Sur le RING

Cloverfield - Hollywood à l'heure de youtube

SURLERING.COM - CULTURISME - par Rodolphe Bacquet - le 24/01/2008 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Le film « Cloverfield », actuellement en tête du box-office américain sera sur les écrans hexagonaux le 6 février. Le film suit un groupe de jeunes gens qui tentent de fuir un monstre ravageant New-York. L'esthétique du film, tourné « caméra à l'épaule », a même créé la polémique dans la presse d'outre-atlantique : le film donnerait la nausée. Selon le Times, les cinémas « AMC » ont installé des mises en garde à l'entrée des salles de projection pour informer les spectateurs des effets secondaires du film… Disséquons le buzz...

 

Par l'effet de ce qu'il est désormais convenu d'appeler un buzz sur le net, ce film improbable qu'est Cloverfield s'est transformé en juteuse machine à dollars, malgré un principe moitié idiot, moitié roublard (et qui de ce fait avait de fortes chances de marcher) : un film de monstre tourné comme un film de potes. Ma vraie vie à Rouen de Ducastel et Martineau, accouplé au Godzilla version Emmerich. Le rejeton est un vrai bâtard, assez malin, mais malgré tout fort convenu. Un succès cependant déjà confirmé aux Etats-Unis où il casse la baraque, et probablement ensuite en France, où le truc sort le 6 février.

Inutile de se leurrer : tout le mérite du succès de ce film revient à son producteur, JJ Abrams, inventeur rusé de formes télévisuelles ayant le chic pour s'attirer la fidélité en forme de culte inconditionnel à des séries comme Alias ou Lost, qu'il a créées, et dont il a exploité les formules jusqu'à la lie. Abrams sait donner une forme accrocheuse et tendue à un contenu conventionnel à souhait : réalisateur pour le grand écran de Mission :Impossible 3 et d'une nouvelle version de Star Trek, il a prouvé qu'il savait user des vases communicants entre téloche et cinoche et d'un vrai don du jeu avec les codes, de manière à rendre évènementiel une franchise empoussiérée. Sur Cloverfield, Abrams n'est que producteur, mais son intuition de communiquant génial (la bonne idée au bon moment, tout simplement) est sans aucun doute le paramètre qui a fait la différence : balancer, au milieu du fourmillement de vidéos home made youtubiennes et dailymotionnesques, quelques images de même facture, mais à l'issue inattendue. Une fête banale de potes banals à grands renforts de jolies dindes et de bières réglementaires, filmée en DV comme un pied, et qui se solde par une détonation rappelant les plus belles heures du 11 septembre, avant que la caméra ne sorte sur la terrasse et ne montre, effectivement, un truculent feu d'artifices en plein New York - et, surtout, un bruit sourd, indéterminé, qui intrigue le chaland. Mais que peut-ce être ?
 
L'hameçon a rameuté quantités de poissons qui se sont empressés de créer des blogs relatifs à cette mystérieuse vidéo, symptômes d'une fascination totale de la part du youtube-spectateur. Jusqu'ici, sans aucun doute la promotion la moins coûteuse et la plus efficace de l'histoire du cinéma : Abrams a exploité à bon escient, de façon inattendue et originale, le média privilégié du public auquel précisément il s'adressait. Partant, il a distillé, en as du teasing, informations et images, alimentant le côté mystérieux de l'affaire pour des internautes qui se pissaient dessus d'excitation.

Un petit chef d'½uvre promotionnel mais pour, on s'en doute, son négatif artistique. Le film est signé Matt Reeves, scénariste de Piège à grande vitesse ou de la série télé Felicity. Un habitué du rase-mottes cinématographique, et qui ici ne faillit pas à sa réputation. Tout l'intérêt du film réside, on s'en doute, dans sa forme, ce qui en ferait presque un film conceptuel, n'eût été cette obstination à faire du pathos. Le spectateur assiste donc, sans coupure (arf), à exactement une heure et demie de bande vidéo (la durée maximale d'une cassette DV) retrouvée sur les lieux de l'événement dit « cloverfield », archivée par le ministère de la défense américain, et censée témoigner de la catastrophe. A partir de là, le film est une application systématique, fatigante d'avance, des possibilités du procédé d'une part, et des tartes à la crème du film de monstre de l'autre. Il y a, là-dedans, une histoire d'amour, que des flashes-back ménagés par la justification de l'ancienneté de la bande, viennent illustrer ; des personnages infiniment fades, interprétés par des acteurs sans charisme, et qu'enfoncent par-dessus le marché des dialogues qui feraient rougir de honte Ed Wood. On passera sur le ridicule absolu du monstre lui-même, l'artificialité à couper le souffle des scènes censément tragiques et la prévisibilité totale du scénario. On pourra, en revanche, s'amuser à relever toutes les ½uvres plagiées, de La Guerre des Mondes à Starship Troopers en passant par Alien et Blair With Project. Pourtant, il eût suffi d'un élément, un seul, pour sauver le tout : le second degré. Alors, le film aurait pu avoir quelque chose de jouissif, et non pas de désolant et ennuyeux. Le pire défaut de ce film est de se prendre autant au sérieux (malgré un bon mot final, mais facile) et d'entendre faire s'attacher le spectateur à Ken et Barbie, les héros du film. Cloverfield est un film de série B dont la forme, singulière, cache à peine l'avalanche de clichés qu'il vomit en un temps record. On y préfèrera, sans nul doute, le film du Coréen Bong Joon-ho The Host, qui avait su jongler entre un respect et un détournement des codes du genre, et l'ambition d'un spectacle total et débridé.

Cloverfield est pourtant un film-phénomène à plus d'un titre, pour ce qu'il témoigne d'une adéquation parfaite entre le moment de son apparition et l'ampleur de son succès ; il est le symptôme du rapport contemporain d'une génération entière à l'image, à son image, aussi net et sans ambiguïté qu'un bouton d'acné est le symptôme de la puberté chez un adolescent. Pour son contenu, aussi bien que sa forme. D'un côté, le film constitue un excellent documentaire sur les réflexes du citoyen occidental lambda au début du XXIème siècle. Machin fait une soirée pour son départ ? On va le filmer. La tête de la statue de la liberté tombe dans la rue ? On le shoote. Finalement, tous les évènements ont la même importance : ils sont une occasion de faire des images, ils encouragent une pulsion, explicitement déclarée par le personnage cadreur de film, d'enregistrer. Ce n'est pas tant ce qu'on filme, qui est important, que le fait de le filmer - et surtout de le filmer soi. Parce qu'il s'empare d'un format qui est celui dont use n'importe quel internaute, et qu'il met en scène de jeunes New-Yorkais suffisamment bi-dimensionnels pour que n'importe quel jeune bipède chaussé de converse s'y retrouve, ce canular est l'espace privilégié dans lequel l'usager crétin de dailymotion peut se projeter en tant que héros dans un fantasme de destruction complète de son univers urbain. Un film dont vous êtes le héros, en somme, aux possibilités infinies (nul doute qu'une suite ou, plutôt, un film parallèle à celui-ci verra le jour, tant la formule est déclinable à l'infini), et dont je vais m'arrêter de parler, sous peine de céder à l'auto-satisfaisante masturbation intellectuelle de ma condition d'homme moderne, que le film encourage.

Rodolphe Bacquet



Soyez le premier à réagir

Ring 2012 Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique