Sur le RING

Affaire Le Monde : bagatelles pour un massacre

SURLERING.COM - BIG BROTHERS - par Stépha Rouichi - le 02/06/2004 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

"Instrumentalisation de l'information, financements occultes, tractations ... "
Les "tontons flingueurs" de Colombani et de sa clique font régner la peur aux couloirs de l'Elysée, instaurent la loi de l'omerta et s'intronisent officiellement Evêques de la pensée bien pensante. " La face cachée du Monde " de Péan et de Cohen brisent la loi du silence en mettant en lumière les dessous compromettants du quotidien de renom. Aujourd'hui inculpés par treize chefs d'accusation, les journalistes persistent et signent. Révélations ou diffamation ?



Les inquisiteurs de l'info


En Février 2003, les journalistes Péan et Cohen publient " La face cachée du Monde ", pamphlet outrecuidant  qui saigne à blanc la sacro-sainte trinité Colombani, Plenel et Alain Minc de notre bible médiatique. Les journalistes ne se sont pas contentés d'énumérer les " bévues médiatiques " du quotidien mais aussi de révéler comment le contre pouvoir du Monde est devenu un quatrième pouvoir, instance décisionnelle suprême. Les extraits publiés font paraître crûment que les méandres rocambolesques du prétendu quotidien de référence sont tout sauf de la poudre aux yeux : collusions avec des responsables politiques de toutes couleurs, pratiques financières opaques, honoraires pharaoniques de la Direction...
Le Monde joue dans la cour des grands, doté des leviers sous-jacents qui lui permettent d'exécuter les prélats de la classe politique ou de les glorifier à sa guise. Il marche main dans la main avec le corps magistrat, via Eva Joly, Il a ses " H.C " (honorables correspondants) dit-on, à l'intérieur des pouvoirs qui l'intéressent.  Et s'il a le vent en poupe, rien ne peut arrêter cette machine qui devient machinerie lorsqu'elle a une cible de prédilection.

La transparence à tout prix

" Il est du rôle du journaliste de pousser à l'indiscrétion aussi loin que possible, en pensant tout de même aux limites dues à l'intérêt général, mais l'information du public courant n'a pas une telle valeur qu'on doive lui donner une priorité sur tout  ". Ce cher Edwy Plenel, directeur de la Rédaction du Monde, a jeté au feu ce vieux précepte d'Henri Beuve-Méry et a réinventé le concept du " journaliste d'investigation ", qui est d'aller jusqu'au bout de son enquête quelles qu'en soient les conséquences. Néophyte machiavélique qui se doit d'avoir les dents longues.  La fin justifie les moyens et on ne peut déroger à cette enseigne . A ce titre, tout bon journaliste se doit de mettre patte blanche dans la fiente politique.  Le " Rainbow Warrior, les financements occultes du RPR, l'innocence des Irlandais de Vincennes. Autant de scoops médiatiques qui sont venus couronner l'auréole de la sainte nitouche et accroître l'image de la " vraie démocratie " et de " la vraie liberté de presse ". Telle se veut l'image édifiante de la pucelle mondesque qui oublie de notifier que cette clairvoyance déontologique qu'elle affiche va de pair avec une étonnante capacité à dissimuler, manipuler l'information et incriminer les pontes qu'elle désire.

Refonte de l'échiquier politique


" Nous ferons de la France un cimetière plutôt que de ne pas la régénérer à notre manière " dixit Maximilien Robespierre. Le Monde a repris sous sa coupe cette doctrine révolutionnaire. Colombani, Plenel, Minc sont les nouveaux Danton de l'ère nouvelle. C'est le régime de la Terreur qui sied et la décapitation est de rigueur.. Edwy Plenel s'est acharné comme une hyène qui couine, a réclamé le sang de l'ancien président François Mitterand sans jamais y être réellement parvenu. A défaut de celle du Président, des têtes tombent : celles de Dominique Strauss Khan dans le financement de la MNEF, celle de Roland Dumas pour les frégates taiwanaises et aujourd'hui celle de Chirac, qui reste pourtant hors de prix... Sacrifices du politique !

Loin de l'idéologie initiale de Sainte Beuve Méry, l'étiquette affichée est celle des " scoops médiatiques " et de la presse à scandale. Le pouvoir de la presse est si fort aujourd'hui, et notamment celui du Monde, qu'il peut mettre en lumière une information erronée qui restera gravée dans les esprits comme un fait établi en dépit des démentis de rigueur.

Le faux scoop de Panama en 1991 qui prônait le financement du parti socialiste via le gouvernement  du dictateur  panaméen, le général Noriega fut un tollé. Le scoop sera démenti par le garde des Sceaux. Le Monde pratique le Faux et usage de faux sans jamais  démordre. Ses grosses bourdes médiatiques sont vite oubliées même si les préjudices moraux restent gravés au fer rouge. De quelle légitimité les détenteurs du quotidien peuvent-ils s'enorgueillir ? La ligne du Monde se veut irréprochable, texte sacré des dix commandements de la presse écrite. Pourtant, le bat blesse. Le Monde n'est pas seulement attaquable sur sa charte éditoriale mais également sur les circuits de financement souvent suspicieux et certainement plus ésotériques que l'on ne l'imaginerait.

Vous avez dit financements occultes ?


Comme tous les journaux payants, le Monde dépend principalement de deux sources de revenus: la contribution des lecteurs et l'apport de la publicité. "  Renoncer à la première, c'est préparer le terrain d'une uniformité mortelle pour l'information." dixit le Monde dans son éditorial. Pourtant, Colombani flanqué de ce cher Minc, Président du conseil de surveillance, ont vite compris qu'ils fallait faire appel à la générosité de gros donateurs telles que les multinationales, avares ni de leur soutien, ni de leurs euros. Système néo-libéral oblige ! Vive La Mondialisation heureuse, mais régulée, bien entendu...

A titre personnel M. Colombani n'hésite pas à se faire facturer de coquettes sommes pour l'opération de ses services à " la participation aux réunions, tables rondes, assistance et conseil en communication " qui s'élèvent à 1 million d'euros.

Pour que la machine roule avec son imprimerie luxurieuse, les dirigeants savent jouer de leur influence pour nouer les liens économiques les plus avantageux. Les contributions publiées dans les Suppléments du monde, qui se veulent une tribune libre, " un droit de réponse " souvent offerts aux dirigeants étrangers, ne sont pas facturées avec le dos de la cuillère. Il en coûte entre 20 000 et 50 000 euros les huit pages, modique somme pour un gouvernement, mais les dirigeants gratifient souvent Le Monde de 40 000 euros de publicités supplémentaires versées par les grandes entreprises du pays. Le droit de parole n'a pas de prix !

 Colombani n'hésite pas à faire alliance avec les gratuits et à remettre en question son propre positionnement. L'éditorial du Monde, daté du 19 février, posait une "question de principe : n'est-ce pas dévaloriser l'information que de la rendre gratuite ? " Cela n'empêcha pas Le Monde de proposer à 20 Minutes de l'imprimer sur ses propres rotatives puis d'entrer dans le capital de l'entreprise, exigeant 10% du capital et 875 000 euros en échange de sa caution morale.

La fin d'un règne

Le Monde, qui a assis sa prestance intellectuelle, médiatique, culturelle chez toutes les classes dirigeantes, se trouve aujourd'hui en porte à faux face au mur d'accusations de l'enquête des deux journalistes.  Colombani, Plenel et Minc n'ont pas apporté les preuves judiciaires qui contreraient les attaques virulentes qui leur sont assignées. Au contraire, le récit d'Alain Rollat,     l'ex bras droit de Colombani   ne fait que corroborer les attaques des deux journalistes. D'abord attaqués pour diffamation, les journalistes se sont vus sommés de payés 1 million de dommages et intérêts au Monde et l'insertion d'une notification qui démentirait la réalité des faits dans les prochaines ventes du livre.

Mais la roue semble avoir tourné de bord . A quelques mois du procès prévu à l'automne, Le Monde baisse son ben en acceptant une médiation entre les deux parties. Ainsi, tout comme Eva Joly au moment de perdre son procès - le 27 mai - contre les mêmes journalistes, Le Monde pourrait bientôt perdre le sien, criant maman, pleurant beaucoup, comme l'homme auquel le jour même il avait fait trancher le cou, gare au gori-i-i-i-lle !!

Stépha Rouichi

[1] Paroles écrites

[2] Ma part du monde, vingt-cinq ans de liberté d'expression, Alain Rollat, Editions Paris, 2003



Soyez le premier à réagir

Ring 2012 Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique