Sur le RING

A Roman Week-End in Cumbria

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Jérôme Di Costanzo - le 17/01/2008 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

A Roman Week-End in Cumbria :
une réflexion sur le conservatisme.


Cela aurait pu commencer comme une de ces autobiographies à compte d'auteur, une de ces petites destinées littéraires, insipides et inintéressantes qui pullulent en Grande-Bretagne. Ce dernier, prétendant à la succession, en futilité, d'Oscar Wilde, vous subirez à la lecture de l'ouvrage, un enchaînement stylistique d'inodores flatulences désespérément apocryphes. Et de surcroît, affublé d'une prolifération de détails plus ennuyeux qu'utiles, nous faisant penser à l'occasion, qu'un  Flaubert fut un écrivain distrait et léger.
Un petit objet que vous pouvez acquérir pour un peu moins de 15£ pour ne pas vexer votre hôte, qui a eu la délicatesse et la charité chrétienne de vous inviter à son cocktail de Première. Avoir sa vie résumée entre un champagne tiède et des sandwichs mous, quelle angoisse !

Eh, oui! Cela aurait pu commencer comme ce genre de littérature acidulée et égocentrique : « Il y a  quelque temps de cela, J'eus l'opportunité, à l'invitation de Douairière Angéla Strickland, que ses petits-enfants confondent dans leur candeur infantile avec la Reine, à séjourner le temps d'un Week End, en son Château de Sizergh, prononcé « Saïzere». » Etc.

Des Gens  de la Frontière

Plantée en plein milieu d'une toile de Ruskin, dans le « Lake district », un fond d'un vert exacerbé, violent, bordé d'un liseré blanc argenté, vous donnant l'impression d'un flou permanent. Un paysage qui inspira tant de pré-raphaelistes, c'est la Cumbria, au Nord de l'Angleterre.
Le corps central du bâtiment  ne laisse aucun doute, c'est à l'origine un fort, un bloc de pierre marquant le territoire, le « king-dom », le domaine du roi. Sizergh se tient là depuis le 14éme siècle gardant aux Septentrions la « Border» écossaise. C'est sa vocation de prévenir toute invasion ou raid des terribles clans  Ecossais des Lowlands comme les Johnston, Douglas, Armstrong ou autre Moffat. À cet effet au 16éme siècle, le seigneur de l'époque, Williams Strickland forma un régiment de 290 hommes d'armes.

La famille fait partie de la noblesse, la vraie, à ne pas confondre avec l'Aristocratie. La noblesse est un conglomérat, où chaque composante est  fondue l'une dans l'autre, et où l'une n'a de sens que dans la dynamique que lui donne l'autre. Il y a un « je ne sais quoi » du principe de la Sainte Trinité dans la noblesse, de la grâce d'un Evangile. Elle est, en fait, l'amalgame d'un lieu, d'une famille et d'une foi, cette dernière consacrant le tout et l'ensemble étant maintenu par un ciment indissoluble : la Loyauté à une Eglise, a un Roi, à une Terre. 
L'équation des Strickland, leur vocation est la suivante et est irrévocable : la « Border » est leur domaine, leur dynastie, partisans des Stuarts et enfin, leur seule église, la Catholique Romaine.

 Et cela est indissociable et spirituellement  pas négociable! Même le temps d'un Week End à la teinte pré-raphaeliste, vous comprenez maintenant pourquoi, il fut, (catholique) Romain en Cumbria.

De la première des Ruptures

Des «Catholiques anglais» ! et cela sans discontinuer depuis la Réforme. Je dois dire que la chose ne manque pas de panache et d'élégance, voire de courage. Malgré les persécutions, les intimidations, les relégations et les soupçons, ils sont  toujours attachés au dogme de notre Sainte Mère l'Eglise.

 Je suis toujours tenté par la comparaison de la rupture anglicane avec la Révolution française : on ferma des monastères, brûla des églises et l'on exécuta des prêtres qui avaient refusé d'abjurer leur Pontife. Sur ce plan, un Saint Thomas Moore  rejoindrait un Edmund Burke.
John Campion, le « sedicious Jesuite », et martyre anglais, n'avait-il pas clamé de sa geôle, avant son exécution, « en nous condamnant, vous condamnez vos propres ancêtres, vous condamnez tous les anciens évêques et rois, vous condamnez tout ce qui était autrefois la gloire de l'Angleterre ... ». Au nom de la « liberté de croyance » et après au nom de la «raison», on débarrassa, non sans une violente terreur, le peuple  de ses «superstitieuses» habitudes Romaines !

La politique de la «table rase» pour imposer une abstraction de la raison, il s'agit là, (me le  permettant en tant qu'essayiste, sans aucune prétention historique ou théologique), de la « Première Rupture », une illusoire foi dans les vertus de l'éradication en vue de matins meilleurs.
Sizergh fut à cette époque un sanctuaire catholique, avec ses prêtres inscrits comme peintres ou bien à l'image d'un Christ ressuscité comme jardiniers, avec ses chapelles discrètes installées dans des placards ou réduits, des « priest  hole » qui permettaient aux religieux de s'échapper, communion donnée.  Les Strickland accolent à leur histoire toutes les traditions et légendes de cette Angleterre « popish », une religion secrète à l'époque!

« Si notre religion fait des traîtres nous méritons d'être condamnés ; mais autrement nous sommes et avons été les véritables sujets que la Reine a toujours eu ».   Saint Edmund Campion

Fidélité et dévotion

Entrons maintenant dans le corps de la citadelle. Il aurait été bien venu d'y être accompagné par une sonate de Georg Muffatt, le compositeur allemand était issu justement, de cette diaspora catholique de la fin du 16me siècle et qui avait immigré sur le continent pour fuir les persécutions.

Je déambule, et luxe suprême, librement de chambre en chambre. Une cuisine élisabéthaine pouvant contenir un pub, avec un âtre assez large pour rôtir un b½uf entier. Au centre de l'édifice  dans ce qui fut le donjon primordial, « the Banquet Room » et, adjacente la chambre destinée au seigneur de la place. Voyage dans le temps, Art de la mémoire, ma visite tournait à une exhortation ésotérique. De chambre en chambre, la mémoire se recompose, une logique apparaît. Une logique que l'on avait perdue, celle de l'Avant-modernisme, celle de la Tradition.
Les Rois ! Leurs rois ! devrais-je dire. Leurs portraits en couvrent les murs. Charles I, et le II, James II, qui dut abdiquer pour s'être converti au catholicisme. Roi, roi en exil, et « par-delà les mers », que les Strickland suivront. Comme l'amiral Roger Strickland, héros de la bataille des 4 jours contre les Hollandais, qui suivit James II à St Germain où il y mourut. Cela valut à la famille d'être placée sur la liste des « traîtres jacobites » restés fidèles au roi déchu. Traîtres parce que fidèles à leurs convictions, loyaux à leur serment d'obédience, le paradigme ne manque pas d'absurdité.

Enfin, une chambre me fut attribuée, j'y parvenais par un grand escalier bordé de portraits d'ancêtres, pas seulement des Strickland, mais des Matthews, des Angelheart, Cox et d'autres Catholiques, de diverses origines : irlandaises, française, allemande, voire quelques grand-mères maltaises, ressemblant trait pour trait à la Claudia Cardinal du « Guépard » de Visconti. Oui des femmes qui ont su transmettre et maintenir la religion, ce qui est symptomatique d'une certaine élection.
Les Stricklands ont continué  bon gré mal gré à assumer leur destin, leur devoir, condamnés a un nomadisme, ils devinrent des officiers de marine, que leur pérégrination amena  jusqu'à Malte, pour  être fait Marquis de la Catena, par le Grand Maître de l'Ordre Souverain de Malte.
Ils prirent souche sur cette île, où ils furent des acteurs importants de l'Indépendance. Le Baron Gerald Strickland devint « Premier ministre » de 1927 à 1932. Sa fille Mabel, journaliste au « Times Malta », resta dans les annales de l'île pour ses controverses passionnées avec le Premier ministre maltais de l'époque Dom Mintoff.

Afin de calmer mon exaltation romantique, que je dois certainement à de lointaines origines écossaises. Je partis à la recherche d'un livre, pour couronner cette journée par quelque ponctuation pouvant s'accorder harmonieusement avec le lieu. Je découvris ainsi un petit objet littéraire, au demeurant sans prétention, mais en parfaite adéquation avec le moment : « jacobite essays » de Mary Wakefield, édité par, (ça ne s'invente pas) par Titus Wilson & Son, Kendal, 1922. J'ouvris l'ouvrage et la prose romanesque et exaltée de l'auteur  m'entraîna vers des songes où les combats désespérés ne manquent pas de beauté : des derniers carrés de baroud d'honneur, baïonnette en avant, ou inextremiste on sauve les couleurs, ou les combattants héroïques n'acquièrent qu'Honneur et n'atteignent l'Eternité qu'avec une loyauté indéfectible envers leurs convictions.

Tory!

Tory est le surnom des conservateurs dans les pays Anglo-saxons. Le terme aurait pour origine le mot irlandais « Torai » signifiant « fugitif »  ou « Hors la loi », cela à l'origine qualifiant les partisans du roi Stuart. C'est pour cela que j'ai accolé un point exclamation, comme si on voulait pour l'éternité les interpeller.  Et ne pourrait-on pas mieux qualifier les Strickland de « Torys » de l'histoire : catholiques quand cela fut interdit et partisans du roi quand celui-là par vox populi fut chassé du pays. Des rebelles aux yeux des séculiers et des dévots fidèles à leur foi et obédience. C'est ici une constante du conservatisme et cela de Don Quichotte à Churchill.
Les Strickland font partie de ce que Burke appelait la « paegeantry », qu'il symbolisa par l'image du « vieux chêne », cette structure nobiliaire, gardienne des valeurs et de la logique historique d'un pays.  Et cela, dans la même catégorie que des Churchill, qui devinrent Ducs de Malborough, et dont un des rejetons Winston sut trouver les mots pour faire triompher son pays de la barbarie nazie. Ou bien comme ces petits nobles Anglo- Normands d'Irlande, les Wesley, parmi lesquels le Duc de Wellington, vainqueur de Bonaparte et père de l'Angleterre moderne. Fidèle à la mémoire d'un Simon de Montfort, Earl of Leicester, qui au 13éme siècle formera le premier Parlement élu de l'Histoire, sortant ainsi le pays de la guerre civile. Les familles nobles britanniques ne sont décidément pas sans vertu, quand il s'agit de faire relever le menton à un peuple.

Et nos Strickland de Sizergh sont de cette même race, que cinq cents ans de modernisme n'ont pas réussi à aliéner. Ils seront toujours là pour garder la frontière, là-bas au nord de l'Angleterre.

Et c'est un Espoir.

Jérôme L.J di Costanzo



Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Jérôme Di Costanzo par Jérôme Di Costanzo

Chroniqueur Outremonde. Correspondant à Londres.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique