Sur le RING

Didier Daeninckx s’énerve

SURLERING.COM - CULTURISME - par Alain Jamot - le 23/02/2010 - 4 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

 

Nouvelle catastrophe dans le petit monde littéraire français : après le crash au sol apocalyptique et bouffon du dernier essai de BHL, Didier Daeninckx claque la porte des éditions de La Baleine. Motif ? Le directeur, Jean-François Platet, a décidé de publier un vieux polar de 1948 de François Brigneau, figure historique de l’extrême droite française, ancien de la Milice, de Minute, du FN.
 
Pourquoi un tel pataquès ? Parce que La Baleine est la maison mère du Poulpe, le fameux héros policier antifasciste, dont Daeninckx signa trois volumes, parmi d’autres pointures du roman policier français : Jean-Bernard Pouy, Patrick Raynal, Gérard Delteil, bref les cadors du nouveau polar des années quatre-vingt-dix/deux mille…
 
Les potes de Didier lui emboîtent le pas, on lance une pétition, on réunit le beau monde : Maud Tabachnik, Chantal Montellier, Romain Slocombe, Claude Mesplède…
 
Que dire de tout cela ? Eh ben qu’ils en font un peu trop. Je comprends leur surprise, leur désarroi, mais la méthode devient gonflante : on croyait en avoir fini avec les mini-procès staliniens !
 
OK, Brigneau n’est pas un personnage très reluisant, et en tant que plumitif de sensibilité de gauche, je ne vais pas me précipiter pour acheter l’opus. Mais j’ai tort, car un écrivain doit être jugé sur ses textes, rien que ses textes. Si effectivement le roman fait dans le racisme ou l’antisémitisme, pas de problème, il y a suffisamment de lois pour cela, on en crée tous les jours en France pour museler la liberté d’expression.
 
Mais si l’éditeur décide de le publier, cela ne doit pas être le cas. Si c’est une merde fumante, qu’on l’attaque là-dessus, le style, l’intrigue, l’amateurisme, que sais-je… pas sur son parcours, ses activités politiques légales, même si cela nous déplaît ou nous répugne.
 
Comment un écrivain comme Daeninckx, aussi important, aussi doué (j’avoue, j’ai assez pratiqué son œuvre autrefois) peut-il encore et toujours relancer de telles constructions médiatiques, de telles condamnations morales, et exercer un tel chantage sur un éditeur ? Et il ne s’agit pas de son coup d’essai, Quadruppani, ainsi que Maurice Rajsfus en savent quelque chose, qui depuis des années subissent de sa part une vendetta incompréhensible pour le commun des mortels…
 
La démocratie, ce n’est pas écraser, à dix contre un, un auteur que vous ne pouvez pas sentir, c’est dialoguer, discuter, échanger, même en s’engueulant, même en se détestant. La littérature n’est pas un combat politique ou idéologique, c’est un art martial que l’on pratique contre soi et le monde, pas contre ses confrères, aussi nazes soient-ils !
 
Les vrais ennemis de la littérature (et il y en a plus qu’on ne le croit), se frottent les mains de tels duels absurdes, et, in fine, réconcilieront tout le monde avec leur censure au bulldozer : suffit de voir déjà les pressions qui s’exercent, les livres qui ne paraissent pas ou vont directement au pilon.
 
Dans les années soixante, on pouvait encore trouver Brasillach en Livre de Poche, et tout le monde trouvait cela normal. Comment voulez-vous réfuter un auteur dont on ne trouve plus les livres ?
 
Et demain, faudra-t-il brûler Céline, Drieu, l’histoire de la musique de Rebatet, bref tout un pan de l’histoire de la littérature française au nom de l’antifascisme, d’un moralisme qui devient fou, incontrôlable ? Puis les écrivains d’extrême-gauche, de droite, les centristes, les apolitiques, les excentriques, tous ceux qui, à un moment ou à un autre, ont doublé leur parcours littéraire d’un engagement politique ?
 
Il faut cesser de croire qu’un écrivain est plus dangereux qu’un assassin légal, qu’un tortionnaire, il faut cesser de s’inventer des sorcières à pourchasser. Car le vrai Combat n’est pas là.
 
Nos ennemis le savent, et s’en réjouissent déjà…

Alain Jamot



Toutes les réactions (4)

1. 23/02/2010 16:15 - Gi Joe

Gi JoeDIDIER DÉNONCE.

le petit flicard trotskyste s'en prend à ses ex-copains maos, on reste entre amis, et entre ordures communistes.
Et entre très mauvais écrivains.

Quadruppani ! Maud Tabachnik ! Pourquoi pas Fred Vargas, pendant qu'on y est ?

2. 24/02/2010 16:22 - flocon

floconBon écrivain à une époque, cela dit. Idées politiques digne de Oui-Oui en revanche. Dantec les éclate tous, en tout cas en France.

3. 24/02/2010 19:30 - Gérard Delteil

Gérard DelteilDaeninckx n'a même pas compris qu'en agissant ainsi, il se fait le meilleur agent publicitaire de Brigneau. Un mini scandale littéraire pour la réédition de son bouquin : Brigneau en a rêvé, Daeninckx l'a fait.

Sinon, Daeninckx et ceux qui le suivent sont libres de s'attaquer à Brigneau-Baleine et pas à ADG(proche de Brigneau) -Gallimard, un adversaire plus dangereux ! mais, dans sa lettre ouverte, Daeninckx profite de l'occase pour s'en prendre à nouveau à Quadruppani, qui n'a pas le moindre lien avec Brigneau !

Ce remake des bagarres vieilles de quinze ans qui permirent à Daeninckx de prendre la pose de chevalier blanc est donc non seulement ridicule mais très déplaisant.

Gérard Delteil

4. 25/03/2010 23:35 - InterfaceMachine

InterfaceMachineVoilà à quoi mène le ménage sordide et adultérin que vivent depuis trop longtemps médias et littérature, auteurs et télé, presse "pipeau"le et écri(ts)vains.
Dantec l'a bien compris que les médias ne devraient exister qu'en tant qu'outil, pour la transmission d'un message, et non pas pour se surexposer le nombril en pensant vendre un peu plus.
Parce que quiconque voit une velléité de prise de position morale réelle et d'engagement honnête dans toutes ces chasses aux sorcières médiatisées à outrance se fourre la plume dans l'oeil jusqu'à s'en chatouiller les sphincters avec... Nous ne sommes que dans la quête outrancière de la pub gratuite, dans la recherche de l'exhibition sous couvert d'être un héros de la "bonne" pensée.

Bref, gerbant. Je vais me relire un bon vieux Céline... Et m'achever au Cioran !

Ring 2012
Alain Jamot par Alain Jamot

Chroniqueur littéraire

Dernière réaction

DIDIER DÉNONCE. le petit flicard trotskyste s'en prend à ses ex-copains maos, on reste entre amis, et entre ordures communistes. Et entre très mauvais écrivains. Quadruppani ! Maud...

Gi Joe23/02/2010 16:15 Gi Joe
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique