Sur le RING

Dissolution de conscience

SURLERING.COM - FRANCE - par Emmanuel Bojan - le 05/05/2008 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Le Ministère de l'Intérieur a dissous le groupe de supporters des Boulogne Boys. Sous les hochements hâtifs d'une assemblée manichéenne.


Certes, les Boulogne Boys ne sont pas des enfants de choeur. Certes, la banderole dont ils auraient permis la confection et le déploiement, toute inutile, gratuite et méchante, pouvait choquer, blesser. Mais permettez qu'une opinion dissonante ait le courage de s'exprimer dans ce concert d'applaudissements malaisés et bien souvent mal informés. Vérité en deçà des Pyrénées, mensonge au-delà...


Retour en arrière. Les inscriptions injurieuses n'ont pas attendu le 29 mars 2008. Dans la même décennie, quelques énergumènes lyonnais abaissaient leurs voisins stéphanois à des « ordures consanguines », après avoir insulté leurs familles : « Les Gones inventaient le cinéma, quand vos pères crevaient dans les mines. » Est-il besoin de rappeler l'aveuglement d'époque, Ligue professionnelle et classe politique mêlées ? Selon que vous serez puissant ou misérable ...


Non pas qu'il faille graduer l'abjection sur l'échelle du pire ou chercher à excuser la faute par la réciprocité antérieure d'autrui. Mais les banderoles existent depuis le berceau du football. L'agressivité s'y est développée en même temps que les enjeux financiers, les rivalités régionales et le sentiment d'appartenance à un groupe de pairs. Elles participent d'un folklore, d'une provocation d'avant-match. Le jeu du sport ne peut occulter la compétition, et son affrontement inhérent. Pourquoi a-t-on sanctionné cette banderole et ce club ? Qu'est-ce à dire ? Que la liberté d'expression vaut pour les rencontres sans envergure, sans retransmission télévisée, sans Président de la République ? Que l'incitation à la haine soulève une indignation intermittente ? Deux poids, deux mesures...


Notons que l'organisateur de la finale de la Coupe de la Ligue est le premier responsable de l'incident. Qu'à pousser l'argumentation juridique à son extrême, la LFP devrait se condamner. Au royaume des pleutres, seuls les bruyants sont fautifs. Alors la France a découvert, révoltée, aux treize et vingt heures, que des monstres investissaient les tribunes de la capitale. On décida, dans la déferlante, fort du soutien populaire, de les envoyer au bûcher. Aura-t-on éradiqué par là-même toute la violence et le racisme des stades ? Aura-t-on coupé l'herbe sous le pied des « fights », des « ho ! hisse ! enculé » et des agitateurs de tous poils ? Confère-t-on au seul bout de tissu un pouvoir mortifère ?


Le virage est l'âme d'un stade, la résonnance d'un peuple. Sans ambages, on a coupé un bras du Parc des Princes. Les Boulogne Boys existent depuis 1985. Les individus les plus incontrôlables sont situés plus bas, dans les zones rouges R1 et R2, aujourd'hui clairsemées. Le pan boulonnais est pénalisé par quelques inconscients, coupables d'avoir fait comme les autres, au mauvais moment, au mauvais endroit. Et si quelques membres du gouvernement baignaient dans la corruption, dissoudrait-on le gouvernement tout entier ? A vouloir faire briller l'assistance, on oublie de nettoyer le jardin vert, les menaces à l'arbitre, et le pré carré des dirigeants, encouragés par des sanctions fantômes à provoquer l'adversaire et mettre en doute l'intégrité des hommes en noirs. L'exemple du foot d'en haut fait pâlir.


N'en déplaise à Pascale Clark et autres diseurs de conscience, qui confondent les bras lancés en avant au gré des « Pa-Ris-Saint-Ger-main » avec des saluts nazis, les Boulogne Boys n'ont pas commis de crime qui eût permis de les bouter hors d'une enceinte sportive et de célébrer, en chantant, l'extinction d'une tribune. Madame Alliot-Marie n'a jamais dû mettre les pieds dans le Kop Of Boulogne. Elle y aurait découvert la ferveur, une ambiance à nul autre pareil scellée par le vibrant écho d'Auteuil. A moins que ce ne soit trop populaire. Qu'on augmente le prix des places, qu'on entasse des bourses aisées dans les travées, et, l'hypocrisie aidant, qu'on se réjouisse d'avoir écarté des stades les comportements déviants.


Dans un mélange d'acharnement médiatique, d'empressement et de confusion, le procès couru d'avance des Boulogne Boys a accouché d'un consensus condamnable. Sans interlocuteur, le club parisien jugulera plus difficilement les soubresauts épars. Et bientôt, de nouvelles banderoles, de nouvelles insultes vociférées ailleurs en France passeront sous silence, sans qu'auteurs ni associations ne soient inquiétés. Un goût d'injustice et d'amalgame perle sur le palais du sensationnalisme. L'Etat a voulu montrer qu'il était fort. Qu'il pouvait agir vite, et bien, contre le mal. Les mains sont lavées, le méchant loup dépecé, mais l'équité entachée.


Emmanuel Bojan



Soyez le premier à réagir

Ring 2012 Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique