Sur le RING

Côte d'Ivoire : l'inévitable retour des machettes

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Laurent Obertone - le 06/12/2010 - 10 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Non, vraiment, la Côte d'Ivoire n'est pas faite pour ça. Un pays, deux présidents. Après des élections extrêmement douteuses (l'ONU a dit qu'elles s'étaient "globalement bien déroulées"), où chacun a bourré ses urnes, empêché les partisans adverses de voter, truqué les listes électorales, fait pression sur les commissions, menacé les institutions, la scission tant redoutée a finalement eu lieu.




Le sortant Gbagbo est appuyé par le pays légal (le Conseil institutionnel), Le challenger Ouattara est soutenu par la communauté internationale, dont la légalité reste à démontrer. Les deux présidents rêvent de s'entretuer, ils devront sans doute se contenter de le faire à distance pendant quelques jours, avant de passer aux choses sérieuses. À voir l'ardeur agressive des militants, la fatigue nerveuse des partisans, il est probable que tout ça finisse très mal. Malgré cette situation dramatique, le PS parvient à nous faire rire. Le PS est décidément un formidable facteur de croissance de l'IBB. Jack Lang appelle son pote Gbagbo à quitter gentiment le pouvoir. On se demande pourquoi il ne l'invite pas carrément en vacances chez nous, comme au bon vieux temps. Il y a fort à parier que la CGT lui offrirait une casquette.



Henri Emmanuelli a de son côté pris parti pour son ami Gbagbo. Ce dernier est d'ailleurs également l'ami de… Mélenchon. Entre insulteurs de journalistes, cette connivence n'est guère surprenante. Le Figaro explique même que Besson et Mélenchon étaient passés à deux doigts de se mettre sur la gueule au sujet de Gbagbo. Dictateur pour l'un, brave gars pour l'autre. En gros, même s'il est indélicat de comparer le PS à quelque chose qui pourrait décoller, l'aile gauche du parti aime bien Gbagbo, au contraire de l'aile droite.

"Les Ivoiriens ont voté et c’est un immense progrès". Voilà ce qu'a dit Martine Aubry. Ça résume assez bien la situation et la vision du monde que peuvent avoir les dirigeants du PS. Les grands humanistes de ce siècle n'ont décidément rien appris sur les grands humanistes du siècle dernier.

Derrière les Ferry, les Blum, les Hugo, les Jaurès, la colonisation s'est réalisée sur de tels principes : il faut leur apporter nos lumières occidentales, notre démocratie, notre civilisation, nos droits de l'homme. Outre les interrogations morales (de quel droit l'a-t-on fait ? Est-ce pertinent de bouleverser leur système - si rudimentaire soit-il-), on peut se demander si les peuples d'Afrique peuvent (et donc doivent) ou non s'adapter à nos modèles. La démocratie est-elle culturellement compatible avec l'Afrique ? Combien d'échecs sanglants ces désirs d'avenir occidental appellent-ils ? Apparemment, ça ne pose guère de problèmes à la communauté internationale : en dépit des morts et de l'instabilité (euphémisme) de tous les régimes démocrates imposés en Afrique, on n'arrête pas les frais pour autant.

Si le monde a bien changé depuis un siècle, le socialisme n'a pas évolué d'un iota. Il leur faut notre argent, notre nourriture, notre médecine, notre démocratie, nos droits de l'homme, nos principes, notre progressisme… Et la spécificité des peuples ? Et leur droit à disposer d'eux-mêmes ? Si l'on cherche encore des paternalistes à l'ancienne, ou plutôt des maternalistes du care participatif juste sympa vivre-ensemble, il faut regarder du côté du PS. L'idée universelle de Bien leur est toujours aussi chère. On ne croit plus depuis longtemps que la Terre est le centre de l'univers, le PS croit manifestement toujours être le centre de la morale.

Comme toujours, l'ONU et la communauté internationale vont menacer la Côte d'Ivoire de "mesures". Autant pisser dans un tam-tam. Quand les machettes seront incontournables, ce sont les militaires français qui seront chargés de stabiliser le bourbier. Ne serait-il pas plus urgent de laisser les Africains se construire eux-mêmes, selon leur culture ? Ils ont reconstruit notre pays, ils arriveront bien à reconstruire le leur. Croire le contraire pourrait conduire leurs descendants à nous taxer de racistes. À quoi joue au juste l'ONU ? L'objectif de sa présence est-il de justifier indéfiniment les ratés de la démocratie africaine ?

Au lendemain des inévitables massacres d'observateurs extérieurs, de journalistes, de casques bleus, puis de civils et enfin de militaires français, l'ONU sera accusé, une fois de plus, comme ils sont accusés (et déjà lynchés !) en Haïti d'avoir "porté le choléra". Dans tous les cas, les choses vont dégénérer. Sans doute en partie parce qu'on ne peut pas faire rentrer des ronds dans des carrés, entendez la démocratie dans l'Afrique, et qu'on refuse de le reconnaitre. Ce ne sont pas les Africains qui ont le plus de mal à l'assimiler, ce sont bel et bien nos représentants. C'est un constat, les principes progressistes sont plus importants que le sort des Africains. Alea jacta est. L'ultime principe de ces derniers, qui a la forme aiguisée d'une machette, va se rappeler une fois encore à la face du monde.

Laurent Obertone



Toutes les réactions (10)

1. 06/12/2010 09:55 - Laurent Obertone

Laurent ObertoneJe sais que c'est malpoli, mais je me commente : ce matin sur RTL, un Français résident en Côte d'Ivoire explique que les journaux partisans de Gbagbo parlent d'un "coup d'état français manqué". Le résident (qui vit dans un sas blindé) commente les choses ainsi : "C'est bien pratique, comme ça, ils ne sont jamais responsables de la situation".

L'ONu ressemble réellement à un prétexte extérieur offert au pays en cas d'échec.

2. 06/12/2010 11:46 - Catoneo

CatoneoLes pitreries démocratiques du continent africain (mais il y en a ailleurs, même en France où le mode de srutin est retravaillé pour améliorer les résultats des urnes) ne posent aucune question aux tiersmondains de tout bord. Les principes priment, les morts dès qu'ils sont nombreux ne sont que des statistiques. De l'Afrique du nord à l'Afrique du sud, aucun pays n'est une démocratie normale. La solution la plus honnête serait bien d'effacer les frontières coloniales et de transformer les assemblées mal élues en constituantes avec toute liberté de choisir dans chaque réion ethnique un régime qui parle aux gens. Il est des rois noirs traditionnels qui bougent en politique car ils font la même analyse de gâchis que nous. On trouve aussi des villes avec une forte identité qui déplorent le drainage de richesse par la gestion de grands espaces stériles, empêchant que se fixe un "kyste" de développement rapide en un point.
Mais vaincre la doxa démocratique est impossible, car jusqu'à l'entrée des émergents au FMI, les démocraties du nord tiendront les cordons de la bourse (Banque Mondiale, etc...)

3. 06/12/2010 12:30 - jean

jeanRefaire les frontières ? Alors que le sentiment d'être béninois, togolais, ivoirien, etc, existe bel et bien. Ca serait un deuxième suicide, car les jeunes ont baigné dans ces découpages.
"La démocratie est-elle culturellement compatible avec l'Afrique ?" Et le Ghana, Bénin, etc ? C'est stable là-bas et il y a des changements de président.
D'ailleurs, il y a eu peu de bourrage d'urne sur le vote en CI, autrement Gbagbo ne serait pas à 51% en enlevant les voix du nord.

4. 06/12/2010 13:23 - Catoneo

CatoneoLes deux exemples vont dans le bon sens.
Le tissu politique du Ghana est la chefferie ashanti dont la pointe de pyramide est l’Asantehene. La république actuelle est l'héritière du vieil empire du Ghana. Ce n'est pas un découpage artificiel et le pays a des traditions économiques fortes.
Le Bénin est un peu l'intellectuel de l'étape - on y félicite l'adversaire heureux - et l'héritier du royaume de Dahomey. Si la vie démocratique est réelle après les épisodes tumultueux post-indépendance, elle ne garantit pas la survie économique d'un pays soutenu par le port de Cotonou mais plombé par un secteur immergé qui fait tout, et une administration pléthorique donc fiscalement insupportable.
Le bon déroulement des élections ne résoud pas tous les problèmes. Par ailleurs, pourquoi toucherait-on les frontières de pays qui en sont contents. Evitons l'esprit de système dans l'analyse, faisons du cas par cas.
L'ivoirité ne semble pas porter des fruits comestibles.

5. 06/12/2010 18:38 - Simon

SimonMon épouse se trouve pour l'instant coincé à Abidjan, empêchée de sortir le soir par le couvre-feu. L'ambiance à Cocody est relativement sereine, à rebours des quartiers d'Abobo ou de Yopougon.. Les téléphones passent, internet aussi... Gbagbo sait pertinnement que le pouvoir réside dans les chaines de télé. On notera cependant quelques absences curieuses d'abidjan.net - dont il faut reconnaitre l'impartialité totale- de la toile la semaine dernière.


Catoneo : je ne suis pas certain que le Ghana actuel ait quelques rapport avec l'Empire que vous mentionnez, sans même évoquer le facteur géographique. Pour y'avoir séjourné, ainsi qu'en Côte d'Ivoire, on retrouve avec un contraste saisissant dans l'un le calme britannique et dans l'autre l'excitation, cette fanfaronnade toute française. L'on retrouve un certain calme dès que l'on s'éloigne d'Abidjan et je dois avouer avoir passer de magnifique moments à Grand Bassam.

6. 06/12/2010 22:31 - Alciator

AlciatorJ'avais lu, d'un premier regard égaré: "retour de manchettes". De quoi donner des boutons à Ouattara.

7. 09/12/2010 19:40 - effer lecebe

effer lecebeet les nations Unis dans tout ça .....

http://efferlecebe.canalblog.com/

8. 11/12/2010 05:37 - Melissa

Melissa"Le pire ennemi de l'Afrique, ce sont les africains", Alpha Blondy.

L'occident a façonné ces pays à coup de crayons technocratiques, et leur a imposé la démocratie.

Alors que pour les peuples africains, la seule réalité compréhensible, c'est l'ethnie.

Dans une alternance périodique plus ou moins régulière, les ethnies se succèdent au pouvoir et oppriment les autres ethnies. C'est la seule réalité en Afrique. A cette réalité ethnique se juxtapose, depuis quelques décennies celle des religions, et ce depuis la formidable poussée de l'islam qui engendre terrorisme et fanatisme.

La décolonisation a laissé ce désert politique, proie des tyrans africains qui s'enrichissent désormais du pillage de commerçants libanais et de chinois sans scrupules.

L'Afrique, guérie de ses épidémies par les occidentaux, est désormais face à une démographie galopante stupide qui multipli les miséreux.

9. 13/12/2010 01:18 - ti

tiC'est complètement n'importe quoi de dire qu'il y a une poussée de l'islam et du terrorisme en RCI.
Comme d'ailleurs de généraliser sur l'Afrique. Comme si, en Europe, on pouvait comparer la Roumanie et l'Espagne.
D'ailleurs, le titre de cet article tend à ce style de commentaires foireux. Evoquer les machettes pour suggérer le Rwanda au lecteur, c'est confondre deux pays et problèmes très différents.

10. 12/04/2011 17:48 - Greg môk

Greg môkAh ? !

Gbagbo se réclame du Socialisme, comme Kadhafi.

Des seigneurs ces hommes !

Ring 2012
Dernière réaction

Je sais que c'est malpoli, mais je me commente : ce matin sur RTL, un Français résident en Côte d'Ivoire explique que les journaux partisans de Gbagbo parlent d'un "coup d'état français...

Laurent Obertone06/12/2010 09:55 Laurent Obertone
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique