé Google Buzz, ce dernier souhaite enfoncer le clou en permettant d’intégrer de nombreux services déjà existants pour servir de ciment social : Picasa pour les photos, Youtube pour les vidéos, Latitude pour la géolocalisation… Sans sombrer dans la paranoïa ordinaire, le risque, encore une fois, c’est bien celui de voir sa vie privée déballée, fliquée, contrôlée sans même qu’on ait émis le moindre souhait à ce sujet et bien souvent sans même que l’on s’en rende compte. Google anticipe par ailleurs les besoins des internautes en s’engageant dans le « social search ». Ainsi il souhaiterait développer pour les années à venir un système de recherche axé sur l’individu, qui puisse prendre appui sur son réseau social afin d’apporter des réponses encore plus abouties. Pour l’individu qui espère ne plus se sentir seul avec lui-même, c’est encore raté. Pour celui qui souhaite fliquer son entourage, le joujou devrait être d’une utilité certaine. Internet fait l’effet d’un miroir inversé, à peine déformant, par temps de crise identitaire. Dès lors que la famille a déjà déserté l’arène du social, que l’implication de l’individu au sein de groupes divers (sportifs, religieux ou autres) n’est plus la panacée pour la majorité, et quand bien même le réel déserte le réel, Internet via ses épigones tels Google, Facebook et Consorts présente la vertu d’avoir une solution roborative qui ne prête pas trop à penser. Dans le Tous flics, tous ego du Net, on peut désormais espérer que la fracture sociale, à défaut d’être technologique, arrivera à être éradiquée grâce au développement des réseaux sociaux. Et bientôt, chacun d’entre nous pourra se réduire à l’existence d’un logo reconnaissable entre tous : l’ego Unique. Puis de rappeler comme le fit Lasch que, refusant d’accepter nos limites, jouant la carte de l’omnipotence, ne se distinguant plus soi-même de son environnement : « Narcisse se noie dans sa propre image sans jamais comprendre que ce n’est qu’une image reflétée. » Alors, désormais à quand l’usurpation d’identité ?

Raphaël Bartleby



Toutes les réactions (20)

1. 15/05/2010 10:36 - Georges S.

Georges S.Il est bien naze ce Batleby, j'avais prévu l'imposture. Une fin pareille, ça mérite une fessée, au minimum.
Lisez plutôt Marc Edouard Nabe !

2. 15/05/2010 10:49 - Mint

Mintpar pitié, ne recommencez pas avec Nabe!

3. 15/05/2010 17:03 - Graindesable

GraindesableLes futures victimes ne pourront pas dire qu'elle n'ont pas été prévenues :
http://www.le-tigre.net/Marc-L.html

4. 16/05/2010 11:11 - Zflox

ZfloxA Georges S.: De quelle imposture s'agit-il?

5. 16/05/2010 11:11 - Zflox

ZfloxA Georges S.: De quelle imposture s'agit-il?

6. 16/05/2010 14:02 - plume

plumeFacebook ou la tentation de positiver le mal...en vain

7. 16/05/2010 15:17 - nationfree

nationfreefacebook ne peut pas se resumer au "Mal"... c'est plus une utilisation qui peut induire le mal... ou plutot le manque de recul avec lequel les gens s'engouffrent dans la breche sans meme faire gaffe... une perversion du systeme...

8. 16/05/2010 15:17 - nationfree

nationfreefacebook ne peut pas se resumer au "Mal"... c'est plus une utilisation qui peut induire le mal... ou plutot le manque de recul avec lequel les gens s'engouffrent dans la breche sans meme faire gaffe... une perversion du systeme...

9. 16/05/2010 17:14 - Amaury Watremez

Amaury WatremezCe n'est pas facebook ou fècebouc le problème, encore moins le net, c'est le fait que la société n'a plus aucun autre repères que le fric et comment le dépenser.

10. 16/05/2010 19:54 - nationfree

nationfreele problème c'est connaitre ou ne pas connaitre les "risques"... c'est le fait de perdre sa souverainete le risque... c'est aussi les mutations de la sociabilite dans des pays en crise de social...

11. 17/05/2010 21:08 - Cyril Rimbe

Cyril RimbeLes outils (Facebook, MSN, googleesttonami.com ...) mis à disposition sur le net doivent être utilisés à bon escient. Il faut savoir faire le tri, du bon comme du mauvais. Les services internet doivent servir l'individu et non l'inverse. Bien sur il peut y avoir certaines dérives, mais si l'on sait bien surfer on tire d'internet le meilleur. Il y a les autoroutes de l'Internet, et puis il y a les caniveaux, sinon les égouts !
Nous sommes bien loin de ce minimum éthique ! Internet est un espace hors la loi où, pour certains, tout semble permis ; une jungle pour les individualistes de tout poil - et ils sont nombreux car c'est facile !
Sur Facebook, des lynchages médiatiques sont organisés contre des personnes, personnalités politiques ou religieuses ou autres.
Internet permet en tout cas d'élargir la communication entre humains, un meilleur partage des connaissances. Il permet de façon simple à des gens de tous horizons de se retrouver. La qualité des échanges et des informations est une autre question...
Il a aussi ses aspects négatifs, mais à bien y réfléchir, ni plus ni moins que la TV

12. 18/05/2010 15:21 - Gbh

Gbh
dans la continuité du ring... ou commence et ou s'arrete la liberte & l'art de la manipulation, du merchandising...?

http://www.slate.fr/story/21457/dictature-facebook-diaspora

13. 20/05/2010 11:31 - Rimb

RimbLes relations sur Internet ne sont vraiment pas nettes !
On joue sur son clavier, tripote les manettes,
On s'écrit des mots doux, on joue aux devinettes,
On se prend pour des stars, on singe les vedettes,
On envisage enfin de faire des dînettes,
Mais quand le jour survient, on ouvre des barquettes.
Tout est bon pour vous en mettre plein les mirettes,
Mais ce ne sont que des miroirs aux alouettes.

14. 20/05/2010 11:34 - Johsia

JohsiaIl y a six mois, peut-être plus, peut-être moins, j'ai commencé Facebook. Intriguée par l'affaire et poussée par des amis ou des simples connaissances qui y étaient déjà, je créé mon profil sans trop y réfléchir. J'ai tout de suite trouvé ça plus intéressant que Copains d'avant. Plus moderne, plus complexe, plus complet, aussi, Facebook, ça m'a avant tout paru super marrant. Oui, il m'en faut peu. Je me suis amusée à retrouver les gens, même de la famille, je me suis amusée à regarder leurs photos, à participer à des jeux débiles qui occupaient mon temps précieux. J'ai pris des nouvelles de gens qui étaient totalement sortis dans ma vie depuis plus de deux ans, j'en ai donné. J'ai mis des photos. J'ai changé souvent celle de mon profil. J'ai actualisé mon statut des dizaines de fois par semaine. Je me suis perdue sur les murs. J'ai écris pas mal de conneries. J'en ai lu encore plus. Alors j'arrête !!

15. 20/05/2010 11:56 - Laurent

Laurent"Arrêter facebook, oui, mais pourquoi faire ?"
Quel dommage de mettre un titre pareil, aussi réducteur, alors que votre article est beaucoup plus intéressant.

16. 20/05/2010 16:52 - ak

akles titres ne sont pas forcément de l'auteur

17. 21/05/2010 15:50 - David Kersan

David KersanMerci pour la précision, Raphaël ;)

18. 21/05/2010 18:30 - akbis repetita

akbis repetitaps: je vous en prie, David!

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/vie-privee-facebook-pris-la-main-dans-le-sac_894040.html

19. 05/06/2010 19:03 - thierry bruno

thierry brunocontrairement à l'idée de certains, aller sur Facebook et autres réseaux sociaux (cette expression "réseau social" est une foutaise mais passons) en connaissance de cause et donc avec prudence est une illusion de sécurité. Et ces réseaux sociaux qui nous "fliquent" n'est pas une perversion d'une idée généreuse mais bien un concept qui par définition veut vous "fliquer". L'image du pdg de Facebook, jeune milliardaire sympa en basket, est à la fois affligeante et effrayante : affligeante car il est triste de voir des gens se faire piéger par une image publicitaire, et effrayante par l'aptitude qu'ont ces mêmes gens à considérer cet homme comme un gourou. Facebook, Google et consorts sont à la fois des pompes à fric et des entreprises de "fliquage" à l'échelle planétaire avec le consentement béat de victimes pourtant si promptes - en tous cas en France- à l'atteinte aux libertés publiques en d'autres occasions. Toutes les données vous concernant que vous donnez sur ces sites sont soigneusement collectées, stockées :pour faire quoi ? joli au prix de revient faramineux que constituent les serveurs de données ? Il faut être très naïf pour croire que ces données ne sont pas destinées à être vendues à toute organisme prêt à payer. Et je ne parle pas des pirates informatiques qui font leur marché en toute tranquillité pour ensuite procéder à de joyeuses extorsions et chantages.

20. 13/07/2010 18:31 - jean-baptiste BOTUL

jean-baptiste BOTULGrand usager du net, il y a longtemps que je n'ai plus de compte sur Facebook, ayant compris qu'en dépit des protections, les moteurs de recherche l'ont élu le plus grand annihilateur d'identité au monde.

Ring 2012
Dernière réaction

Il est bien naze ce Batleby, j'avais prévu l'imposture. Une fin pareille, ça mérite une fessée, au minimum. Lisez plutôt Marc Edouard Nabe !

Georges S.15/05/2010 10:36 Georges S.
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique