Sur le RING

C’est pas ce que vous croyez…

SURLERING.COM - CULTURISME - par Sandro Ferretti - le 14/03/2013 - 2 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

A la mémoire d’Alain Bashung, parti il y a quatre ans aujourd’hui dans le désert de Gaby. Par Sandro Ferretti

 

C’est pas ce que vous croyez…

Trop de Brandy dans mon Vichy, je marchais sur le ponton à une heure avancée de la nuit et sans doute de ma vie. C’est là que j’ai vu la petite qui se noyait et appelait vaguement au secours, d’une voix déjà plus là. Et j’y suis allé. Sans réfléchir, comme on va aux putes, malgré le froid et la raison qui te disent de rester peinard à attendre ton cancer du poumon, comme tout le monde.
J’ai plongé dans l’océan liquide, qui était glacé comme un café liégeois à la terrasse de mes vingt ans, et j’ai ramené la fille en chemise de nuit (quand elles sont jeunes, les filles qui se noient sont toujours en chemise de nuit relevée jusqu’au nombril : un jour, faudra quand même comprendre pourquoi, camarade). Mais une fois la miss jetée sur le ponton, plus de jus pour moi : le palpitant en zone rouge, les artères bouchées comme le périphérique à 19H00 et qui ne voulaient plus laisser passer le jus salvateur. J’étais vaguement béat, guetté par une narcose de bon aloi, une hypoxie baladeuse, une envie monstre de glisser à la baille pour de bon, d’envoyer tout le truc balader. Oui, veaux, vaches, cochons, perdrix, le système et ceux qui pompent pour le faire marcher. Et c’est ce que j’ai fait.

Bon, autant le dire tout de suite : à part deux ou trois spasmes quand on se remplit les poumons, ce n’est pas la mer à boire. C’est même la première fois depuis longtemps que je buvais de l’eau, si vous voyez ce que je veux dire. J’ai coulé à pic, bien droit, comme un fil à plomb ou un cierge de Pâques.
Ouais, faut démystifier toute cette histoire de grand bleu et de héros de l’Estaque ou des Goudes, de dépassement de soi façon Mayol et Escartefigue. Tu parles, Charles : on plonge juste parce qu’on laisse glisser et que c’est pentu, voilà tout. Que pour une fois, il n’y a rien à faire, et qu’on sent confusément qu’on en a fini avec Cécile Duflot, les limitations de vitesse, Delanoë et sa clique, les femmes infidèles et les chiens qui aboient la nuit. Et que c’est bon, voilà tout.

Non, pas de mérite.
Peu à peu, comme on voit le fond du carafon, le lavabo de ma tête s’est vidé. Je pensais au ralenti, comme un diesel de vieux bateau : tchouc, tchouc…La mort, naturellement, j’ai bien vu sa gueule de raie, mais je l’ai doublé par la droite, en lui faisant l’intérieur au moment où elle réglait son autoradio.  J’ai vu aussi des murènes, mais j’ai pas eu le temps de leur faire la cour, et puis des poissons clowns. A terre, on a les mêmes, mais ceux-là sont plus jolis. J’ai plongé dans des eaux vertes de nécropoles salées, avec des colonnades majestueuses de satin bleu, qui menaient à un temple englouti où une allée d’épagneuls faisait cortège à des filles vertes sanglées dans des maillots de satin blanc.
Leurs croupes tendues nettoyaient par petits cercles concentriques le pare-brise de ma vieille Ford Taunus qui filait un bon quinze nœuds dans l’irréel liquide, avec un gyrophare bleu lagon. J’allais mettre les essuie-glaces quand la radio a émis un truc en morse qui disait « j’fais mes pompes sur les restes d’un vieux cargo, j’ai le contrat de confiance, l’encéphalo qu’y faut, j’ai du bol, j’en vois un qui rigole… ».

Et c’est là que je suis tombé dessus, en train de faire son footing parmi les algues et les coraux. Il avait beau être parti il n’y a pas si longtemps, j’ai failli ne pas le reconnaitre, avec son grand manteau noir, son chapeau et son harmonica dans lequel il sanglotait longuement. Il m’a dit que d’habitude, il passe l’hiver dans le désert de Gaby, où c’est pas trop mal, hormis les crotales qui n’arrêtent pas avec leur crécelle.
Mais là, comme il savait que j’allais passer et que je suis un mec de parole, il avait un message. Rapport à Mauricette. Oui, que c’était pas ce que je croyais, pour Mauricette.
 Avec le recul, et sur les conseils de Joséphine qui avait enfin osé lui en parler, il estimait à présent avoir été dur avec Mauricette. Tout ça, c’était parti d’une connerie entre potes, cette histoire de Max Amphibie, un Gaby, quoi.
Que certes il avait chanté bien fort au monde entier que Gaby était bien plus belle que Mauricette, mais qu’avec le recul et le caractère dérisoire des choses, il s’en voulait à présent de l’avoir blessée. Que c’étaient des conneries qu’on sort quand on est jeune, quand on bande dur et qu’on croit que ça va durer comme les allumettes et les pompiers, qu’on aura toujours un cochonnet pour jouer aux boules.
Bref, « c’est pas ce que tu crois », qu’il m’a dit.
Ouais, que j’ai répondu.
Il m’a pris par l’épaule, et m’a demandé de voir ce que je pouvais faire rapport à Mauricette, au cas où je la recroiserais, ici ou ailleurs.
J’ai dit oui, pour faire mon intéressant. C’est ça mon problème : je dis trop souvent oui aux amis.

Et puis il a filé, sur la pointe des bottes, en deux coups de nageoires à assommer Laure Manaudou.

Plus loin, je suis tombé sur Nungesser. Qui m’a dit d’emblée que son histoire « c’est pas ce que vous croyez ». Qu’il était parti livrer en express un colis, avec Coli. Que c’était pas encore Federal Express, son truc. Mais même Federal Express, il leur arrive d’aller à la baille en 737, tiens, tu peux demander à Tom Hanks.
Non, pas de panne d’essence ou d’œil du cyclone, comme l’a raconté la radio : c’était juste un moucheron (une femelle moucheronne, les pires), qui lui a tapé dans l’œil, malgré les lunettes qu’il avait relevé pour faire son malin.
Et voilà. Parti direct à la baille, sans toucher 20 000 francs, à cause d’un moustique.
Bref, c’est pas ce que vous croyez.

Plus loin, la cata : je tombe sur un marrant. Tabarly, il s’appelait. Il persistait à dire qu’il y avait du gros temps, mais qu’il n’avait même pas peur. Que ce ne sont pas quelques paquets  de mer qui l’ont mis aux poissons, non. Que c’est juste qu’il ne voulait pas être imposé à 75% sur la voilure. Que c’est pas ce qu’on croyait.

Vingt miles plus loin, rebelote : je me prends les pieds dans le gréement d’Alain Colas. D’un clin d’œil, il me fait signe d’approcher : il me glisse que pour son affaire, faudrait chercher vers les sous-marins en vadrouille hyper-secrète ce jour-là, rapport à la guerre froide qui depuis s’est un peu réchauffée, mais chut.
Un clin d’œil, un verre de rhum, on s’était compris : c’est pas ce que je croyais, c’est tout.

Comme j’allais partir, il m’a rappelé pour me confier un truc à l’oreille : il n’était pas du genre à aller voir les flics pour si peu, mais quand même, il avait noté des trucs bizarres, ces dernières marées. Un cargo sans feux qui filait à donf en faisant des bras d’honneur à tout va : le Dupond de Ligonès, il s’appelait.
Et puis un autre voilier, qu’il n’aimait pas voir trainer par-là, barré par un certain Godard, qui se disait toubib. N’empêche, les vieux marins disent qu’il y a toujours dans son sillage les âmes d’une femme et de gamins qui trainent autour, en colère. Et ça, c’est pas bon. Il a ajouté : « j’dis ça, j’dis rien. Vu ?».
Ouais, je voyais. Enfin, à peu près.

Au bout d’un moment sans croiser personne, je vois un type soigné en redingote qui puait le fuel :
Rudolf Diesel. Il disait calmement à qui voulait l’entendre que ce n’était pas un complot de la CIA ou des Charbonnages de France qui l’avait mis à l’eau cette nuit de pleine lune, ce 30 septembre 1913 sur le Dresden.
Non. La vérité c’est qu’il a bien vu, après trois whisky et un éclair de lucidité, que le Diesel allait en 2013 constituer 70% du parc automobile sous la Hollandie, et que les particules fines allaient nous envoyer des tourteaux nous brouter le poumon plus sûrement que le Prince Gitanes et le Conte de Marlboro réunis. Et ça, il n’a pas pu le supporter.
Il s’est mis à la flotte, épicétou.
Bref, c’est pas ce que vous croyez.

Et c’est là que je suis remonté d’un coup à la surface tel une torpille, raide comme un cierge. Les gyrophares bleus lagon flashaient autour du ponton, j’ai vu des pompiers, des ambulanciers, et aussitôt après, j’ai rendu tripes, boyaux, Brouilly, Whisky.
Ils s’affairaient autour de la fille en chemise de nuit qui avait repris des couleurs.
« La voix du Nord » était là, et voulait faire une interview du héros, car j’avais sauvé cette pauvrette de Mauricette d’une mort horrible. Parce que oui, elle s’appelait Mauricette.
J’ai juste susurré aux journaleux un : « c’est pas ce que vous croyez ».
Ils ont répliqué « et modeste, avec ça... bravo ! ».
J’ai rampé jusqu’à la fille, qui s’est approchée de mes lèvres mi-closes. C’est là que je lui ai dit, pour Gaby. Qu’en fait, il s’en voulait, et qu’il n’avait jamais voulu dire que Gaby était plus belle que Mauricette.
Elle a eu un petit sourire gêné, celui qu’on réserve aux fous, aux personnes âgées et aux trisomiques. Elle m’a murmuré qu’il fallait que je sois sage avec les hommes en blanc et que je les suive dans l’ambulance.
Après, je l’ai entendu dire aux Pompiers : « c’est qui, ce Bashung ? ». Et ces cons casqués, ils ont haussé les épaules.
Mais moi, j’ai pas rêvé. Je sais ce que je dis.

C’est pas ce que vous croyez, c’est tout.

Sandro Ferretti

(bouteille à la mer #photo de Sandro Ferretti)



Toutes les réactions (2)

1. 03/05/2013 09:49 - Matilian

MatilianTiens, vous revoilà!

2. 26/06/2013 21:33 - Sandro Ferretti

Sandro FerrettiMerci de votre fidélité obstinée dans le grand désert des tartares qu'est devenu ce site.

Ring 2012
Dernière réaction

Tiens, vous revoilà!

Matilian03/05/2013 09:49 Matilian
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique