Sur le RING

Bakassi : Pas touche à mon pétrole

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Charles-Antoine Menanteau - le 04/10/2004 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Presqu'île disputée depuis 1913 par le Cameroun et le Nigeria, Bakassi est en passe de devenir le prochain point névralgique de l'Afrique. La Cour Internationale de Justice (CIJ) a pourtant statué en faveur des Camerounais en octobre 2002. Décision théoriquement immuable et sans appel, le Nigeria était censé retirer ses troupes le 15 septembre 2004. Le transfert d'autorité n'a pas eu lieu, un feu jamais vraiment étouffé est de nouveau ravivé par les enjeux pétroliers.

À l'abordage

Un tel acharnement à vouloir conserver cette partie du territoire n'est pas le fruit du hasard : la surface de 1000km2, composée à plus de 90% de Nigérians, recèle un sous-sol riche en pétrole, des eaux halieutiques et des débouchés maritimes d'une importance capitale pour un commerce trans-atlantique.

Gérant un business énergétique tous azimuts et peu transparent dans ses procédés, le Nigeria est dans la ligne de mire des Etats-Unis. En effet, entre trafic d'Uranium vers l'Irak et comptes pétrolifères opaques, les activités nigérianes n'arrangent guère l'Oncle Sam dans sa course à l'or noir africain. Désireuse d'obtenir le soutien du Cameroun à l'ONU pour de plus amples prospections lucratives, l'administration Bush multiplie les pressions au sein du gouvernement de Yaoundé (capitale du Cameroun).

Après avoir financé les Talibans pour assurer le transport des ressources énergétiques d'Asie Centrale à travers l'Afghanistan sous l'impulsion de la compagnie pétrolière Unocal [1], les Etats-Unis sont enclins à récidiver leur combine en poussant les majors pétrolières de la région à se ruer vers ce nouvel eldorado. En effet, le pipe-line Tchad-Cameroun pourrait prendre une valeur inestimable dans l'échiquier énergétique de l'Afrique de l'Ouest : avec l'obtention de ces nouveaux gisements, les Etats-Unis pourraient diversifier leurs sources d'extraction et ainsi ne plus être à la merci des familles saoudiennes, dont les relations ambiguës avec les réseaux terroristes servent de modèle à une Realpolitik abjecte.

La tension artérielle de Paul Biya, président du Cameroun, doit être au plus haut : il doit, en effet, gérer ses prochaines élections, la pression française [2] et américaine dans la négociation menée avec le président nigérian Olusegun Obasanjo, et une presse nationale plus qu'enthousiasmée par l'acquisition de la péninsule.

Diplomatiquement Good

Jusqu'à présent, si l'ONU présentait à juste titre les négociations comme un modèle de résolution de conflit à l'amiable, c'est que les deux pays n'avaient pas vraiment le choix : face à une armée nigériane technologiquement bien plus évoluée, le Cameroun a préféré la solution diplomatique. Sachant d'autre part le soutien américain accordé à Biya, le Nigeria ne pouvait délibérément pas s'engager dans un conflit armé tous azimuts.

Seulement, la diplomatie n'empêche pas les feintes et encore moins l'art de la manipulation et de la tromperie, c'est son essence-même. Ainsi, les premières concessions nigérianes de 2003 prédisaient un avenir radieux autour du lac Tchad. C'était sans compter sur la volonté des militaires nigérians, véritables fossoyeurs de l'action du pays dans leur comportement apparemment docile : céder des pans de territoires au Cameroun vides de toutes ressources en pétrole.

Le Nigeria a tout à gagner en prolongeant aussi longtemps que possible les pourparlers devenus stériles par le manque évident de testostérone de la part des cohortes de diplomates fraîchement moulus de leur diplôme déjà poussiéreux : au prix auquel se vend actuellement le pétrole sur le marché mondial, (50 dollars le baril), les rentes de devises augmentent, la communauté se lasse du problème, s'embourbe dans des négociations infertiles jusqu'à l'obtention d'un conflit armé comparable à celui de 1994. [3]

Même si l'ombre de l'oncle Sam pèse sur un éventuel envenimement de la situation, la perspective d'une confrontation armée ne soucierait pas outre mesure les généraux nigérians, pressés de se réfugier derrière la critique d'un interventionnisme américain dont le refrain sera immédiatement repris par les catins de la presse bo-bo, se réfugiant derrière leur anti-américanisme primaire pour dénoncer un conflit qui les dépasse.

Largement engraissés par l'extraction de l'or noir, les militaires nigérians, véritables détenteurs du pouvoir d'Abuja, ne seraient que trop motivés par la perspective d'une guerre au nom de leurs intérêts privés. Ce qui contraste singulièrement avec les engagements d'Obasanjo, certifiant lors de sa dernière visite à Yaoundé la volonté de respecter les décisions prises par la CIJ.

Si comme l'énonçait Clemenceau, « la guerre est une chose trop grave pour la confier à des militaires », les généraux nigérians tagués de Pin's et de récompenses pour services violés à la patrie ont plutôt tendance à retenir le pétage de plomb du général Ripper (Sterling Hayden) [4] dans son envolée désormais également célèbre : « War is too important to be left to politicians .». [5]

Charles-Antoine Menanteau

Notes :
[1] : Plusieurs solutions se présentaient aux Etats-Unis dans l'acheminement du pétrole : la Russie par le nord, la Turquie à l'ouest, l'Iran au sud. Toutes ces solutions ont été abandonnées au profit d'un passage vers l'est, avec les dégâts que l'on connaît. Voir
http://www.surlering.com/article.php/id/4482
[2] : À l'heure où les Africains méprisent sans concession les différentes mascarades stratégiques françaises, entendez RealPolitik, notre chère patrie adorée s'efforce toujours de maintenir ses intérêts dans le souhait absolument vain de contrecarrer les ambitions américaines en Afrique.
[3] : Guerre frontalière entre les deux pays, l'armée nigériane avait installé ses troupes sur toute l'île, faisant barrage aux Camerounais. La CIJ avait déjà été convoquée à l'époque pour mettre fin à cette situation.
[4] : Doctor Strangelove, Stanley Kubrick.
[5] : « La guerre est une chose trop importante pour la confier aux hommes politiques. »

Cartes :
http://www.rfi.fr/images/057/bakassi220.jpg
http://www.countrywatch.com/images/CM_map.gif

Sources :
http://www.african-geopolitics.org/
http://allafrica.com/
http://www.afriquecentrale.info/fr/home.asp
http://www.jeuneafrique.com/
http://www.panapress.com/index.asp?code=eng&dte=26/05/2004
http://www.afrik.com/
http://www.cameroon-info.net/



Soyez le premier à réagir

Ring 2012 Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique