Sur le RING

L’Affaire de l’esclave Furcy

SURLERING.COM - THE BOOKMAKER - par Murielle Lucie Clément - le 06/04/2010 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Mohammed Aïsssaoui pose d’emblée la question à mille millions : « Qu’est-ce qui pousse un homme à vouloir s’affranchir ». Apparemment la consultation des dossiers a quelque peu assombri son jugement. Il est vrai que la paperasse était faramineuse. Furcy a esté plus de vingt-sept ans avant d’obtenir gain de cause. Le volume des documents, on s’en doute, était à l’avenant.

Dans le cas de Furcy, toutefois, la question « Qu’est-ce qui pousse un homme à vouloir s’affranchir » est invalide. Le problème est autre : cet homme, né libre, a été gardé en esclavage contre les lois en vigueur, comme le laisse voir Aïssaoui et pour cause. La mère de Furcy, Madeleine, avait été donnée par la religieuse avec qui elle voyageait à une madame Routier à condition qu’elle l’affranchisse, mais :
« Mme Routier avait attendu plus de vingt ans avant d’affranchir Madeleine, le 16 juillet 1789. Cette date n’est pas liée au hasard. La veuve avait entendu les bruits qui venaient de France. Elle avait eu peur de payer de lourdes indemnités, d’autant plus qu’elle avait signé une promesse d’affranchissement.
Malgré sa nouvelle condition, Madeleine était restée sous les ordres de Mme Routier… Entre sa vie d’esclave et celle de femme libre, rien n’avait changé. C’était comme ça. Et, du reste, qui dans l’habitation pouvait bien savoir que Madeleine était affranchie ? Personne. Sans doute même pas elle. Mme Routier n’avait pas cru utile de l’en informer – elle avait caché l’acte d’affranchissement.
»

Selon le code noir en vigueur, un enfant jusqu’à l’âge de trois ans héritait du statut de sa mère. Donc, Furcy était né libre puisque sa mère, Madeleine, était affranchie lorsqu’il naquit.
Mohammed Aïssaoui a réalisé un travail de titan. Sa quête l’a mené sur les traces de Furcy et il a consulté à peu près tous les dossiers existants sur l’infortuné. Toutefois, il confie :

« Je n’ai pas encore compris ce qui pousse un homme à vouloir s’affranchir. Qu’est-ce qu’on est prêt à sacrifier pour la liberté, quand on en connaît pas le goût ?
C’est la détermination de Furcy qui m’a impressionné.
Je crois qu’il a puisé sa force auprès de ceux qui l’ont soutenu. Il a voulu être à la hauteur de cette confiance. Je crois avoir compris que ce qui fait avancer le monde, c’est l’altérité. Tous ces hommes qui ont agi pour d’autres. Ce peut bien être un fil conducteur de l’Histoire
. »

La question d’Aïssaoui reste pour le moins saisissante. Ce pauvre Furcy recherchait peut-être tout simplement justice. Il était libre selon la loi, mais retenu en esclavage par des colons puissants, criminels et délinquants se tenant – et se croyant en cela en leur bon droit – en-dehors et au-dessus des lois. D’un autre côté, la conclusion d’Aïssaoui prête à réflexion. Presque certainement Furcy a puisé « sa force auprès de ceux qui l’ont soutenu ». En effet, pourquoi le monde n’avancerait-il pas grâce à l’altérité ? Grace aux êtres qui agissent pour le bien des autres. Les grandes découvertes, à l’origine, ne sont-elles pas souvent cela ?

Au cours de ses pérégrinations archivistiques, Aïssaoui fait la connaissance de plusieurs personnages étonnants. Tels le procureur Boucher dont l’analyse de la loi esclavagiste rappelle étrangement celle qui peut être faite à propos des bonnes guerres du XXIe siècle  – et du siècle passé –, menées afin de libérer les peuples pâtissant sous le joug d’un système totalitaire, alors que le but inavoué, caché, tu mais connu, réside dans l’appropriation par le libérateur de ressources naturelles, non négligeables et rarement négligées, le pétrole par exemple. Pour cela, il suffit de subtiliser « Dieu » pour « démocratie ».

« Pour lui, l’esclavage était un redoutable système, sans doute le plus rentable qui ait jamais existé. Boucher avait des pensées amères : “On a habillé l’esclavage du vernis de la morale, de la religion. Ah, Dieu ! qu’est-ce qu’on a pu faire en ton nom ! On l’a même justifié par des considérations physiques, naturelles… En réalité, il n’est de question que d’argent, de commerce. La religion, comme la morale – fluctuante –, n’était que le moyen de faire admettre des atrocités”, se disait-il. »

En prêtant à Boucher ces paroles, c’est une fine analyse qu’Aïssaoui nous sert :

« Il suffisait d’observer le système économique, et tout s’éclairait. Cette idée ne quittait pas l’esprit de Gilbert Boucher. Si l’on regardait de plus près, pensait-il, tout était organisé pour maintenir le système en place : l’homme considéré comme une marchandise ; l’interdiction pour les esclaves de posséder et donc de s’enrichir ; l’interdiction de s’instruire ; l’interdiction de porter plainte… Tout était diaboliquement ingénieux. D’ailleurs, quand cela pouvait arranger les esclavagistes, on mettait de côté certaines considérations. Les relations sexuelles entre blancs et noirs, par exemple, pour ne pas dire les viols, étaient monnaie courante. On s’en accommodait. »

Le mécanisme du système reposait, somme toute, sur une complexité feinte. Toutes les lois s’imbriquaient l’une dans l’autre afin de préserver le bastion imprenable des règlements favorisant l’un et défavorisant l’autre. Cela offre pas mal de pistes de réflexions pour balayer d’un autre regard notre démocratie anno 2010 et notre système économique fondé, en grande partie, sur des bases mathématiques de correspondance quasi équivalentes.
« Tous les rouages politiques, administratifs, judiciaires tendaient vers ce seul but : entretenir la machine esclavagiste pour nourrir l’économie. Des industries entières avaient prospéré grâce à ce système. Autrement, ce n’aurait pas été aussi efficace. L’abolition faisait peur, non pour des raisons idéologiques ou philosophiques, mais pour des raisons économiques. »

Lorsque les Noirs sont affranchis, il faut y aller doucement et on se demande qui doit être vraiment protéger. Mais, sous la plume d’Aïssaoui, cela devient clair et la réponse ne se fait pas longtemps attendre.

« “Partout, les noirs avaient besoin d’entendre de ma bouche quelles étaient les obligations que leur imposait la liberté”, écrirait, plus tard, le gouverneur de la République. Il affirmerait être heureux d’avoir réussi à négocier de très bas salaires. Il serait également heureux de voir qu’aucun groupe de noirs n’avait songé à exiger une rémunération plus importante. Fallait-il que la main-d’œuvre restât bon marché pour ne pas brusquer les esclavagiste ? »

Fascinant que ce soient les obligations qu’il fallut préciser et non les droits. Par ailleurs, les esclavagistes réussirent à imposer leur vision économique catastrophique et à faire admettre l’esclavage comme salutaire et profitable à tous. Le Noir, « enfant » et incapable de se régir soi-même aspirait à un maître. D’autant plus que, sans main-d’œuvre bon marché, le spectre de la débâcle financière se profilait.

« Les hommes ne naissent pas libres. Ils le deviennent. C’est ce que m’a appris Furcy. Quand j’ai entendu parler des archives nommées “L’affaire de l’esclave Furcy”, je me suis dit que tout le monde allait se précipiter sur ce destin extraordinaire. Vous pensez, l’un des rares esclaves à avoir porté plainte en justice, et la procédure la plus longue : elle a duré vingt-sept années et s’est terminée cinq ans avant l’abolition. Je ne suis pas historien, et je sais que ma démarche est contraire à toute recherche historique : j’observe un moment particulier du début du XIXe siècle avec mes lunettes d’aujourd’hui. Mais à ma connaissance, il n’y a pas pléthore de documents d’un esclave qui a osé se rendre au tribunal, à être allé jusqu’à la Cour de cassation. »

Une chose surprend le lecteur tout autant que l’auteur. Pourquoi personne ne s’est intéressé au destin extraordinaire, à plusieurs points de vue, de cet esclave ? Si Aïssaoui n’avait écrit son ouvrage, cette épopée serait restée dans l’ombre. La démarche de l’auteur a au moins un phénoménal avantage sur celle d’un grand nombre d’historiens. Aïsssaoui est conscient de sa subjectivité et il l’assume pleinement, ce que peu de chercheurs osent faire, bien que leur analyse en soit empreinte. Pourquoi écrire cette histoire, s’interroge encore l’auteur.

« J’ai longtemps fui cette question : pourquoi cette histoire de l’esclave Furcy a-t-elle résonné si fort en moi, et résonne-t-elle encore ? Où faut-il aller chercher les clés pour comprendre ? Je n’ai pas le début d’une réponse. Il paraît que l’on met dans un livre ce qu’on ne peut pas dire, mais qu’ai-je voulu dire ? Sinon l’extravagante patience d’un homme à devenir libre, sa détermination hors normes. »


Je peux avouer que ce récit, fictionnalisé mais fondé sur des documents authentiques, résonne aussi en moi maintenant et je suis sûre qu’il résonnera tout autant en chaque lecteur voulant se donner la peine de consulter, feuilleter, lire ce livre. Aïssaoui a exhumé tout un pan de notre histoire et de notre mémoire collective des profondeurs de l’oubli. Mais ne dit-il pas que l’histoire de l’esclavage est une histoire sans passé inscrit ? Voilà donc un part de ce passé restauré. Nora dans ses Lieux de mémoire ne l’a même pas effleuré. Cependant l’esclavage, est peut-être une des clés pour déchiffrer, dans nos sociétés, la situation conflictuelle d’aujourd’hui qu’elle soit économique, historique, culturelle ou autre. D’autant plus que, comme chaque fois que l’on remonte dans le temps (ou visite une vie antérieure à l’aide d’un « rebirthing »), chacun s’octroie un beau rôle. Cependant, comme le précise Aïssaoui, peut-être étions-nous du côté des mécréants, des méchants et pas si victimes ou nobles que cela.

« Ce qui m’étonnait, c’est que toute ces personnes qui effectuaient des recherches étaient persuadées d’avoir un ascendant esclave. Pourtant cet ascendant aurait très bien pu se révéler un noir ayant posséder des esclaves ou ayant été un commandeur. C’était possible. »


Une éventualité à méditer avant de s’emparer sans plus du rôle valorisant de victime potentielle.

Murielle Lucie Clément
Mohammed Aïssaoui, L’Affaire de l’esclave Furcy, Gallimard, 2010, 195 pages, 16,90 €.



Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Murielle Lucie Clément par Murielle Lucie Clément

Auteur et critique littéraire.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique