Sur le RING

50 lettres du marquis de Sade à sa femme

SURLERING.COM - THE BOOKMAKER - par Murielle Lucie Clément - le 22/03/2010 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

50 lettres du marquis de Sade à sa femme. Une gaudriole philosophique

 

 

 

Recevoir un livre entouré d’un film plastique suscite toujours des questions existentielles. Doit-on déchirer avec les doigts et dans ce cas lequel, l’index glissé entre la couverture sur la tranche ou bien gratter du pouce dans un coin, ensuite dégager une ouverture par le trou ainsi percé, se saisir du morceau libéré et tirer à soi ? S’armer d’un coupe-papier, et prendre le risque que celui-ci en glissant n’égratigne la couverture ou pire incise et effiloche la tranche ? Il va de soi que la solution où l’on déchirerait avec les dents est à proscrire, il ne s’agit pas d’un vulgaire sachet de chips. Alors, l’ouvrage reste un moment en attente devant l’indécision du nouveau propriétaire. Coups d’œil rapides, hésitations, supputations. Seule certitude : personne n’a feuilleté avant moi ce volume 50 lettres du marquis de Sade à sa femme, paru chez Flammarion, est un de ces joyaux. Couverture anthracite, tarabiscotage parme foncé et grise l’inscription du titre et des auteurs, Cécile Guilbert et Pierre Leroy. Raffinement suprême : une faveur de teinte souris claire entoure le tout d’un nœud coquin aplati.

 

Mon attirance n’a pas été mise branle par le marquis de Sade, un peu une des plaies nécessaires de la littérature française, une sorte de gaudriole philosophique pour intellectuels en mal de gros mots. Sade viole mon imaginaire par son écriture totalitaire où mes efforts de conception personnelle disparaissent sous l’extravagance de l’élucubration sadienne. Lire Sade équivaut à du masochisme nécrosé et névrosé. Prétendre cela du vénérable marquis peut bien révéler un goût douteux des Lettres. D’un autre côté, la permission m’est octroyée de partager mes pensées, quitte à me faire excommunier par la coterie des bien-pensants littéraires. Toutefois, force m’est de reconnaître qu’une thèse sur Sade propose l’opportunité de côtoyer tout un vocabulaire particulier et revendiquer être occupé à l’introspection littéraire tout à fait dans la même veine que rédiger sur Houellebecq, celui-ci parfois comparé à celui-là. Là n’est pas la question.

 

Le nom de Pierre Leroy, je l’avoue, m’est totalement inconnu. Je me méfie des universitaires, car ils exposent fréquemment une tendance à ambitionner avoir une meilleure compréhension de la signification de la prose d’un écrivain que lui-même, genre : « il a consigné ceci, mais en fait il voulait dire cela », communément appelé le décryptage des intentions de l’auteur, dans un langage abscons, de préférence, dont la lecture procure plus le frisson de délit d’initiés que de la participation à une analyse littéraire.

 

Je suis donc plaisamment soulagée de lire sur la notice d’accompagnement l’appartenance de Monsieur Leroy à la congrégation des bibliophiles de grande renommée et « à l’origine du choix de lettres proposé ». Que les lettres aient été annotées par Patrick Graille et Jean-Cristophe Abramovici, la feuille mauve accouplée au dos de l’ouvrage me l’apprend de même. Ma curiosité a été titillée par Cécile Guilbert, avec intérêt depuis ma lecture du Musée national, dans lequel elle fait preuve d’une grande acuité dans l’écriture de son monde du travail dans une entreprise nationale, et narre une relation amoureuse consommée, sans se vautrer dans la coucherie médiatique et médiatisée de bon augure chez plusieurs contemporains.

 

Moult réflexions bien pesées, je me décide pour l’élimination du plastique avec l’ongle du pouce. Pratique moins élégante que le coupe-papier, j’en conviens, mais néanmoins sans danger. Le nœud pas vraiment un bolduc et le ruban plutôt de mercière un peu riquiqui. Flammarion aurait pu… Les pages béantes sur des fac-similés et de magnifiques retranscriptions, bien pratiques pour qui veut éviter d’acclimater la patte du marquis, suppriment toutes récriminations possibles sur la largeur d’un passement.

 

Suivons, il reste encore quelque chose, et je veux tout résoudre. On a trouvé, ou pu trouver dans mon portefeuille trois objets contre moi, expliquons-les tous les trois. L’un était une recette pour délivrer une femme grosse qui voudrait se défaire de son fruit ; c’est un tort à moi, et une imprudence sans doute d’avoir recueilli une telle chose…

 

Ces lignes laisseraient supposer des lettres qui viendraient renforcer mon idée. Les suivantes, par contre, m’éclairent les écrits de Sade d’un jour nouveau.

 

Si ces grandes occupations peuvent vous laisser, Madame la marquise, le temps de penser à celui de qui vous tenez les précieux rejetons qui vous tournent aujourd’hui la tête et pour lesquels vous sacrifiez jusqu’à votre mari, vous voudrez bien vous réappeler que voilà un an que je ne prends pas l’air, que cela me fait horriblement souffrir, que je ne ferme plus l’œil absolument, et qu’en un mot au travers, de toutes les façons d’assassiner un homme qui peuvent avoir été conseillées à votre mère par les scélérats qui l’entourent, je la supplie d’en choisir une plus courte, parce que les excessives chaleurs me mettent dans l’impossibilité de résister plus longtemps à celle-là.

 

On ne pourrait rester indifférent à ces mots où s’exprime la souffrance d’un être enfermé injustement, semblerait-il, luttant pour sa liberté.

 

Ce n’est qu’après la lecture de plusieurs lettres que je m’aventure dans celle de Cécile Guilbert La Passion d’être soi, où son style et son érudition transparaissent dans sa défense de Sade. Fin prête à la suivre lorsqu’elle affirme l’importance de l’auteur pour l’appréciation de son siècle.

 

Car pénétrer les détails concrets de son existence aventureuse revient à se propulser dans l’effervescence mobile du XVIIIe siècle telle qu’elle fut révélée par les meilleurs artistes de son temps.

 

Plus que tout, le conseil de Guilbert conduira la découverte des lettres non obligatoirement chronologique. Ne dit-elle pas :

 

Du coup, peu importe de lire ses lettres dans l’ordre ou au hasard : c’est partout le même fleuve majestueux et fertile, d’une puissance de débit constant, qu’atteste d’ailleurs, au fil des ans, leur impressionnante régularité graphique.

 

En effet, qu’il relate des faits quotidiens ou des réflexions plus énigmatiques, la plume de Sade est d’une facture large et magistrale, séduisante dans ses lettres pour sa femme et très distincte de ses écrits les plus connus. Cet ouvrage change ma vision de Sade et je m’en réjouis. Quant à Pierre Leroy, on ne peut que se féliciter d’être le témoin de sa passion et de la récupération de ces 50 lettres du marquis de Sade à sa femme. « Les plus belles ou comme on voudra, les plus fortes » confie-t-il.

 

 

Murielle Lucie Clément

 

 

Cécile Guilbert et Pierre Leroy, 50 lettres du marquis de Sade à sa femme, Flammarion, 2009, 224 p., 50 €.



Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Murielle Lucie Clément par Murielle Lucie Clément

Auteur et critique littéraire.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique